Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BEURRE, OU DECONFITURE ?

10 Novembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Vous avez vu ce jeu de mot ?

Tout le monde voit et connait la crise du beurre. En fait, la crise est un peu bizarre. Le prix du beurre triple, au niveau du producteur -usine-, sans que le producteur -agriculteur- voit le moindre clapotis pour le prix du lait.

D'ailleurs, les autres usages du lait ne semblent pas souffrir beaucoup de cette crise du beurre, et on peut donc en tirer la conclusion logique et claire qu'il n'y a pas de pénurie de lait...

Donc, une crise "hors sol". Le beurre, ne se vendant plus en France, comme le dit un lecteur, il n'y a toujours pas d'inflation, et tant qu'il y a de la margarine...

Un lecteur disait que les gens avaient perdu l'habitude de fabriquer leurs alimentations. Mais j'avais déjà raconté, il y a bien longtemps, ma rencontre avec un paysan. C'était en 1987. Il était en pleine campagne, mais seulement depuis peu. Avant, il habitait le centre village, pas loin d'un centre ville, et avait ses problèmes avec ses vaches : bouses, odeurs, etc, qu'on n'acceptait plus.
Il avait 60 ans, était à la retraite, et était tracassé par l'avenir de ses enfants, en gaec à quelques centaines de mètres de chez lui.

Il me disait que finalement, lui travaillait, mais c'est sa femme qui ramenait 80 % du revenu à la maison. Parce que c'est sa femme qui transformait et vendait le lait. Sous différentes formes.
Ses enfants produisaient beaucoup plus, mais vendaient tout à bas prix à la coopérative, et ses belles filles ne se seraient pas cassées un ongle à faire quoi que ce soit à la ferme.

Ces veaux abattus parce qu'ils ne valent rien, font penser aussi à ce même problème ; celui de la désaffection de la vente directe. A une époque, les paysans furent un peu gourmand, vendant au même prix en direct, que la grande distribution. En vendant 20 % en dessous, ils auraient empoché la clientèle et le jackpot.

Là aussi, défaut de valorisation directe, défaut de débouché, perte de contrôle de la filière. A qui la faute ?

A la grande distribution ? En partie oui. Mais aussi, la solution de facilité fut de vendre en gros.

Moralité : ré-apprenez à acheter du lait en direct, à fabriquer beurre, fromages et yaourts. Mais c'est tellement plus simple de tendre le bras, à l'étagère du supermarché.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylvain 13/11/2017 19:30

Résiliant ? Mouais

http://www.economiematin.fr/news-ovh-cloud-google-intelligence-artificielle-stockage-problemes

autre 12/11/2017 16:54

https://fr.sputniknews.com/economie/201711121033852807-recolte-record-ble-russie/

pierre 11/11/2017 12:25

Bon ça va, j'ai retrouvé mes repères de bobo parisien : le Carrefour bd St Marcel, 75005, avait le rayon beurre plein samedi matin.
;-)

Abdel 11/11/2017 11:00

J etais en Belgique le week end dernier pour faire le plein de biere ( qui fond comme neige au soleil ) . Le rayon beurre etait plein a craquer. Il y a avait du beurre breton doux et salé.
Pour les bretons qui cherchent du beurre , aller en Belgique.

Horzabky 11/11/2017 09:24

Si dans un avenir proche il faut prendre sa voiture et faire un tour à la campagne pour acheter du beurre ou du fromage directement au paysan, ça aura, comment dire, un petit air rétro, genre première moitié des années 40...

Ça tombe bien, si j'ose dire, les troupes d'occupation sont déjà là, merci Madame la chancelière d'Allemagne !

En attendant, en Seine Saint-Denis, c'est le bras de fer avec l'État :
http://www.latribune.fr/economie/france/la-seine-saint-denis-refuse-de-verser-le-rsa-de-decembre-757503.html
Si personne ne cède, décembre risque d'être chaud dans le 9-3...

L'article parle aussi des MNA (Mineurs Étrangers Non Accompagnés). Dans le 9-3, leur nombre a doublé en un an, la plupart sont des garçons, ont "autour de 16 ans", et sont africains...

BA 10/11/2017 23:32

« Notre droite n'est plus au service de la Nation. »

Henri de Castries est un ancien élève de l'école privée catholique Saint-Jean de Passy (école, collège, lycée).

Henri de Castries a fait un discours en tant qu'ancien élève : son discours a inspiré un article très important écrit par Philippe Fontana :


Notre droite n’est plus au service de la Nation.

https://www.valeursactuelles.com/politique/notre-droite-nest-plus-au-service-de-la-nation-90470

Max 11/11/2017 18:15

La droite tout comme la gauche modérées sont populationnistes, ce qui veut dire qu'ils encouragent natalité et immigration.