Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NIOUZES ENERGETIQUES 18/06/2021

18 Juin 2021 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités, #Energie

- Le nanard appelé EPR fait des siennes, une chinoiserie. Incident, mais les autorités ne veulent pas arrêter la centrale. Problèmes d'approvisionnements électriques ?

- nucléaire toujours, ITER est dans les choux, mais c'est pas grave, les cons-tribuables sont là pour payer le train de vie des physiciens fous. 44 milliards dépensés, contre 4.5 prévus à l'origine. « Un petit groupe de physiciens [...] a désinformé le public afin de s’assurer le maintien de ses financements publics. »

Pour comprendre les énergies, il faut comprendre que devant chaque niche énergétique, il y a un chien qui aboie fort et qui mord. Surtout si les branleurs qui l'occupent ne savent rien faire.

On nous parle de 2070. De quoi rire, en 2070, le déclin énergétique aura emporté notre monde...

- Pour le pétrole de schiste, confirmation. les USA ne pourront pas tripler la production. Elle plafonne déjà et est tombée en deça de son maximum. D'autant que les plate-formes de forages, ont vu leur nombre drastiquement diminuer, les appareillages étant détruits, et les compétences licenciées... 1100 jadis, 450 aujourd'hui, il faudrait un temps fou pour les recréer.

Donc, le seul maintient des capacités serait déjà une performance.

- La part du renouvelable n'a pas bougée en une décennie mais ce qui va changer dans celle-ci, c'est qu'en dehors du renouvelable, le fossile va se ramasser gravement. D'autant que le phénomène est déjà amorcé. La progression est le fait du début de décennie, après, à la fin, ben ma foué...

Seul, le gaz naturel poursuit sa course en avant, mais apparemment, les premiers grincements de l'approvisionnement ont eu lieu. Cet hiver, on a du faire appel au charbon pour pallier le manque de gaz. certainement pour produire l'électricité. Ce qui ne change rien au fait que le charbon n'est plus rentable. Un bref rebond n'est pas significatif. Y aurait il eu un froncement de sourcils du kremlin ?

Il a fallu, pour que le renouvelable perce, que les autres énergies entament leur danse de la mort.

- Pour faire des prospectives réalistes, il faut des données réalistes. Le réchauffement climatique, c'est le réchauffement de cerveaux malades. Parler de tonnes de charbon, de pétrole, de M3 de gaz, de tonnes d'uranium, c'est possible. Cela a un sens, le réchauffisme n'en a pas.

- Toute baisse d'utilisation d'une ressource n'est pas linéaire. Cela peut rebondir de cours laps de temps. mais cela ne dure pas. Parce que ce n'est pas un bref + 10 % qui relancera une industrie déficitaire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
https://srsroccoreport.com/more-california-blackouts-wind-power-fails-as-temperatures-surge/
Répondre
O
Depleted Gas Stocks Force Europe To Use More Coal
https://www.zerohedge.com/energy/depleted-gas-stocks-force-europe-use-more-coal
Répondre
P
Le mirage de la FUSION nucléaire, qui est censée nous donner une énergie inépuisable, renvoie à des interrogations philosophiques ou même eschatologiques : Est-il bon que dans un monde fini où tout est -par nature- contingenté, l'humanité puisse avoir à sa disposition des ressources infinies ? (vous avez 4 heures)
Moi, qui suis maintenant dans la catégorie "vieux schnock", j'en reste aux préceptes des Ecritures : "tu gagneras ton pain à la sueur de ton front".
Donner à ces fous d'humains des moyens infinis ne peut conduire qu'au désastre ultime.
Sans parler de notion de justice : les pays développés auraient tout et les "en-voie-de-développement" n'auraient rien.
Répondre
P
Le mirage de la FUSION nucléaire, qui est censée nous donner une énergie inépuisable, renvoie à des interrogations philosophiques ou même eschatologiques : Serait-il bon que dans un monde fini où tout est -par nature- contingenté, l'humanité puisse avoir à sa disposition des ressources infinies ? (vous avez 4 heures !)
Moi, qui suis maintenant dans la catégorie "vieux schnock", j'en reste aux préceptes des Ecritures : "tu gagneras ton pain à la sueur de ton front".
Donner à ces fous d'humains des moyens infinis ne peut conduire qu'au désastre ultime.
......Sans parler de notion de justice : les pays développés auraient tout et les "en-voie-de-développement" n'auraient rien.
Répondre
N
tout propos physique et énergétique clamant que la sortie est supérieure à l'entrée est un mensonge universel.

ce qui m'épate toujours autant ce sont les politiques & les scientifique & les journalistes depuis 15 ans pour iter n'ont jamais relevé le rendement 10:1.

ceci étant dit, vu qu'on fait des omissions d'émission grise pour tout afin d'estampiller bilan carbone neutre en exposant un produit fini, et là encore, de la voiture, électrique ou non, personne ne fait la jonction neuronale entre le vide, rien, et un objet fini, nouveau, physiquement existant, établi, construit, et personne ne relève rien à rien quand on dit que le bilan carbone de sa fabrication est de zéro, alors que c'est physiquement impossible, et que le sous entendu est que la somme de calcul de son bilan carbone est retranchée d'autres secteurs qui sont avortés. on ne fait que mentir et les cons gobent tout. alors dire que pour le bilan énergétique en fournissant 50mw de deuterium et je sais plus quoi pour en sortir 500 alors que faut détourner un réacteur pour monter le bouzin à 200millions de degrés celcius... ok...

je pense comme j'en discutais avec le taulier y a quelques années maintenant avant que je ne fasse une pause avec le monde et la technologie que la masse n'a toujours pas compris de quoi il retourne et ne réalise toujours pas le processus qui est en cours.

ceci dit, le changement de nom de blog pour appeler ca chroniques d'un effondrement est excellent.



@ piotrr, je préfère la tirade de pierres desproges:

"" en temps de paix, les riches auront le droit de prendre la sueur au front des pauvres.
en temps de guerre, les pauvres auront le droit de prendre la place des riches, au front, également. ""

c'est plus révélateur du système.
M
Si ils trouvent une source d'énergie 'inépuisable' nous sommes foutus.
H
La notion de pays tendant à disparaître dans les fantasmes de puissance des mondialistes, il y a fort à parier qu'il y aura plutôt une caste qui a droit à tout et l'autre (les intouchables à l'échelle mondiale) droit à rien.
V
Après des cas de myocardite, l'Agence du médicament retient un «rôle possible» du vaccin Pfizer/BioNTech
https://t.co/nTFcDXNnGb?amp=1

Augmentation alarmante des maladies respiratoires chez les enfants disent-ils. C'est le pic de l'été en Israël, il n'y a pas de maladies respiratoires ici pendant cette période. Selon ce médecin'Nous avons une charge lourde,3 fois plus que pendant le Corona.
https://mobile.twitter.com/GalG____/status/1405647464498089985

Les magazines publiant des articles scientifiques sont devenus dépendants des honoraires que paient les scientifiques chinois pour les publier, ainsi que des publicités des entreprises chinoises et des abonnements des institutions chinoises.
https://capx.co/science-journals-wuhan-and-a-truly-bizarre-twitter-episode/
Répondre
V
Pfizer a tellement confiance dans l’absence d’effets secondaires graves qu’il refuse de vendre son vaccin à l’Argentine sans Obtenir un changement de la loi (immunité judiciaire totale).

https://www.humanite.fr/pourquoi-pfizer-refuse-de-livrer-ses-vaccins-largentine-711357?amp&__twitter_impression=true

En cause : le refus du gouvernement de changer sa loi pour se plier aux exigences juridiques de Pfizer. EXPLICATIONS.

Plus de 15 000 volontaires s’étaient manifestés, voilà un an, pour participer à la phase 3 des tests du vaccin contre le Covid-19 mis au point par le géant pharmaceutique américain Pfizer, en coopération avec son partenaire allemand BioNTech.

Confrontée à la première vague de la pandémie, l’Argentine devenait, alors, le premier pays à accueillir ces essais cliniques à grande échelle. Le bon niveau scientifique de ses chercheurs, sa position dans l’hémisphère Sud avec des saisons inversées et, plus prosaïquement, le coût des opérations, bien moins élevé qu’en Europe ou aux États-Unis, désignaient le pays comme un théâtre privilégié de ces expérimentations, dans la course de vitesse contre le nouveau coronavirus.

« Le choix d’un centre en Argentine pour mener à bien ces essais est basé sur plusieurs facteurs, dont l’expérience scientifique (…), les capacités opérationnelles, ainsi que l’expérience passée de l’Argentine pour réaliser des essais cliniques », expliquait à l’époque la firme.

S’assurer une solide immunité juridique en cas d’effets nocifs
Le président argentin Alberto Fernandez espérait, avec cette implication de son pays, simplifier les négociations contractuelles en vue d’obtenir des doses du futur vaccin, et des pourparlers s’étaient aussitôt ouverts pour l’achat de 13,2 millions de doses, dont 1 million avant la fin de l’année 2020. Dès le 25 juillet, une première proposition, assortie d’un calendrier, était sur la table. Une seconde offre, portant sur un contrat préliminaire, avait été ratifiée entre les deux parties en octobre.

Pourtant, le marché n’a jamais été conclu. En cause : les conditions posées par Pfizer, qui exigeait que la loi argentine soit amendée pour s’assurer une solide immunité juridique en cas d’effets nocifs du vaccin et même en cas de négligence, de fraude ou de malveillance. En clair, le laboratoire exigeait l’inscription dans la législation de clauses l’exonérant de toute responsabilité juridique ou financière, au cas où ses produits présenteraient, à long terme, des effets encore non identifiés à ce jour.

Dans un premier temps, le gouvernement argentin a bien consenti à quelques concessions ; une loi entérinant certaines conditions réglementaires requises par Pfizer et par d’autres fournisseurs pour faciliter le processus a même été adoptée. Parmi elles, le renvoi vers des tribunaux arbitraux ou judiciaires basés à l’étranger, au détriment de la justice argentine, d’éventuels litiges portant sur l’exécution des contrats et sur le processus d’achat des vaccins. Mais ce n’était pas encore assez. Le laboratoire pharmaceutique « s’est très mal comporté » avec l’Argentine en posant des « conditions inacceptables », résume le ministre de la Santé de l’époque, Ginés González García.

La multinationale confirme les raisons de l’échec de ces négociations. « Aujourd’hui, le cadre juridique n’est compatible avec aucun des aspects contractuels que Pfizer propose », lesquels « incluent des clauses d’immunité et d’autres protections dans tous leurs contrats qui sont cohérentes à travers le monde », a expliqué le directeur général de Pfizer en Argentine, Nicolás Vaquer, le 8 juin dernier, lors d’une audition à la Chambre des députés. Interrogé plus en détail par le député Pablo Yedlin (Frente de todos), président de la commission de la Santé, sur les supposés « obstacles » législatifs à la conclusion du contrat, Vaquer a encore cité, sans plus de précision, la question des « indemnisations ».

« Intimidation » et « harcèlement de haut niveau »
En fait, la loi argentine prévoit jusqu’ici que l’industriel, et non l’État, indemnise en cas d’incident ou d’accident ceux qui participent à la recherche, au développement et à la fabrication de traitements et de vaccins. Or le géant pharmaceutique veut desserrer cette contrainte : en 2009, il avait dû débourser 75 millions de dollars d’indemnités pour avoir testé, au Nigeria, un médicament contre la méningite ayant causé la mort de 11 enfants, et des dommages graves à 189 autres…

Par la voix de son représentant en Argentine, Pfizer a démenti, en revanche, avoir demandé à l’État de mettre en gage des biens publics. « Pfizer n’a aucun intérêt à intervenir sur les actifs de l’État, cela inclut les actifs naturels, les réserves de la Banque centrale, les actifs culturels », a-t-il insisté devant les parlementaires. Au mois de février, le Bureau of investigative Journalism, une ONG basée à Londres, dédiée à la production d’articles d’investigation, accusait au contraire le laboratoire d’avoir manié « l’intimidation » et le « harcèlement de haut niveau » dans ses négociations avec des gouvernements latino-américains « pris en otage ». Si on en croit cette enquête, Pfizer aurait exigé des gouvernements argentin et brésilien, en contrepartie de la livraison de vaccins, qu’ils mettent en gage des actifs souverains, y compris des bases militaires et des réserves de leurs banques centrales, en garantie de potentiels frais juridiques futurs.

Face à ce chantage, Buenos Aires s’est approvisionné en vaccins russes et chinois, mais aussi en Astrazeneca. Sans parvenir à endiguer la seconde vague meurtrière qui affecte aujourd’hui le pays. Des négociations sont en cours avec Johnson & Johnson. Les exigences juridiques de Pfizer valent aussi pour ses doses distribuées à travers le mécanisme Covax que coordonne l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : Buenos Aires en est donc privé. « Nous sommes prêts à discuter. Mais nous n’allons pas changer la loi à chaque fois qu’un laboratoire refuse de signer  ! » tranche Pablo Yedlin. Pendant que Big Pharma maquignonne, le virus sème la mort. En Argentine, depuis le début de la pandémie, le Covid-19 est responsable, selon les chiffres officiels, de 87 000 décès.

Rosa Moussaoui
l’Humanité
17 Juin 2021
Répondre
D
87000 deces pour 46 millions d'habitants ...ils sont dans la moyenne
V
Temoignage : un pilote de 33 ans ne peut plus voler apres un vaccin

https://www.openvaers.com/covid-data/covid-full-data/1026783
British Airways confirme la mort de 4 pilotes (compte officiel)
https://mobile.twitter.com/British_Airways/status/1405606519631007748

https://mobile.twitter.com/TheThin59129130/status/1405468219998150658

Un pilote de British Airways (33 ans) a été retrouvé mort près de son vélo. Des vaisseaux ont éclaté dans son abdomen.
https://www.newvalleynews.co.uk/news/airline-pilot-in-mystery-death/

Comme l'étudiant en médecine
https://amp.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/astrazeneca-enquete-ouverte-apres-le-deces-d-un-etudiant-en-medecine-a-nantes-0a3ad804-8b34-11eb-be07-a782e4049e5a?__twitter_impression=true

Officiel : United Airlines vient de signer fin mai avec les syndicats de pilotes. Il n'y aura plus d'obligation vaccinale pour les pilotes et aucune consequence pour ceux qui ne veulent pas le vaccin.
https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/united-airlines-union-agree-against-mandatory-covid-19-vaccinations-pilots-2021-05-25/#:~:text=United%20Airlines%2C%20union%20agree%20against%20mandatory%20COVID-19%20vaccinations%20for%20pilots,-Reuters&text=May%2024%20(Reuters)%20-%20United,Pilots%20Association%20said%20on%20Monday
Répondre
R
Ach l'EPR ! remercions Siemens qui a participé à la conception et y a apporté une dérive propre à certains ingénieurs allemands, l'art de fabriquer des engins inutilement complexes remplis de gadgets coûteux qui tombent en panne régulièrement. Pendant la seconde guerre mondiale, ils ont commis les bimoteurs Messerschmitt 210 et l'Heinkel 219, ou le Tigre version Porsche pour les chars.
Répondre
M
Je comprend le parallèle entre réchauffement climatique et COVID, mais si effectivement le COVID est un non-évènement (La mortalité en 2020 est la même qu'en 2015), le réchauffement est bien réel, et à l'inverse du COVID, va s'amplifier dans le futur. En revanche, je suis contre toute action en faveur du climat, car je considère que le réchauffement est inéluctable, ce que ne comprennent pas la plupart des médias
Répondre
R
Il y a réchauffement et réchauffement, dans la fourchette haute du scénario catastrophe : + 5°, il pourrait y avoir un emballement climatique qui rendrait la terre quasiment inhabitable pour les espèces vivantes. Bon ! tout cela reste à vérifier, même les ordinateurs actuels les plus puissants on du mal à modéliser la météo au delà de huit jours, alors le climat sur des décennies.