Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La voix de son maitre.

17 Juin 2009 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

Le partage des tâches est bien balancé : au ministre de foutre la panique, en parlant de la retraite à 67 ans, la présidente du MEDEF fait presque partie des modérés, quand on apprend qu'elle ne désire "QUE" 63.5 années.
Bien entendu, qu'à 60 ans, aucun salarié ou presque du privé ne travaille plus, ça ne rentre pas en compte.
Que les plans sociaux se multiplient à l'envie, ça ne rentre pas en compte, non plus.
Que, finalement, ce que demande le patronat est simple : que la retraite redevienne ce qu'elle était au départ, un avantage pour les cadres. Pour les autres salariés, le départ coinciderait avec ce qui reste de vie avec handicap.
63.5 ans, c'est beaucoup pour le salarié qui travaille pénible depuis ses 16 ans.
Bien entendu, on ne parle pas d'une mesure plus juste : le plafonnement des cumulards de retraites.
Les pensions d'un Giscard ou d'un Chirac, à combien se montent elles ? Sans parler, bien sûr, de la palce chaude au conseil constitutionnel.
S'il y a une mesure de justice, c'est bien, non pas de raboter les petites retraites, mais de tailler les grosses à la tronçonneuse.
Après tout, si 90 % du peuple vit avec moins de 3000 euros par mois, pourquoi ne pas cadrer le maximum de pension sur ce plafond ?

Toujours est il que ces projets de "réformes" (lire : de régression sociale), ne sont que la continuation du délire libéral précédent, et du déplacement sauvage de la valeur ajoutée vers le haut de l'échelle sociale. Mais, les pauvres, la classe moyenne, elles, ne jouent plus.
Elles se retirent du jeu, par absence de moyen -salaud de pauvres-. On avait réinventé la dime des dépenses incompressibles : logements et ses charges.
Mais, on s'aperçoit, que ces dépenses incompressibles, finalement, le sont aussi. Les enfants ne partent plus de la maison, faute de travail correct et prévisible. Même les anciens et moins anciens recohabitent. Partager la misére, c'est plus facile à porter.
ça, les grandes entreprises vont très bientôt le réaliser.
Mon coauteur sur le "blog énergie", croyait la fable de la "croissance tendancielle" de certaines consommations (il en semble revenu).
Aéroport de Paris, se sent mal. C'est un des premiers exemple de souffrance et de stress de structures qu'on croyait incoulable. Ailleurs, bien sûr, c'était possible, en "province".
Egalement, le parisianisme des élites, variante locale de l'américanisme, croyait que les leçons de leur grand bled (mais ce n'est qu'un bled, un peu plus grand), vrais et qu'elles allaient se généraliser.
C'est faux. Les campagnes entourent la ville, et la ville tombe comme un fruit mûr (Mao).
L'immobilier ne monte pas au ciel. Les logements vide, ça existe. Il y en a même énormément, les consommations énergétiques, diverses, rentes de lobbys, s'y appuient. Effectivement, il faut un stress violent des ménages pour que le repli des rentes s'opére. Mais, grâce à Laurence Parisot, sa radinerie, son manque d'intelligence et son conformisme, elle va arriver, à couler les grandes entreprises, faute de clients.
On les croient durs ? Non finalement, ce sont des dinosaures. Le problème de l'animal de grande taille, c'est qu'il lui faut beaucoup de nourriture, pour simplement survivre, et la rente devient vite insuffisante.

Le conformisme a son intérêt en matière scientifique, notamment, dans le respect des procédures.
En matière économique, il n'en a aucun. Les grands créateurs de multinationales, étaient tous des non conformistes, des visionnaires, des gens pragmatiques.
Les ministres, la patronne des patrons, sont des gens baignants dans le jus de leur idéologie et de leur suffisance.
Toute idéologie aboutit au désastre. Il n'y a pas que le communisme.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
A priori, mon commentaire n’est pas passé donc je réitère.<br /> J'habite la Gascogne du nord (Région Occitane, pour les incultes Parigo), donc je suis trop con pour me servir d'un vélo dixit le monde <br /> <br /> \"JC Decaux a fini par comprendre pourquoi sa flotte de deux-roues se dégrade plus vite à Paris qu'à Marseille ou à Lyon. Dans la capitale, les usagers occasionnels - provinciaux, touristes étrangers... - sont plus nombreux qu'ailleurs. Moins rodés à l'utilisation des Vélib', ils les maltraitent davantage ou omettent de les remettre correctement en place.\\\"<br /> <br /> Ce n'est pas parce que l'on parle la même langue, que l'on est du même pays.<br /> <br /> ADISHATZ
Répondre
C
J'habite la Gascogne du nord (Région Occitane, pour les incultes Parigo), donc je suis trop con pour me servir d'un vélo dixit le monde <br /> <br /> \"JC Decaux a fini par comprendre pourquoi sa flotte de deux-roues se dégrade plus vite à Paris qu'à Marseille ou à Lyon. Dans la capitale, les usagers occasionnels - provinciaux, touristes étrangers... - sont plus nombreux qu'ailleurs. Moins rodés à l'utilisation des Vélib', ils les maltraitent davantage ou omettent de les remettre correctement en place.\"<br /> <br /> Ce n'est pas parce que l'on parle la même langue, que l'on est du même pays.<br /> <br /> ADISHATZ
Répondre