Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bombardement à l'arme lourde...

30 Décembre 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

... Contre Jancovici, de la part du site "découplage.org".
Pour le site, il est pertinent sur le pic pétrolier, et ignare sur le renouvelable. Sur ce point, Jancovici est démenti par les 300 experts du GIEC. 

Et l'erreur n'apparait pas comme anodine :

"Pour François Lempérière, Jean-Marc Jancovici commet une erreur d'un facteur compris entre 50 et 100 ! Rien que ça !  "

 

Jancovici, lui même, se contredit :

" Cette brillante démonstration suppose, sans le souligner, que l’essentiel de l’électricité française future proviendrait des éoliennes, ce qui est techniquement possible, mais peu probable. Cette hypothèse est amusante venant de Monsieur Jancovici qui « démontrait » il y a cinq ans que l’énergie éolienne ne pourrait pas fournir une part significative de l’énergie future."

 

renouvelable.pngIl faut dire que l'éolien, dans un certain nombre de pays, a totalement cessé d'être marginal, pour devenir un arbitre important, et bientôt, exclusif avec l'hydro-électricité et les STEP.

 

Dans le meilleur des cas, Jancovici en est resté aux années 1970, dans le pire, se comporte comme un lobbyste.

De toute façon, il apparait que l'association "Sauvons le climat" est avant tout une association "sauvons le nuke", ou du moins, sauvons le le plus longtemps possible.
Car, il n'y a pas que la France, et tout ce qui est fait à l'étranger fait de plus en plus mentir tout ce qui est dit à propos du renouvelable et du nucléaire.

le coût du renouvelable s'effondre, et le coût du nucléaire, s'envole.

En dix ans, la croissance de l'éolien a été de 1000 %, et celle du solaire photovoltaïque de 8000 %, sans compter, bien sûr, que la plupart du renouvelable, c'est de la non-consommation, sans parler, bien sûr, des techniques absolument matures, comme le solaire thermique, tenus en marginalité en France, uniquement par des raisons de normes. 

 

La France elle même est coupée en deux, avec le territoire métropolitain, nucléairocrate, les Dom-Tom, de plus en plus axés sur le renouvelable, comme la Corse d'ailleurs, et les régions périphériques mal reliées, comme la Bretagne et Paca.

 

D'ailleurs, les embauches récentes et les réorientations récentes des ingénieurs, que ce soit à GDF ou à EDF, ne laissent aucun doute : le nucléaire sera abandonné, et le renouvelable privilégié, le nucléaire, n'aura été qu'une coûteuse aventure.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
@ L’Intelligent<br /> <br /> Mis à part qu’on l’aime plutôt bien (moi, en tout cas), Que reproche-t-on à Christophe finalement ?<br /> <br /> « Anti pédé » ? Moi, je m’en branle, ce genre d’aveu est toujours de faiblesse et j’aurais les moyens de le lui dire si je l’avais en face de moi (comme je perçois un probable brave type au fond de<br /> son fiel, quelque chose me dit que l’affaire se terminerait plutôt devant un verre).<br /> <br /> « Lâche » « hypocrite » ? Je le trouve au contraire courageux de débiter sa sempiternelle litanie. Un type de conviction ne peut être plus lâche que la moyenne. Bien sûr qu’il ne répond jamais à<br /> ceux qui l’attaquent, mais est-ce que cela mange vraiment du pain ?<br /> Les blogs sont peut-être un moyen d’information mais leur prolifération est à coup sûr un moyen parmi d’autres de diluer la volonté collective dans l’individualisme de confort. Combien de perles<br /> comme celui de Reymond sur le net, c’est-à-dire dans un océan de conneries ?<br /> <br /> Non, je crois que le problème des Christophe est d’ignorer la vérité profonde de l’être humain qui est celle de l’ange et de la bête (ce que lui appelle « le veau »). Eux, ne veulent voir mordicus<br /> que la bête.<br /> Cette vérité, ils l’ignorent moins qu’ils veulent l’ignorer d’ailleurs, car les Christophe, en bons aliénés contemporains, sont avant tout des gens seuls, et qui s’imaginent en être arrivés là<br /> parce qu’eux seuls l’ont voulu. C’est donc d’abord à eux-mêmes que les Christophe font du bobo quand ils trépignent, puisque les mamans ne sont plus là pour consoler leurs petits veaux.<br /> <br /> Quant à vos sombres pressentiments… Qu’est-ce qui vous fait mal à vous, finalement, poteau ? L’insoutenable et stupéfiante vérité de découvrir que Caïn n’est pas plus un ange qu’Abel n’est un veau<br /> ? Que tout deux peuvent se changer en fait en démons, mais, mélange des genres, avec des grandes ailes blanches dans le dos ? J’ai envie de vous dire de sortir le dimanche en emmenant des livres.<br /> D’histoire, de préférence.<br /> <br /> Vous verrez vous aurez moins mal. Et puis tout finira par se tasser. Comme après 14… Comme après 40…<br /> <br /> « Bouffon » Christophe ? Il se prend trop au sérieux pour ça. Son côté banalement maso, sans doute ? C’est souvent le jardin secret de l’individu contemporain solitaire.<br /> <br /> Bonne Année, donc.
Répondre
J
"par Joel Grea (réponse postée également sur le site decouplage.org)<br /> <br /> Ma réponse à sa réponse :<br /> <br /> « Un lac de barrage (back up hydro, que du turbinage) et une STEP (stockage réversible, turbinage et pompage), ce n'est pas la même chose. »<br /> Dire ça, c'est oublier, qu'actuellement l'immense majorité de la production de barrages hydrauliques sont équipée de pompe et servent, factuellement, comme des STEP.<br /> « De plus on peut augmenter (doubler, tripler, etc...) la puissance des turbines au niveau d'un lac de barrage sans augmenter le volume de stockage (et donc la surface); on a alors moins d'heures<br /> de réserve, mais une puissance disponible à un instant t supérieure. »<br /> <br /> Ce qui n'aide en rien à résoudre le problème des jours sans vent... puisque l'on a, je te cite, moins d'heures de réserves. Augmenter la puissance des turbines ne ferait que changer un problème en<br /> un autre.<br /> « 1,2% + 2,5% + 3% = 6,7% (Jean-Marc Jancovici parle de "7%", montrant ainsi qu'il mélange lacs de barrage, STEP et éclusées) »<br /> Il faisait, volontairement, le total de l'hydraulique. Lui reprocher est de la mauvaise foi. Et que tu le veuille ou non, on peut utiliser un barrage hydraulique, même non STEP, pour stocker de<br /> l'énergie afin de pouvoir pallier au manque d'une autre source ultérieurement ; prendre tout l'hydraulique en compte .<br /> « Bref, les lacs de barrage en place dès aujourd'hui en France, à eux seuls, sont suffisants pour produire l'équivalent de 11 jours de production électrique totale en France, et Jean-Marc Jancovici<br /> affirme qu'il faudrait multiplier par 5 ou 6 la surface des lacs de barrage, puis encore par 5 ou 6, soit un facteur multiplicateur compris entre 25 et 36 (retenons un facteur 30) pour avoir une<br /> seule journée. »<br /> <br /> Là tu as très mal lu. Il a dit, je cite « par 5 à 6 au moins (pour que la puissance installée soit égale à la puissance maximale délivrée sur le réseau), puis encore par 5 à 6 pour récupérer l'eau<br /> en aval ». Pourquoi interpréter un « puis » en une multiplication alors que de tout évidence il s'agit d'une addition. On a besoin de la même capacité de stockage en amont et en aval des STEP ;<br /> c'est juste cette évidence que soulignait Jean-Marc Jancovici.<br /> <br /> Autre chose, que les barages soient capable de produire 11 jours d'électricité tout au long de l'année ne dit pas grand chose de leur capacité à produire 1 jour, à un moment de l'année donné. En<br /> fait ça dit juste leur capacité à produire 3% de jour en moyenne par jour.<br /> Ce n'est donc pas Jean-Marc qui se trompait d'un immense facteur, mais toi qui mésinterprétait ce qu'il avait écrit, consciemment ou inconsciemment, pour après l'accuser de dire n'importe quoi.<br /> <br /> Ce que Jean-Marc Jancovici dis n'est d'ailleurs aucunement en contradiction avec les écrits de François Lempérière, qui ne fait jamais qu'utiliser de façon directe la formule de l'énergie<br /> potentielle m*g*h (cours de physique niveau collège à mon époque) et de jouer avec les unités pour en tirer des conclusions en GW.h au lieu de conclusions en joules.<br /> <br /> Je ferais à ce propos remarqué que 40km3 d'eau, ça pèse son poids (d'où l'énergie) et qu'on ne fabriquera pas si facilement un tel contenant. Si les turbines, c'est facile, le contenant c'est une<br /> tout autre paire de manche (sans mauvais jeu de mot, vu qu'on peut en faire des choses dans la manche et ses iles ventées).<br /> <br /> QUELLE PUISSANCE FLEXIBLE FAUT-IL POUR GERER 65 GW d'EOLIEN ?<br /> « Un détail: la façon dont a été réuni Allemagne + Autriche me laisse perplexe...on a l'impression de régresser en 1938 »<br /> Parce que toi tu as toujours accès à toutes les données que tu veux subdivisées de la façon dont tu veux ? Je penses que ce regroupement vient des données initiales, qu'il y a une raison et que<br /> vouloir lui donner un sens politique déplacé ici n'est pas pertinent.<br /> « On observe en premier lieu une puissance éolienne garantie de 10 GW plus de 90% du temps (on est bien loin de l'affirmation primaire "l'éolien, cela ne marche qu'un jour sur trois"). »<br /> En effet, un jour sur 3 est largement exagéré. A la vu de ce graph, on se rends compte que si on a 1/5e de la production effective en moyenne, c'est bien le bout du monde. Mais effectivement,<br /> l'ensemble européen fonctionne à au moins 10% de sa capacité dans les 90% du temps. Mais il faut quand même gérer les 10% restant... et aussi les fluctuations.<br /> <br /> Quand à la complémentarité que tu observe ponctuellement, c'est statistiquement normal... mais franchement, dans l'ensemble c'est bof bof. On n'a quelque chose qui fluctue d'un facteur 10 dans<br /> l’intervalle étudié et qu'il faut un complément.<br /> <br /> Ensuite Jean-Marc Jancovici montre qu'actuellement le compélent c'est le gaz.<br /> <br /> Tu as peut-être raison sur le fait qu'il serait possible que ce complément soit purement hydraulique (encore que tu part du principe que les STEP actuellement existant suffisent ; et sur ce point<br /> j'ai lu des avis plutôt divergent du tien), mais force est de constaté qu'aujourd'hui ce n'est pas le cas, et que demain, sans un législation coercitive ou un énorme renchérissement du prix des<br /> énergie fossile, ce sera encore le cas..."
Répondre
Z
Vu il y a quelques jours un reportage sur un refuge en montagne, 100 jour seulement hors gel par an.<br /> <br /> Entre isolation, solaire, éolien et incinération des déchets totale autonomie en énergie, et avec sauna à l'extérieur s'il vous plaît.<br /> <br /> Seul hic pas d'abonnement, pas de TVA, pas de rente payée aux escrocs de l'énergie. Donc voilà pourquoi on ne généralisera pas ce progrès, les gens qui nous dirigent préfèreront vous voir claquer<br /> des dents devant un pétrole hors de prix.
Répondre
U
Hehe, Christophe la baltringue de service avec son routinier "Mais quand allons nous enfin devenir plus intelligent et tuer tout le monde ?!"<br /> <br /> Et bien entendu toujours la même réponse anti-Pédé/Escroc/Lâche/Hypocrite :<br /> <br /> "Quand est ce que tu te suicide, Christophe, pour montrer l'exemple ?"<br /> <br /> Ahah, mais on connait la réponse !<br /> <br /> Et tu recommenceras !<br /> <br /> Et je recommencerais !<br /> <br /> A la prochaine, bouffon.<br /> <br /> Je sais, ça fait mal ...
Répondre
B
Quand les anciennes monnaies de la zone euro refont surface.<br /> <br /> Tandis qu'économistes et banquiers planchent sur ce qui faisait figure, il y a quelques semaines encore, de scénario catastrophe, d'autres expérimentent déjà la disparition de la monnaie<br /> unique.<br /> <br /> Ainsi aux Pays-Bas, profitant de la tempête qui s'est abattue sur la zone euro et la vague montante d'eurosceptiques, le safari park Beekse Bergen, installé près de la ville de Tilburg, a restauré,<br /> le temps d'un week-end, l'ancien florin. Des dizaines de Néerlandais ont fait les fonds de tiroirs pour s'offrir la visite. De surcroît, au taux attractif de un euro pour un florin, alors que<br /> l'ancienne parité était de 0,45 euro. Histoire d'insister sur le sentiment général que le passage à la monnaie unique a fait valser les étiquettes.<br /> <br /> Mêmes causes, mêmes effets, à 2000 kilomètres de là, plein sud. Nous sommes en Galice, dans le petit village frontalier de Salvaterra de Mino. Là, l'expérience est menée à plus grande échelle et<br /> sur une plus longue période : cinquante commerçants sur 78 au total acceptent depuis début octobre le paiement en pesetas.<br /> <br /> L'opération se terminera le 31 décembre 2011 et devrait dépasser le million de pesetas, soit quelque 6000 euros. Une aubaine, à la veille des fêtes de Noël, qui permet aux habitants de financer les<br /> cadeaux à moindres frais et réveille une certaine nostalgie. Selon la Banque d'Espagne, l'équivalent de 1,7 milliard d'euros dort encore dans les chaumières.<br /> <br /> Grèce : alors que la crainte d’une exclusion de la Grèce de l’euro est vive, les drachmes refont surface.<br /> <br /> «Nous n’aurons bientôt plus une drachme dans nos portefeuilles.» Cette expression est courante pour les Grecs, pour dire leur crainte d’être ruinés si la crise perdure. D’actualité, cette formule<br /> relate aussi l’attachement des Grecs à leur monnaie nationale, datant de l’Antiquité et qui a vécu jusqu'en 2001.<br /> <br /> Aujourd’hui, la crainte d’une exclusion de la Grèce de l’euro est si vive que des drachmes se retrouvent en vente sur les marchés aux puces du centre d’Athènes et que certains ressortent billets et<br /> pièces enfouis dans leurs caves. Des commerçants affichent à nouveau, près de leurs caisses, un tableau de conversion drachme-euro.<br /> <br /> http://www.lefigaro.fr/tauxetdevises/2011/12/21/04004-20111221ARTFIG00321-quand-les-anciennes-monnaies-de-la-zone-euro-refont-surface.php
Répondre
L
@ Christophe<br /> <br /> En tant que malthusien lucide, j'attends d'ailleurs ta participation active au grand concours que je vais lancer sur le net (avec le soutien des potes de pink tv):<br /> <br /> "Un pédé, une éolienne"<br /> <br /> Je ne te sers pas la main, tu as gardé tes clous et ils sont montés à l'envers (gros malin va !).<br /> <br /> A l'an prochain sur le Golgotha et fais bien gaffe en remontant sur ton perchoir (doucement avec le vin de messe).Eventuellement demande à un figurant de t'aider.<br /> <br /> Meilleurs voeux au passage, bien sûr.
Répondre
L
Bonne année Christophe<br /> christo phoros porteur du Christ, du sacré<br /> <br /> si souvent insulté méprisé fouetté crucifié sur ce blog par des xxxx<br /> <br /> <br /> bonne croissance 2012 illimitée en STEP éoliennes solaire<br /> amicalement
Répondre
L
Ouais j'ai vou cé blog de Lempériere qui semble rouler pour pédalo en 2012 tout est beau """ produire plus pour consommer moins """<br /> etc etc...<br /> belle courbe de croissance du solaire et vent<br /> qui suit DONC ( dans un monde fini ) la loi de croissance avec un tracé en courbe de Gauss ou de Hubbert<br /> a ) croissance faible au début<br /> b) accélération exponentielle<br /> c) atteinte des limites du monde fini et du principe physique utilisé<br /> d) d'autant plus vite que la croissance est rapide<br /> il semble ici s'agir d'une courbe à forte pente DONC INQUIETANTE MATHEMATIQUEMENT Va t elle permettre d'atteindre une croissance INFINIE ?????????<br /> e ) atteinte logique du pLATEAU<br /> f ) puis descente de l'autre côté décroissance CHUTE<br /> <br /> <br /> Bonnannée 2012 CROISSANCE illimitée et tutti quanti pour toute l'équipe des lecteurs et du rédacteur
Répondre
C
"La croissance sans fin étant impossible..."<br /> <br /> Ce genre d'antienne est à la mode.<br /> <br /> Même si elle est parfaitement justifiée d'un point de vue arithmétique, beaucoup de gens n'en comprennent toujours pas le sens.<br /> <br /> Mais les gens qui -pensent- en comprendre les tenants et les aboutissants... ne vont jamais jusqu'au bout de la réflexion.<br /> <br /> Pensant avoir dit quelque chose d'intelligent, ils... s'arrêtent. Mystérieusement. ils ont peur de leur ombre.<br /> <br /> Pourtant, il y a 2 facteurs dans cette équation : ressources et consommation... Or rare sont ceux qui osent regarder en face... réellement le second.<br /> <br /> On nous parle "économies" (énergie par exemple), "sauvegarde"... mais personne ne s'attaque à la véritable traduction de la "consommation" : c'est à dire le nombre de consommateurs.<br /> <br /> Il est hallucinant de voir qu'on nous annonce que l'humanité aura mis 12 ans pour passer d'un population totale de 6 milliards... à 7 milliards.<br /> <br /> Tout le monde s'en tape. Les religions continuent de nous enfumer. Les belles âmes continuent de branlotter du chef... mais on n'avance pas d'un iota.<br /> <br /> Si, j'affirme que la croissance "infinie" est possible. Il suffit d'ajuster, c'est à dire réduire, la population totale.<br /> <br /> CQFD.<br /> <br /> A 10 milliards, la terre est un cloaque, un enfer terrestre pourtant célébré par toutes les religions dans une démence collective ahurissante...<br /> <br /> A 100 millions, la terre est un paradis.<br /> <br /> Alors ?<br /> <br /> Alors qui osera en parler ?<br /> <br /> Voilà un vrai sujet, infiniment plus fondamental que de se pignoler sur la répartition des énergies renouvelables, la part de l'éolien, françois bayrou, les usa, auto lib, j'en passe et des<br /> meilleures.<br /> <br /> Alors qui commence ? Où met on le curseur ? Comment le met on ? Qui décide ? Décide t on enfin de devenir intelligent, de poser les vraies questions ?<br /> <br /> Ou alors on continue la progression ? On attend comme des veaux, des bactéries, de finir dans une boîte de Petri géante ?
Répondre
T
je profite de ce dernier jour de l'année 2011, pour te souhaiter, mon bon vieux Patrick, une bonne fin d'année, à toi et à ta famille.
Répondre
S
Ne jetons le nucléaire avec Fuku.<br /> Encourageons la recherche.<br /> Des projets réalistes sont en cours.<br /> Autres combustibles en abondance et autres techniques sans danger.<br /> Naturellement, il faut le vouloir et hors lobbys. Cela est une autre affaire.<br /> De toute manière, il sera impossible de faire sans. Les problèmes du futur, jamais évoqués, seront énergivores.<br /> Comme par exemple les unités de désalinisation d'eau de mer afin d'offrir au 9 milliards d'hommes, un peu d'eau.
Répondre
H
les pourcentages d'augmentation ne signifient pas grand chose. Si on part de 0,0001% une augmentation de 100% ne fait jamais que 0,0002%
Répondre
Y
Je dirai que plus exactement, notre société est basée sur la croissance, et que la fin de la croissance signifie la fin du système financier d'abord et de tout le reste ensuite.<br /> <br /> La croissance sans fin étant impossible, il ne nous reste plus qu'à attendre...<br /> <br /> Vous pouvez déjà entendre les cri d'agonie des représentants du système : "Crôôôaaasssance ! relancer la croissance !"
Répondre
L
Le problème c'est que les énergies renouvelables dépendent de l'industrie pétrolière. Une société utilisant uniquement de l'énergie renouvelable ne serait plus notre société de consommation et de<br /> gaspillage, mais une nouvelle société. Notre société n'est pas réformable, parce que c'est une société de consommation de masse issue des énergies fossiles et plus particulièrement du pétrole à bas<br /> prix et abondant. Vouloir réformer cette société, c'est essayer de la faire durer plus longtemps.<br /> La seule solution est la mort de cette société.
Répondre