Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Shah in Shah...

20 Juin 2009 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Voilà une réaction d'internaute sur l'Iran qui mérite aussi un article :
" -il n'est pas revenu sur la nationalisation du pétrole du grand Mossadegh, même s'il a bénéficié de la CIA pour revenir au pouvoir,
Il ne faut pas oublier le contexte de l'époque, l'influence soviétique et communiste est énorme dans la région, la réforme populaire, et l'ingérence américaine, niée.
-il a lancé le programme nucléaire iranien (comme son voisin Saddam), interrompu par l'obscurantiste Kohmeyni,
L'Ayatollah avait, vis-à-vis de l'énergie, de la prudence. Il avait vu le régime du Shah pourrir par l'argent du pétrole. Et puis, être contre le nucléaire, est-ce obscurantiste ou éclairé ?
-il a lancé la réforme agraire au début des années 60 (ce qui lui a valu l'inimitié farouche du clergé chiite, grand propriétaire terrien, de la bourgeoisie libérale et du parti communiste, qui voyait là s'échapper sa clientèle miséreuse),
L'Iran était clairement une cocotte-minute prête à exploser. Des mesures pour empêcher cette explosion, étaient nécessaires. La révolution blanche était destinée à créer des appuis à un régime fragile. Lui même reconnu que ce fut un échec, comme beaucoup de réformes agraires, pour cause de technocratisme.
-il a été un des fers de lance de la révolte orientale de 1973,
Kadafhi fut le premier à augmenter les prix du pétrole, de manière symbolique, en 1969. Le Shah n'était pas un révolté, mais un homme obnubilé par son armée, et les augmentations de prix du pétrole, largement instrumentalisés par les USA, pour reprendre en main les deux pôles de la  triade (Europe occidentale et Japon), qui avaient des vélléités d'indépendance. Le deal était qu'ils assuraient l'approvisionnement, même si les prix augmentaient. Les USA eux, étaient, à l'époque, encore excédentaires en pétrole, ou très peu importateurs, et de toute façon, ne payait son pétrole qu'en $. Les princes saoudiens obtinrent la possibilité d'augmenter contre l'assurance que les USA seraient toujours approvisionnés, et que le pétrole serait côté en $. On est donc, et loin, pas dans une "révolte", mais dans un "deal". Ses achats d'armements américains étaient considérables et démentiels.
-il n'est pas responsable de l'action de ses héritiers (et puis même, on peut imaginer que ceux-ci veulent se servir des USA comme les USA veulent se servir d'eux, l'histoire de 1953 se répeterait),
Bien sûr, le Shah n'est pas responsable de ce qui se passe actuellement, mais le schéma est le même que les révolutions de couleur, et celui du putsch anti-Chavez.
-si le shah était aussi pro-ricain, pourquoi ceux-ci l'ont laissé tombé comme une merde en 1978 et surtout pourquoi ceux-ci ont soutenu militairement, avec la complicité d'israel, la république islamique lors de leur guerre contre l'irak baassiste?
Détruire un ennemi avec un autre ennemi, voire, les voir se détruire mutuellement, ce n'est pas soutenir autrement que la corde qui soutient le pendu... L'Irak baassiste a aussi été encouragé à l'attaque... En 1979, les USA ont aussi laissé tomber Somoza, un autre de leurs "batards", lui aussi était devenu insauvable. De plus, les occidentaux ont généralement beaucoup plus soutenu Saddam que l'Iran, même s'ils ne faisaient faute de fournir les deux (il n'y a pas de petits profits).
-sait-on qu'une iranienne peu suspecte de sympathie pour l'irak, marjane satrapi, témoigne, dans sa BD, que dès 1983, Saddam a proposé de mettre fin à cette guerre qui affaiblissait les deux pays (tout bénef pour l'occident et israel), mais que les révolutionnaires iraniens ont refusé (la révolution, en iran comme en france, a besoin du sang de la guerre pour fonder son mythe et ses martyrs) ".
Saddam demandait la paix en position de faiblesse, à cette époque. la possibilité d'une victoire militaire iranienne, à cette époque était réelle. le redressement irakien, par la suite a changé cette position de faiblesse en position plus équilibrée.
Pour répondre à un autre internaute, le nombre de morts dans les manifestations n'est pas prouvé, sujet à caution, extrémement variable suivant les jours (et pour les mêmes sources), et, par comparaison avec l'époque du Shah, très bas.
En effet, ce sont les enterrements des tués lors des manifestations qui provoquaient d'autres manifestations, et dépassaient souvent la centaine, voire beaucoup plus.
De même, les morts ne sont pas forcément causés par les forces de l'ordre.
Les mouvements terroristes financés par la CIA existent en Iran, et ne se sont pas fait faute de verser le sang.
On sait bien que des morts dans les manifestations ont tendance à cristalliser les oppositions.
Se souvient on des 10 000 morts du Kosovo ? Combien étaient ils réellement ? Mais après tout, passé le saint, passé la fête. On ne se souvient plus du mensonge, plus c'est gros, plus ça passe (et sans vaseline).

En un mot, là aussi, il ne faut pas stigmatiser la RII, le terrorisme intellectuel et la pression ne font que raidir le régime, et, une réintégration de celle-ci dans le concert des nations, et donc l'abandon des oukazes inacceptables (et faits pour être inacceptables), vital.
Là aussi, il faut que les USA acceptent d'avoir autre chose que des valets, ou des ennemis.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Je ne doute pas un seul instant de la brutalité de la police iranienne : après tout oubliez-vous que TOUTE police dès qu'elle se sent "couverte" est capable de n'importe quoi, et que ses pulsions dérapent vite, et loin !. Voyez ce qui se passe en France, dans un pays pourtant où la tradition de <br /> Le blog de Tabouretdéfense des droits de l'homme et de modération est longue, contrairement à l'Iran, il ne faut pas longtemps et il ne faut pas beaucoup pour que ces gens là se transforment en bêtes féroces.<br /> http://policiers.over-blog.com/<br /> De plus le "sale travail" est dans ce régime toujours confié aŭ milices Bassidji, leurs SA.
Répondre
W
Merci BA.<br /> <br /> C est bien pire que je l aurais cru. Hollywood n aurait pas pu faire mieux.<br /> <br /> J ai une réponse de vieux : mais dans quel monde on vit ?
Répondre
B
En 1994, le clan Balladur-Sarkozy signe un contrat de vente de sous-marins Agosta au Pakistan. Le clan Balladur-Sarkozy promet aux dirigeants pakistanais de leur verser des commissions occultes : en échange, les dirigeants pakistanais promettent de reverser au clan Balladur-Sarkozy des rétro-commissions occultes.<br /> <br /> En 1995, patatra ! C’est Chirac qui est élu président de la République, contre le clan Balladur-Sarkozy ! Chirac ordonne aussitôt que la France arrête de verser les commissions occultes aux dirigeants pakistanais. Les dirigeants pakistanais sont furieux : ils décident d’attendre l’élection présidentielle de 2002 pour demander au successeur de Chirac qu’il verse les commissions occultes promises par le clan Balladur-Sarkozy.<br /> <br /> En 2002, patatra ! C’est Chirac qui est ré-élu président de la République ! Les dirigeants pakistanais utilisent alors la manière forte pour essayer d’obtenir le versement des commissions occultes promises par le clan Balladur-Sarkozy. Trois jours après la ré-élection de Chirac, le 8 mai 2002, les dirigeants pakistanais ordonnent à leurs militaires de commettre un attentat à Karachi contre les ingénieurs français : 11 morts.<br /> <br /> Ce n’était donc pas Al-Qaida qui a tué 11 ingénieurs français à Karachi : c’était les dirigeants politiques pakistanais qui ont ordonné à leurs militaires de commettre cet attentat. Le journaliste Hervé Gattegno a évoqué le 4 décembre 2008 un rapport très compromettant : le rapport « Nautilus ». <br /> <br /> Le rapport « Nautilus » explique que les dirigeants pakistanais ont donné l’ordre à leurs militaires de commettre l’attentat contre les 11 ingénieurs français POUR OBTENIR DE LA FRANCE LE VERSEMENT DES COMMISSIONS OCCULTES PROMISES PAR LE CLAN BALLADUR-SARKOZY.<br /> <br /> http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2008-12-04/revelations-les-mobiles-caches-de-l-attentat-de-karachi/924/0/297079<br /> <br /> Vendredi 19 juin 2009, le site Mediapart révèle que, pour venger l’assassinat des 11 ingénieurs français, la DGSE a effectué une opération de représailles contre les militaires pakistanais en 2002.<br /> <br /> Lisez cet article de Mediapart :<br /> <br /> Karachi : dès 2002, la DGSE a mené une opération de « représailles » contre des militaires pakistanais.<br /> <br /> Selon des informations recueillies par Mediapart, les services secrets français ont mené en 2002 une opération de réprésailles - « Casser des genoux » - contre des militaires pakistanais suspectés d’être impliqués dans l’attentat de Karachi. Le 8 mai 2002, cet attentat fit quatorze morts dont onze Français, employés de la Direction des chantiers navals (DCN). L’opération de représailles a été le fait du service « Action » de la Direction générale des services extérieurs (DGSE).<br /> <br /> Cette information a été confirmée le 14 mai devant un juge antiterroriste par l’ancien agent de la DST Claude Thévenet. Ce dernier a reconnu être l’auteur du fameux rapport "Nautilus" : il révèle que l’attentat aurait été causé par le non-versement de commissions dues par l’Etat français, sur fond de règlement de comptes entre chiraquiens et balladuriens. C’est aujourd’hui la thèse privilégiée par les juges.<br /> <br /> http://www.mediapart.fr/journal/france/190609/karachi-des-2002-la-dgse-mene-une-operation-de-represailles-contre-des-militai
Répondre
W
Je crois que de moins en moins de personnes sont dupes depuyis l avenement de l internet.<br /> <br /> Les choses changent et vont se radicaliser.<br /> <br /> PR, tu n as pas l intention de faire un billet concernant les militaires français sacrifiés au Pakistan et les dessus de tables indugnes de nos dirigeants intègres ?
Répondre