Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NOUVEL ELAN... OU SYNDROME D'INGA ?

26 Juin 2021 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie, #Chronique de l'effondrement

Comme la bouteille de bojolay Novel de 1348 ???

Il parait qu'en Australie, c'est la relance du nucléaire, enfin, de l'extraction. On ouvre une mine, pour produire 1125 tonnes d'uranium par an.

On trouve même des vrais morceaux de vérités dans la soupe  :  "C'est bien plus que les prix contractuels actuels, qui se situent aux alentours de 30 dollars, compte tenu des prévisions de resserrement de l'offre, de la diminution des stocks et de la pression mondiale en faveur des carburants sans carbone".

Avec 51 200 tonnes d'uranium extraites en 2021 (pour une consommation de 65 000 environ) on est toujours dans la même configuration. Il en manque beaucoup, et la flambée des prix apportera peu ou rien. Si cette flambée a lieu, ce qui n'a rien d'évident. On peut très bien tomber dans un "syndrome d'Inga".

Ce syndrome d'Inga (Copyright P. Reymond), est très simple. Vous avez un pays qui investit dans la construction d'un complexe hydro-électrique de production d'électricité (avec des prêts étrangers), destinés à satisfaire des besoins locaux. Seulement, le problème, c'est que la clientèle locale, il n'y en a pas, du moins de la solvable. Donc Inga va fonctionner, sans que l'on réalise de maintenance, jusqu'à ce que les capacités tombent en panne, et se réduisent comme aujourd'hui, à 20 % de leur potentiel. Un reliquat d'exportations détournés sur des comptes suisses pimente le tout.

L'Afrique du Sud (le pays) veut relancer Inga (Au Congo), rénover et construire un autre barrage, et tirer des lignes très longue pour les approvisionner. Quiconque voit une carte, comprend que c'est un projet gigantesque, mais qui dénote aussi la panique des sud africains, en mal d'électricité. Le charbon n'est plus ce qu'il était, et le projet de nucléaire sud africain est mort né. On peut noter aussi, que, contrairement aux affirmations, la fin de l'apartheid n'est pas du à une vertu retrouvée. Simplement, le Coal to liquid (hydrogénisation de la houille, pour produire du carburant), avait atteint ses limites.

On est donc, bien dans ce qui était subodoré par Gail Tverberg, le prix que peut payer le consommateur n'est pas assez rémunérateur pour le producteur. Et pour ses "besoins". Dans les années 1960 et 1970 le producteur en avait beaucoup moins. La compagnie se contentait de 1%, contre 15 % aujourd'hui, les pays et les peuples avaient des exigences beaucoup plus basses.

Une mine de charbon est lancée en Australie. Carmichael. 10 millions de tonnes seront produites chaque année pour 20 ou 30 ans. 60 étaient prévues en 2010. Pour un siècle. La mine approvisionnera l'Inde, qui visiblement va connaitre son pic charbonnier en 2025. Je doute que cette mine dure les 20 ou 30 ans prévues.

L'effondrement des prix du solaire rend la production d'électricité avec le charbon non compétitive. Le coût d'exploitation des centrales thermiques est supérieur au coût du nouvel investissement renouvelable.

On peut noter aussi les problèmes de l'EPR chinois. Quand ça veut plus, ça veut plus.

ça veut plus non plus dans le port de Yantian en Chine, comme ça veut plus redémarrer dans l'aérien aux USA. Le mécanisme, bouh, l'est cassé... Enfin, pour le trafic aérien, c'était quand même 25 % en dessous de 2019...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
Peut-être une autre raison de l'annulation des vols aux usa ?
https://thecoloradoherald.com/2021/thousands-of-flights-cancelled-as-vaccinated-pilots-fall-ill-or-die/

95 % d’efficacité qu'ils disaient...
https://www.lefigaro.fr/sciences/variant-delta-apres-sydney-la-france-pourrait-elle-etre-contrainte-de-se-reconfiner-20210626
Répondre
R
Erratum : le cours de l'uranium est à 32$ le kilo ce jour, contre 73$ avant Fukushima, à ce tarif là, on comprend que l'Australie ne soit pas pressée d'entamer ses réserves qui sont les premières du monde.
Répondre
R
L'EPR de conception franco allemande, c'est le char Tigre de l'industrie nucléaire, trop gros, trop complexe, trop compliquée à entretenir. En plus raisonnable on a le russe VVER de 1300 MW, plusieurs pays en ont fait l'acquisition dont la Hongrie de "l'affreux dixit l'U.E" Orban, pour cinq milliards d'euros l'unité. Selon l'Agence internationale de l'énergie nucléaire il y aurait près de 8 millions de tonnes de minerai d'uranium à moins de 260 $ le kilo de quoi faire tourner quelques centaines de réacteurs pendant un siècle au moins, actuellement le prix se situe autour de 60$, ce qui explique la faible production. Mais bon, à l'échelle où il est déployé, le nucléaire ne nous sortira pas de la mouise, pas plus que le solaire qui dépend des énergies fossiles et de quantité de matières premières, elles aussi en déplétion, pour sa fabrication
Répondre
A
Pour le nucléaire sud africain,m est aussi victime de un phénomène : la fuite des ingénieurs blancs en Europe..et surtout Belgique, Pays bas et Allemagne...

Le gouvernement de Zuma était un désastre... corruption, favoritisme etc
Répondre
M
J'ai vu pas mal ingénieurs sudaf' qui allaient aussi en Australie. Ils ont rejoint les Rhodésiens, enfin je crois qu'on ne peut plus appeler ce pays ainsi.