Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EFFETS DU PIC PETROLIER...

22 Mars 2019 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

" A cause de la récession qui dure depuis 2008, le pétrole est très bon marché.
Ca pousse les pays exportateurs à pomper au maximum pour minimiser leur déficit budgétaire. Mais aussi à réduire les investissements.
C'est donc une course entre une production à la baisse et une consommation à la baisse.
Avant c'était un phénomène cyclique. Maintenant, avec le désastre monétaire mis en place par les banques, il n'y aura plus de reprise. Il faut s'attendre au fameux LLL de PR et ce jusqu'au Big Reset."

Effectivement, le pic pétrolier n'est certainement pas le catastrophisme, enfin, PAS ENCORE, qu'on décrivait à ses origines.
Le pic pétrolier, avec ses effets induits, c'est une foule de choses :

- C'est le chômage réel, 10 millions en France, 100 millions aux USA, parce que bosser à l'heure actuelle, c'est faire fonctionner, directement ou indirectement, des machines. Quand on n'a plus assez de pétrole, gaz ou électricité à employer, on déclasse une partie de la main d'oeuvre, en la diabolisant. "Des feignants qui ne veulent pas travailler, ou pas s'adapter à la mondialisation".

- le chômeur consomme personnellement beaucoup moins de pétrole, gaz et électricité, du moins, essaie d'en consommer moins, faute de moyens pour l'acheter.

- Les superprimou géants qui vous flanquent des bons d'achats, comme ceux auxquels j'ai eu droit ce matin(5 euros semaine prochaine, 5 euros semaine suivante), c'est aussi le pic pétrolier et le pic de la demande. J'ai même constaté qu'ils donnaient des bons d'achats en échange des cartes de fidélité des concurrents (à condition, bien sûr, qu'on la leur abandonne).

- Les fermetures de magasin, pris entre la baisse de la demande, et la gourmandise des bailleurs.

- les baisses de salaires, de traitements, de pensions. Avec, en plus, la circonstance aggravante qu'on veut gaver les copains qui n'en ont pas besoin.

- L'incantation dans la transition énergétique. Le mieux, c'est d'abord de s'occuper d'un sujet qui ne poserait pas débat ; réduire la consommation énergétique des bâtiments.

- Le prix du carburant n'est pas assez cher pour le pays producteur, mais trop pour les consommateurs. Naturellement, la consommation baisse, et l'état est bien embêté...

On le voit, on est loin, très loin, des scènes du début des années 1970 aux USA, et des queues devant les stations services, qui étaient gardées, et ne délivraient qu'un nombre limité de gallons par automobilistes...

- Le pic pétrolier, c'est aussi la disparition des anciens partis politiques, et la percée de nouveaux. Les anciens croyaient trop à leurs dogmes économiques, et  n'appréhendaient pas que la physique et l'économie, ça pouvait aller ensemble et que c'était obligatoire que ça aille ensemble, et qu'il ne pouvait pas en être autrement...Pour le moment, d'en haut, on appelle les nouveaux partis, les "populistes".

- le pic pétrolier, en fin de compte, ça va s'appeler aussi, guerres, épidémies, famines. Pour le moment, des pays se sont vidés. Mais les populations avaient des solutions de replis. Viendra le moment, où il n'y en aura plus. Le prototype de cela ? C'est la Turquie de 1915-1918. Voulait on exterminer arméniens (mais pas seulement) ? Ou simplement les déplacer, assimiler, ou autre ? Rien n'a été clair, mais dans le pays, à cette époque, il n'y avait pas de solution qui épargne la population.

- le réchauffement climatique, lui, n'est qu'un leurre. Certainement, les gouvernants se leurrent eux-mêmes.

- On nous dit que la guerre peut être rendue impossible, faute de moyens. Mais une machette suffit pour livrer combat.

- Le pic pétrolier, c'est la fin de l'agriculture, notamment dans les grandes régions agricoles actuelles. Les sols sont morts, ils mettront des décennies à se reconstituer.

- Le pic pétrolier, c'est la réapparition de l'agriculture dans les zones qui avaient été abandonnées. Non rentables.

- Le pic pétrolier, c'est la fin des mégapoles géantes dans les plaines, et la réapparition des villages et villes forteresses dans les montagnes.

- Le pic pétrolier, c'est le retour aussi, à une tradition ancienne. A savoir, le double emploi, jardinier-artisan. Parce que le paysan seulement paysan, au XVIII° siècle, c'est rare.

- Le pic pétrolier, c'est aussi la fin de "La chute" sur internet, au profit d'une version papier avec abonnement à prix amical.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
L'histoire nous montre qu'il n'y a pas de lien entre la consommation d'énergie fossile et l'emploi.<br /> <br /> Bien que le cycle de crédit créé par les banques centrales est à l'origine d'une variation cyclique du nombre de sans emploi. Les vrais raisons d'un grand nombre de sans emploi permanent sont les régulations, les prélèvements et la mise en concurrence des travailleurs au niveau mondial. (Pas que cette concurrence soit foncièrement mauvaise ou impossible, mais elle ne peut être juste qu'avec de l'argent -matière première-, pas avec de la monnaie ou de la dette)<br /> <br /> Depuis Keynes (et peut-être même un peu avant), on entend la même rengaine: "La demande est insuffisante". Et à chaque fois, la même solution: plus de dettes. Est-ce que pour une fois, on pourrait envisager que la manipulation monétaire (taux bas -dette- et création monétaire) soit à l'origine du décalage entre l'offre et la demande (avec le sous emploi).
Répondre
F
Le pic énergétique c'est surtout la fin des minorités chiantes, du féminisme débile. La vie en groupe c'est pas la vie en ville.
Répondre
C
Je ne vous suis pas.<br /> <br /> pic = "partis populistes"<br /> Ah ? Et c'est quoi le rapport entre l'invasion migratoire et le pic ? En suivant votre logique, justement le pic devait mettre fin, immédiatement, à l'invasion Et pourtant... elle se poursuit (depuis 30 ans), mais s'aggrave jour après jour, et des pans entiers du Système (politique, économique, médiatique) travaillent d'arrache-pied à l'accroître !<br /> Sérieuse dissonance cognitive.<br /> <br /> Et ici pas d'erreur possible : ce n'est pas le chômage qui fait les partis populistes (le chômage est endémique depuis des décennies).. c'est uniquement l'invasion migratoire, la guerre tout azimuth contre les populations occidentales,la célébration démentielle des "minorités" etc.<br /> <br /> pic = plus assez d'énergie = chômeurs<br /> Là encore, votre raccourci n'en est pas un.<br /> L'industrie française a été laminée depuis 2002.<br /> Rien à voir avec l'énergie... 2002 = l'Euro et l'entrée de la Chine dans l'OMC !<br /> Voilà la cause principale du chômage en France ! Une politique délibérée, démentielle, mortifère pour baisser nos frontières, détruire notre puissance, casser nos sociétés.. De la pure idéologie ! L'énergie n'a AUCUN rapport ici.<br /> <br /> Bref, vous avez raison sur de nombreux points... mais sur d'autres -importants- vous vous laissez emporter par votre enthousiasme (ou votre rage).
Répondre
B
L’immigration supprimera le chômage. Quand l’islam qu’elle véhicule aura pris le dessus, la spice di cônnasse sera réintégrée dans le domicile conjugale libérant des millions d’emplois. Allah Akbar !
D
Si je comprends bien:<br /> le flux migratoire crée du chômage qui lamine <br /> l'industrie française à cause de la Chine!<br /> Mais j'ai du raté un épisode.<br /> Ouaip! C'est vraiment trop simple, c'est pas notre faute, Msieur,<br /> c'est les autres qui sont méchants.
E
En lisant la version papier on pourra dire alors Quel ours ! à propos du taulier
Répondre