Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

IMMOBILIER : LA GRANDE QUESTION

16 Novembre 2021 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Immobilier, #Energie

Mirlicourtois, lui, sombre dans la facilité et le lieu commun, le pavillonnaire, c'est pô bien, ça consomme espace et énergie.
De fait, la grande ville, ça consomme aussi espace et énergie, sans doute de façon plus intensive.

Je doute aussi, réellement, que le parisien épargne beaucoup de temps de transports. De fait, une phrase m'a fait beaucoup rire :

"Les zones d’habitats individuels contraignent aussi les collectivités à entreprendre des travaux, forcément bien plus conséquents qu’en milieu urbain, pour construire les réseaux de routes, d’eau, d’électricité, de gaz, de télécommunication, la mise en place de services de ramassage des ordures ménages, etc. La ville, c’est le royaume des effets d’échelle". De fait, la totalité des réseaux urbains sont bien plus complexes, mais, de plus, il est impossible de les entretenir. Les 12 aqueducs -souterrains- de New York, par exemple, ont vu une émission qui leur était consacré. La seule chose qui fait tenir le béton qui les composent, c'est la pression de l'eau. Ils n'ont pas d'autres choix que d'en construire, constamment, de nouveaux...

la ville du fossile, ne peut, tout bêtement, pas même entretenir ses infrastructures et doit les laisser vieillir... Bien entendu, ce non entretien ou entretien à l'arrache (il n'y a pas d'autre choix) coûte très cher, en argent, comme en énergie. L'entretien est beaucoup plus économique dans le rural.

De même, il n'est pas tenu compte de l'effet induit de la grande agglomération.

D'un autre côté, le nombre de passoire thermiques explose... Et les mises en vente aussi. Les copropriétés sont d'ailleurs souvent très difficilement amendables, techniquement, et ensuite, sociologiquement. Allez dire à des plus de 70 ans qu'il faut rénover leurs logements... Le problème n'est pas déclenché par le gouvernement. Il est ancien. On a bâti des passoires thermiques dans les années 1960 et début 1970. Avant, les souvenirs de la guerre étaient trop prégnants pour qu'on n'en tienne pas compte. Normal que dans une phase de raréfaction, les dites perdent très rapidement de leur valeur.

En 1960, on prévoyait une "énergie abondante et bon marché. Elle le fut 15 ans. Elle commença à augmenter. Il est probable qu'elle le redevienne vite, mais sans consommateurs.

Là aussi, la seconde guerre mondiale est pleine d'enseignement. On peut avoir très froid chez soi. Il n'y avait pas que dans les camps de concentrations. Là aussi, l'autonomie n'est pas un vain mot.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Patrick, tu déconnes. Il y a quelques années tu critiquais le pavillon par l'exemple de Détroit, où les routes ne sont plus entretenues, les poubelles pas ramassés etc pour cause de tissus urbain distendu.<br /> Bien sûr la ville a des coûts de complexité. Il y a quand même un juste milieu entre mégalopole et banlieue pavillonnaire, pour atteindre un optimum énergétique. Le tissus urbain français correspond d'ailleurs a cet optimum pour des conditions de faible disponibilité énergétique (Bairoch).<br /> Je vis dans un village où les conduites d'eau pètent plusieurs fois par MOIS. La dite eau fait une quinzaine de km pour alimenter le village. Et pourtant, c'est en montagne (Savoie) : on ne manque pas d'eau. Ce n'est pas un exemple isolé. Un aqueduc alimentant une ville sera toujours mon coûteux a entretenir, toutes proportions gardées.<br /> Certes, à long terme peut être ne pourra t-on plus entretenir l'aqueduc et le village ce sera débrouillé pour s'alimenter en local avec une eau de plus mauvaise qualité. Ce jour là ça fera longtemps que plus aucun d'entre nous aura mal aux dents.
Répondre
L
a lire:<br /> https://brunobertez.com/2021/11/15/psychopathologie-de-la-manipulation-des-deviances-du-pouvoir-de-la-perversion-de-la-paranoia-et-du-harcelement/
Répondre
V
Merci pour ce lien.
K
Si je puis me permettre, le texte originale vient du site ci-dessous.<br /> Je dirais même plus à lire, relire et re relire. La question suivante, est... que fait on maintenant????<br /> <br /> Totalitarisme, idéologie et paranoïa<br /> <br /> Symposium international de santé mentale organisé au Portugal par la Aliança Saúde Portugal, au sujet de la pandémie de peur actuelle propagée dans l'humanité.<br /> Le délire collectif paranoïaque est celui qui structure le régime totalitaire. C’est l’explication psychopathologique du totalitarisme, qui selon ses critères politiques,<br /> Le totalitarisme correspond donc à un délire psychotique, celui de la paranoïa, et ce délire est contagieux.<br /> <br /> Il faudra, dans un paradoxe implacable, supprimer la vie pour conserver la vie.<br /> <br /> <br /> https://www.arianebilheran.com/post/totalitarisme-ideologie-et-paranoia-ariane-bilheran