Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dry Baltic Index biaisé ???

20 Janvier 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #transport maritime

Nous dit un article, avec un sous-entendu : ça va mieux qu'il n'apparait, en fait, pas du tout.

La flotte mondiale augmente de 23 navires par mois, mais, bien entendu, dans ce problème de baignoire, on a oublié un paramètre.

En effet, la flotte obéit à un certain nombre de régles, elle se renouvelle constamment.

Par rapport à la flotte existante, 23 navires par mois, c'est peu, surtout, on ne connait pas le nombre de sorties.

 

En effet, un navire, ça se déconstruit aussi, et c'est même très rentable. Les armateurs ont fait fonctionner à plein cette possibilité, car un navire, ça coûte cher, et quasiment aussi cher, que ça flotte ou reste à quai.

Il n'y a guère que le carburant qui fasse la différence, mais l'entretien, reste à faire, les redevances portuaires ne sont pas donnés non plus.

 

La vérité est simple. Le transport n'est plus une activité rentable, le transport aérien sort de 10 ans de pertes consécutives, le secteur perdait globalement 5 milliards de $ par an, et la crise avait fait passer la perte à 10, et le retour à la normale, reste le retour à des pertes. 

Le transport routier, le transport maritime restent grevés par le surinvestissement chronique.

 

Surinvestissement visible en Chine, où Toyota dit on, cherche à fermer ses usines. Même la Chine industrielle est trop grosse pour la Chine. 

Surtout qu'elle voit ses clients extérieurs se désolvabiliser à grande allure, et certains parlent d'une mainmise chinoise sur l'europe. Je pense qu'il n'en sera rien, pour une bonne raison, c'est que si les "Zélites" européennes peuvent accepter une suprématie américaine, car de longue date, acceptable racialement, rentré quasi dans le patrimoine génétique de nos gouvernants, la couleur et la culture des nouveaux maitres serait inacceptable, même pour des gens qui ont fait de l'antiracisme un fond de commerce.

 

En outre, dans certains cas, les erreurs chinoises sont monumentales. On a dit qu'ils prenaient le port du Pirée pour inonder l'Europe. En réalité, le Pirée, c'est un cul-de-sac. Il ne débouche sur rien du tout.

 

LE port européen, c'est Rotterdam. L'artère européenne, c'est le Rhin.

Le Pirée, c'est le trou du cul du monde. C'est complétement excentré vis-à-vis du centre de gravité réel du continent.

Par le Pirée, on accéderait, et encore au mieux, aux Balkans, et au bassin oriental de la méditerrannée, dont on connait pour chacun le dynamisme économique inexistant.

On est aussi près de la Sicile et de l'Italie du sud...

 

On retombe sur la règle Braudelienne. La ville dominante est un port, dotée d'un arrière pays.

Pour le moment le cours du BDI ne couvre pas la moitié des frais fixes d'un navire.

La Chine a accumulé les milliards, dont elle ne sait que faire, et la politique de gribouille a voulu qu'on construise les navires commandés, alors qu'ils n'étaient plus nécessaires, pour sauver les chantiers navals et sidérurgistes chinois.

La plus grande question reste, pourquoi faire ???

 

Jusqu'ici ça va, jusqu'ici ça va...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> @Patrick Reymond à propos des deux ports.<br /> Dans ce cas très spécial et probablement unique, votre raisonnement ne vaut pas.<br /> D'abord il y a quatre ports: R'dam, Anvers, Zeebruge, Dunkerque.<br /> Les trois derniers cités travaillent en commun et beaucoup de sociétés sont installés dans les trois ports.<br /> D'que et Z'ge sont des ports de mer. Anvers est limité par sa taille, mais est le plus important vu son dynamisme.<br /> ( Quand on négocie un fret et que l'on parle d'Anvers, c'est 10% de réduction, car les navires ne traînent pas.)<br /> Il est le port le plus rapide du monde.<br /> Il aurait gagné énormément s'il n'y avait pas le problème de l'escaut et les marées.<br /> des travaux importants pour les gros gabarits sont programmés. sous réserve de la cata économique que nous attendons.<br /> Ces trois ports sont complémentaires en service "dry", Anvers en conteneur et les autres en vrac.<br /> Anvers est desservi par des énormes noeuds routiers et ferroviaires.<br /> R'dam est principalement un port "liquide"( pétrole) et conteneurs plus transbordement.<br /> Il n'y a donc que très peu de concurrence.<br /> Voyez les stats.<br /> Pour le reste, d'accord le BDI est biaisé et nous baisés!<br /> vous avez naturellement raison.<br /> Amicalement.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Adepte du monétarisme, mais trouvant tout de même les post de Patrick très intérressants et instructifs, j'ai crée mon propre blog qui reprend les idées qui sont dans mes commentaires.<br /> <br /> <br /> http://capitalismeetliberte.over-blog.com/<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> l'économie chinoise est au bord de l'implosion et avec la hausse inévitable des taux d'intérêts qui s'annonce, cela risque de ressembler à une explosion en plein vol, il sera inutile de rechercher<br /> la boite noire !<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> Comment dire simplement?<br /> <br /> Le port d'Anvers se trouve dans le nord du pays et donc en flandre.<br /> <br /> La flandre vote en majorité pour le parti NVA séparatiste.<br /> <br /> Si la Belgique devait faire sécession, la flandre serait un état indépendant et le port d'Anvers ne pourrait être Francais .<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Il ne peut y avoir deux ports cote à cote. Il y a déjà rotterdam. Un seul peut être dominant. Et il lui faut aussi un arrière pays, et pour qu'il soit dominant une fusion des élites économiques<br /> et politiques. Hors les élites politique d'un micro état n'iront pas loin.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> Jeudi 20 janvier 2011 :<br /> <br /> Ce matin, la banque américaine Goldman Sachs organisait un séminaire dans le très select Cercle Interallié, pour présenter ses perspectives économiques et financières de l’année. En gros, expliquer<br /> à ses clients quelles étaient les évolutions à attendre en matière de conjoncture et surtout où placer leur argent pour en profiter le mieux possible.<br /> <br /> Mais c’est à la fin, lorsque l’on a abordé la question des obligations que j’ai failli tomber de ma chaise : pour les experts de la banque, il faut acheter de la dette grecque et, dans une moindre<br /> mesure irlandaise et portugaise ! Mais pas n’importe laquelle. Dans le cas de la Grèce, il faut prendre les obligations à 30 ans. Surtout pas celle à 10 ans.<br /> <br /> Bizarre : les taux à dix ans sont à plus de 11,30 % et ceux à 30 sont à 8,50 %. Les gourous de Wall Street auraient-ils perdu leur calculatrice ? Non, rassurez-vous !<br /> <br /> « La Grèce va restructurer sa dette à dix ans », nous a annoncé l’air de rien le stratège obligataire de la banque : ce qui signifie qu’il faut la fuir à tout prix.<br /> <br /> Par contre, cette restructuration épargnera la dette à trente ans. Et au contraire, en restructurant à court terme, la Grèce aura plus de chance de nous rembourser à très long terme. Avec des taux<br /> à 8,50 % à 30 ans - imbattable – Athènes offre des rendements uniques au monde, qui vont rapporter plein de sous.<br /> <br /> Les clients de Goldman Sachs ont vraiment de la chance. Ils ont appris (c’est un scoop) que la Grèce allait restructurer sa dette et surtout qu’il fallait tout de suite se précipiter sur les taux à<br /> trente ans.<br /> <br /> Au fait, ami lecteur, j’ai oublié de vous dire : c’est Goldman Sachs qui a été soupçonné, dans les années 2000 d’avoir aidé le gouvernement Grec à maquiller ses comptes. Une accusation jamais<br /> prouvée, je m’empresse de le préciser, mais que les clients de la banque, hier au Cercle Interallié auraient peut-être mérité de savoir.<br /> <br /> http://blog.lefigaro.fr/economie/2011/01/le-scoop-de-goldman-sachs-sur-la-dette-grecque.html<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Il n'y a pas que le BDI qui s'effondre. Il y a aussi la zone euro. La zone euro est en train de faire naufrage, tranquillement, silencieusement.<br /> <br /> Dans l'indifférence générale.<br /> <br /> Jeudi 20 janvier 2011 :<br /> <br /> La confiance des consommateurs se détériore dans la zone euro.<br /> <br /> La confiance des consommateurs dans la zone euro est tombé à un plus bas de cinq mois en janvier, montrent des données publiées jeudi, alors que la région rencontre des difficultés pour contenir la<br /> crise de la dette.<br /> <br /> La Commission européenne a annoncé lors d'une estimation flash que le moral des consommateurs des 17 pays membres de la zone monétaire était ressortie à -11,4 en janvier contre -11,0 en<br /> décembre.<br /> <br /> Au sein de l'Union européenne qui regroupe 27 Etats, cet indicateur a également baissé, passant de -12,1 à -12,8.<br /> <br /> Les analystes estiment qu'une solide demande privée est nécessaire pour une croissance auto-entretenue de la zone euro, mais les mesures d'austérité mises en place par de nombreux gouvernements et<br /> les turbulences sur les marchés financiers limitent la demande des consommateurs.<br /> <br /> "C'est probablement l'inflation plus importante et la fiscalité croissante dans beaucoup de pays qui pèse de plus en plus sur la confiance des consommateurs", a commenté Howard Archer, analyste<br /> chez IHS Global Insight.<br /> <br /> http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE70J0IT20110120<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Pour notre part, je veux dire pour le peuple, que la main mise soit asiatique ou américaine, cela ne change rien à ce rejet, surtout quand on sait que la main au gout de chewing-gum s'accompagne<br /> d'une "diversité" ethnique qui est également exotique.<br /> Quand on perd sa liberté collective, il ne faut s'attendre à ce que sa liberté individuelle soit respectée : la domination anglo-saxonne signifie ne plus sortir de chez soi dans des centaines de<br /> quartiers francais, du fait de l'enrichissement permanent de l'immigration africaine.<br /> <br /> Si la ville dominante est portuaire, alors on comprend que la reprise en main de notre destinée va s'accompagner d'un changement de frontiéres politiques et que la crise politique belge sera mise à<br /> profit pour démanteler ce non-état afin que la France récupére Anvers...<br /> Et la parenthése ouverte en 1815 sera refermée.<br /> 2 siecles quand même...<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> « Certains parlent d'une mainmise chinoise sur l'Europe. Je pense qu'il n'en sera rien, pour une bonne raison, c'est que si les "Zélites" européennes peuvent accepter une suprématie américaine, car<br /> de longue date, acceptable racialement, rentré quasi dans le patrimoine génétique de nos gouvernants, la couleur et la culture des nouveaux maitres serait inacceptable, même pour des gens qui ont<br /> fait de l'antiracisme un fond de commerce ».<br /> Chapeau ; trop fort ; saisir autant de vérité en une seule phrase, c’est que t’es vraiment costaud.<br /> <br /> <br />
Répondre