Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DEMANGEAISONS IMMOBILIERES...

24 Novembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Immobilier

Il parait que c'est un invraisemblable casse tête que la suppression de la taxe d'habitation. Et pour cause. Depuis le temps, les taux d'impositions locaux sont très disparates. Des villes sont riches, d'autres non, d'autres sont ruinées.

Pour la supprimer, et pour la compenser (avec un autre impôt), il faudrait que cette taxe d'habitation soit uniforme sur tout le territoire.

Sur quelle base, donc, l'état va compenser ? Sur un minima ? Ou sur les maxima observés ? Ou suivant ce qui était imposé dans chaque commune ? Je vous fiche mon billet que ce ne sera jamais sur un maxima (faut pas rêver), mais que cela se fera sur un minima, parce que la disharmonie des taux fait que l'on récompenserait les fautifs, et qu'on pénaliserait les vertueux.

De toute façon, la conséquence est inéluctable ; la taxe foncière va flamber, et elle, n'est jamais compensée par l'état.

L'état envisage un Bonus/malus pour les propriétaires immobiliers : "Possible bonus-malus énergétique sur les logements". Histoire de compenser la fin de la TH ?

Quand aux passoires thermiques, souvent, le plus simple, le moins onéreux, c'est la démolition. Parce qu'en général, il n'y a pas qu'au niveau thermique que ce soit une poubelle, et que leur réhabilitation est trop onéreuse et/ou impossible.

Quand aux résidents de la région parisienne, visiblement, bien qu'il y ait beaucoup de cadres parmi eux, il n'y a pas un cerveau : "Ces villes inattendues où l‘immobilier s’envole avec le Grand Paris."

"Ferghane Azihari ; Quand l'immobilier concentre toutes les frustrations anticapitalistes". Il n'y a pas de quoi ? Le capitalisme, lui même, ne dirige t'il pas l'état dans le sens de ses intérêts ?

Les grands effondrements ont systématiquement lieu après les sommets.

Pour le maire de Saint Etienne, le déplacement à Paris et le dîner à l'Elysée était un dîner de cons. Non monsieur. Le dîner de cons, c'était le vote Macron, en mai. Pour ce qui est de l'immobilier, vu de Saint Etienne, le dîner de con, c'est le marché immobilier parisien.

"Pour ne pas tous mourir, suicidons-nous (mais montrez nous d’abord l’exemple)." C'est la civilisation de Tikopia qui s'est maintenu depuis 3000 ans, en pratiquant contraception, avortement, infanticide et suicide.

Et même porcicide. Les cochons ayant été dûment sacrifiés.

Comme je l'ai dit, les aztéques, eux, pratiquaient la guerre fleurie, comme moyen de contrôle des niveaux de populations.

Comme les néo-guinéens, qui y rajoutaient l'anthropophagie, qui n'était que rituelle chez les Aztéques (on est toujours le barbare de quelqu'un).

D'ailleurs, dans la notion de barbarie, un chef des marquises blâma les français d'enterrer leurs morts, pour ne pas les déterrer une fois à point...

Mais, il faut dénoter un très net progrès. Il y a 50 ans, on disait qu'au siècle suivant on atteindrait les 10 personnes au m2. Maintenant, ce n'est plus qu'en 2700 et des brouettes...

Pour résumer, dire : "L'union européenne, c'est la paix", est une fausse approche. La guerre est visiblement nécessaire aux sociétés ayant atteint un optimum de population.

Pour dire, l'immobilier, c'est le degré zéro de l'économie. Non pas un moteur, mais une consommation de ressources sans égale. A Tikopia, je parie que la notion de "marché immobilier", n'existe pas plus que celle d'argent (dont l'usage y a été interdit).
Pour répondre à un lecteur, les STEP en France ne consommeraient pas la surface d'un département, mais environ 1/10 d'un département, en restant ouvert à d'autres activités.

Logiquement, ce qui est décrit comme une catastrophe, l'atterrissage du marché immobilier au 1/4 ou au 1/10 de ce qu'il est actuellement, avec des loyers symboliques, est surtout une mesure logique à long terme.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
se confirme ce que je dis à tout le monde depuis 10 ans; vendez tout. ça a encore quelque valeur
alors vendez, dans 5 ans ça vaudra plus rien; la politique actuelle est de détruire la propriété
foncière des particuliers au profit des banques/assurances (c'est pour ça que les banques se sont mises
à faire de l'assurance) pour asseoir leur dettes sur du vrai. Et puis tout ce pognon libéré par les
particuliers ira dans la bourse et la conso, c'est tout bénéfice. Et puis comme ça on pourra aller
bosser n'importe où. c'est ce que veulent les riches/puissants (c'est les mêmes, c'est pour ça
qu'il y aura toujours des paradis fiscaux). Pour le bien de l'humanité évidemment; l'humanité
vous savez le truc qui n'existe pas et n'a jamais éxisté et n'existera jamais; comme la liberté, l'égalité,
la fraternité etc... tous les attrappe-couillons qui règnent depuis si longtemps.
Répondre
D
"Je vous fiche mon billet que ce ne sera jamais sur un maxima (faut pas rêver), mais que cela se fera sur un minima, parce que la disharmonie des taux fait que l'on récompenserait les fautifs, et qu'on pénaliserait les vertueux. "

Oui et non...

L'Etat a toujours compensé les suppressions d'impôts locaux ou exonérations sur la base des sommes perçues par les collectivités l'année précédant l'entrée en vigueur de la mesure, assortie de garde-fous (par exemple, quand des régions ont voté 30% de hausse de la taxe sur le foncier en sachant que la taxe allait leur être sucrée, l'Etat a pris en compte le taux voté l'année d'avant).

En revanche, il est plus que probable que les compensations versées aux communes subiront au fil du temps le même genre de coups de rabot que leurs autres dotations, lesquelles représentent déjà, en moyenne, 40% de leur budget (d'autant qu'elles ont été gonflées au fil du temps des mesures compensatrices des exonérations et finalement fondues dans la dotation globale de fonctionnement).

Après, la faute originelle remonte aux lois dites de décentralisation couplées au principe d'autonomie fiscale : en vertu de ce principe, c'était à chacun son budget selon ses ressources. Sauf que voilà, les collectivités qui s'estimaient injustement bridées par l'obligation de faire avaliser son budget par la préfecture en ont surtout profité pour décider de leurs priorités d'investissement (avec les frais de fonctionnement qui vont avec) en copiant sur le voisin.

Résultat : des communes chichement dotées en bases imposables et tout particulièrement en bases imposables professionnelles - pas comme Gravelines qui a pu financer une équipe de basket professionnelle sans assommer ses habitants sous les taxes ou Levallois-Perret à laquelle la chambre régionale des comptes a pu reprocher de ne pas dépenses suffisamment (!) la preuve par leur excédent global de fonctionnement de plus de 300 millions d'euros (!) - ont voulu se faire aussi grosses que leurs voisines bien mieux loties.

Après, il y a toujours eu ce serpent de mer de la "péréquation" ou, dit autrement, on prend aux riches pour donner aux pauvres. Alors, même si je suis le premier à penser que Gravelines ou Levallois ne "devraient" pas disposer d'autant de ressources, le fait est que si on veut l'autonomie, je ne vois pas pourquoi on aurait le droit de disposer des ressources du voisin. Ou alors on accepte le retour de la tutelle préfectorale (qui vérifie en gros que les dépenses sont en adéquation avec les ressources, et aussi, que le budget ne sacrifie pas l'indispensable à l'accessoire).

Bref. Depuis les débuts de la décentralisation, trop de collectivités ont voté régulièrement des hausses de taux conséquentes, au point où l'Etat pris de plus en plus de mesures d'exonération (la ressource est supprimée et compensée sur la base des ressources perçues l'année précédente) ou de dégrèvement (l'Etat se substitue au contribuable, ce qui est assez pousse-au-crime vu que c'est indolore pour la collectivité comme pour le contribuable désormais dégrevé).

En plus de cela, dans un contexte où l'Etat entend réduire le déficit global des administrations publiques en diminuant les dotations aux collectivités locales, si c'est pour que celles-ci compensent en augmentant les taux d'imposition sur ce qu'il leur reste de bases taxables, forcément, ça ne pouvait pas passer.

Reste qu'effectivement, il subsiste un seul véritable impôt sur lequel les collectivités ont la main : le foncier et ses avatars (TEOM, foncier sur le bâti professionnel).

PS : en pratique, et pour l'écrasante majorité des contribuables, la contribution de taxe d'habitation était calculée comme la somme de 4,3% du revenu imposable et de la base d'imposition à laquelle était appliquée la hausse cumulée du taux d'imposition depuis 2000.
Répondre
H
@ serge

À terme, c'est le paradis à la suédoise qui nous attend. Exemple : un dentiste, salarié par l'État suédois, s'était aperçu, en examinant leurs molaires, que 80% des soi-disants "mineurs non accompagnés" étaient en fait majeurs. Il l'a signalé aux services de l'immigration.

Résultat : viré pour "violation du secret professionnel". Il n'était pas censé informer une autre administration de ses constatations. Le statut de fonctionnaire n'existe pas en Suède, donc on peut être viré comme dans le privé. Pour mémoire, la suppression du statut de fonctionnaire est une réforme proposée chez nous par NKM.

Comme un malheur ne vient jamais seul, le dentiste, sa femme et ses enfants ont perdu leur logement, car ils étaient logés par l'administration qui employait le père. Donc, la cinquantaine passée, il se retrouve au chômage et sans logement, avec sa femme et ses enfants, pour avoir dit la vérité. Son épouse, tombée dans la dépression après toutes ces épreuves, a également perdu son emploi. Vive le modèle suédois, futur modèle français.

http://www.thegatewaypundit.com/2017/10/swedish-dentist-reveals-80-migrant-children-actually-adults-fired-now-may-lose-home/
Répondre
B
Le corps médical européen a du mal à s'adapter aux spécificités des nouveaux entrants. Quand vont ils se rendre comptent qu'on peut mesurer 1,80m et avoir de la barbe à l'âge de 10 ans chez les africains et commencer à procréer à l'âge de 87 ans chez les chinoises du 13ème arrondissement de Paris. Les médecins doivent pouvoir gérer ça. Sinon radiation de l'ordre.
B
A propos des morts au combat, j’ai acquis depuis longtemps la conviction que la guerre est un régulateur démographique au même titre que la famine ou les épidémies ou, pour les peuples les plus avancés, le contrôle des naissances. Si l’on observe les conflits avec tant soit peu de lucidité, on constate qu'envoyer les jeunes hommes au combat a pour but de les faire tuer tout autant que de tuer leurs adversaires. Cela permet d’éliminer la concurrence pour s’accaparer les femmes et les denrées de toute nature. Le tralala autour de la bravoure et les valeurs guerrières n’est exprimé que pour sous tendre l’instinct des dominants. Si on observe les statuts sur notre sol, elles sont toutes érigées à la gloire de ceux qui ont fait tuer le plus de soldats français. L’humain a beau être doté de la parole, il n’en est pas moins un vertébré avec ses résidus de cerveau reptilien. Ladite parole ne servant en fait qu’à enrober l’instinct et tenter de le dissimuler.
Répondre
B
Puisque quelqu'un a les mêmes sentiments que moi, j'en profite pour en mettre une couche de plus. La théorie est en effet corroborée par les expériences menées sur les rats de laboratoire. Lorsqu'ils atteignent un seuil critique, c'est la guerre.
J'en entends qui disent que nous ne sommes pas des rats. Que ceux-là jettent tous leurs médicaments car ils ont été validés par des expériences sur les rats. Je rajouterai aussi que vu la situation, nous sommes faits comme des rats. Si cette similitude ne vous convainc pas, je ne peux plus rien pour vous.
M
Tout à fait d'accord avec vous, j'ajouterais que surnatalité et guerre sont liés, la surnatalité entrainant à coup sûr la guerre. Par exemple le regain de natalité après la première guerre mondiale a immanquablement entrainé la seconde guerre, vingt-cinq ans plus tard, le temps que les nourrissons aient l'âge de combattre. Le slogan faites l'amour, pas la guerre est donc en partie stupide, puisqu'à terme l'un entraine l'autre.
S
Je serais curieux de savoir combien a coûté le pince-fesses de l'AMF : 15000 maires déplacés plusieurs jours en RP, un gros millier invité à un buffet (et plus si affinité) chez le chef à plumes. Cela sent le bon plan type l'obtention des JO à Lima ou le meeting de campagne à Las Vegas... Et dire qu'ils sont censés être tous fâchés par les mesures du gouvernement, n'ont quand même pas la honte de claquer autant de tunes pour juste huer quelques orateurs, plus efficace et rapide par mail.
Pour le bonus-malus énergétique des habitations, c'est quand même plus grave que le simple constat. Outre le fait que c'est l'autre branleur de Hulot qui l'annonce (il devient fermier général), la profondeur du sujet est très inquiétante. Prélèvement forcé sur les transactions de vente déjà bien taxées, gonflement probable du règlementaire déjà fort touffu, visite inopinée d'inspecteurs pour vérifier, obligation de refaire une couche tous les 10 ans, suppression des exonérations ou crédits d'impôt, etc... on peut s'attendre au pire. Et ouvre la voie directe à la fameuse idée transcendantale émise il y a peu que le propriétaire serait amené à payer un "loyer" à l'État, sous forme de taxe, pour l'occupation du terrain qui ne lui appartiendrait plus. Au final, une quasi impossibilité de se mettre en règles, impossibilité de payer les surcoûts, un bien qui vaut de moins en moins et au final, l'Etat propriétaire. Super idée pour saupoudrer les migrants, prendre la main sur la mobilité des citoyens en obligeant le futur salarié à être mobile "logé par l'Etat moyennant finances là où il y a du boulot", prendre la main sur l'aménagement du territoire (on rase les habitations récupérées par l'Etat et on y colle une usine d'incinération ou une ferme des 1000 porcs), und so weiter...
On baigne dans l'hystérie.
Répondre
B
Je vois aussi un controle techenique périodique pour faire rentrer les sousous.
Répondre
R
Ou mettre en place un permis de conduire les tronconneuses. Facile a reperer le cri de la tronconeuse au fond des bois.
A mon avis il va y avoir une recrudescence d accidents de chasse chez les pandores , simple prevision meteorologique !!!!!!