Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ENTRE PREVISIONS ET REALITE...

12 Juillet 2021 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Gail Tverberg a écrit dernièrement :

"En 2012, Jorgen Randers a préparé une prévision pour les 40 prochaines années pour Le Club de Rome, sous la forme d'un livre, 2052 , avec les données associées . En regardant les données, nous voyons que Randers prévoyait que la consommation mondiale de charbon augmenterait de 28% entre 2010 et 2020. En fait, la consommation mondiale de charbon a augmenté de 0% au cours de cette période. (Cette dernière prévision est basée sur les estimations de la consommation de charbon de BP pour 2010 et 2019 tirées de l'examen statistique de l'énergie mondiale 2020 de BP , ajustées pour le changement de période de 2019 à 2020 à l'aide de l'estimation de l'AIE tirée de son examen global de l'énergie 2021. )

Randers a estimé que la consommation mondiale de gaz augmenterait de 40 % entre 2010 et 2020, alors que l'augmentation réelle était de 22 %. D'autres autorités font des surestimations similaires de l'utilisation future de carburant, en supposant que «bien sûr», les prix resteront suffisamment élevés pour permettre l'extraction.

Les prix du pétrole, même avec la récente hausse des prix, sont inférieurs à 75 $ le baril. J'ai estimé que pour une production pétrolière rentable (y compris des fonds suffisants pour un réinvestissement coûteux et des impôts suffisants pour les gouvernements), les prix du pétrole doivent dépasser 120 $ le baril".

Bien entendu, la crise Covid semble indiquer que la crise de 2020 que ces phrases étaient encore trop optimistes. Et a démontré une baisse marquée de la production de charbon, un recul net de celle de gaz et de pétrole, sans compter celle d'uranium. Seule la production de gaz restant positive par rapport à 2012.

D'une manière générale, PDG ou gouvernant ne retiennent que les perspectives qui les confortent, pas les vraisemblables. Enerdata, par exemple, entre 2019 et 2021, voient 3 % de croissance, pour une croissance de consommation d'énergie de 0.4 %. Totalement invraisemblable, à moins d'un tripatouillage comptable de grande ampleur.

Et même une transition réussie serait contreproductive en matière de PIB. "L’Europe prévoit des bâtiments plus verts pour réduire les émissions et lutter contre la pauvreté". Un bâtiment passif, par exemple, est totalement anti-pib. Une fois passé l'investissement initial, il ne consomme rien.

Quand à certains, ils me font rouler par terre, ils "réinventent la mobilité", à vélo, bien sûr. Le problème principal n'est pas traité. C'est la densité humaine. La transition implique dans une loi d'airain, la mort de la métropole.

Pour une fois, pour une fois, Le Monde ne dit pas une couillonnade. La faim est en forte hausse, et ce n'est pas fini. ça commence seulement. En 1314 aussi, la faim était inconnue en France depuis 3 générations.

Certains nous racontent des bêtises sur le nucléaire, dont les célèbres phrases :

"En moyenne, le facteur de charge d’un réacteur nucléaire est de 92%, ce qui fait de l’énergie nucléaire la plus fiable de toutes, bien loin devant le gaz (55%) et le charbon (54%), et évidemment l’éolien et le solaire".

De fait, sur 8760 heures de l'année, la maintenance du gaz et du charbon ne durent que 760 heures, ce qui fait une possibilité théorique de charge de 92 % aussi. Si un réacteur nucléaire fait 92 % c'est qu'on le laisse faire 92 % en arrêtant le reste. Et qu'il faut beaucoup de capacités supplémentaires pour faire face aux pointes électriques.

"L’énergie nucléaire est pilotable, donc produite à la demande. C’est indispensable à la stabilité du réseau électrique où offre et demande doivent toujours correspondre". De fait, c'est l'énergie la moins pilotable qui soit. Elle est toujours prioritaire sur les autres.

Là aussi, on se fait beaucoup d'illusions sur l'extraction de l'uranium, et de toutes façons, au niveau mondial, le nucléaire est peu important pour la production d'électricité, et marginal pour l'énergie. Le nouveau nucléaire n'existe pas et n'existera jamais, et l'ancien manque tout bonnement, de carburant.

De fait, la transition sera surtout une débandade. Quand l'effort qu'on veut faire se limite à vouloir changer de voiture pour passer à l'électrique, c'est qu'on a rien compris au film.

Pour le changement climatique ;

"En effet, le consensus scientifique n’existe pas sur ce sujet, contrairement à ce que serine le GIEC et les medias ; une déclaration signée de 1 000 scientifiques a été adressée au Secrétaire général des Nations unies pour démentir cette affirmation gratuite (voir à ce propos la fondation Climate Intelligence ou Clintel). Ce qui est revanche tristement vrai est que les chercheurs qualifiés de climatosceptiques sont immédiatement ostracisés comme le dénonce aussi François Gervais dans ses ouvrages. La science s’est hélas politisée même dans les pays où les universités ne dépendent pas forcément des subsides de l’État".

Le climat n'est pas en cause. Ce qui est en cause, c'est l'épuisement du fossile.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
concretement, le casse tete de la transition:<br /> https://news.err.ee/1608280119/ak-tallinn-and-tartu-differ-on-eu-compliant-public-transport-fuel-sources
Répondre
G
Dommage que notre taulier patauge dans ce galimatias intellectuel autour du changement climatique : ce n'est pas celui-ci ou la déplétion des énergies fossiles mais bien les deux que l'humanité doit gérer aujourd'hui. Deux faces d'une même pièce aux conséquences différentes mais qui se combinent: les conséquences du réchauffement climatique nécessitent toujours plus d'énergie pour les atténuer alors qu'elle sera de moins en moins disponible. <br /> <br /> Enfin, faudrait arrêter de confondre discours politique quel qu'il soit et connaissances scientifiques sur ce sujet. En l'occurrence la démarche des climatoréalistes est du registre du sophisme grossier et non du savoir scientifique... mais bon quand on a décidé des porter des œillères sur un sujet difficile ensuite de les enlever ;-)
Répondre
V
Certes, mais le problème est que le changement climatique est mis à toutes les sauces et que cela ne change rien à la réalité immédiate ou quasi immédiate : érosion drastique de la biodiversité, stérilisation des sols, empoisonnement chimique de la biosphère, etc. Même sans changement climatique, on est dans la mouise grâce à la racaille mondialiste et au capitalisme qu'il soit libéral libertaire, dictatorial à la sauce US ou à la sauce PCC. Le pire étant la manipulation du vivant et l'émergence d'une dictature sanitaire mise à profit par ces "élites" mondialistes afin de briser toute tentative de résistance à l'ordre ou au désordre qu'ils ont eux-mêmes établi en se gaussant de toute limite physique ou simplement éthique.<br /> La question est d'imaginer le Que faire ? Résistance, désobéissance civile, en attendant que des militaires se mettent à désobéir aussi, à l'image des militaires portugais lors de la vieille révolution des œillets de 1974. Je n'y crois guère à mon âge déjà bien avancé, mais je suis certain que le chaos viendra bien avant que les prédictions des collapsologues, tels ceux du GIEC, ne se réalisent. Une petite éruption solaire, ou autre évènement anodin imprévu par les tenants de la techno dictature, auront vite fait de balayer le système et le Covid n'apparaîtra bientôt que comme un détail insignifiant de l'histoire humaine, si une telle histoire doit encore se poursuivre. Je m'amuse souvent à dire aux caissières que bientôt il n'y aura plus de réseaux, plus de cartes bancaires, plus de smartphones, plus de bagnoles électriques ou pas, et qu'on reviendra au travail de la terre, au calcul mental et au troc d'ici 2025 ou 2030 ! <br /> <br /> La Liberté ou la Mort, éteignez vos portables et vos télés et mettez-leur le QR dans le cul ! Et surtout n'écoutez pas les professionnels de la mort lente comme disait Artaud le Momo ! <br /> Ni d'ailleurs les cinglés du transhumanisme ou de la croissance infinie dans un monde fini, ils sont déjà foutus ! Mars ne les sauvera pas, pas plus que les délires de l'intelligence artificielle !<br /> D'ailleurs, allez sur le site de l'AIE, pourtant souvent experte en langue de bois, et vous verrez que la transition énergétique devra passer par le fin de ce système déshumanisé.<br /> <br /> https://www.iea.org/reports/the-role-of-critical-minerals-in-clean-energy-transitions/mineral-requirements-for-clean-energy-transitions<br /> <br /> Bon vent au blog !
N
Bonjour :) petite publication<br /> <br /> https://everywherenobody.wordpress.com/2021/07/13/le-genocide-de-la-pensee-critique-on-ne-peut-pas-sauver-les-gens-deux-memes-sils-nen-emettent-pas-le-besoin/
Répondre
P
L’Europe prévoit des bâtiments plus verts pour réduire les émissions et lutter contre la pauvreté<br /> https://www.enviro2b.com/2020/10/16/leurope-prevoit-des-batiments-plus-verts-pour-reduire-les-emissions-et-lutter-contre-la-pauvrete/ <br /> <br /> "plan de l’UE visant à atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050. "<br /> Là, il faut le dire élégamment, les europénibles se touchent la nuit s'ils croient possible que les bâtiments d'habitation ou tertiaires seront TOUS à énergie nulle pour 2050 ! Cela supposerait une prospérité économique inépuisable pour payer des travaux de rénovation énormes (et difficiles). Le meilleur moyen pour y arriver serait de détruire beaucoup de poubelles thermiques pour les remplacer par du neuf. (bof, rue d'Aubagne à Marseille, ça tombe tout seul, sans avoir à les détruire volontairement).<br /> "s’attaquer à la pauvreté énergétique, afin de soutenir les 34 millions d’Européens qui peinent à payer leurs factures de chauffage". <br /> Bisounourserie quand tu nous tient ! <br /> <br /> "Instauration de normes contraignantes"<br /> là, je veux bien leur faire confiance dans ce domaine !
Répondre
M
Non, désolé, encore une fois, l'article du Monde dit n'importe quoi : "La pandémie de Covid-19 a aggravé la faim chronique" : C'est faux, tout simplement. Les quatre millions de morts COVID dans le mond'e n'ont causé aucune famine, ce sont les mesures de confinement à la con, qui ont causé tout ce merdier. 4 millions, c'est 0.5 % de la population, c'est rien du tout. L'insécurité alimentaire est structurelle, de toutes façons, faut pas être bien malin pour comprendre que les pays où les familles font plus de deux gosses par foyer sont mal barrés.
Répondre
L
Vous ne savez plus compter ;))
R
Même les familles occidentales qui font moins de deux gosses vont être mal barrés si les approvisionnement en pétrole diminuent : Le problème vient de nos habitudes alimentaires, , lorsque l’on mange de la viande (rouge surtout), on consomme beaucoup de pétrole ! Car pour faire un kilo de bœuf, il faut produire 10 à 50 kilos de céréales. Aujourd’hui, 80% des terres agricoles dans le monde servent à nourrir les animaux d’élevage ! Et qui dit des dizaines de kilos de céréales, dit de nouveau du pétrole pour faire tourner les tracteurs, fabriquer les engrains ou rouler les camions. Les plantes cultivées pour nourrir les animaux reçoivent de fortes quantités d’engrais afin que leur croissance soit stimulée. La totalité du maïs et la moitié du blé cultivés en France finissent dans l’estomac d’un animal qu’on va manger.
P
4 millions sur 8 000 , c'est 0.05 %.