Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TODD ATTARDE...

17 Avril 2018 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique, #Energie

Emmanuel Todd a prouvé qu'il était attardé. Que voulez vous, c'est ainsi qu'on passe d'une manière générale de jeune prodige à celui de vieux C...ataplasme.

En effet, il se chagrine de devoir aller sur Russia Today ? Il s'en aperçoit maintenant ? Etonnant.

Mon blog a dix ans, et j'écris depuis 2006. Dès le départ, je savais que la presse française était une boussole négative. Qu'il fallait surtout la voir comme indiquant le faux, et pas du tout la vérité.

Bref, une presse de propagande, le monde, un torche cul, le figaro, pour allumer le poêle.

Quand à la russophobie supposée, elle est l'oeuvre des élites et de la presse. Mais le reste de la population ? Sans doute beaucoup moins russophobe... Todd, toujours coincé dans sa classe sociale...

Qu'il faille aller sur russia today pour comprendre la guerre en Syrie, c'est une évidence, parce que les infos françaises, c'est un ramassis de conneries, pire que le bourrage de crâne de 1914-1918... Il peut aller sur Al Manar, ou sur Press-tv, et south front, beaucoup plus objectifs, malgré leur partie pris. Ils font un réel travail d'information, sans cacher le désagréable.

Il est clair aussi que les S300 seront livrés à la Syrie, et que c'est, pour Israël, un coup aussi dur qu'a été le déploiement des S200 pendant la guerre du kippour. Le verrouillage du ciel syrien, est le chant du cygne de l'empire occidental, qui va continuer à "faire semblant".

Le comique de situation revient à l'Arabie séoudite, qui veut engager son armée en fer blanc en Syrie. Déjà en échec au Yemen, elle veut se mettre encore plus dans la M... ouise en Syrie ???

Les diplomates occidentaux et français, sont, selon Todd, des crétins finis. On ne peut que rejoindre cette analyse. Il faut dire qu'avec leurs patrons respectifs, Juppé, Fabius, l'intelligence et la culture, c'était plutôt une tare pour faire carrière.

D'ailleurs, le FMI, autre repère d'imbéciles sans équivalents, nous parle d'une croissance en expansion à 3.9 % l'an prochain. Rien que ça m'indiquerait la possibilité d'une crise XXXXXXL. Faut il rappeler les lauriers adressés à Ben Ali, Moubarak, et Khadafi ? Et les gémonies vouées à la Russie, à la fin du siècle dernier ? Ne pas payer leur dette ferait baisser leur pib de 7%. Il augmenta de 6 %. 13 % de différence, c'est le prix de l'idéologie.
Certains ont répondu, que c'était "normal", le rebond. En réalité, le rebond n'est jamais obligatoire.

Le FMI ment effrontément, parce que simplement, la disponibilité totale d'énergie vient de baisser dans le monde. Le charbon chinois a subi une secouée qui a fait baissé significativement la consommation d'énergie dans le monde, toutes énergies confondues.

"La cause première de la tendance à la stagnation de la consommation mondiale d’énergie par personne entre 2013 et 2016 (figure 11) est la baisse de la consommation mondiale de charbon (figure 12). Beaucoup de gens imaginent que le charbon n’a qu’une importance mineure, mais en fait, c’est la deuxième plus grosse source d’énergie au monde, derrière le pétrole. Nous n’avons pas vraiment de bonne manière de faire croître assez vite la production de gaz naturel pour compenser la perte de production de charbon. "

Il ne peut y avoir de croissance globale, sans augmentation globale de l'énergie disponible, au mieux, peut il y avoir une stagnation, du fait de l'amélioration de l'efficacité, mais cela ne va pas à ce rythme, loin de là. Avec 280 milliards d'investissements dans l'électricité renouvelable, le rythme est soutenu, mais sans comparaison avec l'investissement dans le fossile, qui pourtant, ne montre guère de signes de fortes progression. C'est plutôt, pour lui, une très pénible avancée, obtenue avec de grands efforts...

Je vais être très biblique (il ne me manque que le grand bâton de berger, et la barbe blanche), qui a vécu par le pétrole, périra par le pétrole, et les USA périssent par le pétrole, et leur retard technologique.

La seule victime des frappes occidentales, c'est l'occident.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Raleur !! 19/04/2018 10:51

Faire des gosses ????
Pourquoi ???

Renouveler le cheptel de cons-o-mateurs ? De chair à canons ??

Vous oubliez qu'un individu est le résultat d'une famille, d'une lignée qui transmet plus ou moins consciemment ses traumatismes.
Ceux du grand père et de la ww1
Ceux issus de la mort de son fils aîné à buckenwald.
Ceux du fils cadet envoyé en algerie qui a retrouvé de nombreux copains les tripes à l'air.
Ceux du petit fils qui depuis 1975 n'a connu que cdd interim chomage rmi rsa et jusqu'en 1994 la crainte d'une guerre nucléaire. Crainte qui refait surface depuis peu.

Et c'est dans ce monde de merde que vous voulez y jetez des enfants ????
Vous parlez d'un cadeau ..... ppppffffuuuu !!
Bandes de débiles...

La Gaule 19/04/2018 12:48

Valium, Tranxene, Nembutal, Yogourt, Aaaciiid !

https://www.youtube.com/watch?v=K82OCQSEcc4

Et tant qu'on est dans les récriminations verbales, autant faire ça bien.

https://www.youtube.com/watch?v=43XOh8yRvvU

Horzabky 18/04/2018 22:23

@ bozi lamouche

Au niveau du QI, oui, les Asiatiques (Chinois, Coréens, Japonais) sont en moyenne supérieurs aux Blancs, au moins en intelligence logico-mathématique (mais pas nécessairement en intelligence verbale).

Je suis totalement d'accord avec fyhjuv.

Abdel 18/04/2018 20:51

Le probleme quand on prends un avion Air France , est qu ils proposent le Figaro et le Monde.

Le titre du 17 avril 2018 est : "la fin du petrole n'est pas pour demain "

http://www.lemonde.fr/kiosque-journal-le-monde/edition-du-18-4-2018/

delta 18/04/2018 19:32

double contrainte énergie/environnement . On parle souvent de la première contrainte et de son importance dans le PIB , dans quelle mesure la deuxième contrainte intervient et quelle sera son importance dans les années à venir . J'évoque le sujet car j'ai en mémoire un article expliquant que cet hiver en Chine , les autorités ont imposé la fermeture de plusieurs usines sur plusieurs semaines pour éviter la pollution .

David 18/04/2018 18:59

Pour faire écho à un commentaire de La Gaulle

"Ce qui est très frappant dans l'article ci-dessus, est qu'il montre que l'immigration sans frein n'arrive même pas à compenser cette vérité première fort gênante pour le libéralisme pur et dur : une société ''moderne'' trop inégalitaire (financiarisée à l'hélium) ne fait plus de gosse, point barre.
Pour la croâssance, ça la fout mal."

Ce n'est pas tout à fait cela. Enfin, je ne vois pas les choses ainsi.

Pour moi, une population stressée comme celle de Gaza fait énormément d'enfants. C'est un réflexe de survie. Les populations occidentales qui nous dit-on ont accompli "leur transition démographique" ne font plus d'enfants parce qu'elles ont largement oublié les réflexes de survie. (rien à voir, donc, en tout cas pour moi, avec l'heureuse conséquence d'une modernité supposément heureuse).

Plus les gens vivent dans ce qu'il est convenu d'appeler le confort moderne, et moins ils font d'enfants. C'est particulièrement frappant au sommet de l'Etat. Combien de dirigeants occidentaux n'ont aucun enfant et n'en auront jamais ? Et que penser de la promotion qu'ils font des mouvements dits LGBT ? Qu'ils sont désormais incapables de concevoir la sexualité autrement qu'à des fins récréatives ? (Y compris quand des couples homosexuels masculins réclament le droit d'avoir des enfants. Un enfant ne devrait pas être le fruit d'un caprice... comme un chiot ou un chaton...)

Après, effectivement, il y a aussi une part de célibat forcé dans la population masculine, mais les femmes pourraient très bien faire des enfants avec les hommes qu'elles rencontrent (plus aisés que les célibataires forcés pour cause d'insuffisance de revenus), sauf que ceux-ci répugnent à faire des enfants.

Pour en revenir sur Gaza et boucler la boucle, nous avons une population qui vit à l'occidentale, la population israélienne et une population qui subit un très fort stress imposée par la première, la population de Gaza. La première n'est pas moins affectée que les autres populations occidentales par la chute de sa natalité, elle n'est pas moins égoïste, et les seuls à pouvoir émigrer et vivre correctement en Israël sont une population juive âgée. La seconde a une natalité explosive, ce qui rend la situation toujours plus inextricable pour Israël : plus les Israéliens imposent un stress terrible aux Gazouis, et plus ceux-ci se multiplient... Et de plus, les Israéliens peuvent de moins en moins se passer d'une population palestinienne qui supplée à leurs problèmes de main d'oeuvre causés ou suscités par une population riche et vieillissante (bonnes, garde-malades, hommes à tout faire,...).

La Gaule 19/04/2018 01:56

Vaste sujet qui ne prêtait pas à la forme lapidaire pour laquelle j'avais opté (je crois que j'ai pas mal donné ici avec les développement alambiqués).
Dans votre exemple des palestiniens vous avez raison à trois conditions près pour que survive la volonté procréatrice d'un peuple. Pour résumer.
1)
La précarité économique et sociale, toute naissance étant vue comme une richesse. Je n'y reviens pas.
2)
L 'homogénéité ethnique ET culturelle, n'en déplaise à certains ici pour qui elle ne compte pas. C'est elle qui donne la force de survivre à l'individu dans tous les cas de figure (Robinson n'a pas attendu l'arrivée de Vendredi pour agir comme il l'aurait fait parmi les siens).
Encore faut-il bien s'entendre sur les deux mamelles de cette homogénéité. Quand un Zemmour nous serine que les sociétés multiculturelles sont les plus violentes, bien sûr qu'il se goure.
Les Etats-Unis par exemple ne sont pas une société multiculturelle. C'est une société multiethnique où les gens se replient sur le critère ethnique précisément parce qu'ils sont déstructurés culturellement sous l'empreinte de la culture dominante de marché, cela quel que soit le faux nez culturel dont ils habillent cet ethnicisme (« plus rien que des histoires de musique et de bouffe » m'avait dit un jour avec franchise un juif américain à propos du prétendu « multiculturalisme » de son pays).
3)
L'atavisme guerrier vis à vis de l'autre, celui qui menace sa survie collective. Atavisme qui peut être séculaire.
Cela est vrai pour les palestiniens comme c'était le cas pour les québecois jusqu'à une date récente.
Concernant l'Afrique, Bernard Lugan voit dans la « guerre des ventres » le mécanisme de sa démographie galopante, et il est très circonspect sur les miracles que produirait le développement économique à ce niveau.
Guerre des ventres dont la cause première serait pour lui le principe démocratique « un homme une voix » importé par les colons européen dans des pays artificiels ayant rassemblé des ethnies qui se haïssaient traditionnellement.
Le meilleur moyen de prendre le pouvoir et se protéger des autres resterait alors d'être les plus nombreux.

Maintenant il semble que vous voyez dans la seule « opulence » la perte de ce réflexe de survie. Cela est inexact dans la mesure où celui-ci dépend lui-même de facteurs très différents comme j'ai essayé de le montrer.
D'abord cette opulence est toute relative si vous considérez le coeur battant de nos sociétés mondialisées et financiarisées que constitue les Etats-Unis et la précarité affolante de son corps social.
Ce que montre aussi l'article que j'ai cité est qu'il y a toujours un point où le sentiment d'opulence s'efface devant la perception des inégalités.
Surtout, le pire de ses effets est moins la perte de l'instinct de survie que le fait de retourner cet instinct contre soi-même dans un processus d'autodestruction.
Reportez-vous aux articles de JH Kunstler qui identifie dans la consommation des produits opiacés la nouvelle peste ravageant la population la plus pauvre de son pays.
Nous sommes ici au-delà de la seule perte d'envie de perpétrer l'espèce face à l'adversité, et bien sur les territoires de la désespérance et de la maladie sociale propre à un certain type de société.

fyhjuv 18/04/2018 17:36

et encore il prend pas en compte le facteur racial ,
gros TABOU en occident

Question raciale essentielle, fondamentale même, à qui veut comprendre, outre les problèmes de compatibilité histologique pour le don d’organes, la crise que traverse notre civilisation. Une
raison principale à cela : la race étant une réalité biologique, elle survient (et impacte) en amont des réalités ethno-religieuses et socioéconomiques.

Elle est la première subdivision de l’espèce humaine, bien avant la civilisation, la structure familiale ou le système politique. Prétendre analyser ces facteurs, situés en aval, sans avoir compris le donné biologique dont ils jaillissent revient un peu à jouer au commando de marine sans savoir nager.

3 points principaux pour faire le tour de cette question.

- La réalité de la race. C’est le premier front idéologique sur lequel il nous faut nous battre, d’abord parce qu’il est primordial, ensuite et surtout parce qu’il est déjà enfoncé.

La propagande relativiste en usage depuis 50 ans prétend que la race serait une simple construction socioculturelle, au même titre que la classe pour les marxistes ou le paradigme en épistémologie, et non une réalité biologique. Sur ce point les progrès de la génétique d’une part, et de la biologie moléculaire d’autre part, ont largement contribué à démolir le modèle officiel.

En particulier, est aujourd’hui totalement admise la réalité de ce que les généticiens appellent les haplogroupes, des séries de marqueurs génétiques qui correspondent avec une étonnante précision à ce que l’on perçoit instinctivement comme les principales races humaines.

Chez l’homme on étudie généralement les haplos du chromosome Y, chez la femme ceux de l’ADN mitochondrial ; c’est par exemple ce type d’étude qui a permis de déterminer l’origine géographique des différentes races et leur répartition démographique dans le temps et dans l’espace.

Les haplogroupes R, qui présentent tous la mutation M45, correspondent assez précisément à l’extension maximale des différents groupes aryens – des scandinaves aux cinghalais de Sri Lanka ; les groupes R1a (mutation M17) et R1b (M343) délimitent plus particulièrement l’essentiel de l’extension des populations européennes indigènes – celto-germains, faces de craie et autres « babtous. » Un enfant reconnait la singularité raciale bien avant de savoir parler, donc bien avant de pouvoir élaborer une quelconque « construction socio-culturelle » ; ce que toute personne de bon sens admet comme une évidence est aujourd’hui prouvé scientifiquement.

Bien entendu les généticiens savent tout cela, mais on continue à le cacher au bon peuple, puisque selon l’establishment coco-médiatique, nous serions tous humains et interchangeables.

Des gens comme Axel Khan ou Steven J. Gould, par exemple, sont des escrocs et des imposteurs. Ils savent que leur position médiatique est de servir de caution pseudo-scientifique à cette mascarade égalitaire, mais ils en sont trop dépendants pour pouvoir changer leur discours. C’est en grande partie pour cela qu’ils ne jouissent d’aucun prestige réel dans la communauté scientifique (Gould en particulier est considéré comme un charlatan par ses pairs.)

Sources : toutes recherches Google (« haplogroupes », « race + biological », etc.), la génétique, Nature, Science, le New England Journal of Medicine pour les travaux en cours. Là c’est vraiment la base.

- La non-équivalence des races. Histoire de ne pas avoir à parler « d’inégalité », expression qui peut valoir des ennuis, on peut néanmoins parler de non-équivalence en se basant sur des faits scientifiquement bien établis.

Il est bien connu que les différentes races correspondent à des caractéristiques biologiques inégales. Outre la couleur de la peau, la forme du crane, du nez, des maxillaires, et la texture des cheveux, qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg, on a également constaté de très fortes corrélations raciales avec la largeur des hanches, la longueur relative des membres, la densité en fibres musculaires ‘fast twitch’ et ‘slow twitch’ (qui explique la domination mondiale des noirs ouest-africains sur le sprint et le demi-fond), la densité osseuse (qui explique leur nullité en natation), la sécrétion de testostérone, de salive, de cérumen, la résistance aux pathogènes, la prédisposition à certaines maladies génétiques (sickle cell anemia chez les noirs), la fertilité moyenne, l’espérance de vie (corrélée au niveau de revenu et de soins), la probabilité de naissance multiples (2 fois plus de naissances de jumeaux chez les négro-africains que chez les caucasiens, quatre fois plus que chez les asiatiques), le volume crânien, bien entendu le Q.I moyen (corrélé à tous les facteurs imaginables), et même, l’impulsivité.

La liste est, vous l’aurez compris, non-limitative, puisque de nouvelles différences biologiques profondes sont découvertes tous les jours, à mesure que l’on cartographie notre paysage génétique avec de plus en plus de précision. En sociologie également, les chiffres sont éloquents : que ce soit en matière de taux de criminalité, d’alphabétisation, de stabilité des structures familiales, de réussite académique, les mêmes hiérarchies émergent: caucasiens et asiatiques en haut, noirs, amérindiens et australoïdes en bas. Des chiffres qui se vérifient y-compris a) à niveau économique identique et b) quelque soit le pays et la position relative des différentes races dans le système politique.

Exemple : les Chinois surclassent les noirs dans tous les domaines en Chine, aux Etats-Unis, mais aussi en Afrique du Sud ou à Kinshasa. En terme de Q.I moyen, les asiatiques scorent même mieux que les caucasiens (104-106 contre 100-102 selon certaines études, y-compris parmi les immigrés récents)

C’est exactement ce qu’a dit Watson dans la récente déclaration qui lui a valut d’être mis au pilori par la bien-pensance internationale : les multiples études, année après année, avant et après l’affirmative action, toutes corrélations faites, prouvent bien que « pas vraiment ».

Il avait aussi déclaré que « dans la mesure où les différentes races avaient évolué physiquement en réponse à un environnement donné, il n’y avait pas de raison de supposer que leur évolution mentale ait été, inexplicablement, identique.

Petit à petit, la conclusion que les races sont bel et bien inégales s’impose dans de petits groupes de chercheurs et de spécialistes. Combien de temps avant que les médias ne retournent leur veste ?

Sources : les chiffres détaillés du Department of Justice, les travaux de Jansen, de Rushton, l’étude de Snyderman et Rothman (1988), google sur race, intelligence, heritability, etc… Et évidemment les travaux remarquables de Shockley.

- L’incompatibilité structurelle entre les races. C’est le dernier front sur lequel il nous faut nous battre. Nous savons tous qu’aucun des thuriféraires de la mixité ethnique ne donne de cette soupe à propres enfants (souvent scolarisés dans de discrets collèges des banlieues cossues) ; le bon peuple, lui sait qu’il vaut mieux avoir un quartier / immeuble / collège ethniquement homogène s’il veut avoir la paix.

De nombreuses études, menées chez l’homme comme chez l’animal, tendent à prouver qu’il existe une préférence intuitive pour l’individu pour de plus grande proximité génétique. La famille avant le clan, elle-même avant la tribu, qui passe avant la nation, la civilisation, la race, l’espèce, le groupe, l’ordre et le règne.

Ces réflexes sont probablement codés en dur dans notre cerveau après des millions d’années d’évolution qui ont privilégié les avantages adaptifs en matière de coopération, de cohésion du groupe et de transmission des caractères culturels. On est plus efficace avec ceux qui nous ressemblent, et tout porte à croire (scientifiquement s’entend) que la ‘diversité’, loin d’être une ‘force’, est un terrible handicap pour une société moderne.

La preuve : diverses études ont montré une corrélation très forte entre homogénéité raciale et réussite socioéconomique. Islande, Norvège, Suède, Danemark, Japon, Corée du Sud, Finlande, Nouvelle-Zélande, ces pays occupent tous le haut du classement en matière de revenu par habitant comme de qualité de vie (indice IDH) ; tous sont également extrêmement homogènes. A l’inverse, les pays « ethniquement divers » sont en moyenne plus pauvres, moins compétitifs, et surtout plus violent.

A ce titre il faut lire la brillante étude de Tatu Vanhanen (University of Tampere, Finland) dans laquelle on trouve une corrélation quasi-parfaite entre diversité ethnique et niveau de violence. Sur les 148 pays listés, Japon et Islande présentent les taux de conflictualité les plus bas (et les populations les plus homogènes), Liban et Soudan occupant le bas du tableau avec leur admirable diversité ethno-religieuse. Comme le dit Vanhanen,

“In ethnic conflicts, people seem to follow a similar behavior pattern across all existing developmental, civilizational, and cultural boundaries. The more the population is divided into separate ethnic groups, the more they seem to become organized along ethnic lines in interest conflicts, and the more often they tend to resort to violence in ethnic conflicts.”

Sources : Voir études de Rushton encore (Univ. D’Oregon), de Lisa DeBruine (Université d’Aberdeen) , Richeson (Northwestern University), etc.. Tous ces travaux vous mèneront comme d’hab. aux publications connexes, il y a toute une galaxie de travaux peu diffusés voir dissimulés qui vont dans le même sens.

Pour conclure, et pour faire vite, d’un point de vue statistique, les catégories raciales sont plus faciles à manier que les catégories socioculturelles (religion, revenu…), et sont également plus tranchées car plus faciles à définir.

De surcroit, elles se superposent largement aux catégories socioéconomicoculturelles (les noirs en France par exemple corrèlent à la fois avec l’islam, la polygamie, des revenus du travail faibles et une délinquance élevée.)

En clair, on dispose avec l’étude des races d’une grille pertinente, efficace et solidement démontrée pour analyser les problèmes sociaux. Pas étonnant que l’état interdise fermement les « statistiques ethniques ! »

L'apres 20/04/2018 11:31

@ Bozi lamouche
Pour compléter mon commentaire d'hier. Oui il y a des contre-exemples. Le Mexique par exemple, population plutôt homogène (hispaniques et descendants d’amérindiens), pays pourtant très violent malheureusement.

https://www.romandie.com/news/ZOOM-La-bas-on-a-tout-laisse-des-Mexicains-fuyant-la-violence/910536.rom

Mais sur de longues périodes (l'Histoire) et sur de larges échantillons de population (un pays entier), il semblerait que la cohésion soit un facteur de stabilité. Les empires s'effondrent, les nations restent.

bozi lamouche 18/04/2018 22:04

trop long pour vous envoyer des contre exemple....certains groupes ou états "homogènes" sont loin d'être en paix...
mais globalement ds types parleront de "races" la ou d'autres parleront de "phénotypes"...apprenez nous quelques choses : diriez vous que les asiatiques nous sont supérieurs ?

Sclavus 18/04/2018 17:23

Vous êtes incorrigibles ; mais comme ce n'est pas la première fois que vous vous moquez de Todd, ce n'est pas grave ; je suis habitué.
Il faut comprendre qu'un gars qui n'a jamais évolué ailleurs que parmi les élites (Cambridge, les diff cercles de l'élite intellectuelle parisienne etc.) ne peut pas penser comme vous.
Ne peut pas être aussi critique envers le système que nous.
La partie de chemin (3/4 à mon avis) qu’il a parcouru vers nous mérite l'admiration ; et illustre parfaitement son intégrité.
Le petit quart qui reste, de toute façon il est en train de le faire ; et rien que pour ça il mérite plus de respect de notre part ; un immense respect à mon avis.

oro 19/04/2018 12:00

Christophe Guilluy : « Dans
le domaine qui est le mien, celui de la démographie et du territoire,
c’est archi-caricatural. Ma discipline est verrouillée par quelques
personnages qui ne sont plus là que pour ostraciser. Je reçois désormais
des courriels de doctorants qui m’assurent suivre mes travaux, mais
m’expliquent qu’il leur est interdit de les citer. Voilà où nous en
sommes. C’est le totalitarisme soft dans sa version universitaire. Dit
autrement, le système est mafieux : il l’est en ce sens qu’il s’agit de
tuer, professionnellement parlant, les pensées dissidentes. C’est la
mésaventure qui est arrivée à Michèle Tribalat. Cela fait plus de
quarante ans qu’elle accumule les études, statistiques à l’appui. C’est
quelqu’un qui produit, contrairement à des gens comme Hervé Le Bras et
Emmanuel Todd. Sa carrière a été un long calvaire, elle ne pouvait même
plus aller physiquement à l’Institut national d’études démographiques
(Ined), elle devait travailler chez elle, tans Le Bras et ses acolytes
l’ont harcelée. Pour mémoire, elle avait attaqué, dans les années 1970,
Le Bras sur sa méthode, pointant ses erreurs statistiques et le coinçant
sur un point de méthode loin d’être négligeable puisqu’il conditionne
l’ensemble de ses travaux. Le Bras n’a rien eu à lui répondre, sinon
qu’elle prenait la suite des statistiques ethniques sous Vichy. Mal lui
en prit, Michèle Tribalat n’a pas eu de mal à prouver qu’il n’y a pas eu
de statistiques ethniques sous Vichy !

On attend toujours que Todd prenne la défense des chercheurs ostracisés par son ami et coauteur Herve Lebras...

Sclavus 19/04/2018 10:21

Tu sais bien qu'entre critiquer et se moquer y a un monde ; on peut - et on doit - se moquer des tartufes du genre BHL ou Finki ; Yan Moix etc. en gros neuf gars sur dix qui se pavanent sur les plateaux-télé. Todd n'a jamais fait partie de ceux-la ; et je ne crois pas qu'il appartient à une quelconque caste.

La Gaule 18/04/2018 19:09

Enfin, ce n'est quand même pas le messie ce type !
Qu'est-ce que tu veux, qu'il te le lave les pieds et te dise « lève toi et marche », esclave ?
Bien sûr que son œuvre est considérable et que, si elle peut être critiquable, au moins elle ne prête pas à rire.
Il y a des gens qui gagneraient à se contenter d'écrire, c'est tout. S'il ne s'en contente pas, il doit accepter d'être chambré (et il l'accepte bien généralement).
J'ai en fait l'impression qu'il était plus proche de nous quand il était encarté au PC et qu'il écrivait « l'Illusion économique ».
C'est donc plutôt nous qui nous éloignerions de sa caste, par la force des choses.

La Gaule 18/04/2018 16:31

Un fait qui devrait intéresser Todd quand il en aura marre de gloser sur tout et rien (surtout rien), c'est l'effondrement de la natalité aux États-Unis.

http://lesakerfrancophone.fr/un-indicateur-ultime-suggere-que-les-etats-unis-ne-se-sont-jamais-vraiment-remis-de-la-grande-crise-financiere

Notre rock-star de l'anthropologie est surtout connu pour avoir prédit l'effondrement de l'URSS sur un constat du même type.
Aujourd'hui il semble moins pressé d'en faire autant sur son empire favori -il a peut-être déjà pris son billet ?
Ce qui est très frappant dans l'article ci-dessus, est qu'il montre que l'immigration sans frein n'arrive même pas à compenser cette vérité première fort gênante pour le libéralisme pur et dur : une société ''moderne'' trop inégalitaire (financiarisée à l'hélium) ne fait plus de gosse, point barre.
Pour la croâssance, ça la fout mal.
Les génies qui nous gèrent devront s'y faire. S'ils veulent de la peau sombre et du crépu jusqu'à satiété, il faudra qu'ils imaginent mettre en forme l'état providence adéquat, c'est-à-dire la recette pour arrondir les angles du cercle.
Je sais, ils s'en foutent. Demain est un autre jour disent-ils.

Sclavus 20/04/2018 17:20

Pas lu "Le destin d'immigrés" ; si jamais je tombe dessus, je vais essayer ; son meilleur texte à mon avis c'est "Après la démocratie"

oro 19/04/2018 12:08

ça fait 40 ans que Todd vit sur la réputation que lui a apporté "la chute finale"
mais il suffit de relire "le destin des immigrés" pour comprendre à quel point Todd est un tocard.

Sclavus 19/04/2018 10:33

Je ne sais pas ce que j'ai mis come titre c'est de "Après l'empire " qu'il s'agit.
Autre chose par rapport à l'article de Saker que tu mets en lien ; pourquoi veux-tu qu'il se "remettent" de la crise? LA crise de 2008 n'était rien d'autre qu'un hold-up planétaire dont le magot à en quasi-totalité terminé dont les coffres de l'hyper-classe atlantiste/sioniste.
Autant affirmer que la famille Dalton a été éreintée par le plus brillant de leurs casses.
C'est l'économie mondiale qui ne s'est jamais remise de leur hold-up de 2008.

Sclavus 19/04/2018 10:23

Au lieu de te moquer encore, relis "La fin de l'empire" ; écrit en 2002 si ma mémoire est bonne

BA 18/04/2018 13:27

A propos de Sciences Po Paris :

Réforme de l'université : le blocage reconduit à Nanterre, Sciences Po Paris à son tour bloqué.

D'après un décompte des voix lors du vote à main levé, 1272 étudiants, professeurs et personnels de l'université de Nanterre ont voté pour une poursuite du blocage contre 336 qui s'y sont opposés. 40 personnes se sont abstenues. Cette assemblée, qui s'est tenue dans un amphithéâtre bien plus spacieux que celui où ces réunions se déroulent d'habitude, a pour la première fois offert une tribune aux anti-blocages. Certains se sont prononcés pour un vote à bulletin secret sur le campus.

Une situation "préinsurrectionnelle"

Les partiels organisés mercredi et jeudi devraient donc être reportés, selon la direction de l'université. Ceux de lundi et mardi ont déjà été décalés à une date non fixée pour le moment. Depuis lundi, la quasi-totalité de la fac de Nanterre est bloquée par des étudiants opposés à la réforme de l'université.

Au total, à la mi-journée, quatre universités étaient toujours bloquées (Nanterre et Tolbiac, mais aussi Rennes 2 et Montpellier 3) et entre 10 et 12 sites perturbés : Nancy, Strasbourg, Rouen, Nantes, Limoges, Toulouse 2...  

Figure de proue du mouvement, Tolbiac est occupé depuis le 26 mars par des étudiants et des militants. Qualifiant la situation de "préinsurrectionnelle" et craignant "le pire", le président de Tolbiac a affirmé "attendre désespérément que le centre soit évacué" par les forces de l'ordre - comme ce fut le cas à la Sorbonne.

Le président de Rennes 2 est lui aussi monté au créneau ce mardi, n'excluant pas un recours à la force.

"Blocage reconductible" à Strasbourg

À Strasbourg, une assemblée générale de quelque 600 étudiants a voté à la majorité "le blocage reconductible de tous les bâtiments de l'université" à partir de mardi. À Nancy, où le campus Lettres et sciences humaines est bloqué depuis le 22 mars, "tous les cours sont arrêtés", a indiqué l'université de Lorraine. À Metz, les étudiants ont voté le blocage de deux bâtiments (Arts, lettres et langues ; Sciences humaines et sociales). Pour autant, les examens prévus cette semaine à Nancy et Metz "auront bien lieu, en étant reprogrammés ailleurs", a-t-on assuré.

Dans les Bouches-du-Rhône, un groupe d'étudiants a tenté de bloquer la faculté de lettre d'Aix-en-Provence à l'aube, sans succès. Lors d'une assemblée générale à la faculté de Sciences Saint-Charles à Marseille, les enseignants ont voté à la majorité une motion de soutien aux étudiants mobilisés.

Autre ambiance à Lille, sur le campus de la faculté de droit de Moulins, où quelque 300 étudiants ont assisté à une cérémonie de remise de diplômes "d'agitateurs professionnels": une représentation théâtrale visant à dénoncer ironiquement les propos d'Emmanuel Macron (voir la vidéo ci-dessus) sur les blocages des universités.

Science Po Paris aussi bloqué

https://www.lci.fr/societe/reforme-de-l-universite-le-blocage-reconduit-a-nanterre-sciences-po-paris-a-son-tour-bloque-2084783.html

oro 18/04/2018 13:21

Todd est impressionnant tant qu'il fait une synthèse du travail des autres, façon edgar morin, jared diamond ou Yuval Noah Harari.
Rétrospectivement Todd peut tout vous expliquer. Toujours...
En idéologue professionnel, Il n'est jamais à court d' explication quand il s'agit de servir son "agenda".

Mais il suffit de le comparer avec les Tribalat ou Guilluy pour comprendre l’étendue de son échec

jean-marie 18/04/2018 11:41

Micron au parlement de l'UE : https://finalscape.com/bruxelles-macron-se-fait-humilier-comme-jamais-devant-les-deputes/

Dimezanov 18/04/2018 04:58

https://youtu.be/XF2t6hSugks
et Dieu se fatigue à faire des étoiles des fleurs et des poupées russes ... oh j'admire en vérité qu'on puisse avoir de la haine quand la Miss Russe a régné. Victor Hugo
https://youtu.be/6iWtC4KZQE8

Horzabky 17/04/2018 23:34

L'après m'a répondu, sur un fil précédent :

" je ne sais pas si il est si simple pour la Russie de choisir les clients qu'elle veut bien livrer quand ça l'arrange. Peut-on transférer la production destinée a l'Europe facilement vers l'Asie? En GNL oui, mais en gazoduc?"

Ce n'est probablement pas simple en effet, si le gaz russe destiné à l'UE et celui destiné à l'Extrême-Orient viennent de bassins différents. Mais cela permettra quand même à la Russie de moduler ses livraisons de gaz à ses différents clients, le fait de vendre moins à l'UE étant compensé financièrement par les ventes à la Chine, et vice-versa.

---------
"Il ne peut y avoir de croissance globale, sans augmentation globale de l'énergie disponible."

Tout le problème est là, résumé en une seule phrase. Ce n'est qu'après coup que l'on saura en quelle année l'humanité a bénéficié d'une quantité maximale d'énergie disponible. Ce dont je suis quasiment sûr, c'est que ce sera avant 2030, et peut-être dès 2020.