Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ces pôvres riches...

9 Avril 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

La presse pravda est complétement siphonnée.

 

On veut nous faire pleurer sur F. Hardy, malade (j'espère qu'elle a droit à la classification en ALD, sinon, elle serait à la rue), et qui ne pourrait payer un nouvel ISF, avec "seulement" 150 000 euros de revenus par an... (et un patrimoine, à vue de nez, de 5 millions d'euros).

 

La majorité des français, avec leur revenu médians de 18 000 euros par an et pour 60 % d'entre eux, zéro de patrimoine, apprécieront.

D'ailleurs, ils apprécient déjà, les délices du serrage de ceinture...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Mercredi 11 avril 2012 :

Les défaillances de PME s'envolent au premier trimestre.

La conjoncture se précise pour 2012 et elle n’est pas reluisante. Même sans récession au sein de l’Hexagone, les petites et moyennes entreprises (PME) de plus de 50 employés traversent cette
période avec la plus grande des difficultés. Les défaillances d’entreprises enregistrées en France au premier trimestre sont en légère hausse par rapport à la même période de 2011, et restent pour
la quatrième année consécutive au-dessus du seuil de 16.000, a indiqué la société Altares dans un communiqué, relayé par Les Echos de ce mercredi.

Le nombre de défaillances s’élève à 16.206 jugements de redressement ou liquidation judiciaire directe, 3.500 de plus qu’avant la crise début 2008.

« Les PME de 50 salariés et plus sont, comme au quatrième trimestre 2011, très exposées » (+27 % sur an, par rapport au 1er trimestre 2011), note la société de services aux entreprises. A noter
toutefois que neuf PME défaillantes sur dix sont des micro-entreprises (moins de dix salariés). De quoi s’imaginer le nombre de PME toutes tailles confondues défaillantes en France.

Pourquoi les PME perdent maintenant ?

Le carnet de commandes est stable mais les trésoreries sont vides. Parmi les PME qui se retrouvent en difficultés, celles dont les problèmes avaient commencé bien avant, la sortie de crise étant
souvent révélatrice des faiblesses structurelles, constate le responsable des études. Les mesures de plan de relance et autres aides durant la crise leur avaient permis de garder la tête hors de
l’eau.

En témoigne le fait qu’un tiers des PME défaillantes n’avaient plus publié leur bilan depuis 2010. Et près de la moitié d’entre elles ne disposaient plus de fonds propres (de cash) – pour notamment
payer les fournisseurs –, constate ce même responsable. Et les problèmes d’accès au financement par les banques n’arrangent rien au rien à la situation.

Parmi les victimes les plus médiatiques, Petroplus de Petit-Couronne, placé en redressement judiciaire, ou encore Caddie.

Mais les réelles victimes restent les salariés. On compterait 65.200 salariés concernés par ces défaillances, soit une hausse de 16 % sur un an. Une bonne raison pour les candidats à l’élection
présidentielle de se pencher sur le sort des PME.

Les transports routiers de marchandises face à l'envolée des prix de l'essence connaissent 10% de défaillances en plus cette année.

http://www.20minutes.fr/economie/914737-defaillances-pme-envolent-1er-trimestre
Répondre
B
Mercredi 11 avril 2012 :

Espagne : baisse de la production : - 5,1 % sur un an.

La production industrielle espagnole a accru son repli au mois de février, avec une baisse de 5,1% sur un an, selon les chiffres publiés mercredi par l'Institut national de la statistique
(Ine).

Cet indicateur, calculé en données corrigées des variations saisonnières (CVS), avait débuté l'année 2012 dans le rouge, en plongeant en janvier de -4,3%, un chiffre révisé à la baisse mercredi
(-4,2% annoncé auparavant), sur un an, précise l'Ine dans un communiqué.

En février, le recul a été particulièrement marqué dans les biens de consommation durable (-14,8%), les biens d'équipement (-10,6%) et les biens intermédiaires (-6,8%).

Les biens de consommation non durable sont également dans le rouge (-4%). Mais l'énergie en revanche repasse dans le vert avec une hausse de 7%, conséquence "principalement" de la bonne santé des
secteurs "Production, transport et distribution d'énergie électrique".

Sur l'ensemble de 2011, la production industrielle espagnole a baissé de 1,8% par rapport à 2010, rappelle l'Ine.

Ces mauvais chiffres surviennent alors que l'Espagne a renoué avec la récession au premier trimestre 2012, accumulant deux trimestres consécutifs dans le rouge. Après une faible croissance, de +
0,7%, en 2011, le gouvernement conservateur a prévu un recul de - 1,7% du PIB en 2012.

Lundi, l'Espagne a annoncé un effort supplémentaire de dix milliards d'euros qui touchera les secteurs sensibles de l'éducation et de la santé, dans un pays frappé par un taux de chômage record qui
devrait bondir cette année jusqu'à 24,3% de la population active, selon les prévisions du gouvernement.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/04/11/97002-20120411FILWWW00340-espagne-baisse-de-la-production.php
Répondre
B
14 avril 1912 : le Titanic percute un iceberg.

Cent ans plus tard, presque jour pour jour, mardi 10 avril 2012 : le Titanic « ZONE EURO » percute plusieurs icebergs.

Taux des obligations italiennes à 10 ans :
19 mars : 4,84 %.
20 mars : 4,90 %.
21 mars : 5,00 %.
26 mars : 5,03 %.
27 mars : 5,12 %.
30 mars : 5,12 %.
3 avril : 5,16 %.
4 avril : 5,37 %.
5 avril : 5,45 %.
10 avril : 5,68 %.

Taux des obligations espagnoles à 10 ans :
5 mars : 4,97 %.
9 mars : 5,00 %.
12 mars : 5,06 %.
13 mars : 5,13 %.
14 mars : 5,17 %.
15 mars : 5,18 %.
16 mars : 5,20 %.
20 mars : 5,23 %.
28 mars : 5,33 %.
30 mars : 5,35 %.
3 avril : 5,45 %.
4 avril : 5,69 %.
5 avril : 5,75 %.
10 avril : 5,98 %.

Le Titanic « ZONE EURO » prend l'eau de toutes parts.

http://www.youtube.com/watch?v=Vxz8p3QdD3Q
Répondre
D
www.youtube.com/watch?v=w1Y_7XjkJOg
Répondre