Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LUTTE DES CLASSES II

22 Mai 2018 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

L'ambiance est donc très bonne, tout le monde est dans le même bateau. Sauf :

- les salariés de carrouf, ex-Dia, dont 80 % ne seront pas repris. Bien sûr, on nous dit qu'on reclassera tout ce petit monde, à un bémol près. La grande distribution connait un énorme turn-over, ça ne ralentira que les embauches externes, et rien ne dit que les salariés resteront.
C'est bien connu, passé le saint, adieu la fête. Il suffit de pouvoir faire un communiqué de presse : "tout le monde a été reclassé", le 15 septembre, le 15 octobre, qu'en sera t'il ? Et on déplorera le départ-qu'on-ne-voulait-pas-d'un-salarié-instable (seulement 25 années d'ancienneté).

Visiblement, on gardera quelques magasins, les plus rentables, et les zones en déshérence le seront encore plus.

- Chômage : une baisse des "aides", envisagées par le gouvernement. Déjà, le mot aide est suspect. Il est conditionnant. En réalité, c'est la poursuite d'un processus, de chasse aux chômeurs, qui, c'est bien connu, "ne-veulent-pas-travailler".

- Budget de l'union européenne : coup de rabots. A cause du brexit. Mais là, comme on ne parle pas "d'aides", on les trouve injustes. Comme les retraités trouvent injustes LEURS coupes, et justes, celles qui concernent ces feignasses de chômeurs. Alors, que les 2 "aides", sont du même tonneau : elles viennent de la collectivité.

- Les USA  ont les caractéristiques d'un pays sous-développés. Ils y en a qui s'en aperçoivent maintenant, alors que le processus, commencé dans les années 1960, s'est nettement emballé en 1980, ralentit en 1990, et devenu explosif en 2000. A cela, s'ajoute, bien entendu, un discours nettement anti-raciste, et une pratique toute autre ; salauds de pauvres. Le racisme est dirigé envers les pauvres. Et envers les blancs pauvres et "moyens", qui ont peur de se retrouver pauvres. Et c'est bien malheureux qu'une pute noire de 16 ans, ne coûte pas plus que 5 dollars, quelques cigarettes, ou un pack de bière.

- Le logement en Espagne est saisi par les fonds vautours. Pas seulement les propriétés saisies pour non paiement, mais bien d'autres pour réhabilitation et hausser les loyers pour le mythique touriste, plaie du monde moderne.

- En Argentine, Macri rappelle le FMI. Cela va plaire beaucoup aux argentins. Le taux d'intérêt est passé à 40 %, dont tout le monde se fout, parce que c'est un signe que la monnaie ne vaut plus rien, comme jadis le rouble Elstine, avec un taux de 50 %. " Si le FMI accorde le prêt, il est probable que son aide sera soumise à conditions. A en croire un des récents rapports de l’institution consacré à ­l’Argentine1, le pays a notamment besoin de réduire le niveau des salaires de la fonction publique, des retraites et des transferts sociaux. "

La moralité, on la connait, le FMI est un antre de crevures et de crétins- , qui veulent absolument des remèdes qui ne fonctionnent pas, nulle part.

- Portugal : le pays redémarre visiblement. Le fait qu'il se soit, au bout d'un moment, torché avec les ordres de Bruxelles, Berlin et Paris, n'y est sans doute pas étranger. Ils se torcheraient avec l'euro, cela irait sans doute, beaucoup mieux.

- Les bénéfices du CAC 40, largement distribués, sont devenus inutiles et sans intérêts pour les entreprises. Ce qui les intéressent, finalement, ce sont les bénéfices réinvestis et qui restent. Le bénéfice ne devient plus qu'une ligne de charges de plus, dont la distribution entraine le recours à l'endettement. Intérêt ? ZERO.

- Maduro a été réélu, malgré une large abstention, de toutes façons, les absents ont torts, ici comme là-bas. On parle encore de la déroute économique, "causée-par-le-socialisme-qui-ne-fonctionne-pas", alors que le problème serait le même avec des libéraux ; la fin d'un pétrole pas cher, et la présence d'un pétrole abondant, mais dont le coût de revient fait qu'il ne sera jamais rentable...

- Moqtada Al Sadr s'est bien placé dans les élections irakiennes, en même temps que... Les communistes... Moqtada Al Sadr est réputé "instable", en fait, il s'agit sans doute d'un leader, qui a le souci des pauvres, le souci de l'intérêt national et de l'indépendance, est un mollah assez médiocre, théologiquement parlant... Ce qu'il fait qu'il n'a pas finalement, d'alliés solides, parce qu'il regarde d'abord son pays. Il n'est le client de personne, mais cherche des appuis ponctuels, pour mener SA politique. L'image d'un moyen orient, uniquement axé sur la religion est clairement fausse. La percée communiste des années 1950 n'y était pas une anomalie.

- Miracle italien, la fermeture de la frontière maritime est chose faite. Avant même l'installation d'un gouvernement euro-sceptique. Pour l'expulsion de 500 000 réfugiés, certains disent que c'est impossible. Là aussi, il suffit d'un peu de volonté politique, et de ne pas obéir à Bruxelles.

La moralité est la suivante. Comme disait Braudel, la lutte des classes est de toutes les époques. On peut rajouter que chaque conflit a un aspect officiel, et un aspect officieux. Il est clair que la donne sociale, la segmentation, y jouent un grand rôle, même s'il n'est pas souvent dit. Les "piétons" qui égorgeaient les chevaliers au moyen-âge, gens modestes, les haïssaient, et savaient qu'eux, n'en obtiendraient aucune rançon, juste leur équipement. Quand les nobles français abandonnèrent la réforme, il n'y eut plus qu'une guerre de religion, la dernière, celle des camisards, assez modestes, mais les troubles ne cessèrent pas. C'était la Fronde. Seulement le prétexte religieux n'était plus.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article