Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

REDUCTIONS DES AIDES SOCIALES ET DE POPULARITE...

6 Juin 2018 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique, #Actualités

Il existe un lieu commun en France, pour beaucoup de gens : il faut réduire les aides sociales.

Le plus grand "mite", c'est de croire que ça équilibrera les budgets.

Si l'on veut voir les "aides", ou dépenses publiques, quelles sont les plus grandes "aides" ?

Réponse :

- Santé,

- retraite,

- en gros, tout ce qui concerne les personnes âgées. Là, le débat devient explosif, parce qu'en fin de compte, ce sont eux les visés. Ils pourraient pas mourir plus tôt, non ???

Parce que 46 % des dépenses publiques, ce sont les ASSO (administrations de sécurité sociale), à vue de nez 26 % du pib.

D'abord les dépenses de santé : "11 % du PIB contre un montant de 8,9 % retenu par l’OCDE.En ajoutant la dépense privée,la dépense totale de santé de la France atteindrait 13,7 % du PIB".

Ne comptons donc, que la dépense "avouée", arrondie à 9 %.  On peut rajouter, les retraites, soit 14 %. On peut rajouter 4 à 6 % de dépenses familiales, très très loin de ce qui existait dans les années 1945 (les allocations familiales représentaient couramment la moitié, ou plus, du revenu, et la baisse remonte aux années Pompidou).

On peut rajouter 2 % pour le logement.

Mais le problème n'est pas là. Le problème se situe dans la carence politique.

Carence politique en médecine, où la dérive des coûts n'est pas contrôlée. Prix des médicaments farfelus, laxisme des budgets, dérive du privé. Rien ne coûte moins cher qu'un service de santé efficace, la preuve, c'est que les services publics remontent aux années 1920 en URSS, et 1940 en France, date à laquelle ces deux pays étaient totalement détruits et ruinés.

Carence politique en matière de logement. "Aides" en tous genres aux bénéfices des propriétaires et constructeurs, dérive des loyers et des coûts. "Une politique aux résultats médiocres, voire contreproductifs". En fait, cette politique d'aide, a été surtout une politique d'aides aux propriétaires... Avec un effet inflationniste certain...

Mais là, les gens férus de coupes dans les aides, râlent comme des porcs quand on parle de coupe dans le PTZ, qui coûte cher à l'état. D'ailleurs, je vais de ce pas demander à mon voisin, celui qui a plus de 600 000 euros de parcelles à vendre, s'il est content d'avoir vu supprimer l'APL accession et baisser de moitié le PTZ. je suis sûr et certain qu'il approuve fortement ces mesures. J'ai bon, là ???

De même, je suis sûr et certains que les opticiens sont ravis, totalement, par le fait que les remboursements de lunettes n'aient plus lieu que tous les deux ans; j'ai re-bon, là ?

En réalité, là aussi, tout le monde est contre les aides, sauf celles que l'on perçoit. Et elles sont nombreuses. Tel retraité (et leur famille) qui crachaient sur "les aides" ont été ravi de percevoir aide au logement et aide au handicap, quand il était en maison de retraite... Pour le reste, quand il n'y a pas de famille ou de famille solvable, c'est la collectivité qui paie... Encore des aides...

Toute politique de coupe entraine un effondrement économique en aval. Coupons les mythiques aides sociales ? On verra un massacre dans la grande distribution...

Aux USA, Wall Mart est un ardent défenseurs des coupons d'alimentations. Forcément, ça se retrouve tout chez lui.
En France, on avait un fervent défenseur des coupes, c'était Serge Dassault. Ses confrères députés, d'ailleurs, se payaient bien sa fiole, lui qui ne doit sa survie économique qu'aux commandes d'état de son rafale...

D'ailleurs, en ce qui concerne les "aides", tout le système économique international est bâti sur le déficit extérieur américain, et la machine économique américaine ne repose plus que sur des commandes massives de l'état au complexe militaro-industriel... Commandes pour lesquelles, le prix n'a absolument rien à voir avec le coût de production... En effet, rien n'est moins cher que des armes vendues en grandes quantités...Enfin, dans un pays normal, c'est comme ça que ça marche.

A l'heure actuelle, ne peut on considérer, de même, que les taux d'intérêts immobiliers à 1.5 %, sont des "aides" ?

Quand on accorde des "aides", il y a une chose laquelle on doit veiller jalousement, ce sont les coûts. Sinon, il est clair que c'est à fond perdu.
L'aide aussi, c'est l'enseignement gratuit et obligatoire. Mais là, le problème est autre : il s'agit de distribuer des torche-culs sans valeur au maximum de personnes. Et là aussi, on a un record aux USA : 12 000 $ de dépenses annuels, pour obtenir des écoles qui ne forment à rien. Il ne faut pas traumatiser, discriminer, etc... La dictée est trop dure pour certains ? Il faut réduire la taille de la dictée. Il faut réduire les exigences, jusqu'à ce quelles tombent à rien du tout. Et que les adultes qui sortent du système éducatif soient illettrés et ne sachent pas compter.

Quand à "l'aide" à la culture, c'est de la confiture au cochon, et l'aide au cinéma, une aide au tour de taille de certains "artistes". Mais cela, bien entendu, sera sacré jusqu'à l'effondrement final.

Bref, on s'attaque ici à un gros morceau où le gouvernement est sûr de laisser des plumes.
La popularité et la confiance dans le p'tit marquis de Belgueule est aléatoire. Elle va baisser encore...

Petit rappel aussi, le minimum vieillesse fut crée en son temps, au bénéfice des agriculteurs, commerçants et artisans, chers à Pinay, mais qui ne voulaient pas cotiser...

On peut aussi penser que certaines interventions extérieures, sont des "aides", à des compagnies minières privées...
 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Supprimer les aides sociales reviendra à supprimer toutes les dépenses qu'elles représentent. Plus d'assurances, loyers plus payés, vols à la roulotte exponentiels, bidons villes, maladies, épidémies.<br /> A partir du stade maladies tout le monde sera touché. mort des mutuelles, mort des services de santé, cercle vicieux devenant infernal, pillages, meurtres à gogo, quartier sécurisés, l'afrique du sud. Extinction des populations pauvres, fin de l'immigration, population en france = 10 millions max.<br /> <br /> Peut-être est-ce le scénario décidé par nos zélitres. Après tout.
Répondre
J
Je suis un peu du même avis que @yoananda. A ceci près : c'est qu'avec la fermeture de la frontière Italienne, nous allons avoir un afflux de clandestins bien plus important que ce que nous avons connu ces 4 dernières décennies. <br /> <br /> De ce fait, comme l'a souhaité M J Attali, les aides doivent être réservées en priorité à ceux qui n'ont rien. En conséquence, je vous prédis que très bientôt les allocs vont être réservées au très pauvres. Et comme il n'est pas question d'augmenter les prélèvements et bien, nous allons avoir une suppression des aides pour tous.<br /> <br /> Pour ceux qui ont encore un peu, et bien il y a le privé : mutuelles & co.<br /> Et là, ils vont devoir (encore) payer pour tout ce petit monde. Jusqu'au jour ou les uns n'auront plus besoin des autres ou bien que l'euro craque. Et là, ça finira mal.
Répondre
L
Encore un excellent article ;)
Répondre
D
German Healthcare Deficit 300% Greater than Expected Due to Refugees<br /> <br /> Healthcare costs have been exploding even in Germany. The revisions in healthcare of about two years ago did expand the coverage, but the expanded costs were completely unexpected. That means Germany is also looking to now raise taxes to cover the higher costs due to their legislative reforms. The reforms have brought in more people in need of care and relatives than expected.<br /> <br /> Currently, the tax contribution rate for healthcare in Germany is 2.55% of the gross wage and those who are childless pay even more since they lack a family to burden part of the costs. Their rate stands at 2.8% of their gross wage. In the United States, the Medicare tax is a fixed percentage of your gross pay as well with the percentage rate of 1.45%. There is no income cap for Medicare tax, so all of your gross pay is subject to this tax. Your employer pays another 1.45%.<br /> <br /> The statutory long-term care insurance deficit in Germany came in at about three billion euros, which was much higher than expected. In fact, it was about 300% higher than the government’s forecasts. The Central Association of Statutory Health Insurance (GKV) has come out and stated that the sharp rise in the deficit was triggered by the reforms of the past two years. The move is to raise taxes even further since once benefits are given, they cannot just take them back. But what is absent from the discussion is the deficit has risen not simply because of the reforms. This sharp increase is due to the refugees who must be taken care of even though they do not work or pay the tax.<br /> <br /> https://www.armstrongeconomics.com/international-news/germany/german-healthcare-deficit-300-greater-than-expected-due-to-refugees/
Répondre
Y
En général quand les gens parlent de diminuer les aides sociales ils parlent plutôt de diminuer la CAF, la caisse africaine familiale.
Répondre
P
Retour en force de la syphilis aux usa, à voir sur boursorama. Voilà où mène l absence d aide sociales.<br /> un
Répondre
S
Ben oui, mais les aides ce sont les électeurs. On est encore juste en dessous de la suppression du vote, donc il ne va rien se passer. Enfin si, retour à l'ORTF avec les aides de maintenant...
Répondre
A
Réduire les aides sociales?<br /> Un grand mythe bouffé aux mites!
Répondre