Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DECONFITURE MADE IN DEUTSCHLAND

8 Août 2019 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités

Nous avons le privilège mon cher Nelson Montfort de vivre en direct une superbe performance, l'atterrissage en écrasement du modèle deutschland, en mode turbo.

La production industrielle a commencé à baisser (nettement), la spécialisation et l'excellence allemande dans l'automobile a lié le sort du pays, à cette industrie. Comme pour la machine outil, la concurrence chinoise monte en gamme, je vous laisse deviner la suite.

Banques allemandes, pour la deutsche bank comme pour la commerzbank, c'est la misère. La profitabilité, basse et en baisse, est victime de l'aveuglement allemand en matière monétaire. Adepte du sado-monétarisme, avec la baisse de l'endettement public (de 80 à 60 % en dix ans), ils sont aveugles sur les conséquences de leur politique. Une maigre profitabilité bancaire, et par le fait que les intérêts des banques et celle des états et des nations, sont contradictoires. L'intérêt des nations, des individus est d'être libre de dettes, ou du moins, le moins dépendant possible, l'intérêt des banques, c'est de les endetter. Quand aux taux d'intérêts, il est difficile de dire ce qui est bon, ou pas.
En effet, des taux minables, comme actuellement, poussent à l'endettement, et des taux élevés, le dissuade.

De fait, en Allemagne, l'endettement des banques compense le peu d'endettement public.

On est arrivé à la situation romaine, où tout le monde crève de son endettement. Les prêteurs comme les emprunteurs, et où tout le monde est endetté.

Le système bancaire allemand est en faillite, clairement. Et son système industriel, malade.

La reprise après la crise de 2007-2008 a été assise sur l'endettement chinois. Mais cet endettement, lui même, n'est pas capable de remédier à l'épuisement charbonnier du pays. Un internaute parlait du prochain miracle, le vietnamien. Mais le viet nam n'a semble t'il, pas de ressources fossiles en surabondance...
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Eléments intéressants pour prédire l'impossibilité d'une mondialisation idéale sur le papier. Le fonctionnement d'une économie, même mondialisée, repose sur un paradigme fixé d'avance et intangible. L'adaptation à de nouveaux facteurs conjoncturels ou structurels (encore pire) est impossible. Ce qui fonctionne bien est stable. Ce nomadisme et cette société liquide abuse les politiques car ils sont eux même incapables de concevoir les choses différemment de ce qu'ils ont appris (quand ils l'ont appris).<br /> L'équilibre qui permet à une société donnée de fonctionner est fragile. Le contexte profite à l'une ou à l'autre parce que les conditions faisaient qu'elle était la bonne au bon endroit, et au bon moment. Et tant que ça marche, personne ne veut se poser la question de l'après (gouverner c'est prévoir?), parce que ça implique tellement de remises en question, que le temps que l'adaptation se fasse, le paradigme aura encore changer, et personne n'est là pour l'anticiper.<br /> Ce qui est déjà compliqué à l'échelle d'un pays le sera encore plus à l'échelle mondiale. Ce n'est en rien une question de pouvoir, de puissance ou d'argent. A moins de se prendre pour Dieu, et d'en avoir les capacités, c'est l'échec assuré.<br /> L' Allemagne a eu son quart-d'heure de gloire. Au suivant. L' Amérique du Sud n'ayant pas réussi a se sortir des doigts poisseux américains, et parcequ'ils sont aussi cons que les autres, l'avenir est à l'Eurasie parce que ces pays sont suffisamment indépendants à tous les niveaux pour pouvoir dire merde à l'Oncle Samuel (pas très américain ce nom...) et que leur potentiel de développement est encore important, surtout s'il entraine les pays limitrophes encore au Moyen-Age.<br /> Mais ils ne réussiront qu'en définissant un modèle différents du modèle occidental. Sinon, ils nous rejoindront en même temps.<br /> L'Europe a raté tous les virages et va le payer très cher. Croire que la Russie va venir nous sauver est le summum du ridicule. Ils peuvent nous ignorer et se passer de nous à un point...
Répondre
J
Les taux bas ou comment rincer les derniers crétins prets a s'endetter sur 25 ou 30 ans et maintenir la bulle des prix. Tout ca pour de l'immobilier a la qualité douteuse (cf. Article precedent sur l'amiante) et aux malfacons multiples (genre electricite qui fait flamber une maison). A voir quelques uns s'epuiser -physiquement et financierement- en travaux de renovation de l'extreme, on se demande vraiment si le jeu en vaut la chandelle. La seule partie interessante reste les terrains. Toute une generation maintenant trop veille est en train se lacher les biens car incapable de les entretenir ( trop malade, trop mort, trop tout....) Nous n'en sommes qu'au debut... Autant transformer en garage ou hangar et construire une maison bois bbc a cote. Le vrai prix de ce genre d biens c'est le terrain et le cout de deconstruction.
Répondre
A
Une maison bois...<br /> J'ai des amis qui ont une maison bois. <br /> Ils l'abandonnent pour se rapprocher de la famille. Et de l’effondrement de la maison.