Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE (ET SOUS DEVELOPPEMENT DU CERVEAU)...

26 Novembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Immobilier, #Politique, #Economie

A l'image du glorieux Maréchal Sémion Boudienny, qui selon ses subordonnés avait "une grande moustache et un tout petit cerveau", tellement petit, qu'il fut nommé vice-commissaire du peuple à la défense. Avec lui, Staline, toujours méfiant, savait qu'il pouvait dormir sur ses deux oreilles.

Comme quoi, il n'est pas nouveau qu'on choisisse de promouvoir quelqu'un de totalement incompétent, en raison de son incompétence.

A l'Alpe d'Huez, le maire vient de se faire couper le sifflet. "Pour construire, l’Alpe d’Huez devra penser aux «lits froids» et aux papillons. " (Minute Papillon ?!?!?!).
La justice vient en effet d'estimer que l'Alpe d'Huez était déjà bien burné en logements, les "lits froids", et qu'il n'était pas besoin d'en rajouter, pour gonfler l'hypertrophie de l'égo des "décideurs locaux", sans doute appelés ainsi, parce qu'ils sont décidés à toujours gonfler tant et plus les chiffres d'affaires de bétonneurs, sans but ni fin.

Totalement incapables de penser plafonnement et décroissance, il était question de 4 000 lits supplémentaires, pour "dynamiser" sur 20 ans... Apparemment, on compte 33 000 lits (dont 23 000 appartiennent à des propriétaires).

Visiblement, ceux-ci louent peu ou mal. Le maire a t'il seulement pensé qu'ils avaient peut être du mal à trouver des locataires ? Apparemment pas. Et qu'on avait atteint certaines limites ? Sans doute, les problèmes de locations (ou plutôt de difficultés de locations) font que les propriétaires abandonnent progressivement cette activité économique pour cause de non rentabilité.

Skier, ça coûte très cher. Et ce qui est à la mode pour les stations de sports d'hiver, ce sont les très riches. Bien sûr, avant que les bolcheviks ou les MBS s'en occupent. Les stations "moyen de gamme", pour classe moyenne supérieur, elles, souffrent aussi. Il semble logique que leur chiffre d'affaire diminue, avec la diminution de leur vivier, qui n'a jamais été plus de 10 % de la population. Encore, le fait que la majorité des logements soient vendus depuis longtemps, remboursés par leurs propriétaires, sauve t'il une portion de l'activité.

Mais cette évidence est niée. La commune «n’a pas été comprise, des lits nouveaux allaient amener une dynamique nouvelle».  Bon, visiblement, le cas est désespéré. Les crises économiques, c'étaient bon pour Saint Etienne ou le Pas de Calais.

La falaise de Sénèque est aussi un effet de la bureaucratie. Mais aussi des "zinvestissements" idiots.

Tout se rejoint. Comme le disait un internaute, un minuscule budget militaire russe rééquiperait en une année, l'armée française, britannique ou allemand, en totalité. Avec un quantitatif et un qualitatif supérieur. Seulement, le gaspillage y a été exterminé pendant la période post soviétique. Et la seule ambition y est de défendre le territoire national, même dans le cas de la guerre syrienne.

L'Allemagne, avec ses excédents budgétaires et commerciaux a des infrastructures du début des années 1970, pas un seul sous marin en état de fonctionnement, et pas 100 chars en état de fonctionner. Et ces jean foutre veulent faire la guerre à la Russie. Côté Américain, c'est la même chose. Sans doute, l'état de la force nucléaire est à l'avenant. Impressionnante sur le papier, débile en réalité.

En maintenant la mentalité des années 1960 et la croyance en des investissements idiots, obsolètes et inutiles avant d'être construits, la chute s'en trouve accélérée. On n'a plus d'argent pour les choses utiles. Parce qu'on privilégie le futile, et la sauvegarde de la dette, dont on sait que l'on ne la paiera jamais.

A l'opposé, on trouve ces pavillons rachetés par les marchands de sommeil. Et divisés en très petits logements. A mon avis simple phénomène en avance dans la manifestation du pic pétrolier, et envolées les demandes surréalistes de chambres pour chaque membre de la famille. Et réduction drastique du niveau de consommation énergétique. Un logement de 25 m2 se chauffe à peine. Et correspond à des normes ancestrales, qu'on peut voir dans des appartements "loi Loucheur", des années 1920 et 1930 (25 m2 pour une famille de 6).

"Nulle génération n'a vécue comme la précédente..."

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Merci pour ce témoigage; j'en profite pour en placer une qui n'a rien à voir, sinon le flic, un grand dont la poésie m'a séduit, malgré la difficulté que j'ai à lire ce genre de littérature.
Un flic poète... " La nacre éclatée " de Marcel Gaden
Répondre
S
Originaire de région de moyenne montagne, j'ai vu ces trois dernières décennies l'inflation stupide des résidences de ski, le dopage des remonte-pentes pour des débits de plusieurs milliers à l'heure et le boum complémentaite des tarifs des commerces et du foncier, y compris pour les locaux. Amenant les tarifs de séjour aux prix des 3 vallées, référence en la matière. Même sans crsie financière, le plateau était déjà atteint. Les communes n'ont pas compris et continuent à balancer le fric par les fenêtres en ratisssant à l'étranger, en proposant un mix d'activités dont tout le monde se carre et en investissant à fond sur les ouvertures les plus longues possibles avec usage massif de canons à neige. En sachant que d'ici 2050, il y aura grosso-modo 35 jours de neige en moins par an sur les massifs montagneux français.
Le bon exemple d'une mauvaise gestion locale. Comme pour les JO...
Répondre
B
https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/la-station-de-ski-d-artouste-ne-sera-ouverte-que-pendant-les-vacances-cette-annee-1510601013
Répondre
E
ça sent le méga vrac et va mal se terminer pour MBS aka le Macron de là-bas
http://www.zerohedge.com/news/2017-11-26/saudi-coalition-crumbles-yemen-sudanese-mercenaries-front-lines-foreign-officers-pro
Répondre
J
Effectivement, on voit la course aux aides d'état pour que la ville survive :
la ville doit grossir pour qu'elle puisse avoir des aides, aides qui vont servir à ce que la ville puisse survivre face à son endettement (http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/huez/ville-38191).

En ce qui concerne les négriers de certaines villes d'IDF (uniquement ?), je pense que l'état est au courant depuis belle lurette et qu'il s'en fiche royalement, contrairement au maire, qui font face à une augmentation des dépenses de structures (école, élec, eau...).
Ce qui "m'amuse" c'est qu'une bonne partie des négriers sont des immigrés qui louent des cages à lapins, à des compatriotes, pour des montants faramineux. Les compatriotes qui touchent des aides de la CAF, qui ferme les yeux, puisque c'est tout le monde qui paye.
L'état est content : la situation permet aux futurs français d'attendre un HLM qui va être construit par les amis. Le proprio est taxé à 40% sur les loyers. Quant aux futurs français ils participent au grand remplacement à moindre frais.

Pour ceux qui croient que l'état nous veut du bien, un bouquin intéressant à lire : la guerre contre les peuples
http://www.kontrekulture.com/produit/la-guerre-secrete-contre-les-peuples
Répondre
J
Effectivement, on voit la course aux aides d'état pour que la ville survive :
la ville doit grossir pour qu'elle puisse avoir des aides, aides qui vont servir à ce que la ville puisse survivre face à son endettement (http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/huez/ville-38191).

En ce qui concerne les négriers de certaines villes d'IDF (uniquement ?), je pense que l'état est au courant depuis belle lurette et qu'il s'en fiche royalement, contrairement au maire, qui font face à une augmentation des dépenses de structures (école, élec, eau...).
Ce qui "m'amuse" c'est qu'une bonne partie des négriers sont des immigrés qui louent des cages à lapins, à des compatriotes, pour des montants faramineux. Les compatriotes qui touchent des aides de la CAF, qui ferme les yeux, puisque c'est tout le monde qui paye.
L'état est content : la situation permet aux futurs français d'attendre un HLM qui va être construit par les amis. Le proprio est taxé à 40% sur les loyers. Quant aux futurs français ils participent au grand remplacement à moindre frais.

Pour ceux qui croient que l'état nous veut du bien, un bouquin intéressant à lire : la guerre contre les peuples
http://www.kontrekulture.com/produit/la-guerre-secrete-contre-les-peuples
Répondre
H
"Comme quoi, il n'est pas nouveau qu'on choisisse de promouvoir quelqu'un de totalement incompétent, en raison de son incompétence."

Moi qui ai eu des adjoints et des subordonnés, avant de prendre ma retraite, je peux vous dire que la qualité majeure, essentielle, primordiale, nécessaire, impérative, obligatoire, vitale, d'un adjoint, c'est la loyauté. Le mauvais adjoint, c'est celui qui pense qu'à la place du chef, il ferait mieux que le chef. Le très, très, très mauvais adjoint, c'est celui qui pense qu'à la place du chef, il ferait mieux que le chef, et qui arrive à en convaincre les gens qu'il faut.

La compétence ou l'incompétence n'entrent pas en jeu. Au contraire, un adjoint incompétent peut être un atout. S'il est conscient de son incompétence, il passera son temps à se dire, comme sans doute Boudienny : "Heureusement que Staline est là, parce que n'importe qui d'autre m'aurait viré depuis longtemps."

Et si les choses tournent mal, le chef pourra dire : "Avec l'adjoint que j'avais, j'étais vraiment pas aidé..."

Avec un bémol : cette excuse a été tellement utilisée qu'elle ne trompe plus personne. Il est quand même préférable que l'adjoint soit compétent.

Pour garder son poste, l'adjoint incompétent fera toutes les bassesses possibles et imaginables pour plaire au chef. Si en faisant ces bassesses (que le chef, dans sa probité irréprochable, n'imagine même pas, et auxquelles il refuse de croire), il se rend impopulaire auprès des subordonnés, comme Boudienny, c'est très, très bien.

Mon meilleur adjoint a été un homme compétent, mais pas assez pour me faire de l'ombre. Avec cela, hyper-complexé. Enfant non désiré, il avait un père qui n'avait jamais caché son mépris à son égard. Du coup, il n'arrivait pas à concevoir qu'on puisse l'aimer, et il avait du mal à se faire aimer. Il m'avait scié, un jour, en me disant : "Dans ma famille, tout le monde me déteste parce que je suis flic." Si c'était vrai, il avait vraiment une drôle de famille. Cela ne l'avait pas empêché de se marier, avec une femme dépressive chronique, et pas vraiment belle, qui le traitait durement. Elle lui avait interdit, par exemple, de conduire la grosse voiture du couple, seulement la petite, parce qu'elle le trouvait trop maladroit.

Bien sûr, je l'ai toujours soutenu à fond, professionnellement parlant, en toutes circonstances, et il me l'a rendu au centuple. Avec lui, j'étais aussi tranquille que Staline avec Boudienny.

Un exemple connu : Hollande avait choisi Ayrault comme Premier ministre. Bien moins compétent que Martine Aubry ou Laurent Fabius, mais au moins, LOYAL. Les choses ont commencé à vraiment tourner mal pour Hollande lorsqu'il a pris Valls comme Premier ministre. Valls était plus compétent qu'Ayrault, mais il a manœuvré, avec succès, pour empêcher Hollande de se représenter, dans l'espoir de gagner haut la main les primaires du PS et de se faire élire président. Espoirs déçus. De toutes les manœuvres tortueuses de Valls, la seule qui a réussi, c'est de torpiller Hollande. Qui, a vrai dire, y avait mis du sien.
Répondre