Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EXCOMMUNICATIONS...

26 Janvier 2018 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Les vieux débris se réveillent.
Celui du Vatican vient d'excommunier les fakes news. Soros excommunie tout le monde.

Ce pape si "in", et très mondialisation vient de se dévaluer totalement. Il veut faire fermer sa crémerie ?

Et ses positions sur les clandestins ne sont elles pas des fakes news ? Quand une population s'appauvrit, est il indiqué qu'on lui dise de diminuer ses rations pour partager ?
Surtout que visiblement, en haut, il n'est pas question pour eux de diminuer leur goinfrerie. Et la première des fakes news n'est elle pas de dire que la globalisation nous profite à tous.

Le pape essayerait il de devenir l'anti-pape ?

Quand à Soros, il s'en prend à trop de monde. Le désordre et le chaos décrit par "De defensa", atteindrait il le maitre du chaos, lui même ?

Quand au totalitarisme, il finit toujours par échouer. Même le NKVD et le KGB ne purent contrôler la société soviétique. Ni la propagation des nouvelles, les Samizdat, ni la circulation monétaire, notamment celle du rouble or, ni l'existence d'une économie parallèle sans laquelle, d'ailleurs, l'URSS n'aurait pas survécu aussi longtemps. Cette dite société, DOIT regarder un peu ailleurs. D'ailleurs, ses sbires étaient réputés les plus corrompus qu'ils soient.

"Les inégalités croissantes créent des tensions sociales amenant les gouvernements à tenir des politiques autoritaires".

"La remise en question de l’autorité crée des révoltes, voire des révolutions. On entre dans la phase de crises. Toujours autoritaires, les politiques tendent à devenir plus égalitaires. Les seuils élevés des connections rendent toutefois les coopérations difficiles. L’économie a du mal se développer librement. Une économie dirigée souvent la remplace, maintenant ainsi la société en état de survie."

Ce qui est décrit ici, c'est l'URSS, l'égalité, dans toute sa rudesse, et la norme. La consommation tolérée jusqu'à la norme est bon marché. En dessus, elle est taxée, ou illégale.

"La figure jointe à ce billet laisse présager un déclin de l’influence des sociétés inégalitaires comme les États-Unis en faveur de sociétés plus égalitaires comme celle de la Russie. La transition aurait lieu en 2023. On peut s’attendre également à un phénomène de “démondialisation” redonnant du poids aux souverainetés nationales, comme le suggère l’économiste Jacques Sapir."

Mais ce qui sera crucial, c'est le pétrole. Le pétrole est la pierre angulaire de la société et l'économie actuelle.

Il ne faut pas oublier que l'URSS était finalement, loin d'être un pouvoir fort. C'était un pouvoir terrorisé et inquiet, pendant toute sa vie, sauf peut être de la fin des années 1950 au début des années 1970. Staline redoutait d'abandonner Moscou, et c'est sans doute la clef de sa décision de 1941.

Comique de situation et Fakes news d'Alain Minc, qui dit que le capitalisme est efficace et inégalitaire. Non, le capitalisme n'est pas efficace. C'est le recours au pétrole qui le rend viable. Comme une  bonne moitié de la production pétrolière n'est plus rentable, le capitalisme est condamné. Comme la globalisation.

La remontée des prix du pétrole aura aussi pour conséquence de provoquer la remontée du prix des forages et du pompage. Donc, l'effet sur la rentabilité du pétrole sera très médiocre et marginal.

L'effet combiné de la hausse des inégalités, et de la rétraction de la production de pétrole vont se révéler explosifs.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Une victoire; qui en appelle d'autres

25/01/2018 – Victoire de Loïc contre le Medef – Communiqué

http://cie-joliemome.org/?p=5679

Loïc relaxé !

Le tribunal confirme que les accusations du MEDEF étaient fausses.

Philippe Salmon, responsable de la sécurité pour le MEDEF l’a affirmé, puis confirmé à plusieurs reprises : « Loïc Canitrot m’a mis un coup de poing, je suis formel. »

Grâce à la combativité et à la persévérance de Loïc et de ses soutiens, grâce à une seconde enquête impartiale ordonnée par le juge, le tribunal correctionnel a établi que le cadre du MEDEF avait inventé cette agression.

Abandonnant finalement ses accusations contre Loïc, le responsable de la sécurité du MEDEF ne s’est même pas présenté au procès.

Les fausses incriminations de Philippe Salmon auront sciemment causé 48h de garde à vue à un innocent ainsi qu’un an et demi de procédure judiciaire, sans oublier les 24h de garde à vue et les 6 mois de poursuites de 7 autres manifestants, des angoisses, des centaines d’heures et des milliers d’euros perdus pour tous les accusés, leurs familles, leurs soutiens. Ce furent aussi des investigations longues et coûteuses pour la police et la justice pour établir la vérité. Toutes ces violences et dégradations n’ont jamais existé.
Désigner de faux coupables de coups imaginaires dans l’objectif de discréditer l’objet politique et social de la contestation. Voilà ce qui a été reconstitué à l’audience :

Lorsque les intermittents, emmenés par la Cgt Spectacle et la Cip-Idf, s’invitent dans les locaux du MEDEF le 7 juin 2016, ils mènent un combat politique pour faire appliquer l’accord sur l’intermittence signé à l’unanimité par les syndicats et employeurs du spectacle, et s’opposer à la « loi travail ».

Alors que l’atmosphère est calme et sereine, Philippe Salmon se met soudain à vociférer, à insulter les manifestants. Il n’obtient pas la violence espérée pour décrédibiliser cette occupation pacifique… Un peu plus tard, il frappe lui même violemment Loïc.

Il peut ainsi demander l’intervention immédiate de la police. Pour justifier le coup bas qu’il vient de porter, il ment aux policiers et accuse le militant blessé de l’avoir agressé.

Afin que l’affaire puisse relever du tribunal correctionnel, alors qu’il n’obtient évidemment aucun arrêt de travail, qu’il ne peut présenter aucune preuve d’une blessure sérieuse, il lui faut échafauder des circonstances aggravantes. Il va alors dire qu’il a reçu deux coups de poings, de deux assaillants différents. Sa plainte peut maintenant être instruite au motif de « violences en réunion ».

Et pour en attester, il a un témoin : Monsieur Hubert. Il s’agit de l’ancien chef de sécurité du MEDEF, aujourd’hui gérant de la société de sécurité sous-traitant des prestations au MEDEF. Il désigne Loïc comme étant l’auteur.

Les deux compères ne seront confondus que par la deuxième enquête de police, grâce aux vidéos et témoignages fournis par les intermittents du spectacle.

Ils se rétractent alors discrètement un an après les faits. Philippe Salmon maintient une « plainte contre X », mais ne prend pas le risque de se déplacer à l’audience pour répondre de ses mensonges.

Il est donc aujourd’hui établi que le cadre du MEDEF n’a pas hésité à frapper, à mentir aux enquêteurs, à accuser des innocents…

L’organisation patronale se considère toute puissante, se croit intouchable. Dénuée de scrupules, elle s’affranchit du devoir d’honnêteté. Ce jugement en fait la preuve !

Et nous nous attacherons maintenant à faire aboutir la plainte de Loïc pour « Dénonciation calomnieuse » !
Stoppons la criminalisation des résistants, dénonçons toutes les manœuvres de ce lobby économico-politique !

Car pour les autres procédures contre des militants syndicaux, il en est de même…

Les poursuites pour de soi-disant séquestrations qui condamnent les syndicalistes de GoodYear ou PSA sont tout aussi politiques et iniques.

Les procédures disciplinaires contre les cheminots, les postiers, les salariés d’Air France… sont tout aussi politiques et iniques.

Il en va encore de même pour les accusations de violences, outrages et rébellions qui sont tombées sur des centaines de manifestants.

Il est temps d’en finir avec la toute puissance et l’impunité de ce patronat, responsable de violences physiques et morales mais aussi de violences sociales contre les intermittents, les chômeurs, les travailleurs.

Il est temps que cessent les poursuites qui ont touché plus de 4300 militants syndicaux, politiques et associatifs depuis le début de la mobilisation contre la loi travail.
Répondre
F
bon et maintenant que la loi des puissants a dit ce qui est et ce qui n'est pas légal
dans cette affaire (sans fin vu comme c'est parti ...) il est temps de passer à la
justice ... si vous voyez ce que je veux dire ...
P
C'est sur, il n'y a pas de pays de merde en Afrique comme dirait Trump. Mais attention de ne pas être pris pour un sorcier ou une sorcière. En Europe, on brulait vive les dites femmes un peu plsu intelligentes que les autres (en médecine).

"Accusé de… transformer un homme en bouc, il est violement battu par la foule"
https://fr.sputniknews.com/insolite/201801271034907592-sorcellerie-nigeria-bouc/
Répondre
P
"Ankara appelle les USA à retirer sur le champ leurs soldats de la ville syrienne de Manbij".
Sinon ils seront excommuniés et martyrisés sur place ?

"En outre, M.Erdogan a promis de «nettoyer» Manbij et de ne laisser aucun terroriste jusqu'à la frontière irakienne."
Où la la, mais c'est pas où sont le gros des USA et leurs proxy en Syrie ? On va vers une guère entre pays de l'OTAN ? Non, dite moi que je rêve ?

https://fr.sputniknews.com/international/201801271034904744-turquie-usa-manbij-militaires/
Répondre
P
"Le Brésil a connu une montée de violence en 2016, avec 61,619 meurtres, soit sept par heure en moyenne."

Cela ne serait pas lié au retour de la droite au affaire au Brésil qui privilégie là bas et partout les 1% de la population et laisse les 99% s'appauvrir ?
Il est vrai que les juges préfèrent envoyer en prison leur ancien président pour un appartement de 3 pièces (corruption). Il avait été trop con d'accepter cela (il suffisait d'ouvrir un compte au panama où ailleurs comme le font tous les riches qui veulent truander leurs impôts).

https://fr.sputniknews.com/international/201801271034905040-bresil-fusillade-victimes/
Répondre
M
Ce ne sont pas les inégalités croissantes qui créent les tensions sociales, mais l'appauvrissement général de la population. La plupart des gens n'en ont rien à faire des inégalités, s'ils ont assez pour vivre. Dans le cas contraire, évidemment, ils regardent dans l'écuelle du voisin.
Répondre
P
Aux USA, avant l'ultra libéralisme, la règle de gestion d'une entreprise était un rapport 1 à 20 entre le plus petit salaire et celui du PDG. Là effectivement, tout le monde était riche (et les plus riches avait assez d'argent pour des extravagances) et ce n'était pas la peine de regarder dans l'écuelle du voisin. En plus c'était le type de travail qui faisait le status social : médecin, notaire, etc. et pas l'épaisseur de ton portefeuille.
Après tout est lié car les plus riches ont perdu tout sens commun : ils sont devenus avares, cupides. A long terme, ils tuent leurs poules aux oeufs d'or de la mondialisation.