Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Courrier d'Italie...

29 Mai 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités

Et c'est corsé, le comble pour l'Italie.

 

Air France KLM veut reporter l'acquisition d'Alitalia, qui devait se faire par échange de titre. Seul problème, c'est qu'actuellement, vu les valeurs des sociétés, c'est Alitalia qui achéterait Air Rance pour une poignée de clopinettes.

 

Là aussi, on voit les ravages de la cotation bousière : Alitalia, pas côté, vaut 700 millions, AFKLM 1 milliard.

 

En bref, on se paie une bonne tranche de rire...

 

" Les carabiniers décapitent la Squadra Azzurra", voilà donc les "manipulateurs de symboles" au gnouf.

Bon, c'est pas la première fois, et c'est inhérent au sport spectacle, où coule trop d'argent pour que ce soit honnête.

Perso, il y a 35 ans que j'ai compris que c'était du bidon, et que ça ne méritait aucun intérêt.

 

Mais, dans un complexe troublé, il n'y a rien de tel pour vouler une activité hier triomphante, et la vouer aux gémonies.

 

Bref, contexte "révolutionnaire", par essence même, où les triomphes d'hier deviennent des magouilles, où petit poucet bouffe l'ogre 10 fois plus gros, où l'on s'aperçoit que la seule chose qui manque dans l'économie de marché, c'est l'honnêteté.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
--->>> la seule chose qui manque dans l'économie de marché, c'est l'honnêteté.<br /> <br /> <br /> l'honnetete est incompatible avec le liberalisme. Pourquoi? Parceque le concept sous-jacent au liberalisme est la valeur-utilite de Pareto (concept invente pour concurencer le caoncept marxiste de<br /> valeur-travail).<br /> <br /> Dans valeur-utilite il ya 2 sous-concept, l'utilite comme nous la concevons tous et l'autre que personne ne connait ou presque l'ophelimite c'est a dire la quantite de jouissance. L'economie<br /> liberale est donc basee a moitie sur les pulsions, ce qui permet de comprendre l'ensemble<br /> de l'economie actuelle dite economie marginaliste.<br /> <br /> Ce que l'on sait encore moins car cela n'est pas enseigne nulle-part c'est que pareto a tres bien vu apres avoir ecrit son cours d'economie politique que ses concepts ne suffisaient pas decrire<br /> l'ensemble des activites de production et echanges des biens.<br /> <br /> I a donc ecrit un traite de sociologie dans lequel il se rapproche dangereusement de marx .... Et donc ce traite a disparu, n'est pas edite, pas etudie ... rien. Comme tout ce qui derange<br /> l'ideologie reignante hop cela disparait.<br /> <br /> L'honnetete tient a la morale et il est impossible de promouvoir les pulsions en meme temps que la morale. Toute l'evolution sociale tient a ce diktat de promotion des pulsions.<br /> <br /> On notera que comme par hasard les theories freudiennes promues a plus soif par nos societes visent a "liberer" les personnes du carcan de "leurs" interdits/blocages/frustrations c'est a dire<br /> liberer leurs pulsions.<br /> <br /> Car si freud a bien identifie le role primordial des pulsions ET des desirs, il n'est pas le seul, Jung et Adler etaient ses contemporains et travaillaient sur les memes problemes. Jung a ete<br /> evince pour mysticisme, Adler pour reductionnisme par l'intelligentia c'est a dire les relais de l'ideologie dans la societe.<br /> <br /> Le neveu de freud a d'ailleurs mis en application a grande echelle les principes freudiens aux USA dans tous les domaines puis cette vague sois-diant liberatrice a travrse l'ocean.<br /> <br /> Conclusion de ce commentaire Ou l'on a donc montre comment les puissants promeuvent ou pas les theories, les personnes, les livres qui les servent et font disparaitre ou denigrer les autres.<br /> <br /> L'ideologie marxiste a perdu la guerre alors que ses fondements sont bien plus solides que ceux du liberalisme.<br /> <br /> N'importe qui peut en saisir l'essence en lisant le 1er chapitre du 1er livre du capital. C'est pas long, tous les lyceens peuvent comprendre. Cela n'aarivera bien sur jamais.
Répondre