Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

600 000 suppressions d'emplois...

11 Mars 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

Depuis le début de la crise, 600 000 emplois ont été supprimés en France.

On voit les cassés du cerveau, se féliciter que les destructions d'emplois se fassent à un rythme "moins rapide", preuve que l'on est en pleine "allégorie de la grenouille".
Cela correspond d'ailleurs à la tactique néolibérale de monter la température très progressivement pour qu'il y ait un passage progressif à "autre chose", sans révolte.

D'ailleurs, quand on voit les agences de cotation s'agiter pour que les états "réduisent leur déficits", on assiste à un autre spectacle de cassés du cerveau.
En effet, les marchés, et donc les agences de notations n'existent que si les états les laissent exister.
Aller emmerder un état marginal, c'est dans l'ordre des choses, mais on ne marche pas sur les pieds d'un état centre du système.
Il pourrait prendre la mouche. Et rappeler au marché qu'il n'est qu'un trou du cul, qu'on laisse s'amuser avec les devises et la dette.

Enlevez lui ça, il ne reste rien du marché roi.

Le cas britannique est emblématique. Le pays vit à crédit depuis longtemps, il n' a plus réellement de secteur productif.
On lui laisse l'alternative. Soit pour continuer on sabre dans les dépenses et on contracte l'économie de 10, 15, 20 ou 50 %, ou on banqueroute et la réduction de consommation est égale à 10, 15, 20 ou 50 %, mettant celle-ci en rapport avec les capacités productives réelles de l'économie godon.
La banqueroute n'est pas un problème. Après, les prêteurs ne manqueront pas. En effet, la défaillance ayant déjà eu lieu, la prochaine n'aura pas lieu avant longtemps.

Le cas islandais est beaucoup plus facile. En effet, l'Islande est nettement excédentaire dans son commerce extérieur, elle n'a donc pas besoin de faire appel aux fonds étrangers. Une banqueroute est encore plus rentable.

Mais, en ce qui concerne la grenouille, on a retenté l'expérience. Elle est moins probante, et la grenouille s'agite et tente de s'échapper. la carbonisation en cours du petit nicolas, et du grand Obama (ci-dessous), dont beaucoup se demandent si ils pourront être candidats en 2012, semble l'indiquer. laurel-et-hardy.jpg
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> "La banqueroute n'est pas un problème. Après, les prêteurs ne manqueront pas. En effet, la défaillance ayant déjà eu lieu, la prochaine n'aura pas lieu avant longtemps."<br /> <br /> En est-on si sûr ? Voici un court passage d'Immanuel Wallerstein sur le déclin de l'Espagne au XVIe siècle (Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, p. 173): "Pendant ce temps, le gouvernement<br /> s'endettait de plus en plus à l'étranger, il tendait à résoudre ses crises budgétaires en reniant ses dettes (banqueroutes de 1557, 1575, 1596, 1607, 1627, 1647) et il se trouva finalement dans<br /> l'incapacité de continuer à emprunter et, par conséquent, de poursuivre ses guerres."<br /> <br /> Le nombre de banqueroutes en moins d'un siècle est assez impressionnant, mais il est vrai que les investisseurs ne le font pas avec le nez dans les livres d'histoire...<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Jeudi 11 mars 2010 :<br /> <br /> Le futur avion de chasse Joint Strike Fighter (JSF), le plus coûteux programme d'armement du Pentagone à ce jour, va finalement coûter près de deux fois plus cher qu'initialement prévu, a admis<br /> jeudi une haute responsable du Pentagone lors d'une audition au Congrès.<br /> <br /> http://www.lepoint.fr/bourse/2010-03-11/le-futur-avion-de-chasse-jsf-coutera-deux-fois-plus-que-prevu/2037/0/432859<br /> <br /> Mercredi 10 mars 2010 :<br /> <br /> USA : déficit budgétaire record de 221 milliards de dollars en février.<br /> <br /> Le déficit cumulé pour les cinq premiers mois de l'année (octobre 2009-février 2010) atteignait la somme record de 651,602 milliards de dollars fin février.<br /> <br /> La Maison-Blanche prévoit que le déficit pour l'ensemble de l'année 2009-2010 atteindra la somme inouïe de plus de 1 555 milliards de dollars, effaçant le record de plus de 1 415 milliards de<br /> dollars constaté l'année précédente, du fait des efforts de relance économique du gouvernement.<br /> <br /> http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=9c0a0d43a78076b39f4bf270c54d3144<br /> <br /> <br />
Répondre