Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TRANSPORTS DE MARCHANDISES...

7 Juin 2018 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #transport aérien, #transport terrestre, #transport maritime

Le transport de marchandise défraie la chronique ces temps ci.

D'abord au Mexique. cela devient une activité à haut risque. Mais comme le gouvernement est pote avec l'occident, on ne lui en tiendra pas grief, comme l'état de guerre qui règne chez lui. On dira que c'était une petite guerre de rien du tout.

Après tout, les chiffres officiels entre 2006 et 2012 donne entre 55 000 et 100 000 morts et 10 000 disparus. Bon, ça s'arrête en 2012, le bilan, gageons qu'il a doublé depuis, et que le bilan véritable en 2018 doit atteindre les 300 000 morts.

Et dire que les médias dominants se paient la fiole du Venezuela... Dans une situation qui semble un peu meilleure, quand même...

Il parait qu'on veut de la régulation dans les transports. On a oublié que la fixation des prix est libre ???

Pendant le même temps, on s'acharne encore à faire grossir les tuyaux, pendant qu'il est clair que le flux diminue.

Voilà un article d'arafer paru sur les flux de marchandises. Sur la période 2008-2014, seul le fluvial a vu une progression de trafic, le routier (-12 %), le ferroviaire (- 20 %) et les oléoducs (- 47 %) dégringolant. Le gouvernement français confirme aussi cette désaffection concernant aussi le transport par routes. le maximum de 2007 n'a pas été rattrapé.

D'une manière générale, le trafic de voyageurs par train aussi est en crise, bien avant la "réforme". Le principal argument de cette crise est que le transport de voyageurs, à l'origine la portion congrue du transport ferroviaire, devenue son activité principale, est inadaptée au ferroviaire. En effet, cela nécessite beaucoup d'investissements et de matériel, pour de rares pointes journalières...

Il n'y a aucune réalité des coûts dans les prix des billets, il faudrait augmenter de 50 % ceux-ci pour cesser les concours publics, et les doubler pour permettre les investissements. Après tout, la majorité des transportés se trouvent en région parisienne, et il faudrait que cette réalité des coûts apparaisse et qu'on cesse de financer cette région, qui n'est, après tout, qu'une parmi tant d'autres, mais qui elles, de fait, ne dispose pas de transports ferroviaire ou si peu ou si rares...

Un article de zerohedge, qui parle de la Californie, et accessoirement de NY. Tout le monde veut se barrer, parce que tout simplement, "It's Just Too Expensive" - Almost Half Bay Area Residents "Want Out".

Simplement, c'est trop cher. Et les cadeaux faits à la SNCF et RATP, sont des coûts cachés et des subventions à la région parisienne...

On voit donc une crise globale du transport, et si le nombre de véhicules individuels augmente, il y a un vieillissement important du parc. Sans doute, le parc est il surestimé de plusieurs millions, notamment dans le milieu rural, ou les épaves se comptent par centaines par communes...

Le prix plus mesuré du carburant a sans doute conduit à une reprise, que statistiquement nous ne verrons pas avant quelques mois, mais la ré-augmentation des prix chassera très vite ces mauvaises tendances.

Le Mexique sans doute est il plus mûr dans la crise. Et sans doute les vols sont ils fréquents dans not'bon pays où l'ordre règne et où les assurances indemnisent à tours de bras.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Transport de marchandises :<br /> Alors qu'il faudrait, afin de ne pas manquer l'après pétrole qui arrive plus vite que l'on ne croit, car l'extraction de pétrole va encore diminuer. Et bientôt, faute de camions, les États devront construire des lignes... pour le Fret. Mais y aura-t-il encore des marchandises ?<br /> Car, pour le transport de marchandises, la part du rail par rapport au camion est passée de 50% à 16%. Or ceci a un coût en termes de pollution mais aussi d'accidents de la route, et ce coût, bien entendu, n'apparaît nullement dans le rapport Spinetta ou d'autres rapports de ce type, ni d'ailleurs dans les médias.
Répondre
M
SNCF "Il n'y a aucune réalité des coûts dans les prix des billets,..." Hum... voyons.<br /> Comment s'articule le transport à la SNCF ?<br /> Il y a quatre entités (comptables) qui chapeautent les transports :<br /> 1 - TGV,<br /> 2 - Intercité,<br /> 3 - Francilien,<br /> 4 - TER.<br /> <br /> 1 - le TGV est une entité commerciale au sein de la SNCF et à ce titre elle ne reçoit aucune contribution de service public. Le prix du billet n'est pas en fonction du km, mais en fonction de l'offre et de la demande de la clientèle.<br /> 2 - Intercité, Francilien et TER reçoivent une contribution de l'État pour l'Intercité et des régions pour le Francilien et le TER.<br /> <br /> Cette contribution globale est de 10,5 MM€. Que les choses soient claires les fameux 10,5 milliards seront toujours versés quelque soit le régime public ou privé de la SNCF.<br /> Pourquoi ? Parce qu'il s'agit des missions de services publics !<br /> Ces missions elles sont aussi dans les transports locaux (Tramways), dans les hôpitaux publics et cliniques privées, dans la distribution de l'eau publique ou privée...<br /> A Montpellier (chiffre 2009 Cour des comptes), l'Agglo a versé 31 M€ à Véolia/Transdev (qui a perdu appel d'offres en 2018) et tous les ans l'Agglo verse. Ainsi les 31 millions d'argent public versés tous les ans à Véolia/TRansdev par l'agglo de Montpellier sont-ils justifiés ? Ils le sont, car comme pour l'Intercité, le Francilien, le TER il s'agit d'un service public. Sinon, il ne pourrait y avoir de tramway dans les villes ni d'Intercité, ni le Francilien, ni de TER ou alors à un prix élevé (+75%) ! Les Lycées aussi reçoivent des régions...<br /> Le camp des libéraux et des médias admet que les impôts servent lorsque le privé gère et ne supportent pas que le service public fasse de même et surtout font grand bruit lorsqu'il perçoit des contributions, mais se taisent lorsque le privé en perçoit (CF cliniques privées qui reçoivent les mêmes € par lit).<br /> Quand vous achetez un billet de train, vous ne payez en réalité que 25% du coût total du trajet (SF trains commerciaux). Le chemin de fer reçoit des contributions chez tous nos voisins, plus ou moins selon les pays (par habitant) :<br /> c'est de 160€ en France (les 10,5 MM€)<br /> de Italie -PUBLIC- (140x60.5=8,47MM€)<br /> de 170€ par habitant en Allemagne -PRIVATISÉ- (170x86millions= 14,6MM€),<br /> de 200€ en GB -PRIVATISÉ- (200x63,6millions=12,7MM€),<br /> de 330 euros en Suisse (La Suisse est un cas à part pour le transport ferroviaire. Depuis toujours pour éviter la pollution, la dégradation des routes, la traversée de la Suisse (ItalieAllemagne) par les camions se fait... en train.<br /> Enfin, sachez que comme dans les aéroports, dès que le privé prend la gestion les prix augmentent. Il en sera de même pour le train avec en plus des fermetures de lignes. On peut dire adieu à la notion d'aménagement du territoire...
Répondre
S
Le coût des billets de train n'est que de 30% de ce qu'il devrait être. Et puis, il faudrait que les lignes arrêtent de passer toutes par Paris, ce qui simplifierait et le temps de trajet, et l'interconnexion et bien entendu le prix. Ce qui serait rentable de toutes façons serait de généraliser le ferroutage à la suisse.<br /> Quant au vol de marchandises dans not'bon pays (copyright Reymond), il n'est pas comptabilisé comme tel dans les statistiques nationales. Du moins dans les termes de vol pendant le trajet (ce qui est fréquent, il y a de temps à autre des articles dans la MSM sur des bandes qui pillent sur les aires) vu que les assurances demandent une palanquée de preuves que le chargement était sécurisé et autre pour, éventuellement, en rembourser une partie. Donc comme pour les tentatives de vol de voitures individuelles, si elles n'ont pas bougé de place...
Répondre