Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Perspectives ?

1 Juillet 2009 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

Beaucoup de questions, dans les réactions des internautes. On aimerait savoir ce qui va se passer.
D'abord, un rappel. Il y a une chose que les personnes riches voudraient léguer, c'est la fortune. Or, la transmission de la valeur dans le temps n'existe pas. Les grands historiens des temps anciens, des médiévistes et Braudel, entre autres, l'ont tous relevé. Ce qui vous fait aisé une génération, ruine la suivante.
Les confédérés de 1860 se voyaient riches, grâce aux cours du coton. Ils se voyaient encore plus riche à la génération suivante. Malgré la guerre civile, la production progressa énormément, elle a progressé tout le 20° siécle d'ailleurs, mais en 1890, le prix du coton était une petite fraction du prix de 1860.
Les confédérés ont fait la guerre civile pour rien : l'effondrement des cours condamnait l'esclavage.
comment MESURER cette richesse, à partir de quelle base fixe ? "
C'est une demande sempiternelle, et sempiternellement, on ne peut y répondre.
Le bien de consommation, comme celui de production peut s'avérer un pont d'or, ou un boulet. C'est alternativement, l'un et l'autre.
La "science économique" est née d'une contreverse au XVI° siècle entre Jean Bodin et Jean de Malestroit. Deux esprits éclairés de l'époque.
L'un s'éclairait même à la sorcière, c'est pour dire.
Dépréciation des métaux surabondants, passage des étoffes (velours) du marché du grand luxe, au marché de plus grande masse...
Dans la fin de l'URSS, une donne importante était la distorsion des prix. On n'osait y toucher. Ce qui était rare était bon marché, ce qui était abondant, cher.
La colique monétaire actuelle est à ramener à une base simple : la production.
Quand la masse monétaire augmente, et que la production se rétracte, c'est la base des observations faites en temps de guerre.
Ce qui est observé en temps de guerre aussi, c'est "l'effet d'éponge" des emprunts d'états.
La masse monétaire ne se retrouve PAS TOUT DE SUITE, dans l'inflation.
On retrouve le "mur d'argent" de 1924-1926. En réalité, à cette époque, le gouvernement n'était pour rien dans la crise financière, c'est l'effet d'échéance des emprunts qui arrivaient à terme qui fit tout.
440 milliards prêtés par la banque centrale aux banques (à 1 %), qui elles même en remettent 220 en placement à la BCE (à 0.25 %), c'est, comme qui dirait, la bonne affaire.

La réalité, quelle est elle ? Regardons un marché du 16°siécle sur une grande place bancaire, comme Lyon.
Le banquier, c'est celui qui, sur une simple table, SOLDE des opérations, par millions.
Il ne crée rien, n'a aucune utilité sinon.
Ce qui permet de TRANSMETTRE une (fraction de) valeur, c'est un bien PHYSIQUE, bien qu'il soit sujet à de gros aléas.
L'immobilier, le métal : l'or, l'argent, le cuivre.
On ne peut vous voler le savoir faire : jardiner, tirer (être dans un club de tir, c'est pas mal).
Le paradoxe du riche, c'est qu'il veut que sa fortune fasse des petits, en étant sûr. Là, c'est impossible.
La monnaie dette actuelle, ce sont des chiffres virtuels. Un bout de papier, avec des chiffres.
Comment y accorder une valeur ? Impossible. Le banquier Lyonnais de 1560 échange déjà tellement d'argent que réunit, il pourrait acheter le royaume.
Certains, sans cultures sur leur blog, bavassent sur la mondialisation. Oh oui, elle existe, mais depuis tellement de siècles, que ce n'est une nouveauté que pour les ânes. .
Le krach financier du 14° siécle a pu se faire en Chine comme en Occident, preuve, déjà, que la distance n'était pas une limite à la connerie.
Madoff a été condamné. 150 ans de prison, c'est pas mal. Il aurait mieux fait de tuer 20 personnes, en disant qu'il avait été violé petit, il s'en serait mieux sorti.
Mais, notre époque n'a pas égalé les krachs des temps passés, fait sur des pyramides de ponzi conçues sur des trétaux.
La technitude n'est que l'alibi et le faux nez d'une très vieille chose : une escroquerie.
Déjà, dès le 16° siècle, les européens vont ruiner certaines monnaies, comme les cauris.
Elles sont acceptés ? Ils vont en produire tant et plus. 

Si  vous voulez quelque chose qui, effectivement, ne décôte pas, c'es ça qu'il vous faut :
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Allez BA une petite mise a jour de la serie chronologique? Que devient votre these de la panique?
Répondre
B
ParLeBonBout, vous faites une interprétation très intéressante.<br /> <br /> La BCE a arrosé les banques européennes de 442,24 milliards d'euros (prêtés à prix d'ami : seulement 1 % d'intérêt).<br /> <br /> Pourquoi la BCE a-t-elle autant arrosé les banques européennes ?<br /> <br /> Je croyais que la situation s'améliorait ...<br /> <br /> Pourquoi la BCE a-t-elle prêté 442,24 milliards d'euros aux banques européennes fin juin ?
Répondre
P
BA vous voyez le probleme dans le mauvais sens: lorsqu'une crise bancaire eclate, les banques centrales arrosent les banques de liquidites, et quand il n'y en a plus il y en a encore. Si panique il y a, c'est dans les banques centrales.
Répondre
J
On pourrait peut être faire un peu de sémantique :<br /> <br /> 1. INFLATION : accroissement de la masse monétaire (moyens de paiement) par la banque centrale.<br /> <br /> 2. HAUSSE DES PRIX (à la consommation) : improprement appelée inflation, une des conséquences du 1.<br /> <br /> La hausse des prix peut bien sûr avoir d'autres raisons (multiplexées ou non) : pénuries, catastrophes, guerres, ...<br /> <br /> Pour les financiers<br /> <br /> 1.hausse des prix des "actifs" : COOL !<br /> 2.hausse des prix dans les magasins, et donc des salaires : PAS COOL !<br /> <br /> C'est l'inverse pour le travailleur ... qui aimerait vivre en paix, travailler pour une rémunération juste, payer ce dont il a besoin au bon prix, et retrouver la joie de vivre qui était sa caractéristique fondamentale pendant des siècles ...
Répondre
R
Je me demande pourquoi l'inflation (la grande faucheuse des patrimoines de rentiers) n'est pas encore là. Trop tôt ? ou y-a-t-il quelque chose qui bloque ? Un crise énorme mais sans inflation ressemblerait à quoi ?
Répondre
P
<br /> une crise énorme sans inflation, il n'y a aucune possibilité. La chose qui bloque, c'est la formation du nuage inflationniste : il va crever d'un coup...<br /> <br /> <br />
L
Du grand patrick, ne t'inquiéte pas c'est la période. Ca booste en se momment. Mais ca va passé.<br /> <br /> T'est vraiment en forme. Je plaisante un peut :))))))
Répondre
B
Regardez bien ce graphique qui représente le montant des sommes que les banques européennes ont déposées à la BCE :<br /> <br /> http://www.bloomberg.com/apps/cbuilder?ticker1=ECBLDEPO:IND<br /> <br /> Le graphique récapitule l’évolution sur les 6 derniers mois. <br /> <br /> Cliquez sur l’onglet « 5Y » pour voir l’évolution sur les 5 dernières années. Vous verrez que, lorsqu’une crise financière éclate, les banques européennes paniquent et déposent des sommes gigantesques à l’abri, c’est-à-dire à la BCE.<br /> <br /> Patrick, vous ne pensez pas que EN CE MOMENT MEME il y a un énorme problème qui est en train d'apparaître dans le secteur financier européen ?
Répondre
P
<br /> Bien sûr que si. C'est relativement simple. trop de dettes, trop d'argent. Le veau d'or.<br /> <br /> <br />