Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aéroport de Bretagne, dans les choux aussi...

14 Janvier 2014 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #transport aérien

Sur les aéroports en bretagne, je sens que tu vas aimer et faire un article sur ces aéroports locaux abandonnés par l'état et dont les collectivités locales sont "rackettés" par les compagnies aériennes low-cost afin de maintenir en activité leur aéroport au titre du standing (ou plutot de l'obligation de service public) mais pas d'infrastructures numériques vitales dans notre monde moderne avec la non disponibilité de l'ADSL dans les lieu-dit paumés du centre-bretagne :

Sans ses parkings, un aéroport n'arriverait pas à équilibrer ses comptes (08/2013)
Finalement, je crois que je vais en avoir marre d'avoir raison. 1.5 millions de recettes, pour le simple parcage, comparé, bien sûr, aux 4.5 millions de subventions étatiques...
Donc, ce qui fait la vie de l'aéroport, ce sont des subventions associées au parking. Pour le reste, les conditions très douces faites aux compagnies aériennes, permettent d'atteindre des taux de remplissage de 80 %.

Néanmoins, ce qui manque à l'aéroport, ce sont essentiellement, les clients, et pour les zélotes, la question ne se pose même pas. il doit être maintenu, sinon, l'égo et le poste dudit zélote, vont trinquer...


L'aéroport de Lannion en plein brouillard (10/2013)
Avec un déficit de trois millions d'euros et l'arrivée du train à grande vitesse au printemps 2017, son avenir s'assombrit.


"La ligne est vitale pour les zentrprises", qui, visiblement, s'en contrefoutent... Mais, visiblement, c'est la formule magique, pour les dites zentreprises, qui demandent "la baisse des charges", de 100 milliards d'euros, pour la "compétitiviti", et qu'elles soient refilées, donc, aux ménages.

Aéroport de Lannion : la CCI dit stop au chantage (06/2013)
La Chambre de commerce et d'industrie tape du poing sur la table. Elle réduit sa participation au syndicat mixte de l'aéroport de Lannion, de 400 000 euros en 2012 à 250 000 euros l'an prochain.
Donc, même les CCI n'ont plus de jus. Les charges ont été baissées ???
Côtes d'Armor. Aéroport de Lannion : Airlinair demande à arrêter
La compagnie veut cesser d'exploiter la ligne Lannion-Paris. Grâce à des aides supplémentaires pour combler le déficit, un accord a été trouvé pour poursuivre jusqu'en septembre 2013.

Aéroport de Lannion. « Hop ! » reprend la ligne

Le syndicat mixte a choisi le repreneur de la ligne Lannion-Paris et est parvenu à maintenir l'équipement à coups de millions. Des ATR devraient encore voler pendant quatre ans.
La région, « qui nous a toujours soutenus, fera un gros effort de 400 000 € par an » alors que sa participation précédente s'élevait à 250 000 €. Quant à l'enveloppe du conseil général, en culminant à plus d'1,3 million, elle marque un effort « considérable. En deux ans, notre participation augmente de 300 % » relève Michel Brémont, vice-président du conseil général, en charge des transports. Les collectivités sont au taquet, ajoute-t-il. On ne voit pas comment on pourrait aller au delà. Ce choix, cela veut dire qu'il y a des politiques que nous n'assumerons plus. Notre but premier, ici, c'est le développement économique et l'emploi. » --> Et pendant ce temps là pas d'ADSL dans les lieu-dit de bretagne centrale où l'on laisse la population vieillir sans possibilité de création d'activité économique efficace avec l'aide d'internet et de possibilité de formation à distance. Bref des cantons et des communes mouroirs !


Bref, un chouette tonneau des danaïdes. Visiblement, les collectivités locales ne savent pas quoi faire du fric. Et on devine que ce sera avec succès (augmentation de la taille de la subvention nécessaire). Lyonnais, vous n'avez pas envie d'aller visiter un mouroir ??? Joli cas d'école d'enfermement mental.


Lorient Lann-Bihoué tient le cap malgré la concurrence

 Thierry Girard, directeur de la CCI, et Franck Martin, qui dirige l'aéroport, attribuent à la concurrence la baisse des voyageurs sur Lorient-Lyon. « Des lignes permettent de rallier Marseille, via Nantes, Brest, avec des compagnies low coast. »
Pas question toutefois de la remettre en cause, même si elle accuse un déficit annuel d'1,7 million, compensé par l'État, le conseil général, Lorient Agglomération, au titre de l'obligation de service public.


Donc, Lann-Bihoué est en Afrique, pas relié ni par routes, ni voie expresse, ni chemin de fer. j'ai beau regarder la carte de Centrafrique, je trouve pas Lann-Bihoué ?


Lorient-Lyon sur Eastern Airways dès le 4 janvier

Un appel d'offres a été remporté par la compagnie britannique Eastern Airways, qui assure déjà des vols vers Toulouse et Bordeaux, au départ de Dijon. Mais, pour que cette liaison perdure, il a fallu l'engagement, à hauteur de 200 000 € chacun, des conseils général et régional, de Lorient agglo et de la CCI. L'État a également assuré de sa participation à la même hauteur, mais le chèque tarde à arriver. En 2014, le déficit structurel estimé pour la ligne est de 911 000 €. ---> racket des collectivités locales.

Meuh non, c'est simplement de la subvention soviétoïde, à des activités inutiles, périmées, mais flattant l'égo des dits verseurs de subventions.

On pourrait pas finir de remplir les avions avec des billets gratuits pour les chômeurs. Comme ça, la collectivité pourrait dire : augmentation de la fréquentation de 70 %... Pour le retour, même topo...

Aéroports de départ et d'accueil, tout le monde serait content. Bon, ça changerait rien, mais la bétaillère volante serait remplie.


Aéroport de Lannion. Les postes de contrôleurs aériens en péril et la perle pour la fin après les nombreuses dépenses évoqués plus haut pour maintenir une ligne low cost :

À Lannion, ces sept contrôleurs aériens seraient remplacés par quatre techniciens Afis (Aérodrome flight information service) « qui ne font pas du contrôle pur mais assurent un suivi et donnent des informations aux pilotes » explique Ann-Katell Guégan, directrice de l’aéroport. Des Afis qui, eux, seraient payés par le syndicat de l'aéroport... qui peine déjà à boucler son budget.

 

Donc, on demande des personnes disposant du cap technicien de surface (ben ouais, en haut, c'est aussi de la surface, non ?), pour remplacer. Si on trouve pas, on prendra des CAE. 

Il y aura un test : "t'es trop bas, t'es trop bas, redresse, trop tard", et "t'es où ? moi, je suis à terre, rejoins nous"...



Lannion - Aéroport. Le contrôle aérien s'envole fin 2015
Bientôt envolé, le contrôle aérien. Fin 2015 au plus tard, l'aéroport ne pourra plus compter sur les contrôleurs de l'Aviation civile. Le trafic pourra continuer, avec des agents recrutés aux frais du syndicat.



Aéroports. En 2015, Lannion et Vannes sans contrôle aérien.
Pour les puristes,  on nous annonce la découverte d'un Laurel et hardy inconnu : "Laurel et Hardy, contrôleurs aériens".

 

Après tout, c'est pas forcément nécessaire d'être ingénieur pour lire un cadran...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Un élément de plus dans votre sens...!<br /> http://trends.levif.be/economie/actualite/entreprises/united-airlines-annule-une-commande-pour-12-airbus/article-4000499650660.htm?nb-handled=true&utm_source=Newsletter-15/01/2014&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBTECZ#
Répondre
F
Et dire que c’est comme ça dans toutes les régions de France…
Répondre
G
c'est bon, ILS SONT TOUS FOUS !!!!<br /> <br /> <br /> <br /> Google achète un thermostat pour 3,2 milliards $<br /> Par David Civera14 janvier 2014 03:00 - Source: Tom's Hardware FR |<br /> <br /> Le thermostat NestLe thermostat Nest<br /> <br /> Sous ce titre évidemment provocateur, il y a une réalité qui a surpris Internet hier, Google vient de racheter Nest pour 3,2 milliards de dollars en cash (2,3 milliards d’euros). Nest est une<br /> compagnie qui s’est démarquée par ses thermostats et détecteurs de fumés intelligents électroniques connectés à Internet. En plus de commercialiser des produits qui ont beaucoup fait parler<br /> d’eux,<br /> la société a été fondée par Tony Fadell, un ancien haut dirigeant d’Apple et père de l’iPod qui passe maintenant chez Google.<br /> <br /> L’union est intéressante pour d’autres raisons encore. Tout d’abord elle donne accès à Google aux informations personnelles de nombreux foyers ayant un produit Nest qui est capable de<br /> déterminer<br /> certaines habitudes des personnes vivant dans une maison. Le blog de Nest ne nie pas la possibilité de partager ces données avec le moteur de recherche qui devrait grandement en profiter. Tony<br /> Fadell a enfin expliqué qu’il ne comptait pas prendre sa retraite et qu’il allait rejoindre la firme de Mountain View. Son expérience au sein d’Apple a sans doute contribué à la décision de Google.
Répondre
P
http://www.lepoint.fr/economie/l-exorbitante-retraite-d-ayrault-14-01-2014-1780011_28.php<br /> <br /> Charles Gave qui voit bien ce qui se passe autour de lui à Paris enfonce un peu plus le clou : "Arrondissons à trente pour tenir compte des voitures de fonction, des voyages gratuits et des autres<br /> menus avantages qui adouciront la dure vie de notre héros"... Autrement dit, si "notre Ayrault" était un entrepreneur du privé, vivant des revenus de ses affaires, la valeur actualisée de sa<br /> fortune devrait tourner autour de 30 millions d'euros, alors que pour notre élu et fonctionnaire, "ce sont les payeurs d'impôts qui vont lui assurer le niveau de vie auquel il a droit". Et tout<br /> cela, clairement, sans compter la énième retraite supplémentaire de conseiller général d'Ayrault non prévue dans notre calcul et surtout celle d'ex-Premier ministre, impossible à calculer<br /> actuellement. Un total qui finirait par dépasser largement les 200 000 euros.<br /> <br /> "Les gens au pouvoir s'enrichissent de façon éhontée"<br /> <br /> Gave, désabusé, constate que "ce calcul vaut pour messieurs Fabius, Jospin, Emmanuelli, etc., et bien entendu pour tous les dirigeants de l'ancienne majorité dont les talents incontestables n'ont<br /> pas été reconnus par les Français alors qu'ils nous ont amenés dans la situation florissante dans laquelle nous nous trouvons". L'économiste observe que les fonctionnaires/élus bénéficient de<br /> privilèges exorbitants et il estime que leur système de cumul de retraites payées par des impôts et des taxes, c'est-à-dire via le budget général de l'État, est non seulement anormal, mais abusif.<br /> Il lui paraît indispensable, et ce serait, selon lui, "un minimum absolu", que les bénéficiaires de ce système, pour commencer, payent au moins l'ISF sur ces sommes.
Répondre