Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crise de Régime ?

13 Mars 2013 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités

Ou plutôt accélération et crise rendue plus visible encore ? Cette hypothèse a ma préférence.

 

"Dès lors, le pouvoir actuel a devant lui trois options. Il peut rester « droit dans ses bottes », et supporter la totalité du choc de ces trois colères. Il est possible qu’il y survive, mais au prix d’une répression qui le fera changer de nature et se transformer en Tyrannie. Il est aussi possible, et c’est l’hypothèse la plus probable, qu’il soit brisé par cet affrontement, ouvrant alors une période d’incertitudes politiques et institutionnelles comme la France n’en a pas connues depuis 1958. Il peut chercher à dévier la lame de fond qui monte, en organisant des élections anticipées, donnant ainsi une forme d’expression dans le cadre institutionnel actuel à ces trois colères. Mais, le système électoral français est ici mal adapté. Rien ne serait pire que l’élection d’un nouveau Parlement qui ne soit pas à l’unisson des sentiments de la majorité de la population. Il peut, enfin, chercher à anticiper sur ces événements et changer radicalement de politique, apaisant ainsi la colère sociale et la colère identitaire. C’est la voie de la logique et de la raison, chose dit-on la plus mal partagée au monde… "

 

Donc, on n'est pas sorti de l'auberge, avec, comme dit J. Sapir et la chanson "Il y en avait jusqu'à la ceinture, et le vieux con nous disait d'avancer"...


"il est illusoire de chercher à s’abriter derrière l’idée d’une « démocratie apaisée ». Il faut d’ailleurs remarquer que, de ce point de vue, la France n’est nullement une exception. C’est à un phénomène du même ordre que l’on a assisté lors des récentes élections italiennes."

 

Mais Bruxelles a choisi la voie de la tyrannie, fermant, une à une, toute les fenêtres d'opportunités de changement, bétonnant à tous va, et ne voyant pas que la seule chose qu'ils rendent inéluctables, c'est la révolution.

En Italie, on voudrait bien bétonner encore plus, en changeant le mode de scrutin.

 

En réalité, un processus révolutionnaire est une chose très longue à mettre en place. Tout un tas de brindilles font un gros fagot, bien sec.
Le chemin a commencé avec le libre échange, ensuite, par la loi du 3 janvier 1973, ensuite, par la réduction des droits chômages, début 1980, ce qui a conduit à une "grande conquête sociale", le RMI, auquel on peut rajouter les restos du coeur.

 

Ensuite, la représentation syndicale qui défaille, quand elle ne devient pas tout bonnement collaboratrice.

Bien sûr, la crise n'est pas aussi grave partout. Les pays scandinaves qui ont gardés une souveraineté monétaire peuvent dire sans rire qu'ils ont su se maintenir en réformant. Tout en oubliant leurs multiples dévaluations, seules responsables des "bons résultats", mais cela, ne le criront pas...

 

On a commencé par stigmatiser les "fainéants-qui-ne-veulent-pas-travailler", c'est à dire, les chômeurs, ensuite les RMIstes (vous comprenez, ils ont des problèmes...), ensuite, on stigmatise ceux qui ne travaillent pas assez fonctionnaires... et tous les salariés... Sauf les cadres qui eux comprennent "les nécessités", dans leur F3 parisien mais complètement pouilleux  à 600 000 euros.


Enfin, on a eu un référendum en 2005, dont on s'est empressé d'oublier le résultat, et  la ratification du TCE est une co-production Hollande-Sarkozy.

 

Aujourd'hui, tout s'effondre, et une base électorale "Menemiste" et cadre, à 20 % de l'électorat, ce n'est pas suffisant.

Pas plus que 200 000 gendarmes et policiers.

 

Parce qu'il n'y aura plus que ça pour parler à 80 % de la population. Et logiquement ça devrait finir en révolution et en Grande Terreur.

On se débarrassera ainsi d'une "élite indispensable", pour la remplacer par des gens juste en dessous, mais 100 fois plus compétents et 100 fois moins cher.

 


D'autant qu'il y a une donne encore plus incontournable au niveau économique.

L'effondrement du marché immobilier en France est désormais palpable et tangible, et tout l'économie française est assiste dessus.
Par un effet de domino démultiplié, donc, l'effondrement de l'économie française entraînera celui de l'Allemagne et propagera un effondrement mondial.

A côté de ça, fin de l'euro et dévaluation de l'euro-franc, c'est rien, mais les élites ont choisis pour nous, la politique du pire.

 

Beppe Grillo vient encore faire parler de lui. Il annonce que dans les faits, l'Italie est sortie de l'Euro. Comme tout le monde d'ailleurs.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
@la victime,<br /> Cher Martyr,<br /> De toute manière, soyez rassuré, il y aura défaut des pays, donc les rentiers perdront beaucoup et les petits salopards d'épargnants dont je fais partie, seront escroqués eux, de la totalité de<br /> leur retraite.<br /> Nous serons donc à nouveau dans l'égalité la plus parfaite, celle de la misère.<br /> Cependant, une petite remarque sur votre refus de solidarité et une autre façon de voir les choses, selon le vocabulaire de Margaret couilles de fer blanc: I want my money back!<br /> Si je venais à réclamer ma créance à l'Etat, par je ne sais quel tour de force, celle de mes cotisations ou du moins le solde de la balance entre ce que j'ai payé et reçu ( dans mon cas<br /> d'indépendant, sans maladie, sans instruction, sans recette de chômage depuis 47 ans)où en seriez vous Kamarade?<br /> Vous n'auriez probablement pas d'instruction, vos parents n'auraient pas été soignés, etc..<br /> Alors traitez nous d'idiots, cela je peux l'accepter, mais pas de porc.
Répondre
S
@ La Gaule,<br /> Pareil, rien à ajouter sauf que l'on a pas été bernés, mais obligés.<br /> Dans la construction d'alors, si on ne satisfaisait pas à certaines contraintes, on vous prenait tout.<br /> Les endettés d'alors étaient plus vulnérables que les actuels.<br /> L'effondrement du système qui pourtant avait de réelles belles promesses de pérennité, est dû à la prise en main de l'économie réelle par la finance depuis 73. Aussi par l'aveuglement quant à<br /> l'arrivée à maturité du marché. du moins celui de ceux qui avaient le pouvoir d'achat sans crédit.<br /> Donc, en raccourcissant, le dicton populiste et populaire qui dit "qu'il faut une bonne guerre ma bonne dame", n'est pas dénuée de vérité.<br /> le problème est qu'il n'y aura pas, plus de guerre "propre"<br /> Techniquement impossible.<br /> Elles seront donc civiles, les plus terribles parce qu'avec le plus de haine.
Répondre
J
@La Gaule,<br /> <br /> Tout à fait d'accord, je n'ai rien à ajouter. ;)
Répondre
L
@ Johnhold<br /> <br /> Un chiffre que vous devez avoir en tête et que j'ai déjà rappelé sur un billet récent de Patrick.<br /> <br /> L'épargne de sécurité, celle résultant des fruits du travail, représente globalement moins de 0.5 pour cent de l'ensemble des transactions financières.<br /> <br /> L'ensemble des prétendus spoliateurs des jeunes dont vous parlez sont compris dans cette (demi) portion.<br /> <br /> Les fameux Zépargnants dont tout le monde se gausse sur ce blog (à raison souvent)ne sont que les bénéficiaires des miettes du système. Leur rôle est surtout de lui tenir d'alibi, avec la<br /> complicité active des médias.<br /> <br /> Ce dernier point est important. Ma génération s'est laissé berner par le capitalisme financier parce que TOUT a été fait pour qu'elle n'y comprenne rien.<br /> <br /> j'avoue moi-même n'être sorti de ma torpeur que très récemment, parce que la force de certaines évidences m'y a poussé. Mais ces évidences était bien plus difficile à cerner il y a quinze ans<br /> (avant la généralisation d'internet, quel moyen d'information mettait au jour le jour le doigt sur les dangers de la financiarisation de l'économie).<br /> <br /> Il n'y avait pas de fatalité génétique à cela, et vous ne vous rendez pas compte qu'en incriminant "les vieux" sans discernement, vous versez tout simplement dans une espèce de racisme<br /> générationnel.<br /> <br /> Nous avons été aveugles, certes, mais des posts comme ceux de la Miss Machin plus haut me montre que les générations présentes sont à peine mieux loties au niveau des oeillères.Les siennes font<br /> plus "moderne", guère plus.<br /> <br /> Eux auront eu "la chance" d'être placé sur le flanc abrupte des évidences dont je parlais plus haut.<br /> Nous, nous y sommes montés en douceur, au rythme de la douceur du temps passé et avec nos lunettes de soleil, et n'importe qui en aurait fait autant à notre place.
Répondre
J
Bien que je précise, je sais pardonner et j'espère bien qu'on sera tous ensemble (car on a tous été utilisé par ce système) pour renverser la vapeur.
Répondre
J
@tout le monde, et @l'enculeur (traduction)<br /> <br /> Effectivement la génération précédente s'est fait lobotomiser aussi pour avoir accepter toutes les dérives, et c'est pas la génération actuelle qui peut même pas se loger qui extorque l'autre avec<br /> ses maisons pourris des années 80.<br /> <br /> Alors oui il y a eu les outils de l'oligarchie, mais le greed des pédés qui n'avaient rien dans leur vie et d'un coup se sont mis à péter plus haut que leur cul, en essayant de vendre de la merde<br /> aux jeunes, c'est bien la génération actuelle.<br /> <br /> Elle a permis le jeu et le début de la mise en scène de cette crise.<br /> <br /> Qui a crié STOP? Hein? Maitenant que tout le monde l'a dans le cul (regardez c'est bien une histoire de cul), et bien plus personne ne bouge.<br /> <br /> On l'a tous dedans, mais jusqu'à preuve du contraire Blankfein et l'autre de la JP Morgue ont pas mis un couteau sous la gorge des uns et des autres en France pour signer les credits et voler<br /> l'argent aux jeunes.<br /> <br /> Donc faut savoir se regarder en face des fois.
Répondre
L
@ JohnHold<br /> <br /> 1)<br /> Je ne mets pas tous les jeunes dans le même sac puisque j’ai oublié de parler de ceux qui ne foutaient rien. Il sont nombreux (pour votre information j’ai 61 piges et je travaille toujours, au plus<br /> grand avantage de ceux-ci, et même si je sais bien qu'ils ne sont que très rarement responsable de leur désoeuvrement).<br /> <br /> 2)<br /> Sur le plan des fouteurs de tout le monde dans le même sac vous vous posez un peu là. Je vous parle de fonctionnaires et tout de suite vous me parlez de collectivité territoriale.<br /> Entendons-nous bien : le problème de la France vient moins de ses fonctionnaires, dont le vote des ressources est encore contrôlé par le parlement, à ce que je sache, que de l’explosion<br /> invraisemblable des effectifs des dites collectivités, dont l’origine des ressources est beaucoup plus « fluide » suivant un terme à la mode.<br /> Il a été analysé par certains (surtout Roland Hureaux dans son désormais classique « Les nouveaux féodaux ») que pour un poste de fonctionnaire supprimé, on tend désormais, par redondance et<br /> convenance personnelle des nouveaux seigneurs, à en créer trois à l’échelon local ou régional.<br /> Avec l’avantage que le recrutement n’obéit pas à la même rigueur, et qu’il devient facile de placer qui l’on veut par la magie des « comités théodules » (selon le mot de De Gaulle) qui fleurissent<br /> à tous les échelons territoriaux, notamment dans le domaine culturel (je suis bien placé pour le savoir).<br /> Roland Hureaux émettait une hypothèse originale à ce sujet, à savoir que l’inflation bureaucratique est inhérente à l’expansion de l’Europe ordo-libérale, laquelle tente par ce biais d’assurer son<br /> propre clientélisme. A la différence des capitalismes nationaux, cette bureaucratie tend à proliférer au niveau territorial et non plus national (l’Allemagne connaît exactement le même problème,<br /> même si la nature fédérale de son système politique pose en soi un garde fou naturel à cette dérive).<br /> <br /> 3)<br /> Pour le reste, c’est Simplet qui a raison, et je n’ai aucune espèce de retenue à rentrer dans le chou de quiconque veut réduire la crise actuelle à une absurde histoire de génération.<br /> Les générations ne font que passer, et la bonne fortune de la génération de l’après-guerre n’aura été qu’une brève parenthèse dans l’histoire, j’ai presque envie de dire un accident.<br /> Les vrais détenteurs du pouvoir, eux, restent et leurs progénitures s’appellent comme eux des privilégiés. Les générations actuelles ont tendance à oublier que, si elles se retrouvent aujourd’hui<br /> dans la mouise, c’est que, pour la majorité de leurs effectifs, elles n’ont pas été engendrées par des vrais privilégiés mais par des parvenus accidentels.<br /> <br /> 4)<br /> Juger la situation actuelle sur le critère de l’âge, comme du reste du sexe ou de la « race », c’est se condamner à finir cocu. Ma génération est cocue parce qu’elle-même a été incapable de penser<br /> l’avenir en dehors de sa propre et éternelle « jeunesse ». Et croyez pour finir que si quelqu’un n’est pas fier d’appartenir à cette génération là, c’est bien moi.
Répondre
S
Rosalie ?? sur le Lebel! Est interdite !
Répondre
G
@Patrick Raymond bientôt c'est la saint Patrick .....!,<br /> <br /> <br /> j'aimerai te demander un conseil ,toi qui me semble avoir<br /> <br /> de solides attaches rurales:<br /> <br /> la faux: il vaut mieux l'aiguiser a la main ou a la meule?<br /> <br /> ça serait disons ....pour un usage + économique et<br /> <br /> écologique que l'ak 47.
Répondre
P
<br /> <br /> Le mosin Nagant peut être acheté avec une baïonnette pas mal. Triangulaire, elle occasionne des hémorragies internes et beaucoup de douleurs. <br /> <br /> <br /> <br />
S
@ Arté miss, Johnholdfucked,<br /> <br /> ça y est, ils vous l'ont mis, ils ont gagné.<br /> Conflit de générations.<br /> Naturellement, vous avez raison, faut couper le cigare à tous ces vieux cons.<br /> Vous avez raison, vous connaissez tant et tant de choses.<br /> Vous avez raison vu votre grandissime expérience.<br /> <br /> Au fait, je me demande si quand le vieux porc a lâché la purée dans laquelle vous étiez avec votre petit fouet, traitait votre mère de vieille truie?<br /> <br /> De plus les jeunes donneront à bouffer...<br /> A ce jour, cela a été plutôt l'inverse, hein les petits porcelets.<br /> Dans dix ou vingt ans, vous serez comme les autres: avides, cupides et cocus.<br /> Bonne journée.
Répondre
J
Vous faites des amalgames ici LaGaule, car vous avez omis une partie de la phrase précédente: "DU capitalisme financier".<br /> <br /> Et oui, la plupart des fonctionnaires sont directement sponsorisées par le capitalisme financier (cherchez la provenance des fonds).<br /> <br /> Le but n'est pas de virer les infirmières, mais de virer les branleurs (et il y en a).<br /> <br /> Allez vous balader au Conseil Regional, General de PACA. Vous le verrez de vos yeux, que des gens NE SONT PAYES A RIEN FAIRE, et ce n'est pas un jeu de mot.<br /> <br /> Et oui, à un moment donné il faut donner la place aux jeunes, car c'est eux la prochaine génération que vous le vouliez ou non. Peut-être seront-ils bien plus capable que la génération actuelle, au<br /> vu des résultats lamentable qu'elle se coltine. De plus, c'est les jeunes qui donneront à bouffer aux "vieux porcs". Et oui. Aux jeunes QUI *bossent*.<br /> <br /> D'ailleurs vous mettez tous les jeunes dans le mec sac, en utilisant la même méthode que vous semblez dénoncer avec le post que vous avez commenter.<br /> <br /> Sinon vous avez une solution au lieu de maugréer? Bien que je partage la plupart de vos points de vues, il faudrait ne pas tout rejeter en bloc.
Répondre
L
@ Artémis<br /> <br /> (Pour prétendre être la déesse de la chasse et de la lune, mieux vaut ne pas peser une tonne).<br /> <br /> « Les retraités et les rentiers de tout poil »<br /> <br /> Traduction : Bernard Arnaud fin de parcours et le péquin du coin qui touche 900 € après avoir bossé 40 ans.<br /> <br /> « Actionnaires, fonctionnaires et autres assistés du capitalisme financier »<br /> <br /> Soit le crésus actionnaire chez Morgan, le flic et l’infirmière du coin : tous dans le même sac, tous de connivence. Regardez ce qu’ILS font de la Grèce !<br /> <br /> « …laisser aux jeunes qui bossent tout le pouvoir »<br /> <br /> Et ceux qui travaillent comme des vieux porcs ? Tous ceux qui envahissent la société de haut en bas et ne savent qu’appliquer ce qu’ils ont appris dans leur école de commerce – gérer un hôpital, un<br /> commissariat, ou n’importe quelle entreprise d’utilité publique, comme on gère une épicerie. Tout ceux-là, vous voulez réellement leur donner tout le pouvoir ?<br /> <br /> « …Une forme d’oppression en remplacera une autre »<br /> <br /> Oui ! De toute évidence ! On attend plus que vous.<br /> Quant à Jancovici, il ne nous oppresse pas, il nous pompe l’air.<br /> <br /> « Nous on signe »<br /> <br /> Désolé, je crois que vous ne savez pas lire (pour le « nous », j’espère que vous n’êtes pas trop nombreux).<br /> Faites plutôt une croix dans la marge.<br /> Et courrez vite vous réchauffer chez Jancovici, dehors ça caille !
Répondre
A
Crise de regime vous dites.<br /> <br /> J'ai decouvert Jancovici recemment, et j'en conclu qu'une forme d'oppression en remplacera une autre, simplement pour le petrole qui lui est indispensable a toute la terre, voiture electrique ou<br /> pas.<br /> <br /> Si on peut se debarrasser des retraites et des rentiers de tout poil, actionnaires, fonctionnaires et autres assistes du capitalisme financier, et laisser aux jeunes qui bossent le pouvoir, alors<br /> d'accord. Nous on signe.
Répondre
S
Un simple constat: les esprits les plus avisés finissent presque sur nos positions radicales, employant le même type de vocabulaire... avec toutefois un temps de retard à l'allumage!
Répondre
E
Pendant ce temps là en Grande britannie certains se demandent pourquoi donc que c'est que toutes ces chaines de magasins font faillite it is very strange indeed<br /> <br /> <br /> Mais heureusement ils ont trouvés la solution avec de vraies mesures pas comme chez nous;<br /> <br /> "The Portas Review was led by businesswoman and broadcaster Mary Portas, who recommended a series of measures to support Britain's high streets, such as market days, an easing of parking charges,<br /> and a rethink of business rates"<br /> <br /> la reine est sauvées c'est l'essentiel<br /> <br /> "A committee of MPs is to launch an inquiry into Britain's retail industry after a wave of companies collapsed into administration.<br /> <br /> ...<br /> <br /> HMV, Blockbuster, Jessops, and Republic have all collapsed in 2013 as the high street has battled falling sales and the rise of online-only rivals."<br /> <br /> http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/retailandconsumer/9927458/MPs-to-launch-inquiry-into-retail-sector.html
Répondre