Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECOLOGIE PUNITIVE ET GLOBALISTAN...

9 Avril 2019 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités, #Economie, #Energie, #transport terrestre

Comment reconnaitre un partisan du globalistan ? Simplement parce qu'il vous parle du réchauffement climatique, terme très correct politiquement.

Péage urbain ; l'écologie est un luxe. Oui, c'est un luxe. Cela alourdi les dépenses contraintes. C'est tout.
Cela fonctionne à Londres et à Stockholm ? Oui, certainement, quand on vit dans une ville bien burnée par les transports en commun, et que, de toute façon, il est très difficile de s'y déplacer en voiture particulière... On peut rajouter aussi, que beaucoup de gens, n'y ont ni voiture, ni permis, d'ailleurs.

De plus, comme la distribution des revenus y est très tassée vers le haut, ça ne prive pas les gens aisés, mais flingue ces salauds de pauvres.

Donc, entre les sans permis, sans voitures, gens aisés, de toute façon, pour une majorité, ce n'est pas un problème.

Dans le globalistan, les gens qui ont 4 ou 5 passeports, oublieux de leur nationalité dans les jours heureux, se rappellent à la sollicitude des pouvoirs publics quand cela tourne au vinaigre.
Mme Ghosn vient de se souvenir qu'elle était française, après s'être taillée du Japon avec son passe-porc US.

Crise de nerf, donc et ordre impératif : "Qu'Emmanuel Macron fasse sortir mon mari de prison". Je doute que désormais not'bon président, le matamore mignon poudré et pommadé, se souvienne même de qui c'est. Dans ses conseillers, d'ailleurs, une épidémie d'amnésie est sans doute en train de se répandre. Les mêmes qui buvaient le champagne et mangeaient les petits fous avec lui en l'appelant Carlos, sombre dans le "Ghosn, Ghosn, qui c'est ?!?!?! Connais pas."

La petite dame n'a pas bien compris qu'on avait dépassé le stade du léché, pour celui intermédiaire entre le lâché/lynché, et qu'elle même avait du souci à se faire pour ses petites fesses...

Pour résumer, un lecteur l'a très bien fait  : "Elle a été privée de son passeport Libanais et a quitté le Japon avec son passeport US mais c’est à la France qu’elle demande de l’aide??!" Je ne vous parle pas du passeport brésilien. 

A un autre niveau, on peut rappeler certains gens sans frontières. "Pourquoi les Roms sont-ils aussi haïs ?" Renversons le problème. Pourquoi, en 6 siècles, ne se sont ils pas fondus dans la population ? Simplement parce qu'ils sont en dehors, et comme le dit Dimitri Orlov, ils sont culturellement, centrés sur eux mêmes, il y a eux ; et les autres, et certains pratiquent une petite délinquance qui ne se cache même pas. Leur parasitisme ? Evident. Dans une société industrielle, ou agricole, des gens sans attaches vivent aux dépens du reste.

D'ailleurs, les roms sont sensés emm... ieler les pauvres. De fait, les prix immobiliers isolent les riches dans leur bulle. Et quand un maire veut faire un centre d'accueil dans une commune riche, il voit une ruée dans les brancards...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Y pas que les roms qui auraient dû...<br /> D'autres communautés auraient dû...et ce depuis des siècles.<br /> Roms petits larcins.<br /> Les autres énormes, mais ils tiennent nos économies depuis Philippe Le Bel...<br /> <br /> Mais les roms se défendent mal. Ils sont pauvres.<br /> Les autres : pas touche ! C'est le haut du pavé, particulièrement en France, très, très particulièrement à Paris.<br /> <br /> Après de temps en temps un bûcher quand nos peuples sont devenus fous de faim, de rage, de désespoir.
Répondre
A
Vous êtes pensez à un autre collectionneur de passe porc, un qui peut remercier la France pour sa fortune. Un qui s’est enrichi grâce aux collectivités locales via les HLM, ne paie donc pratiquement pas d’impôts en France : Patrick Drahi
Répondre
T
Je pense que les Roms occupaient autrefois des niches économiques tout à fait fonctionnelles : commerces itinérants et professions trop spécialisées pour exister de façon sédentaire dans les villages. L'industrialisation a pulvérisée leurs activités artisanales, comme bien d'autres. Après, leur fort sens de l'identité les a quelque peu préservé de l'acculturation des autres prolos happés par les villes et les usines, mais seulement pour un temps. À l'heure actuelle, la plupart sont sédentaires et salariés (ou au chômedu) comme tout le monde. Il est bien possible que dans un avenir en panne d'essence, on soit assez content de les voir reprendre les petits business mobiles de leurs ancêtres, quand nous aurons nous mêmes repris la charrue et la cognée.
Répondre
M
Si on veut faire de l'écologie, il faut stopper l'immigration. En effet, l'immigration encourage les pays en surnatalité à continuer, donc ne fait qu'aggraver le problème. Donald Trump, en érigeant son mur, fait un acte d'écologie parfait.
Répondre