Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Allemagne : sur la sellette.

15 Mars 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

Tout arrive, même C. L'Hagarde se met à dire des choses intelligentes. Moi aussi ça m'a fait un choc, mais le point de vue n'est pas idiot.
La création de l'euro est un truc mal préparé, mal fagoté, destiné à l'explosion.
L'Allemagne, débarrassé des dévaluations compétitives de ses voisins, a fortement comprimé ses coûts salariaux, exporté chez ses voisins, et leur a fait la morale parce qu'ils étaient déstabilisés par cette politique.
En effet, cette déstabilisation se lit dans leurs déficits budgétaires autant qu'extérieurs.

Bien entendu, nos gouvernants regardent d'un air envieux cette politique de compression des salaires et essaient même de l'implanter en Grêce. Le seul problème, c'est que même les flics, eux-mêmes touchés dans ces compressions, se mettent en grève et mettent un zéle tout relatif à tabasser les manifestants.
(c'est le syndrome du cosaque de 1917).

La crise économique est aussi l'occasion d'être une crise de la dictature de l'euro, masque de l'ancien DM. Simplement, les convergences entre économies très différentes mettent des dizaines d'années à s'accomplir, et l'euro était une maladie mentale des castes dirigeantes.

En effet, Berlin jette le masque et menace la Grêce d'expulsion de la zone euro. En réalité rien ne permet, dans les textes, à Berlin de parler ainsi. Encore moins de menacer, sinon furor teutonicus de sinistre mémoire.
Quand à l'Allemagne comme le Japon, leur modèle économique s'épuise, pour deux raisons : la désolvabilisation de leurs clients, notamment en OCDE, ensuite la montée en gamme, des pays émergents, notamment la Chine, capables et de plus en plus, de les concurrencer aussi sur leurs niches économiques respectives.

Le racisme est un tabou, sauf en économie, car c'était bien connu que les chinois ne feraient jamais aussi bien que les occidentaux en matière de dix-ânes, d'aéronautiques, de machines outils, de recherche, de développement, etc...
En réalité, pendant 5000 ans d'histoire, la Chine a fait la course en tête et elle met un temps très court à retrouver un rôle de leader. Mais 20 ou 30 ans, à l'échelle historique, c'est très court, et c'est le laps de temps nécessaire pour constituer certaines industries.

Donc, entre cette concurrence naissante et les injonctions à ses partenaires colonies européennes sur le déficit des dépenses publiques, et donc de la réduction des commandes passées à l'Allemagne, ce pays va donc vivre des heures difficiles, causées là aussi, par l'idéologie et le manque de sens commun de ses dirigeants.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> Pas d'accord sur votre raisonnement sur la Chine. C'est pas eux qui ont fait, créer, fabriqué, conquis pendant les prétendus 5000 ans? L'Asie a changé de nombreuses fois de maîtres. Leurs conquêtes<br /> et colonies hors Asie( surtout Mongols, pas chinoises)ont été courtes et jamais organisées en empire colonial. Seul l'Europe peut se vanter d'avoir durablement établi des colonies en parallèle<br /> d'une civilisation ( justifiée ou non, c'est un autre problème). La Chine a tout inventé? Le plus grand pourvoyeur de tonnage de matière grise, reste l'Europe.Les Chinois rattraperont le retard sur<br /> 20 ans? Ce sont nos bons investisseurs qui pour du rendement à deux chiffres ont trouvé un état dont le régime a permis de transformer ses citoyens en rente. Ce n'est pas du rattrapage? L'économie<br /> chinois c'est 100% d'esbroufe qui s'écroulera après l'empire ricain. La Chine a toujours eu des régimes totalitaires et corrompus. Ils n'ont jamais été capables de construire une nation basée sur<br /> notre notion du respect humain (ne parlons pas des droits de l'homme et tous gnagnandries dont ils ne s'imaginent même pas l'existence.) La Chine de tout temps a été une mécanique construite sur le<br /> servage. La démocratie européenne, bien que fort critiquable, crtiquée et très corrompue a quand même le mérite de par exemple pouvoir écrire nos réflexions sur ce site. A quand même le mérite de<br /> soigner gratuitement vos chaudes pisses. De pouvoir se faire voler par les puissants se faire condamner à mort et avoir une balle dans la nuque. Bref, il y a quand même des relents de liberté comme<br /> nulle part ailleurs. C'est déjà cela d'acquit. Alors ne me parlez pas d'avenir de la Chine et de sa force. Dans 20, 30 au plus 50 ans ont en parlera plus! Les Chinois retourneront dans leurs<br /> rizières que nous n'aurions jamais dû les faire partir.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Mais nous sommes en démocratie voyons ; je crois que la démocratie a été inventée dans les Balkans (non pas par les Grecs comme vous le pensez si bien ; la Grèce c’était y’a longtemps) par les<br /> montreurs d’ourses : Suffit d’un régime alimentaire approprié, une bonne trique, muselière solide, le tambour pour donner la cadence et le tour est joué.<br /> La démocratie moderne c’est à peu près ça ; la plèbe danse au rythme voulu par les organismes financiers et les multinationales ; jusqu’à l’avènement de l’internet y avait pas un seul tambour qui<br /> n’était pas entre leurs mains.<br /> Comment veux-tu que la populace vote dans des conditions aussi abrutissantes et les tambours aussi assourdissants ?<br /> Bien sûr qu’il m’arrive encore d’être envahi par des pulsions de meurtre en entendant de ci de là des discours politisés de la ménagère (« populace ») et leur vide abyssal mais je préfère en<br /> rire.<br /> Donc oui « la populace » a mal voté mais l’œuvre de son abrutissement – voulu et organisé avec méthode et patience – est un long travail des élites.<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> notons bien une chose ... dans toute l' UE, il n'y a que les Allemands qui aient des sous. qu'ils ont gagné au détriments des pays cigales de l'UE. Qui n'en n'ont plus, eux, de sous ...<br /> <br /> prochaine évolution : grosse dévaluation de l'euro pour gagner des sous hors zone UE .. mais les US (donc,la Chine), le Japon et la GB dévalueront eux mêmes peu après.<br /> ou alors ..<br /> sortie de l' Allemagne de l' Euro (par le haut). Troubles sociaux dans le reste de l' UE immédiatement ..<br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> Non ! je maintiens ! la populace a voté pour Maastricht ; elle ne pouvait donc se délier de ses engagements.<br /> <br /> Lisbonne n'est qu'une enculade de plus, c'est tout (d'ailleurs la populace a dit non parce qu'elle avait mal au kul, sinon elle aurait vraissemblablement dit oui). Son "non" ne s'applique<br /> qu'aux<br /> seules différences d'avec Maastricht et n'auraient par suite pas concerné l'euro.<br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> @Daniel Dresse<br /> <br /> merci pour votre commentaire, en effet le miens c'est retrouvé décalé.<br /> <br /> Je suis d'accord avec vous, mais trop jeune pour faire des commentaires sur maastritcht (à l'époque la politique.... pas mon truc)<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> @ Koupa (qui répondait je pense à Kratotec)<br /> <br /> Pas seulement ça ! Rappelez-vous la sociologie électorale au moment de Maastricht et le fameux mot –extatique- de BHL : « Pour la première fois, l’électorat a gagné contre les ouvriers, les<br /> paysans, et les commerçants ».<br /> Ce n’est pas « la populace » qui a imposé l’Europe les yeux fermés, mais bien les élites (rappelons aussi le proverbe chinois « le poisson pourrit toujours par la tête ») avec la complicité massive<br /> des classes moyennes, qui pensaient y trouver leur compte en refilant le bébé de « l’adaptation » aux classes populaires. Les classes populaires désignent pour moi des groupes nettement<br /> caractérisés socialement, ce qui n’est pas le cas des classes moyennes, groupe informel et circonstancié par un bref moment historique. Ces dernières n’ont pas fini de payer, dans tous les sens du<br /> terme, cette alliance contre nature, mais je reste sceptique sur la possibilité de les voir s’allier avec les groupes sociaux qui les ont précédés dans la dégringolade.<br /> <br /> Ce serait compter sans la quasi religiosité qui accompagne les dogmes du néolibéralisme.<br /> En fait, la théorie du « trickling down », de la politique de l’offre supposée faire ruisseler ses bienfaits de haut en bas de la société, n’a parfaitement réussi qu’à ce niveau là. Les dogmes<br /> élitistes imposés par la financiarisation de l’économie ruissellent effectivement depuis les grandes multinationales tout le long de la chaîne de production pour mieux imposer la déflation<br /> compétitive jusqu’au moindre fournisseur et au plus petit sous-traitant. Et ce processus est largement intériorisé par tous les acteurs qu’il frappe. L’idée que tout irait beaucoup mieux avec<br /> encore plus de déréglementation et de flexibilité, et encore moins d’état et de social (pour mieux « s’adapter à la mondialisation » mais qu’est-ce qu’il reste au fait de la mondialisation !?), est<br /> ce qui est encore le mieux partagé dans les esprits.<br /> <br /> L’alliance qui serait désormais logique entre tous les salariés et le patronat traditionnel, surtout celui des PME (c’est un fait, établi, notamment par Thomas Piketty, que beaucoup de petits<br /> patrons rognent sur leurs profits personnels pour que leurs salariés maintiennent leurs revenus malgré ce jeu pervers. Cela expliquerait le décrochage relativement faible statistiquement des<br /> revenus du travail sur l’ensemble depuis trente ans, argument volontiers avancé par les libéraux) n’est hélas pas encore à l’ordre du jour.<br /> Pourtant, par delà les exigences corporatistes de chaque groupe, tous ont désormais un intérêt vital à ce que survive l’état nation dans un cadre protectionniste à définir.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> @Abdel<br /> <br /> Ben, c'est bien ce que je disais.<br /> Déjà que je trouvais l'Angleterre pourrie. Si l'Allemagne fait pire...<br /> Autant rester dans ma région. Ces deux pays l'auront bientôt rejoint en terme de PIB. En terme de niveau de vie, je crois que l'on vit déjà mieux chez moi et en plus y a le soleil.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> @aetius320<br /> <br /> Le SMIC (salaire minimum) n'existe pas en Allemagne.<br /> <br /> Il existe en Grande Bretagne depuis 1999.<br /> <br /> <br /> http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-06-30/la-longue-marche-de-l-allemagne-vers-le-smic/916/0/357151<br /> <br /> PS : je ne vous parle pas des mutuelles et du système de santé. Beaucoup de français devraient profité de leurs mutuelles d'entreprises (ex :dents ou lunettes) avant qu'ils soient trop tard.<br /> <br /> <br />
Répondre
Y
<br /> Le gros problème de l'Allemagne c'est son effondrement démographique. Elle utilise ses excédents pour palier à une demande intérieure faiblarde. Mais c'est une vision à très court terme, il ferait<br /> mieux de se recentrer sur leur marché intérieures en relançant la demande par des aides massives pour les naissances par exemple. Histoire de relancer la consommation et les naissances, c'est<br /> d'ailleurs le même problème avec les japonais mais ces derniers semblent avoir compris dans quel impasse leur modèle les mettait.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Il ne sert à rien d'avoir une balance commerciale positive de 200 milliards, si la majorité de la population bosse comme des brutes et vit comme des clodos. A ce tarif, je préfère encore avoir une<br /> cabane sur une île désertique avec deux oliviers et trois chèvres.<br /> <br /> Tu m'étonnes qu'ils aient voté Merkel, des socio-démocrates comme Shroeder on en redemande. C'est comme en Angleterre, c'était pire sous Major ou sous Blair ?<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Plus de la majorité des mes clients sont allemands.<br /> <br /> Des entreprises allemandes me payent pour l'utilisation de mes brevets.<br /> <br /> Il n'y a pas de fatalité, la preuve , je participe à la balance commerciale française ;-)<br /> <br /> L'Allemagne possède de grosses PME familiale assez anciennes qui n'ont pas été racheté par des multinationales : par exemple la firme HARIBO (1920), NIVEA (1911) de Beiersdorf ou HUGO BOSS<br /> (1923).<br /> <br /> Les allemands et en particulier le gouvernement Shröder ont joué le jeu des réformes dont le plus célèbre : Hartz IV<br /> <br /> La durée d'allocation chômage est passé de 32 mois à 12 mois.<br /> <br /> Ensuite, c'est l'aide social (sorte de RMI à 359 euros).<br /> <br /> Vous devez vider votre épargne et vendre votre voiture avant de pouvoir recevoir ce RMI.<br /> <br /> De même, existe la possibilité de réduire les allocations d'un chômeur dont les ascendants ou descendants ont des économies .<br /> <br /> Il y a 6,6 millions de personnes, 4,9 millions d'adultes et 1,7 millions d'enfants qui sont sous l'aide social :<br /> <br /> http://www.lagazettedeberlin.de/5906.html<br /> <br /> En France et Dom-Tom, le nombre de bénéficiaire du RMI (~450 euros ) est de 1,12 millions.<br /> <br /> http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATCCF04606&reg_id=0<br /> <br /> Pour avoir la même proportion d'adultes sous l'aide sociale qu'en Allemagne (82 millions d'habitants ) , la France aurait 3,9 millions de RMIstes.<br /> <br /> Conclusion : les bons résultats économiques de l'Allemagne et de ses entreprises ont un prix .<br /> <br /> <br /> PS :d'après les statistiques , le PPA par habitants ne sont pas trop éloignés entre l'Allemagne et la France :<br /> http://www.oecd.org/dataoecd/61/54/18598754.pdf<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Je pense que ces phénomènes ont pour objectif la tiers-mondisation de l'Europe. J'ai toujours pensé que nous deviendrons les Chinois de la Chine à terme. Visiblement, c'est cette logique que nous<br /> voyons s'accomplir.<br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> argument non recevable depuis le traité de Lisbonne. Si le peuple ne vote pas comme il faut on se torche avec son avis et passe le texte quand même.<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Le gouvernement de l'Allemagne a dit et répété qu'il ne paiera pas "un cent" pour sauver la Grèce.<br /> <br /> Au moins, les Allemands ont le mérite de la franchise.<br /> <br /> Les Néerlandais aussi.<br /> <br /> Le ministre des Finances néerlandais s'oppose à un sauvetage de la Grèce.<br /> <br /> Le ministre néerlandais des Finances Jan Kees de Jager a déclaré lundi que son gouvernement était opposé à un plan de sauvetage pour la Grèce, mais que d'autres façons d'aider le pays pouvaient<br /> être mises au point par les ministres des Finances de l'Union européenne.<br /> <br /> Le mois dernier, le gouvernement grec a dévoilé de nouvelles mesures d'austérité budgétaire visant à ramener en 2012 son déficit public dans les limites fixées par l'Union européenne.<br /> <br /> Cependant, les investisseurs craignent toujours que le pays ne soit pas en mesure d'honorer ses dettes, et la Grèce doit payer des taux d'intérêt si élevés sur ses nouveaux emprunts qu'ils<br /> remettent en question sa capacité à atteindre ses objectifs de réduction du déficit.<br /> <br /> "Il n'y aura pas de sauvetage parce que, premièrement, la Grèce doit résoudre ses propres problèmes", a déclaré le ministre néerlandais des Finances à la presse lors de son arrivée à la réunion<br /> mensuelle des ministres de l'Eurogroupe.<br /> <br /> "Il n'y aura pas de sauvetage parce que c'est évidemment interdit par les traités", a-t-il ajouté.<br /> <br /> Néanmoins, Jan Kees de Jager n'a pas exclu la possibilité de certaines formes d'aide financière pour la Grèce et a indiqué que plusieurs options étaient envisageables, par exemple des prêts<br /> bilatéraux de certains pays européens ou bien des garanties pour les emprunts grecs.<br /> <br /> http://www.investir.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/le-min-fin-neerlandais-s-oppose-a-un-sauvetage-de-la-grece-233419.php<br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> Faudrait peut-être ne pas exagérer !<br /> <br /> Ce sont les sombres crétins doté du droit de vote qui ont fort démocratiquement choisi l'euro lors du référendum de Maastricht.<br /> <br /> C'est trop facile d'accuser seulement les élites. Si la populace est incapable de réfléchir, qu'elle crève ! mais qu'elle ne cherche pas à se dégager d'une erreur dont elle est co-responsable !<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Et si tout simplement les Allemands avaient l'intelligence d'essayer au moins de sauver leur peau ?<br /> <br /> Car admettons votre thèse : leurs dirigeants sont aussi crétins que les nôtres.<br /> Mais dès lors, ils auraient du faire quoi ? Quelle est l'alternative ? Le côté tiers monde bling bling de la Grèce ?<br /> Le club med français ? Le côté holé des ibères ?<br /> <br /> Au moins les Allemands ont joué leur carte : l'industrie, l'export, même si ce fut à notre détriment.<br /> <br /> Ceci étant posé, je suis d'accord : les chinois vont les bouffer tout cru. L'avance techno et le savoir faire teutons, c'est du passé. De la belle rigolade qui fera rire les enfants des générations<br /> futures.<br /> <br /> Du moins... si on continue à ouvrir l'Europe. Il faut fermer les frontières, et instaurer des droits de douanes sur toutes les saloperies chinoises.<br /> <br /> Ces gens là nous mènent une guerre.<br /> <br /> Donc au revient à la problématique du libre-échange, vaste foutaise dans un monde ou certains ouvriers sont payés 2000 euros, et d'autres 100 euros.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Quand je pense comment les médias dominants traitaient JP Chevènement au début des années 90, alors qu’il était seul à oser dire la vérité sur la construction d’Europe unie et de son système<br /> monétaire.<br /> Je me souviens vaguement de « Allemagne, parlons franc » (je cite le titre de mémoire) mais ce livre devrait être réédité.<br /> <br /> <br />
Répondre