Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fatalité nord-irlandaise...

23 Juillet 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

irlande-nord.pngL'Irlande du nord est entrée dans une nouvelle phase de violence, et certains me demandaient si les causes de cette violence n'étaient pas autres que religieuse.

Depuis 300 ans, la violence en Irlande est une violence suite à une occupation d'invasion, qui maintient une population locale dans la sujétion et une situation pire que l'esclavage.

 

Lors de la conquête, il fut interdit à la population catholique d'acheter des terres, seul l'héritage lui était possible. Si un membre de la famille se convertissait, il prenait tout.

Les catholiques, formant 75 à 80 % de la population n'avaient, au début du XVIII que 25 % des terres et 7 % à la fin du siècle (les 75 % du début du siècle avaient été volées lors de la conquête).

 

Puis, dans la décennie 1790, cette interdiction fut rapportée et le prix des terres augmenta fortement. La minorité protestante, fortement enrichie elle aussi, n'en fit pas moins la tête. Sa part dans la richesse foncière diminua très vite.

 

Le régime d'indolence précédent, lui allait très bien, pourvu qu'on lui réserva les places. La situation la plus explosive était en Ulster, majoritairement catholique, mais avec une forte minorité protestante.

 

Je passerais donc sur le XIX° siècle, qui fût avant tout, une période essentiellement de luttes agraires, entre grands propriétaires protestants, finalement expropriés (mais grassement indemnisés par ceux que leurs ancêtres avaient volés) et petits tenanciers catholiques.

 

Après la guerre d'indépendance, on partagea l'Ulster, 2 comtés revinrent à la république et 6 restèrent au Royaume-Uni. Comme on n'avait pas cherché une véritable solution, et qu'on préférait la politique du pire, il était clair que 2 comtés avaient une majorité catholique, 2 étaient panachés, et 2 protestants.

 

En réalité, la Grande Bretagne avait gardé l'industrie, et laissa tranquillement la majorité protestante se livrait à l'oppression de sa minorité catholique, avec le seul sadisme comme excuse. " L'accès au travail était facilité pour les protestants et rendu plus complexe pour les catholiques. Cela a entraîné un taux de chômage plus important dans cette dernière communauté ."  La situation était la même pour le logement, et même pire. Les protestants changeaient de logements comme de chemises, les catholiques étaient astreints à de longues années d'attente (c'est le logement qui fut le détonateur de la dernière guerre d'irlande).

 

En gros, la séparation était simple, les uns étaient fonctionnaires, les autres intérimaires... Il est certain désormais, que la situation économiques actuelle, met en valeur pistons et recommandations, avantage de nouveau clairement une communauté protestante établie, alors que la précarité était encore largement catholique

 

S'ajoute sur ce point l'extrémisme de la communauté protestante, qu'il est bien dommage qu'on ait pas laissé W. Churchill l'écraser en 1912 (il était premier Lord de l'amirauté, et voulait envoyer ses marines pour nettoyer l'Irlande du Nord qui refusait le Home Rule et s'armait).

Cette communauté s'est toujours appuyé sur Londres, dont la pussilanimité à son égard est devenu à cette période, proverbiale.

De fait, en ce qui concerne l'Irlande du nord, le RU est dans la situation des USA vis-à-vis d'Israël : celle du béni-oui-oui...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> Merci pour ces précisions Patrick.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> ça fait toujours bizarre d'évoquer cette situation religieuse de l'Irlande. On a l'impression de voir le moyen-âge au 21e siècle.<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> non, la loi de paretto 20 /80. Elle est économique, et non pas religieuse.<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> magistral<br /> <br /> <br />
Répondre