Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Empire : la dislocation généralisée

16 Mars 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Des bavures avaient fait des morts en Afghanistan, les américains ont offerts des compensations (2000 $ par tué), mais sans vouloir même savoir ce qui s'était passé.
Il est à noter que ce montant, même en Afghanistan est quasi insultant...
Les parents ne veulent pas de ça. Ils veulent la justice, et s'il n'y a pas la justice, la vengeance.
Le sang entraîne le sang, et "on sait ce que c'est la patrie, quand on la voit envahie par une armée".
Les talibans apprennent le sentiment national, recentrés sur une lutte nationale, et non plus sur une révolution islamique mondiale, ils marquent les points.
Ils sont devenus moins pesants sur la population, acceptent écoles désormais, protègent tant qu'ils le peuvent la population civile, structurent leur effort de guerre avec succès.
En un mot, ils ont laissé ce qui faisait la dictature, pour une politique nationale.

L'URSS de Staline avait évolué ainsi au début de la "grande guerre patriotique". On y était passé d'une guerre internationaliste, à une beaucoup plus classique défense de la grande Russie.
Le résultat est là. 75 % du pays sont contrôlés par les talibans (les 25 % restants sont faciles à reconnaître, c'est là où il y a le bordel).
La logistique aussi semble impressionnante : 8000 engins explosifs déposés l'an dernier.
On reconnaitra là aussi, la méthode ho-chi-minh. Les batailles d'Hoa Binh et de Dien-Bien-Phu reposèrent sur une logistique sans faille, même si les approvisionnements se faisaient à vélo...

La volonté de vengeance motive aussi.  Il n'est d'ailleurs jamais bon de trop pousser lorsqu'on semble l'emporter. Ce qui a empêché les talibans de se disloquer en 2001, ce sont les massacres de milliers d'entre eux dans le nord. Comme il y a toujours des survivants, le souvenir et le vécu en fait de redoutables combattants.
Les généraux romains qui étaient à Zama (202 av JC) étaient aussi des survivants de Cannes (216 av JC) et de bien d'autres combats ultérieurs. Ils avaient des comptes à régler, ils avaient appris et vus les erreurs, tout comme les capitaines de Charles VII qui inversèrent le cours de la guerre en 1430. La plupart étaient des survivants d'Azincourt.

En face, par contre, on perd pied face à la réalité. Thomas Friedman le dit pour Israël, mais c'est vrai pour la totalité du monde occidental et du complexe militaro-industriel occidental, dont Israël est un bourgeon le plus abouti.
Quand à la Russie, elle vient de changer de doctrine de défense. Le mépris du droit par les occidentaux l'a amené à classer l'OTAN et les USA comme ennemis, au même titre que le terrorisme (ça, bien que ça n'existe pas, c'est commode pour brider les oppositions intérieures).
On compte, en Russie, donc, sur l'armée russe et rien d'autre, d'autant que la guerre en Géorgie a montré que les USA n'avait ni la volonté, ni la possibilité de l'affronter.
Les révolutions colorées s'essoufflent, au même rythme que le modèle US.

Par contre, c'est la frontière mexicaine qui s'embrase, et les habitants vivent dans un état de quasi guerre, avec des incursions des cartels, de l'armée mexicaine, des fusillades incessantes, au point dans la région qu'on se pose la question de savoir ce que font les soldats en Corée et à Okinawa, et qu'ils seraient plus utiles sur la frontière mexicaine. 

Mais le torchon brûle aussi entre les USA et Israël. Les militaires US sont les plus hostiles à une guerre contre l'Iran, que Néthanyaou veut de manière quasi obsessionnelle. On assiste à un jeu compliqué entre trois entités : l'armée US, le gouvernement US, le Gouvernement israélien.
Entre temps, les relations armée US/ Iran, sont au beau fixe. Les deux ont conclus une alliance de fait; pour éviter de se laisser entraîner dans une confrontation non voulue...
Les liens se multiplient au sommet de la hiérarchie, comme à la base...
Les militaires US se pose la question de l'utilité de l'alliance israélienne. En réalité, ils ne la posent pas. Ils constatent, pour eux, sa nocivité profonde.

Nous vivons une époque formidable !!! Les alliés sont en crise et ne se supportent plus, et nouent des liens avec les "adversaires" potentiels et de tous poils. 

Dernier avatar : la vérité officielle sur le 11 septembre, vérité avant tout médiatique, se fissure aussi. La lame de fond pour la vérité est si forte, qu'elle emporte les médias officiels.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> Le soucis avec la communication des multinationales est qu'elle touche toutes les filiales , europeenne,asiatique, americaine,africaine.<br /> <br /> Psychologiquement, un message de peur se diffuse.Ce n'est pas bon pour le Mexique. Sans oublier qu'il realise plus de 88 % de son commerce exterieur avec les US :<br /> <br /> http://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_ext%C3%A9rieur_du_Mexique<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Patrick<br /> <br /> Exclu, voici le lien que recoive les salaries et leurs sous traitants , c'est le meme type d'avertissement que nous avons pour un pays en guerre. Cette histoire va bientot remonter a la surface<br /> :<br /> <br /> http://www.travel.state.gov/travel/cis_pa_tw/tw/tw_4755.html<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Patrick<br /> <br /> "Travel Warning for Mexico"<br /> <br /> Actuellement beaucoups de salaries de multinationales americaine recoivent un message leur incitant d'eviter d'aller au Mexique et en particulier la frontiere :<br /> <br /> "All Company business travel to these cities should be reconsidered and business-critical travelers should exercise extreme caution.<br /> <br /> For more information, please reference the U.S. State Department website."<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Excellent! Vous avez des sources pour les liens entre les 2 armées US/Iran? Je me souviens en tout cas d'une visite très cordiale d'Almadinedja aux US il y a 2 ans environ.<br /> <br /> Ca serait formidable une rupture entre l'élite politico financière US et son armée.. Il est vrai qu'à un tel niveau de puissance économique ne peut que répondre la puissance militaire.. On sais<br /> trés bien que chaque candidat républicains comme démocrate propulsé sur le devant de la scène est à chaque fois un sbire de Wall Street et de la Fed! Si Ron Paul devient président et que l'armée US<br /> fait copain-copain avec l'Iran, en faisant manger leur kipa aux extrémistes israëliens, je vais bosser aux US!<br /> <br /> <br />
Répondre