Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermetures...

1 Novembre 2009 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

A une époque glorieuse, il y avait en France 500 000 bistrots, pour 40 millions d'habitants, soit un pour 80 habitants.
(les différences observées dans les chiffres proviennent du fait que souvent, les débits de boissons étaient aussi commerces alimentaires de détail).
L'alcoolisme n'a jamais dépassé, nulle part, le record français de 1939 : 25 litres d'alcool pur par habitant et par an, chiffre comprenant toute la population, bébés, femmes, antialcooliques.
1940 a été une année de défaite, et une année de césure.
Le régime de Vichy a engagé la lutte contre l'alcoolisme, d'abord par le rationnement, ensuite par diverses mesures, dont celle de rendre viagère l'autorisation de distillation en franchise de droit 20 litres d'alcool par an.
Certains disent que la baisse précoce de la natalité française et son impact économique a été absorbé en totalité par l'alcoolisme.
Le lobby alcoolique absorbait en 1900, le chiffre énorme de 40 % du Pib.
Ceci expliquant le retard économique pris pendant le 19° siécle.

Pour qui se souvient d'une période pas si lointaine, un carrefour, c'était un lieu où il y avait 4 cafés.
C'était LE commerce en or.
Un haut lieu de sociabilité, surtout en milieu rural.

Maintenant, changement de cadre. Le café en voie de raréfaction, que d'aucun appelaient une engeance, a été remplacé par une autre engeance : l'agence bancaire.
Il fallait attraper le client a tout prix, quadriller le terrain.
Puis, on s'est aperçu en haut lieu que l'agence coutait cher pour des opérations de détails : caisse, retraits de chéquiers, relevés de comptes.
Alors, on décida de supprimer toutes les opérations non vitales, et on supprime, concurremment désormais, des agences.
En grande Bretagne, traitement de choc :  3 banques vont fermer des centaines d'agences, avec, comme dans le cas précédent, un passage en dégrisement.

La ration de vin pour le travailleur de force est établie à 2 litres. PAR MOIS. Les soldats de 1939-1940 honnêtes avaient pour habitude de dire que pendant toute la période de mobilisation, ils n'avaient pas dessaouler.
Leur photos de 1940 au niveau corpulence évoque le poilu de 1914, à la différence de la couleur d'uniforme (le kaki contre le bleu horizon) . Ils grossissaient énormément.
Par contre, en 1944 ils était filiformes et longilignes.

je crois que le parallèle va s'appliquer aussi cette fois : nous allons devenir longilignes...
En même temps, on peut voir des traits communs entre l'alcoolisme de l'entre deux guerres et même après, et le terreau immobilier.
Boire était une obligation, le non buveur un type bizarre.
Etre propriétaire immobilier une obligation, le locataire par choix un bizarre, et celui qui ne pouvait faire autrement, un raté.
Dans les deux cas, la pression sociale et la pression de groupe...

La courbe des ventes immobilières évoque de manière irrésitible le rationnement qui a suivi juin 1940. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> je dois déménager à Paris. Vous me conseillez donc la location ?<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> A vingt mêtres de chez moi, il y a un terrain à vendre. 862 M2 à 60 euros le M2 (j'ai téléphoné vendredi), commune de haute loire, 1200 habitants, 210 000 habitants pour le département et la moitié<br /> des logements inoccupés.<br /> A l'heure actuelle, c'est de la folie furieuse d'acheter. Il y a 10 ans , quand je cherchais, je trouvais des tonnes de villas à 400 000 francs.<br /> la villa d'il y a 10 ans = le terrain aujourd'hui ? dément.<br /> <br /> <br />