Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Florange, Fessenheim, NDDL...

6 Décembre 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

A chaque fois, il faut batailler ferme contre les mythes et les slogans.

 

Pour Florange, on nous dit que c'est loin de la mer, et de l'approvisionnement en minerai.

Sauf que c'est une belle connerie, eût égard au taux de réutilisation de l'acier, qui atteint 40 %, et qui pourrait atteindre, bien plus.
En effet, en France, on "produit" 16 millions de tonnes de ferraille, largement exportés, notamment en Espagne, et le surplus européen atteint 20 millions de tonnes.

 

" La raison de cette non utilisation intégrale peut être trouvée dans un manquede qualité et de régularité de la ferraille".


  

C'est une belle blague, et la réalité la plus profonde c'est que Mittal est largement intégré, et à ses propres mines.

 

En tout état de cause, si on rapproche ferraille et production d'acier, en France, on pourrait être à 100 % de recyclage. (Production acier 2011 : 15.8 millions de tonnes...)
Quand à régler le problème du tri, ce n'est qu'un problème de tri, donc basique et facilement réglable.

 

De plus, l'acier "sur l'eau", a aussi un grand défaut : il est sur l'eau, c'est à dire en bordure de mer, et là aussi, à long terme, on sait forcément qu'il vaut mieux avoir des capacités de production à l'intérieur d'un pays, qu'elles sont moins susceptible d'être détruites rapidement en cas de guerre. Cela s'appelle, la "profondeur stratégique", avec un précédent célèbre, l'effort de guerre soviétique, réalisé essentiellement dans la zone Oural-Volga, totalement à l'abri, alors que l'industrie ukrainienne était entièrement HS, détruite, ou déplacée dans des conditions incroyables et quasiment miraculeuses.

 

Plus marrant encore, c'est la manière de faire pour se justifier. J'ai travaillé dans le service comptable d'une aciérie. Les diverses unités passaient 90 % de leur temps à se tirer dans les pattes et à se facturer et se refacturer et à se rerefacturer tout et n'importe quoi, pour dire, "moi, je gagne tant", pendant que les autres gagnaient seulement tant, et les autres étaient déficitaires.
En réalité, c'était de la masturbation de méninges, et l'usine était un tout, qui ne pouvait fonctionner sans le tout. Mais on aimait bien, le "coeur de métier", même si cela a conduit à bazarder des activités hautement rentables.

 

Je me rappelle que le même problème s'était posé avec l'aciérie, pas rentable ( - 20 millions de francs), mais sans aciérie, on ne pouvait faire fonctionner la refusion ( + 40 millions), et en réalité, l'éclatement comptable était simplement, un absurdité.

C'est vrai que c'était un peu torchons et serviettes, et qu'entre l'un, dont la production déficitaire se chiffrait en centaines de milliers de tonnes, et l'autre, bénéficiaire, se chiffrait en kilos...

Mais, où est le problème quand on gagne de l'argent ???

 

 

Pour Fessenheim, le problème est encore plus simple : éjecter Proglio, changer le PDG, qui choisira "librement", de fermer Fessenheim.
Un PDG, ça obéit à l'actionnaire, ça ferme sa gueule, ou ça démissionne. L'état est actionnaire à 85 %.

Autre voie de sortie, les travaux de Fessenheim vont, comme on dit vulgairement, coûter la peau du cul. On peut en faire l'économie.
Quand à l'argument ultime : "on ne peut pas fermer", il est pitoyable. ça veut dire que Fessenheim est pour l'éternité ? Etonnant, on ne nous dit pas tout (radio bistrot), et d'autant plus que le béton, ça ne va pas au delà du siècle, et que l'uranium sera épuisé bien avant...

 

Mais, comme je l'avais dit pour NDDL, le problème c'est que les "décideurs" sont âgés, et formatés. C'est éclatant pour Ayrault, né en 1950, et qui en est resté aux années 1960, et son "énergie abondante et bon marché".

Tous continuent une politique de plus en plus absurde, sans lien avec la réalité, mais collant à la doxa sans état d'âme.

 

La dérive des coûts de l'EPR indique une incompétence totale (plus 157 %), et même l'EPR finlandais est une gabegie absolue.

Comme en matière politique, on oublie le but, pour ne conserver que le moyen. Il parait que l'UE était le moyen de la prospérité.

Aujourd'hui, c'est une fin en soi. Qui mérite tous les sacrifices (des autres, bien sûr).

 

On a droit à un article : "Mittal à l'Elysée, qu'il y reste !" On a déjà eu un génie aux finances, avec Mer. Mais comme il n'avait personne à aller taper de 100 milliards, sa prestation fut plus que médiocre, insignifiante.

 

D'une manière générale, les "hommes d'affaires", passent plus de temps à aller racketter les autorités politiques qu'autre chose. Il faut remettre les choses à leur place, tout de suite.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
m'sieu Reymond<br /> quelle est la " profondeur stratégique " de la ville Mosellane de Florange ?? à quelques kilomètres à vol d oiseau du Luxembourg et de la SARRE<br /> Allemande entre 1871 et 1918<br /> Allemande entre 1940 et 1944<br /> <br /> et dont les mines de Fer et Charbon de la région ont justement servi à fabriquer l 'acier POUR ATTAQUER LES TROUPES FRANCAISES A VERDUN<br /> armes directement transférées par train entre la zone de Florange BRIEY ( que je connais très bien ) et le front , zone de combat choisie exprès en raison de cette base arrière industrille<br /> <br /> alors que les franchouillards durent faire " La voie sacrée"<br /> <br /> la profondeur industrielle ce fut LE CREUSOT MONTCEAU LES MINES<br /> LA HAUTE MARNE SAINT-ETIENNE LA MURE D ISERE et les multiples mines dispersées en France de l Ouest<br /> <br /> et de toute façon , en cas de conflit Florange serait identique à une ville maritime , puisque ses approvisonnements en viennent
Répondre
I
Je ne saisis pas du tout le sens de vos propos sur Proglio. Quant à Fessenheim, il me semble que, dans le contexte financier actuel, le bon sens exige de ne pas la fermer... Mais d'arrêter le<br /> projet EPR !<br /> Plus d'explications là : http://impolitique.com/2012/12/07/lepr-est-mort-vive-fessenheim-le-debat-sur-la-transition-energetique-face-a-ses-tabous/
Répondre
F
Après NDDL, Fessenheim, il semble qu'un autre dossier géré par une région socialiste soit dans le colimateur des habitants : le nouveau stade de football à Lyon.<br /> Personne n'en veut (surtout pas les habitants autour) pour un modèle économique plus qu'incertain, un club qui ne gagne plus d'argent et SURTOUT de larges subventions d'aménagement (le stade est<br /> financé sur denier privé).
Répondre
B
Jeudi 6 décembre 2012 :<br /> <br /> Les banquiers allemands sont malhonnêtes.<br /> <br /> Les banquiers allemands sont des menteurs.<br /> <br /> Les banquiers allemands truquent leur bilan.<br /> <br /> Ce n'est pas en France qu'on verrait ça.<br /> <br /> Deutsche Bank aurait dissimulé 12 milliards de dollars de pertes.<br /> <br /> Trois anciens salariés de Deutsche Bank ont engagé des procédures auprès des autorités financières américaines, accusant la banque d'avoir dissimulé 12 milliards de dollars (9,2 milliards d'euros)<br /> de pertes latentes pendant la crise financière, rapporte le Financial Times.<br /> <br /> Ces plaintes, déposées entre autres auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), accusent Deutsche Bank d'avoir volontairement sous-évalué une importante position à des produits dérivés<br /> connus sous l'appellation de "leveraged super senior trades", précise le quotidien, qui cite des sources proches du dossier.<br /> <br /> L'article ajoute que cette évaluation erronée a permis à Deutsche Bank d'afficher une situation de bilan fausse et d'éviter un renflouement sur fonds publics.
Répondre