Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ALLEMAGNE ENERGETIQUE

2 Septembre 2019 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

L'Allemagne est elle un modèle à suivre pour la gestion de l'énergie ?
Arriver à produire 40 % de son électricité en renouvelable, c'est loin d'être négligeable, mais il existe des zones d'ombres.

En effet, comme en France, l'utilisation de la STEP en est à ses plus que balbutiements. Pourtant le principe est ancien (1890), et permet le stockage de l'électricité, via le stockage d'eau.
On s'est bien gardé d'en faire en France, on a préféré nous coller 50 % de centrales nucléaires en trop.

En outre, aucune économie d'énergie faisant baisser la facture globale n'est apparue de manière significative. Là aussi, la vérité crue est apparue : pour que baisse nettement une consommation d'énergie, il faut une crise économique sévère, une guerre, un changement drastique. Sinon, les pitreries d'une nordique n'y changeront rien.
Tout le monde sera d'accord (si on marche dans l'escroquerie) et continuera comme avant, en faisant des changements cosmétiques.

La baisse/effondrement de la production d'automobile et les licenciements entrainés feront plus pour cela que toutes les Gretchen, pardon, Greta. Pour le moment, les efforts colossaux accomplis n'ont fait baisser la consommation que de 12 % entre 1990 et 2016, de 351 à 310 millions de tonnes, pendant que la population augmentait de 4 %. Et encore, la plupart de cette baisse est apparue après la crise économique de 2008...

Le changement véritable ne se fera qu'au minimum dans les larmes. Et aussi dans le sang. La catastrophe de Fukushima avait fait baisser la consommation d'électricité du Japon de 30 %. Avant de remonter, bien entendu.

On en revient à ce que dit G. Tverberg : "Les prix du pétrole peuvent se révéler un problème à deux faces : (a) Trop cher pour les consommateurs, et (b) pas assez cher pour les producteurs."

Tôt ou tard, le producteur est obligé de jeter l'éponge. Et là, le consommateur vit des heures difficiles. Il fera comme l'a dit le gouvernement cubain à ses ouailles : cultivez tout ce que vous pouvez (à Paris, zéro), et ce qui restera roulera au jus de topinambour.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article