Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

IL N'Y AUCUNE INDICATION D'UNE BAISSE

7 Novembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique, #Energie

"de la demande, au contraire".

Je rends hommage à l'internaute qui a attrapé ce gros Pokémon, pardon, terreplatiste.

La production britannique a baissé depuis 1999 de 137 millions de Tonnes équivalents pétrole à 48 (pas mal !), et celle de Norvège, passée de 163 millions à 90 l'an dernier. Avec un plus bas de 87. Le clapotis de + 3 millions, prend l'air d'un tsunami géant. Obtenu à l'aide d'un déluge d'investissements, il n'y a aucune chance que cette situation perdure.

Toujours est il que le différentiel de ressources entre un  Royaume-uni de 66 millions d'habitants et une Norvège de 5 millions est important. Les pétroliers du RU ont d'ailleurs acté la disparition du gisement, en réduisant les investissements de 80 %, et l'année suivante, en voulant faire porter cette responsabilité au Brexit.

On verra d'ailleurs l'effet sur le RU d'une baisse encore plus marquée de la production. On va rire...

Côté US, confirmation de mes affirmations : la consommation interne de pétrole s'effondre, signe de l'effondrement économique et de l'effondrement de la classe moyenne.

Les USA consomment officiellement autant de pétrole qu'en 1980. Aujourd'hui, il y a 323 millions d'habitants, contre 230 à l'époque. Encore, partons nous sur la base -fausse- d'une consommation de 18 à 20 millions de barils/jour.

" Il est clair, même d’après les statistiques « officielles » sur les importations de pétrole brut, que le marché américain a commencé à plonger en 2009 à des niveaux jamais vus depuis les années 1990 et n’a pas récupéré sont niveau depuis. Tout le monde sait que chaque nouvelle année est censée apporter une demande exponentielle, comme une horloge. Mais cela n’a pas été du tout le cas aux États-Unis. "

Il suffit de regarder le site officielle du département de l'énergie (EIA), pour voir que la situation s'est sérieusement dégradée depuis 2009, et qu'elle vient de franchir une nouvelle étape de dégringolade aujourd'hui.

S'il y a clairement un rebond de production depuis 2005, avec le pétrole de schiste, si les USA importent moins, (car en net, ce sont toujours des importateurs), c'est que la consommation interne s'effondre.

9 millions de barils produits, et 2 millions importés, c'est beaucoup moins que les 20 millions du début de la dernière décennie. Depuis septembre 2017, d'ailleurs, les importations nettes (produits bruts et finis), se sont effondrées, de 4 257 000 barils à 1 951 000. Si les importations de bruts sont égales à elles mêmes, les exportations de produits finis s'envolent. Preuve que le marché interne a collapsé. L'exportation de brut répond à deux exigences ; ils ne savent qu'en faire, et le pétrole de schiste trop léger (les raffineries US ont du mal à le raffiner) convient pour retraiter les bruts lourds.

Inchangée depuis 1973 (sauf à la marge), les capacités de raffinage US, très insuffisantes jusqu'en 2010, sont devenues excédentaires depuis. Le reste, c'est de la littérature.
En Europe, certains râlent contre les gazoducs. A mon humble avis, c'est le moyen le plus économique de transporter le gaz (
russe, pour les autres, il faut pas rêver), partout. Les terminaux méthaniers, eux, transportent (très cher) de quoi remplir les briquets.

Certains découvrent la collapsologie, et visiblement, ça fait un choc. Certains en mourront. On est typiquement dans le cas d'un "refus d'adaptation au moment de l'effondrement social". Refus que l'on peut constater dans l'élection de Macron, mais aussi certainement de Sarkozy et de Hollande. Encore que pour Sarkozy, on peut avoir l'excuse de ne pas être encore vraiment perceptible.

L'urgence décrite en 1972 n'est pas encore ressentie, surtout chez les ouinneurs du monde actuel.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean-marie 08/11/2017 14:42

Je rebondie sur l'article en notant que même si au global il y a augmentation d'énergie, certains pays -tous occidentaux ?- consomment de moins en moins. Ceci du fait de la désindustrialisation, de matériels moins énergivore et par économie. L'augmentation de la conso provient de pays qui ont récupérés nos usines et, qui se développent.

On voit, dans le chiffres de la consommation, que l'effondrement des USA est de plus en plus rapide. Puisque la consommation (voir J-M Jancovici ) d'énergie traduit la croissance d'un pays. Actuellement la croissance est créée par l’endettement. Trump essai de limiter les dégâts mais, je pense que ce c'est trop tard, à moins de faire un RAZ de la dette ou une guerre totale. Mais, si Trump fait un RAZ de la dette, il finira comme JFK...

D'un autre côté, on voit que la demande de pétrole mondiale, si elle continue d'augmenter, à un moment, l'offre va dépasser la demande. Et là je m'interroge : on nous présente des stats (démographique et économique) sur le climat à horizon 2050, 2100. Stats que je pense incohérentes ou bidon. En effet, sans énergie, ou bien avec bcp moins, comment un pays peut continuer se développer démographiquement et économiquement ? Personnellement, je pense que c'est possible mais, uniquement quelques années, avant que le l'environnement ne soit complètement dévasté entraînant : un exode massif et/ou des guerres. Bref un chaos mondial ...

En ce qui concerne l'énergie alternative (solaire ...) tous n'y auront pas accès du fait que ces énergies nécessitent des matériaux rares. La véritable économie d'énergie, c'est l'énergie que nous ne consommons pas. C'est à dire que dans le futur il faudra s'habituer à mettre un pull en hiver chez soit.

L'apres 08/11/2017 10:23

Augmentation du nombre de sans-abris au Royaume-Uni. Leur nombre (plus de 300 000) est comparable a la population d'une ville comme Newcastle.

https://www.shropshirestar.com/news/uk-news/2017/11/08/numbers-of-british-homeless-greater-than-population-of-newcastle-says-shelter/

Enfin, J-M Jancovici dit quelques vérités sans langue de bois devant un journaliste star de France 2. C'est bon a entendre. Il dit au journaliste "Dans le JT d'hier, vous nous parler du climat et de transition blablabla et juste après, on se plaint de la faillite d'une entreprise parapétrolière française, puis du manque de croissance économique..." Schizophrénie.

https://www.youtube.com/watch?list=UUNovJemYKcdKt7PDdptJZfQ&time_continue=3&v=CNeIU3RXqDY

https://www.lecho.be/entreprises/auto/Encourager-massivement-la-voiture-electrique-est-tout-a-fait-premature/9950128?ckc=1&ts=1510128323

Extraits:

Tant que la société est organisée de la même manière, avec des usines qui fonctionnent surtout le jour, et plus en semaine que le week-end, avec des gens qui regardent le journal télévisé de 20h à 20h , et pas à 4h du matin, avec des hôpitaux qui opèrent les cas non urgents de jour et pas de nuit, avec des magasins ouverts le jour et pas la nuit, avec des trains qui partent quand ils ont dit qu’ils partiraient et pas 3 heures après, etc, la courbe de demande de l’électricité changera peu.

On peut assurément décaler certains usages de quelques heures (par exemple un radiateur électrique peut se décaler d’une heure, une lessive aussi, et un frigo peut rester sans l’électricité une paire d’heures), mais on ne peut pas tout décaler de 24h, ni mettre en été les usages de l’hiver.

Dit autrement, tant que l’organisation sociale ressemble fortement à celle que nous connaissons actuellement, les usages seront similaires, et à certains moment en hiver la demande atteindra presque le maximum de la capacité pilotable, soit environ 100 GW. Cette puissance peut baisser au cours du temps si la consommation baisse globalement, mais c’est bien cela la marge de manoeuvre.

Ce qui doit recueillir notre financement, et d’urgence, c’est la rénovation du bâtiment, la modification des systèmes de transport, la baisse et la décarbonation des flux de transformation de matière (ce que l’on appelle « industrie » en général), la modification des systèmes agricoles, ou encore la création d’un enseignement et de règles économiques adaptés au monde en contraction que nous allons avoir, et non au monde infini dont nous rêvons. (Jancovici)

https://jancovici.com/transition-energetique/renouvelables/100-renouvelable-pour-pas-plus-cher-fastoche/

Tgee 09/11/2017 23:45

Jancovici edt ibsede par le nucléaire et ses calculs sont d'une partialité effarente. Pour rappel tchenobyl cout 700 milliards, fukushima officiellement 170 milliards a ce jour, mais avis que la proba a 100 ans en france est au moins de 100% que ca arrive. Et on ne sait pas demanteler alors pourquoi dire que c'est 10% comme le reste en se bornat sur 100 ans alors que pour le nucléaire c'est bien longtemps apres la fin de la production les couts induits. Ensuite il est incapable de voir que la production d'energie renouvelable est decentralisable pour une grande part, et que c'est un mix (le tout eolien ou tout solaire est stupide). Cette decentralisation est ce qui réduit le transport qu'il gonfle absurdement en plaquant la vision centralisée. Et il ne parle pas des couts de maintenance de ces systèmes de production. (je ne parle meme pas des surcouts de protection des centrales nucléaires qui sont une cible bien effrayante).

delta 07/11/2017 22:31

je réponds ici car je n'ai pas trouvé le commentaire d'origine
bonsoir ,

" Tout le monde sait que chaque nouvelle année est censée apporter une demande exponentielle"

une gaussienne utilise une exponentielle , c'est juste que ça pique du nez après le pic . de ce point de vu on peut dire que la demande est exponentielle ;-)

Helios 07/11/2017 21:40

Pourquoi les Norvégiens sont-ils aussi idiots de vider leurs réserves de gaz et de pétrole en échange d'investissements financiers, au lieu de voir que le meilleur placement c'est d'en garder le plus possible sous terre ?

Max 07/11/2017 18:21

Quel bonheur de lire cet article dans le Point. Mais l'article reste bien trop optimiste : il finit sur les phrases : "Les épisodes suivants donneront, c'est promis, des raisons d'espérer, exploreront « les nouveaux modèles agricoles, l'utilisation de low-tech, la réorganisation des villes ». Ce n'est pas la fin du monde, insiste Clément Montfort, c'est la fin du nôtre. Il faut juste en inventer un autre…" : Preuve que le journaliste n'a encore strictement rien compris au film. Bien sûr, personne ne se risque encore à parler de malthusianisme, c'est tabou : Continuez donc à forniquer, vos enfants serviront à faire des steaks halal ...

dizemanov 07/11/2017 17:10

Nous vivons une époque historiquement fascinante.
Merci d'aussi bien mettre en évidence les principales causes et manifestations et d'aussi finement analyser ce spectacle.