Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'EFFET SENEQUE

13 Juin 2021 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Un petit texte qui vient tout droit de chez Ugo Bardi, d'abord dans "Cassandra legacy" (2012), ensuite réintroduit dans "the seneca effect". Bien sûr, les choses ont évoluées.

Dans 10 ans.En 2030, la production de pétrole brut « classique » est en baisse depuis environ deux décennies. L'énorme effort consenti pour remplacer par des produits liquides à partir de sources non conventionnelles. Les sables bitumineux, le pétrole de schiste et d'autres sources de pétrole "lourd", ainsi que les biocarburants, ont été un échec.

L'uranium aussi est devenu rare et plusieurs pays qui ne disposent pas de ressources nationales ont été contraints de fermer certaines de leurs centrales nucléaires.

Là, c'est une réalité dure à faire entendre. Le reste des projets nucléaires datent des années 1950 et n'existent que sur le papier. Super phénix a été underphénix, et n'a jamais fonctionné correctement. Nanard éternellement en panne, c'était un caca de mammouth.

Ces tendances sont en partie compensées par la production toujours croissante de charbon ; qui est également utilisé pour produire des carburants liquides et d'autres produits chimiques qui étaient autrefois obtenus à partir du pétrole.

Là, il est sûr qu'il y a dix ans, le pic charbonnier n'était qu'une vue de l'esprit, mais il est là, lui aussi. Comme je l'ai dit, La Chine va réduire sa part à 14.6 % de sa consommation d'ici 2030. Même si celle-ci doublait, cela serait une sacrée chute. La production US s'est effondrée de moitié, pas à cause de la propagande réchauffiste, mais parce que le secteur a entamé une spirale de la mort.

Pour produire des carburants liquides, il faudrait de l'anthracite, et un rapport de 4 pour 1. 40 millions de tonnes utilisées pour 10 millions de tonnes de pétrole produite, c'est ridicule pour les "besoins" actuels.  Seule une économie de guerre pour un court laps de temps peut se le permettre.

Pour la Chine, la production actuelle est déjà insuffisante pour ses besoins actuels...

La croissance des énergies renouvelables est au point mort : il n'y a plus de ressources à investir dans la recherche et le développement de nouvelles technologies et de nouvelles usines, alors qu'une campagne de propagande financée par l'industrie pétrolière a convaincu le public que les sources renouvelables ne tireront aucune énergie utile et sont même nocives pour l'environnement.

Là, pour le moment, c'est un peu raté, mais le renouvelable ne concerne que l'électricité, pour sa plus grande part. Cela règle le problème, mais en partie seulement, et pas celui des transports.

Une autre campagne de propagande financée par les mêmes lobbies a stoppé toute tentative de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En conséquence, l'agriculture a été dévastée par le changement climatique et par les coûts élevés des engrais et de la mécanisation. La population humaine entame un renversement historique de sa tendance croissante, décimée également en raison de la fraction croissante de terres fertiles consacrées aux biocarburants.

La population humaine entame un renversement historique de sa tendance croissante, décimée également en raison de la fraction croissante de terres fertiles consacrée aux biocarburants.

Ugo Bardi n'avait pas vu arriver la conjonction de 3 pics, celui uranifère, celui pétrolier et celui charbonnier. Et le basculement des élites vers la seule voie de secours possible, le renouvelable.

Quand aux carburants extraits de l'agriculture, ils seront sans doute consacrés à cette agriculture. En effet, un cheval consomme toute l'année. Pas forcément un tracteur.

Sans doute aussi, peut on attendre le fait que la population humaine s'effondre sur une partie de la planète, sans attendre des lustres.

Le réchauffement climatique n'est qu'un scénario sur les 4 possibles, il est utile de rappeler qu'en 1970 on nous disait qu'en 2020 la terre se réchaufferait de 9° et que les abrutis autoproclamés "chevaliers du climat", furent évacué en hélicoptère, parce que coincés par la banquise (disparue depuis 20 ans), et cernés par des ours blancs (disparus depuis 30 ans).

De même, il apparait assez contradictoire que des productions en effondrement, qui risquent d'être très brutales puissent détériorer le climat. En effet, économiquement, les majors sont au plus mal, et les producteurs historiques en sont au "sauve qui peut", frisant le ridicule, surtout la Russie, qui, retrouvant les accents de la Pravda, prétend avoir des réserves jusqu'en 2080. pour l'Arabie, c'est la continuation des mensonges, avec les réserves qui ne baissent jamais.

"Pour les pays producteur, l'urgence réside dans la vente au prix le plus élevé, le maximum de pétrole et le plus rapidement possible. Le rejet par la population Suisse de la loi sur le CO2 ne peut que les réconforter. "

Quand au prix nobel de la connerie, je le décerne aujourd'hui à l'IATA :

"Sur les deux prochaines décennies, le trafic mondial devrait presque doubler, passant de 4,5 milliards de passagers en 2019 à près de 8,5 milliards en 2039, selon les prévisions de l’IATA –un milliard de moins toutefois que projeté avant-crise".

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Raymond CRESPO 14/06/2021 15:23

Selon l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), les ressources mondiales d'uranium identifiées dont le coût d’extraction est inférieur à 130 USD/kg représentent à ce jour plus de 5,9 millions de tonnes (Mt), soit l’équivalent d’un siècle de consommation au rythme actuel. En gros, l'énergie nucléaire peut poursuivre son bonhomme de chemin jusqu'au début du siècle prochain avec un parc de 400 à 500 réacteurs, à ce niveau de déploiement elle ne pourra pas remplacer le charbon ou le gaz pour la production d'électricité.

Patrick REYMOND 14/06/2021 22:14

là aussi, les véritables réserves disponibles n'atteignent sans doute pas le 1/5.

Vlad 14/06/2021 10:19

Patrick,

Le Congo ex-Zaïre ex Congo léopoldville, débat, pense et veut réaliser le grand barrage d'Inga, capable de fournir 40 % de l'électricité africaine. 40 % de la consommation de tout le continent ?

J'aimerais lire la source je vous prie.

henry 14/06/2021 16:34

Trouvé !!

http://grand-inga.org/site%20fr.htm

Mais il semblerait que ce chiffre serait celui de la mise en production de tout le potentiel hydroélectrique de la RDC soit 110 GW, le site d'Inga et le projet Grand Inga ne représentant "que" 44 GW. Par contre il est vrai que Inga c'est le plus grand potentiel hydroélectrique au monde concentré dans un seul lieu.
Si le taux est bien exact la construction de Grand Inga fournirait en un seul lieu (ou plutôt en un seul ensemble de barrages) près de 16% de l'électricité de l'Afrique. Ce qui en ferait un lieu hautement stratégique, déjà que les vallées alentour sont patrouillées par l'armée, il faudrait y installer une base permanente et conséquente. Mais les choses étant ce qu'elles sont dans ce pays à la corruption endémique, et les coûts de construction se chiffrant en plusieurs dizaines de milliards de dollars soit au bas mot des années de budget du pays, à moins d'un montage financier extravagant, cela restera un rêve.

Vlad 14/06/2021 10:18

"Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir. Il faut encore le pousser."
Nietzsche.

Filippa Lentzos, spécialiste des menaces biologiques a évoqué la possibilité d'une fuite de labo il y a un an: "Des scientifiques dans ce domaine ont rapidement resserré les rangs, il y a des jeux de pouvoir, des agendas, des intérêts, des subventions..."
https://www.wsj.com/articles/a-scientist-who-said-no-to-covid-groupthink-11623430659

Fauci s'est "trompé sur tous les sujets", déclare Laura Ingraham , animatrice de l'Ingraham Angle sur Fox News: traitements précoces, immunité collective, masques et tout le reste. Elle conclut : "Il est grand temps qu'il rende sa blouse de laboratoire."
https://www.youtube.com/watch?v=O1TA6ISXBjI

Ils portent le masque uniquement pour les photos servant à alimenter la trouille des covidiots.
https://twitter.com/RadioSavana/status/1404161128725463046

"En 2018, le Dr Ralph Baric, qui est lié au laboratoire de Wuhan et défend le gain de fonction, a expliqué aux participants d'une conférence comment "gagner de l'argent" lors de la "prochaine pandémie" - Vidéo inédite."
https://twitter.com/disclosetv/status/1404119013534298116

Vaucluso 14/06/2021 09:01

Pourquoi parler de pic pétrolier alors que la terre regorge de pétrole de schiste?

henry 14/06/2021 15:45

Je n'avais jamais pensé à appliquer la loi de Pareto à ce genre de réflexion, mais puis qu'apparemment elle se confirme à quelques nuances près dans beaucoup de domaines, je prends.

Rose 14/06/2021 13:34

La planete entière regorge de ressources en abondance...
Sauf que si ça coute 1 million de $ à extraire ça ne sert à rien.
Le pic petrolier arrive après le pic de nombreuses autres ressources, ce ne pas le probleme qu il y en ai ou pas, le problème est est-il rentable de le faire ou pas.
C est un concept de 80% des gens ne peuvent pas comprendre ( CF pareto )

Patrick REYMOND 14/06/2021 09:11

trop cher, TRE négatif. ce n'est pas une ressource. Le seul pays où il existe, les USA, c'est parce qu'il est lié à une planche à billet illimitée et à une monnaie de réserve.

Max 14/06/2021 06:37

"De même, il apparait assez contradictoire que des productions en effondrement, qui risquent d'être très brutales puissent détériorer le climat." : Tu fait fausse route, tu oublie que pour le climat, il y a des constantes de temps "retard" de minimum 50 ans, maximum 10 000 ans. Le réchauffement climatique aura bien lieu, même si dès aujourd'hui on arrête de produire du CO2 (D'ailleurs, la production de CO2 dans le futur décroitra lentement)

MJ 15/06/2021 10:11

@ Bruno, exactement et à défaut on vit le changement climatique tous les ans entre l'été et l'hiver. qques degrés d'inclinaison en + ou en - et on passe de la neige au temps des cerises.
il semblerait que le soleil entre dans une periode de ralentissement, on devrait donc avoir beoin de CO2 pour contrebalancer ce rafraichissement.

henry 14/06/2021 15:41

Je répond sous ton post parce que tu lances le sujet, mais en fait je ne contredit pas directement ce que tu racontes, sauf sur un point précis.

Le réchauffement climatique anthropique se base principalement sur le taux de CO2 atmosphérique.

Le CO2 reste dans l'air en moyenne 5 ans, mais les membres du GIEC ont arrondi à 100 ans, et les escrologues annoncent des chiffres de 1 000 ou 2 000 ans qui sortent de leur chapeau et ne sont basés sur rien.

Les changements climatiques, c'est une constante de la vie sur Terre. Les amplitudes sont plus ou moins marquées selon les époques, mais il n'y a pas de climat fixe sur le long terme et évoquer des températures ou précipitations supérieures ou inférieures à la normale ne tient pas la route. Quand on sait que généralement la moyenne de référence est celle des températures de 1951 à 1980 (ou encore de 1960 à 1990), l'on peut se demander pourquoi avoir choisi ces dates.

L'effet retard du climat qui serait visible avec un décalage de décennies ou de siècle c'est possible, mais cela ne concerne pas la quantité de CO2 qui a augmenté il est vrai, mais uniquement parce que la température moyenne a elle-même augmenté, du moins c'est ce que certains scientifiques pensent. Mon point de désaccord est là. Si l'on considère que c'est la température qui fait varier le taux de CO2 et pas le contraire, alors l'affirmation "Le réchauffement climatique aura bien lieu, même si dès aujourd'hui on arrête de produire du CO2 (D'ailleurs, la production de CO2 dans le futur décroîtra lentement)" est fausse. La conséquence suit la cause, s'il y a réchauffement, la production de CO2 augmentera, quoi que fasse l'homme, même si celui-ci venait à disparaître totalement de la surface de la terre en emportant avec lui ses industries.

Les diverses périodes climatiques dans le passé, avec des amplitudes de températures bien plus grandes que depuis 20 ans, ont été causées nous dit-on par des variations de l'orbite terrestre qui influent sur la quantité d'énergie solaire reçue sur terre. Il en est de même aujourd'hui, et l'homme n'a quasiment aucun rôle là-dedans. Par contre c'est un pollueur patenté, et il devrait revoir ses comportements. La production de CO2 c'est anecdotique dans la dévastation terrestre, c'est l'arbre qui cache la forêt, mais c'est aussi le meilleur moyen de faire culpabiliser le péquin moyen qui dans toute sa vie ne produira jamais autant de CO2 et de gaz à effet de serre qu'une poignée de milliardaires dans leur jet en un jour ou un assortiment de dirigeants pour le G7. Il faut garder le sens de la mesure.

Tiens un petit article pour démontrer que tout ceci est ridicule :

https://www.geo.fr/environnement/pour-lutter-contre-le-rechauffement-climatique-les-vaches-pourraient-bientot-porter-des-masques-205130

Des mongolos veulent faire porter des masques aux vaches pour filtrer le méthane, qui est un gaz à effet de serre bien plus nocif que le CO2. Là on a le gros lot de l'arnaque, on va sortir une norme débile qui va déverser des milliards dans les poches d'agro-industriels, ce sera une bonne occasion de réduire la disponibilité des protéines animales à quelques privilégiés, la souffrance animale c'est pour la galerie, les agro-industriels qui broient des poussins vivants à la tonne n'en ont rien à battre.

Pour "sauver la planète". Cette excuse est sortie à toutes les sauces, alors que la seule chose qui soit en danger à cause d'une augmentation de la température c'est la vie humaine, et plus particulièrement la vie humaine dans l'ère de l'abondance pétrolière. La planète s'en sortira encore une fois, sans nous bien mieux qu'avec nous. Puis le plus drôle là-dedans c'est que nous aussi en tant qu'humains nous produisons du méthane, devinez quelle va être la prochaine variable d'ajustement pour "sauver la planète" ?

@ Vaucluso

Pour préciser encore la remarque de Patrick Reymond, les puits de pétrole de schiste ont une durée de vie très courte, ils produisent relativement beaucoup sur un laps de temps court. Ils atteignent leur pic rapidement et sont donc peu ou pas rentables, puisqu'il faut toujours prospecter et forer d'autres puits. Le retour sur investissement et plus précisément d'un point de vue financier est donc médiocre dans le meilleur des cas (monnaie de réserve sous perfusion depuis 50 ans). Le taux de retour énergétique, qui est le rapport entre le nombre de barils utilisables (en comptant les pertes habituelles) et le nombre de barils dépensés pour le produire n'arrête pas de baisser, et si je ne suis pas certain qu'il soit négatif, il est loin d'être mirobolant et baisse chaque année, ce qui pour une technologie "miraculeuse" qui date de 2011 si je ne me trompe est préoccupant. Un autre point, le schiste donne du pétrole léger qui s'il est idéal pour utiliser dans les véhicules terrestres en diesel ou essence ne peut pas remplir le rôle d'hydrocarbures plus lourds, il est également très sensible au prix du baril puisque son coût d'extraction est aux alentours de 50 $. Cerise sur le gâteau, l'exploitation massive de ce pétrole de schiste amènerait la pollution des nappes phréatiques proches.

Un site qui pourrait vous intéresser car il contient énormément d'informations :

https://www.encyclopedie-energie.org/le-petrole-de-schistes-formation-et-extraction/

Asmodée 14/06/2021 13:00

Bonjour Max,
J'ai vu que des planètes comme Mars subissent aussi un réchauffement climatique. Pour de nombreux astronomes c'est à cause du soleil. Si c'est possible pourquoi la terre n'aurait pas les mêmes causes?

Mario 14/06/2021 12:11

Le réchauffement climatique est à nuancer énormément !

Milankovitch, XIXe siècle, avait établi des cycles climatiques en relation avec la rotation de la terre, le rayonnement, etc...

Le climat de la Terre n'est jamais tout à fait le même, ça n'a pas arrêté de changer ces deux mille dernières années !

J'ai même appris à ce propos que l'étoile polaire changeait tous les 28.000 ans, en ce moment c'est Ursus Minor, demain c'en sera une autre, celle du Cygne je crois.

La vérité est que l'Homme est une chiure de mouche et que la Terre existe indépendamment de nous. Comme tous le reste de l'Univers !

Bruno 14/06/2021 11:54

En faisant ce genre de raisonnement, on a tendance à oublier les autres causes d'évolution climatique et qui ont un impact plus rapide, comme l'activité solaire. Une baisse imprévisible de l'activité solaire peut venir contrebalancer cet effet CO2.