Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA PREMIERE CRISE ENERGETIQUE...

28 Décembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Celle de l'an de grâce 1929. Elle était en effet, une crise énergétique, avant d'être une crise économique et financière. Pour la bonne raison, c'est que la relève du charbon défaillant en 1913 (Grande Bretagne), et en 1920 (USA), n'était pas prête, en la personne du gaz, du pétrole et du nucléaire, à l'état d'échantillon.

On peut même aller plus loin que Gail Tverberg, la Grande Guerre est une guerre de l'énergie. La concomitance absolue entre la fin de règne du "king Coal" britannique, et la guerre n'est pas fortuite.

C'est une fantastique redistribution des cartes, avec un pic global, celui du meilleur charbon, l'anthracite, des nouveaux gisements de qualité moindre, mais avec, côté allemand (comme côté français d'ailleurs), une bien plus grande efficacité énergétique dans la consommation du charbon.

Après, on a une adaptation. La marine britannique cesse de brûler du charbon, d'abord, parce qu'il y en a moins, ensuite, que sa combustion rend les navires très repérables, et qu'enfin, la production de pétrole augmente.

Si les USA arrivent à augmenter par la suite, leur production de charbon, c'est un charbon d'une qualité de plus en plus mauvaise. Inadéquate, sauf pour chauffer des centrales, et même ça, désormais, ça pose problème.

Quand au renouvelable, il est clair qu'on n'a jamais cherché à le développer. En effet, la notion de marché lui est totalement étrangère. Le renouvelable est intrinsèquement dédié à l'autoconsommation. Et à l'autonomie locale.

La loi de l'offre et de la demande implique un ajustement quasi immédiat, qu'il est difficile d'obtenir. Les produits sont sans débouchés, faute de clients. Faut expliquer ça à des gens terriblement limités intellectuellement parlant, genre Macron, digne représentant des classes dirigeantes, nombrilistes en diable.

Il est clair aussi que l'efficacité énergétique implique un changement de paradigme économique, et que notre personnel politique et le personnel économique sont très en inadéquation avec le monde existant...

Le changement technique, c'est 0.5 à 1 % de croissance suivant les époques. Pas plus. Tout le reste est du à des sources d'énergie supplémentaires, notamment le charbon chinois, et celui-ci, exploité intensivement, avec le brillant et la durée d'une ampoule de flash, ne peut perdurer.

D'autant que cette efficacité énergétique, ainsi que le renouvelable, doit elle même remplacer non pas l'accroissement des quantités, mais leur diminution.

Quand à savoir si le renouvelable peut jouer le jeu et sauver la mise, il faut prendre en compte qu'il a systématiquement été éliminé par le passé, et que la politique EDF à son égard n'a guère changé.

Il reste que la crise énergétique, en liaison avec la crise économique et la disparition annoncée de la classe dite moyenne, annonce de sérieux coups de tabacs et de béliers de plus en plus violents.

Bonus : photo de la ruche saturée appelée Nantes Atlantique -non, ce n'est pas un commerce ou un aéroport corse-. Les aéroports corses, eux, ont de l'activité.

La croissance observée ces dernières années, comme il apparait sur le graphique de la FED, n'est qu'une illusion statistique. Et sans doute le poids de l'économie tertiaire, celle qui n'existe pas, et qu'il est facile de gonfler. Pendant que dégonfle l'économie réelle.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
W
Je suis absolument d'accord pour dire que ce nouvel aéroport est une henaurme connerie, mais poster une photo ne prouve rien, si çà se trouve, elle a été prise par le balayeur hors horaire d'utilisation. <br /> Un peu comme le photomontage d'un ours famélique ne prouve pas que les ours blancs sont en danger d'extinction.
Répondre