Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FRAGGING ET STRUCTURE SOCIALE

11 Juin 2019 , Rédigé par Patrick REYMOND

Officiers et soldats ne viennent pas de même milieux sociaux, c'est évident au départ. Il peut y avoir amalgame, en cas de conflit, mais les problèmes peuvent se régler de manière très brutale.
les officiers font tuer leurs soldats, pour des gains très mesurés, et surtout pour leur carrière.
Se mal conduire, c'est la règle pour officiers, sous officiers et soldats. Voler tout ce qu'on peut, profiter de la vie, quand elle est courte.
Pour les soldats, les groupes de soldats expérimentés spécialement, éliminer les officiers ou sous-officiers antipathiques c'est aussi la règle.
A l'inverse, l'officier qui est au diapason avec ses hommes peut souvent tout leur demander. Même s'ils ne croient pas à leur cause.

Les plus "grands" soldats, sont ainsi. Napoléon n'hésitait pas à expliquer ce qu'il faisait à ses hommes.

Une bonne part de l'encadrement est éliminé non par l'ennemi, mais par ses propres hommes. C'est un fait de toutes les époques, et encore plus depuis que la grenade existe.

Plus la rigidité sociale est grande avant, plus l'élimination est grande. Le butor qui aboie ses ordres, et au contraire de Napoléon, qui ne demande aucun avis, et dit "c'est un ordre", à toutes les chances de finir le nez dans le ruisseau. Les hiérarchies militaires ne remplacent pas l'expérience, et en cas de conflit long, les vétérans et le gradé qui ne tient aucun compte des hiérarchies informelles qui existent, va au devant de gros problèmes.

Cela s'appelle l'intelligence ou l'inintelligence de situation.

Un roman de Sven Hassel parle de l'élimination des cadres dans l'armée allemande de la seconde guerre mondiale. "Le vieux", prévient le groupe qu'ils auront des ennuis, s'ils persistent à tuer leurs officiers. Même si ce n'est qu'une oeuvre littéraire, elle s'appuie sur une réalité historique incontestable. Mais politiquement très incorrecte, car les morts sont toujours des héros parés de toutes les vertus.

Pourquoi les normaliens sont ils morts ? Parce que simplement, ils étaient aussi dressés pour ça. Et sans doute, dans le tas, un certain nombre ont ils été exécutés par leurs propres hommes. Le soldat est tué légalement, par un ordre d'attaque idiot ou un conseil de guerre, l'officier illégalement, par une sentence de groupe, exécuté sans faillir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Cet article de " Basta" du 4 avril, je le retrouve sur le site " Profession: Gendarme " !<br /> <br /> « Les interdictions de manifester sont des peines politiques, qui posent un vrai problème démocratique »<br /> <br /> Des dossiers vides reposant exclusivement sur la version policière, des gardes à vue sans avocat et des comparutions immédiates qui s’enchaînent, le tout débouchant sur des peines sévères – y compris pour des personnes jusqu’alors inconnues de la justice : pour Laurence Roques, présidente du Syndicat des avocats de France, le traitement judiciaire des gilets jaunes relève d’une justice d’« abattage » accompagnant la répression menée par le pouvoir exécutif. « Dans ces conditions, la colère sociale ne peut pas retomber », prévient dores et déjà l’avocate.
Répondre
A
https://www.youtube.com/watch?v=MLUaV02Eo5s
Répondre
P
un des meilleurs romans - voire témoignage? - sur la vie en compagnie d'infanterie au cours du combat est de mon point de vue "retour à Matterhorn" de Karl Marlantes
Répondre
L
Intéressant article (merci au passage) qui remet un peu les pendules à l'heure sur « l'esprit de sacrifice » qui aurait habité les générations d'alors. <br /> Pour ma part, je crois que l'abnégation et le stoïcisme dont elles ont fait preuve trouvait ses racines dans quelque chose de beaucoup plus profond qui était l'attachement à la terre et qui était prégnant dans l’ensemble du corps social -bourgeoisie urbaine incluse- pour une nation encore fondamentalement paysanne.<br /> Mais je note, page 33 :<br /> <br /> '''Jusqu’à la loi de 1889 en effet, les élèves de l’ensemble des écoles normales peuvent, depuis 1832, échapper à tout service en échange de l’engagement décennal qu’ils souscrivent à l’entrée. La plupart des élèves des promotions les plus anciennes encore théoriquement mobilisables (1886 à 1888) n’ont ainsi pas fait du tout de service. À partir de 1889, la dispense de totale devient partielle : les normaliens, comme tous les étudiants, effectuent un service de douze mois maximum quand nombre de leurs compatriotes passent trois ans en caserne. De fait, les élèves sont alors loin de tous préparer les épreuves d’officiers de réserve, ce qui explique que beaucoup des archicubes des années 1890 soient mobilisés en 1914 avec des grades peu élevés, voire comme simples soldats. Or c’est ce rapport distant au service armé que transforme en profondeur la loi de 1905 instituant l’égalité de tous devant les obligations militaires, changement du cadre légal dont les conséquences sur les pertes normaliennes vont s’avérer déterminantes'''.<br /> <br /> C'est dire qu'une grande partie de tes normaliens des classes concernées pouvaient aussi bien se retrouver au front comme simples troufions, soit, si je te suis bien, et être ainsi enclins à flinguer leurs copains de promo sous-lieutenants trop zélés ! <br /> On ne peut pas plus réduire l'hécatombe de l'été 1914 à des histoires de classe qu'à des calembredaines de régions mal aimées. <br /> J'en connais dans mon coin qui ânonnent encore que les savoyards ont été envoyés en première ligne à dessein, et ils pourraient aussi bien être basques ou bretons. Et je ne parle pas de la légende rocambolesque des 73000 morts africains à Verdun -soit la totalité des victimes de la guerre pour TOUT l'empire colonial.<br /> La vérité statistique est que les départements qui ont le plus morflé pendant les premiers mois de la guerre étaient ceux dont les enfants pouvaient être le plus rapidement possible envoyés au front, c'est-à-dire à deux pas de chez eux dans le nord et l'est de la France.<br /> Tu veux faire une loi générale d'un fait forcément inévitable (mon propre grand-père qui avait fait toute la durée de la guerre m'en avait parlé) mais aussi forcément marginal. <br /> Les rescapés survivants de la ''préparation d'artillerie'' de Verdun (10 % environ après une semaine de déluge) pensaient d'abord à crever les boches, ces fumiers, qui sortaient du brouillard, et ils n'étaient pas mécontents d'avoir encore un officier vivant à côté d'eux pour les aider à sauver leur peau.<br /> Un peu comme ceux qui soutiennent mordicus que si les russes ont vaincu en 1945, c'est parce qu'il y avait un tueur du NKVD derrière chaque soldat.<br /> Si les guerres se réduisaient à des conflits de classe à l'intérieur de chaque camp, elles n'auraient jamais eu lieu.<br /> La grand illusion de Jaurès. Il en est mort.<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=oOaV69tVaTY
Répondre
W
Bien vu la guerre c'est la jungle ,il est donc bon d'en respecter les lois,envoyer une troupe a une mort certaine (chemin des dames)avec la certitude qu'il n'y aura aucun profit fera que la troupe infligera une crise de saturnisme aigu au crétin dangereux incompétent et criminel ,quand les officiers donneront leurs ordres en disant"suivez moi" nous gagnerons plus souvent les combats même les moins légitimes
Répondre
V
Réforme des retraites, la preuve que Macron est aux ordres de la commission de Bruxelles.<br /> Et ne vous y trompez pas, tous les chantiers menés par le gouvernement sont dictés également par Bruxelles.<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=UHS8DP-4gTM
Répondre
F
A l'heure actuelle, on a le même schéma qui se met en place dans les entreprises. C'est bien pour ça que des suicides comme chez FT cela n'arrivera presaue plus. La piétaille s'est organisée pour ce débarasser des connards et des systèmes de management oppressifs. Il y aura toujours des soufres douleurs mais ceux-là seront de plus en plus des exceptions, c'est à dire des cas psychiatriques. Chez nous par exemple plusisuers mini chefs sont morts professionnellement. Au placard, les troupes ne suivaient pas. Ils partent d'eux-mêmes. Bon débarras.
Répondre
D
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/a-l-oit-macron-met-en-garde-contre-le-chaos-qui-vient-20190611?fbclid=IwAR0u_11hfpUsfRhoB7l9IbaWJqU4t5SxPNwLuei10G53vvsGI5NPClBXIyI<br /> <br /> Les gros perdants de cette farce, ce sont les anarcho-gauchos jaunes, c'est à cause d'eux et de leur connerie que beaucoup de retraités (pourtant à la base remontés contre Macron à cause de l'augmentation de la CSG, etc), ont voté pour cette ordure car ils l'ont vu comme le parti de l'ordre... et ce faisant lui ont sauvé la mise. Donc non seulement les anarcho-gauchos jaunes manifestent, ramassent des coups et perdent des yeux pour rien mais Macron va accentuer ses "réformes" ! seule solution : cap à l'est vers le port d'armes, on attendra les nomades pour faire du tir aux pigeons.....
Répondre
C
J'ai trouvé un mot plus percutant que le "FRAGGING".<br /> <br /> Le "MENTALFUCKRAVAGING".<br /> <br /> Les demandes d'asile continuent d'augmenter... Avec du grand n'importe quoi ... les Albanais et les Géorgiens en tête !<br /> <br /> Ces ordures sont spécialisées dans les réseaux criminels... On subit déjà leurs razzias... Mais en plus ils utilisent le droit d'asile, le regroupement familial etc.<br /> <br /> Et ça dure depuis très longtemps le coup des Albanais (regardez les stats...)<br /> <br /> L'Albanie, ce pays ravagé par une guerre épouvantable, chaque soir sur TF1, si, si, on me l'a dit dans mon oreillette.<br /> <br /> L'état est cinglé. Les individus qui habitent cet espace géographique (on n'ose plus écrire les "Français") sont complètement cinglés.
Répondre
L
https://www.egaliteetreconciliation.fr/Etienne-Chouard-interroge-par-Denis-Robert-sur-les-chambres-a-gaz-55085.html<br /> <br /> A regarder pour bien comprendre a quel point la connerie et présente a gauche. L'inquisition moderne.<br /> <br /> C'est vraiment le début de la fin.
Répondre
D
Denis Robert confirme ce que la morphopsychologie nous montre. <br /> Il est réellement un veûle, un traitre et un salaud.