Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ET SI...

15 Juillet 2019 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

" Franco n'a jamais obtenu aucun résultat économique si ce n'est le marasme complet. Dans les 15 ans qui ont suivis la guerre civile, plus d'Espagnols sont partis pour fuir la misère que le million qui l'avait fait pour raisons politiques pendant/juste après la guerre civile.

Même à la fin de son règne les choses n'allaient pas mieux, le pays ne tenait que grâce aux devises envoyées par les espagnols de l'étranger à leur famille pour leur éviter la pénurie complète. A tel point que les enfants d'espagnols à l'étranger étaient dispensés de service militaire en insistant un peu (dans un pays où l'armée était sacrée !) pour ne pas les déclarer déserteurs et s'assurer qu'ils continuent à envoyer des devises à leur famille. Il s'agissait de loin du pays le plus pauvre d'Europe de l'Ouest et oui, il ne tenait que grâce à une répression brutale (contre les mineurs et les ouvriers principalement). Il s'est d'ailleurs effondré de son propre poids sans action militaire extérieure, c'est dire.... "

Un "bon" pouvoir a un principe politique essentiel. Se maintenir. Là, Franco, contrairement à Mussolini et Hitler, est mort de vieillesse, dans son lit. Enfin, de multiples problèmes de santé du à la sénilité.

Ayant connu pas mal d'ex-républicains espagnols ou leurs descendants, en 1975 et en 1981, ils étaient soulagés que tout se soit passé si bien, et reconnaissaient tous un mérite à Franco, celui d'avoir géré habilement sa victoire. Par exemple, en se montrant totalement ingrat envers Mussolini et Hitler, surtout vis-à-vis de Mussolini, qui "y avait mis le paquet". Mais les états et les dirigeants n'ont pas de sentiments, rien que des intérêts.

Un million de morts pendant la guerre civile espagnole, un million d'exilés. ça pèse lourd pour relancer une machinerie économique dans un contexte pas du tout évident. En effet, l'Espagne a peu de ressources fossiles, et en 1940, un environnement économique totalement déprimé. Il a fallu une génération avant de réparer les pertes démographiques de la partie la plus productive de la population. En outre, l'Espagne partait vraiment de très bas. Avec un grand recours à la force physique pure des ouvriers et paysans.

Après, la politique économique menée, dans les années 1960, a permis une forte croissance, notamment par le fait que l'Espagne a été bénéficiaire des délocalisations des autres pays européens.

On disait aussi, que c'était un pays qui avait l'habitude de "gagner le tiercé". A savoir, à bénéficier d'une manne constitué par le tourisme (1.4 millions de touristes en 1955, 33 en 1972), et par les envois de revenus des expatriés.  Pour les expatriés, les pays "exportateurs" de main d'oeuvre sont toujours réticents à voir revenir les rejetons faire leur service militaire. Ils n'ont plus la même culture et référentiel.

J'avais d'ailleurs fait remarquer à un fils d'exilés, que le fait d'y aller passer des vacances, était un soutien économique non négligeable, remarque vite balayée par un "pffftt". Les exilés républicains aimaient bien aller jouer les riches pendant un petit mois.

La transition, après la mort de Franco, quand à elle, était largement prévue. On dirait que la hargne est plus importante chez la troisième ou quatrième génération de descendants des combattants républicains, que chez les générations précédentes. Sans doute, l'oubli des contraintes et d'un certain nombre de choses.

Sans doute aussi, le régime bénéficia t'il de l'abondance énergétique des années 60 et du début 70. Franco était il aussi, un grand opportuniste, guère gêné par une quelconque idéologie.

Les pays latins, aux premiers temps de la révolution industrielle ont souffert profondément de leur manque d'énergie fossile. Jusqu'au XVI° siècle, leur dynamisme était sans doute supérieur aux pays du nord. L'Espagne a littéralement et physiquement été "aspirée"par la conquête de l'Amérique.

Pour ce qui est des retour en arrière, un autre article.  "L’URSS aurait eu peu de chances dans la 2 GM sans le pacte Molotov-Ribbentrop, selon un représentant spécial de Poutine."

Tout est discutable, effectivement, et la fin de l'URSS a notablement fait baisser les évaluations des exécutions et des déportations. Là aussi, tout est discutable. Certes, la frontière a été reculé, donné du champ à Léningrad, Moscou, Minsk et Smolensk. D'un autre côté, une bonne part des 600 000 camions allemands de Barbarossa n'étaient pas allemands, mais français et anglais, pris pendant la débâcle. Encore faut il relativiser : Ils n'aimèrent pas plus les routes soviétiques qu'elles ne les aimèrent. Ils furent largement victimes et de la boue, de la poussière, des distances et, tout bonnement, de leur état. De même, les soviétiques ne voyaient guère les polonais comme un obstacle vis-à-vis des allemands, mais comme leur avant-garde...

Vouloir calibrer les événements d'hier avec le calibrage d'aujourd'hui est ridicule.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Pendant ce temps-là, le virus Ebola continue son bonhomme de chemin, en l'occurrence en prenant le bus. <br /> https://www.zerohedge.com/news/2019-07-15/ebola-stricken-man-takes-bus-drc-travel-hub-2-million-residents<br /> <br /> A présent, le virus est présent dans deux villes de plus d'un million d'habitants chacune.
Répondre
M
+<br /> https://www.developpez.com/actu/269995/Le-Boeing-737-Max-commande-par-la-compagnie-Ryanair-a-change-de-nom-au-profit-du-737-8200-alors-que-les-versions-precedentes-portaient-le-nom-737-Max/
Répondre
M
https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/07/16/boeing-737-max-ryanair-annonce-fermer-des-bases-aeroportuaires
Répondre
M
Le problème du vote Marine Le Pen, c'est que c'est un vote communautariste : La communauté blanche, contre la communauté africaine. Or, en région parisienne, il est déjà trop tard : Les noirs et les maghrébins sont partout : Dans la rue, aux caisses de supermarchés, dans les stations services, dans les Starbucks, dans mon entreprise, dans le RER, dans les aéroports, partout. La question c'est : Est-ce que j'ai envie de considérer ces gens comme des adversaires ? Non, ça n'est pas possible. Ça reviendrait à me mettre la moitié de mes proches à dos. C'est trop tard, les immigrés, on a voulu les exploiter pendant quarante ans, maintenant c'est eux qui vont nous coloniser.
Répondre
M
Lol !<br /> <br /> Le concept de colonisation vous a échappé dirait-on...<br /> <br /> Ces gens, ces immigrés ne colonisent rien du tout.<br /> <br /> Quand on colonise on impose sa langue, sa religion, sa monnaie, quand on colonise on fait la loi, on dicte les Lois, on invente ou on réinvente l'Etat.<br /> <br /> Rien de tout cela. Les immigrés étant d'ailleurs tributaires de l'aide sociale en écrasante majorité ce n'est pas une classe sociale ayant les moyens de son indépendance...de sa politique coloniale... re-lol ! L'Etat français leur construit même des mosquées ! C'est dire comme ils sont autonomes....<br /> <br /> S'ils colonisent c'est éventuellement pour le compte des US alors, avec en toile de fond le triomphe de la Junk-food, du communautarisme, du sport-spectacle, de l'ultra-libréralisme, du Rap, baskets, Streetwear, etc...<br /> <br /> Le plan migratoire n'a jamais sous-entendu d'offrir un pays de centrale nucléaire et de haute-technologie à des boucaks, mais de modifier la France en profondeur, comme l'Angleterre ou la Belgique, afin de créer une Nation européenne fondée sur le métissage, avec des populations semblables, donc compatibles.
S
Je crois bien que vous avez hélas bien résumé la situation. Mais au final, ils vont payer comme les autres (les blancs) les pots cassés. Reste à voir s'ils se laisseront marcher dessus comme nous. C'est moins sûr.<br /> Le grand remplacement est une réalité, mais rien ne dit qu'il tourne automatiquement en faveur des élites. Cela ne résoud aucun problème de fond, au contraire.<br /> Donc autant essayer de s'en faire des alliés, pour ceux qui ne sont pas dans le parasitime. Rester dans le fantasme de la remigration nous lie complètement les mains. Ceux qui le prônent sont à des années-lumière d'avoir un jour ce pouvoir. L'équivalent, c'est comme s'ils se b... sur du porno tout en espérant choper du top-model.
K
A l'époque le pays le plus pauvre d' europe de l'ouest était l'Irlande du sud.<br /> L'émigration avait certes diminué, mais existait toujours.
Répondre
C
Souhaitant apporter mon boulet de pierre à la tâche commune : "rien à péter".<br /> <br /> Soyons sérieux une minute.. Ce genre de questionnement socratique sur... le passé.... Franco pas Franco, économie pas économie... A quoi ça rime ?<br /> <br /> Les gars, je vous rappelle que le feu est à nos portes. Pardon... Ca crâme déjà CHEZ NOUS, particulièrement en ces temps estivaux juilletistes et footballistiques...<br /> <br /> Je suis le premier à dire que l'Histoire avec un H majuscule nous montre le futur (sans oublier les vrais "artistes", qui font office de visionnaires, de voyants, de sorciers littéralement comme Houellebecq par exemple).<br /> <br /> Tout ce que Franco peut nous enseigner... est de comprendre comment les Espagnols... d'aujourd'hui auront mis autant de temps à voter -modestement- pour un parti -modestement- d'extrême droite.<br /> <br /> Zut crotte ! Le mot est lâché. Sorry.<br /> <br /> VOX.<br /> <br /> 10,3 % des suffrages aux légistlatives de mai !<br /> <br /> Caramba mama ! J'ai chaud ! Sortez la sangria, et le pata negra ! Les couilles du taureau rougeoient ! Olé !<br /> <br /> Fuck.<br /> <br /> Peace.<br /> ;-)
Répondre