Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grenelle sauveur d'emplois ?

17 Juin 2009 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Le Grenelle de l'environnement doit maintenir ou créer 600 000 emplois. Créer, c'est pour ceux qui sont hardis, maintenir, c'est pour ne pas se mouiller.
En réalité, le nombre d'emplois réels crées par le Grenelle de machin ne sera pas loin de zéro.
Bien que cette évolution vers une société plus sobre soit inéluctable, il faut se dire que les emplois existent déjà, qu'ils seront au mieux, adaptés, et que pour qu'il y ait création massive, il faut sortir du cadre économique actuel.
En effet, pour la plupart du temps, les "nouvelles technologies", concernent les corps de métier du bâtiment.
Le marché du neuf plonge, l'immobilier d'entreprise s'effondre, seule la réhabilitation se maintient, à grands coups de subventions. Cela n'empêche pas le bâtiment de licencier.
Seul un effort de PLANIFICATION, pourrait notablement accélérer la mutation et créer des emplois. Cette planification implique, un essor de la production (à domicile), une fixation des prix, des tarifs, et quasiment, une affectation de main d'oeuvre.
En un mot, c'est de l'économie dirigée, comme pendant les trente glorieuses.
Mais 600 000, c'est beaucoup, même les années de l'après-guerre se sont faites avec un montant globale de main d'oeuvre, quasi identique.
Les Kits de toutes sortes, sont d'ailleurs, facilement montables. 
Donc, en ce qui concerne le bâtiment, pas de création en vue.
Peut on en espérer pour l'industrie ?
Si certains secteurs se développent, c'est oublier aussi, que d'autres, dans le même temps, dégraissent. Et que, même un changement d'automobiles, pour du moins gourmand, ou même se nourrissant d'air, toucherait un secteur finalement habitué aux restructurations, et qui changerait peu de rythme. Le changement de produit, le renouvellement des gammes, est une réalité depuis longtemps.
Le dernier pôle de la consommation d'énergie, l'industrie, est quand à elle, déjà en pointe, depuis toujours, pour l'économie d'énergie. Pour une bonne raison, l'énergie, ça coûte. Les délocalisations en Chine sont d'ailleurs aberrantes à ce niveau : les chinois vivent un gaspillage industriel intense, et ils sont, à ce niveau, archaïques. Le bas coût de la main d'oeuvre est sensé pallier le problème. L'efficacité énergétique y est basse.

Enfin, dernière manière d'économiser l'énergie : qu'un pays sombre dans la pauvreté. Les habitations sont abandonnées, purement et simplement, les pauvres, ça vit aussi sans voitures, et l'industrie est délocalisée.
Donc, il n'y a aucune évidence que le Grenelle fonctionne, sans dirigisme d'état. L'économie d'énergie, cela est incompatible avec l'économie de marché. Et même si la consommation se réduit, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle. Cela peut dire aussi, que l'économie s'effrite, s'effondre, se contracte...

De même, amener un produit, produit à Tchong King, de Biarritz à Knokke le zoute, il y a mieux comme charpente économique.
Il faut s'y faire. Le grenelle ne s'appelera pas Diego de la Vega...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Mais c’est de Pékin, naturellement pourrait-on dire, qu’est venue la nouvelle la plus importante dans l’immédiat. Car, selon les données du Trésor américain publiées lundi 15 juin, les avoirs de Pékin en obligations américaines avaient diminué de mars à avril dernier, passant de 767,9 milliards de dollars à 763,5 milliards. <br /> <br /> Commentaire laconique et peu explicite du porte-parole du ministère des affaires étrangères, lorsqu’il a été interrogé : « Quand nous gérons nos réserves en devises étrangères, nous le faisons toujours conformément à un principe de sûreté, de liquidité et de maintien de la valeur et conformément à nos besoins. »<br /> <br /> http://www.pauljorion.com/blog/?p=3392<br /> <br /> Conclusion : la Chine a commencé à se débarrasser de ses obligations américaines.
Répondre
S
Non seulement pas créateur d'emplois mais dénué de toute force d'action, amendé de toutes parts pour ne surtout pas concéder le moindre millimètre au productivisme triomphant.<br /> Les Verts se sont d'ailleurs abstenu sur le \"Grenelle de 'ENVIRONNEMENT\".
Répondre
B
Ils sont en première ligne face aux faillites et défaillances d’entreprise. Et ils ne sont guère optimistes. Les administrateurs et mandataires judiciaires, dont le Conseil national se réunit aujourd’hui et demain pour les rencontres annuelles de la profession qui regrouperont environ 600 personnes, ne cachent pas leur inquiétude.<br /> <br /> « L’année 2009 va être marquée par une augmentation importante des redressements et liquidations judiciaires. Les cinq premiers mois de 2009 se traduisent déjà par une très forte hausse par rapport à la même période en 2008 », rappelle Vincent Gladel, vice-président du Conseil national. La deuxième partie de l’année devrait même voir une aggravation de la tendance, car « notre droit social a un effet d’inertie et de latence qui retarde les effets de la crise par rapport à d’autres pays », poursuit le vice-président.<br /> <br /> Même constat de la part de Christophe Thévenot, président de l’Association syndicale professionnelle des administrateurs judiciaires : « Nous avons affaire à des entreprises en difficulté dont la taille est de plus en en plus importante et des entreprises de plus en plus anciennes également. Beaucoup de dirigeants anticipent les difficultés qu’ils vont avoir à partir de fin juin. L’été va être difficile. »<br /> <br /> Principaux chiffres du premier trimestre 2009 :<br /> <br /> Les défaillances d’entreprise ont augmenté de 21,3 % par rapport à la même période en 2008.<br /> <br /> Les procédures de sauvegarde sont en hausse de 147,2 %.<br /> <br /> 15.277 jugements d’ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire ont été enregistrés au 28 mars 2009, et 304 procédures de sauvegarde.<br /> <br /> 70 % des entreprises défaillantes n’ont pas de salarié.<br /> <br /> Pour les plus de 20 salariés, hausse des dépôts de bilan de 86 %.<br /> <br /> http://www.lesechos.fr/info/france/4876667-un-ete-difficile-est-prevu-par-les-administrateurs-judiciaires.htm
Répondre
A
\"Le grenelle ne s'appelera pas Diego de la Vega...\"<br /> Peut-être alors Diego de Las Vegas, vous savez, cette ville qui cristallise on ne peut mieux l'orgueil démesuré de quelques-uns, et qui est promise à un retour de là-même où elle vient : le néant.
Répondre
C
En parlant de JH Kunstler, une vidéo intéressante à propos de l'urbanisme pavillonaire délirant :<br /> <br /> http://video.google.fr/videoplay?docid=-3057280178909051497&ei=PPQ5Su7lHqG02gLoxIH3Aw
Répondre
L
cher patrick puis-je vous faire une suggestion, puisue vous parlez pas mal d'immobilier : c'est d'aller faire un tour sur le site de james howard kunstler, qui dit grosso modo comme vous mais EN PLUS défend un courant artistique architectural qui prone un retour au beau, à l'esthétique, sans renier les techniques modernes d'économie d'énergie. Les zones pav sont un des cancers les plus effrayants de france, et ils progressent à une vitesse atroce.
Répondre
T
Le grenelle c'est un truc pour faire du fric ou c'est pour sauver la planète ?<br /> <br /> nan parce que La Chine et l'Inde ils ont pas de grenelle eux...<br /> <br /> donc je dis, torchons la bouteille pendant qu'il en reste un peu, la gueule de bois ça sera pour pour plus tard.
Répondre