Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ils ont lu "La Chute" ?

30 Août 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités

L'Institut Montaigne, Claude Bébéar et Edouard Tétreau font de "La Chute", sans le savoir ? Ou on t'il honteusement pillé mon fond de commerce ? Ils en appelle au "retour des états".

Sinon "un rejet radical et violent du capitalisme"... et, savourons "seul capable de produire des richesses" (on ne rit pas sur le blog).

 

Là, deux constats :

- les excellences ont vraiment la trouille, et ils commencent à se dézinguer à tous va, même Parisot s'y met, c'est la faute aux chinois, aux américains, aux boches, aux termites, aux bas du cul, etc...

Là, c'est clair, la classe dirigeante mondiale se décompose et se combat.

- On verra réellement comme le capitalisme "seul capable de produire des richesses" est capable d'en produire sans, ou simplement avec simplement "un peu moins de pétrole" en valeur absolue.

 

C'est un système de pillage, comme le furent beaucoup de systèmes.

Les privatisations furent un pillage, comme la colonisation espagnole du nouveau monde.

Une fois pris les stocks de centaines d'années de productions, on s'aperçut que finalement, c'était pas si riche que ça, et déjà, on sentait, même entre conquérants, la différenciation sociale.

 

Lors du partage du premier  butin de Mexico, Cortez fut victime d'une grogne de ses hommes. Ses soldats, après calcul du quint royal, du quint de Cortez, des frais, de la corruption de certains de ses capitaines, etc, reçurent... 100 pesos.

A ce moment là, Montezuma, s'il avait compris la psychologie des espagnols, aurait pu acheter son armée en bloc.

 

Gonzalo Guerrero, qui était arrivé sur les côtes du Mexique en 1511, lui, était devenu cacique et chef de guerre. Il combattit férocement les espagnols.

C'était aussi, certainement un homme qui avait compris que pour le conquistador de base, il y avait plus de mauvais coups à prendre que d'or, et que celui-ci était capté par une infime minorité. gonzalo-guerrero.jpg

Pour lui, il avait plus à perdre en rejoignant ses anciens compatriotes, qu'en restant où il était...

 

Lutte des classes, déjà...

En même temps, il n'avait pas réellement tort. Ses petits copains espagnols ne faisaient pas les fiers avec leurs 100 pesos, et quand Cortès leur ouvrit le trésor (juste avant la retraite désastreuse de la Noche triste), ceux qui en prirent coulèrent dans les canaux qu'ils ne purent franchir...

 

Merci mon dieu, de punir l'appât du gain... (Bernal Diaz del Castillo...).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B

"truqué comme un bilan bancaire"

C'est bien vrai, BA.

Et vous pourriez éventuellement vous intéresser aux banques américaines, de temps en temps (vous savez, le hors bilan massif, la comptabilité créative)...

N'en déplaise à JP Chevallier et aux médias mainstream, c'est là que les bilans sont les plus truqués, et de loin.


Répondre
L

Nous verrons bien lorsque le prix de l'énergie augmenteront de façon exponentiels, quelle sera les répercussions sociales et politiques.


Répondre
L

Patrick vous pensez que tout se bordel est du a l'affolement. Certes vous n'avez pa trod, mais pourquoi tant d'affolement de la part des pouvoirs qui normalement n'ont a craindre de personne ?
Le braquage ou le hold up des subprime a mis tout le systéme en mode survie et pour le haut du panier mode survie rime avec mode guerre froide. La perte de confiance dans le systéme monnaitaire et
banquaire les a obliger a sortir la grosse artillerie pour stoppé la chute de leur revenu. Maintenant que leur solution ont fait default pour la plupart, il sorte l'artillerie lourde. Le probléme
est que pour des avocats de formation l'utilisation de l'artillerie lourde financiére c'est un peut comme leur parler de sience et de tecnologie. Il s'affole donc comme les petit étudiant qu'il
sont resté devant la copie sur laquel il ne savent pas quoi répondre. Leur affolement est donc le résultat de leur incompétence dans le domaine du conflit. Il sont affolés par leur propres
impuissnce et que dans leur affolement il improvise sans savoir ou il vont. M'enfin c'est quelque part bien vue de la part de la puissance financiére d'avoir permis de donner le pouvoir a autant
d'incapable.

Que les politique soient affolés, j'en conviens, mais que les financiers soit complice de cette affolement n'est plus a démontrer....

En tout cas encore bravo pour votre travail d'éducation.


Répondre
S

Un site communautaire, dans lequel on retrouve notre ami harlem et quelques autres...
http://yerouchalmi.web.officelive.com/PSJuifs.aspx


Répondre
R

Bernanke, Trichet, Paulson, Geitner... L'état?

Décidément, ces néo libs de malheur ne perdent jamais une occasion de mentir, de semer la confusion, de changer le sens des mots, de poser un défi à la raison.

Tous les escrocs cités ci dessus (et qui méritent la corde) n'ont strictement rien à voir avec l'état. L'état c'est le bien commun, c'est nous tous. Si a titre collectif, nous ne sommes pas
capables de gérer cet état ou de trouver des personnes compétentes pour le faire tout en ayant un système permettant leur révocation en cas d'abus ainsi qu'un contrôle permanent de leur activité,
c'est bien de là que vient le problème.

Que des escrocs s'introduisent dans les lieux du pouvoir, qu'après des mensonges et des manipulations s'étalant sur plusieurs siècles ils aient dépossédé l'ensemble des peuples du monde de leur
libre arbitre, qu'ils exploitent sans aucune limite la planète et sa population à leur profit, voila la réalité.

Des individus, par mensonge, collusion, duperie et autres saloperies se sont emparés de l'état. Le pouvoir rend fou et certains sont prêts à tout pour y accéder et s'y maintenir.

Là dessus, certains que je ne citerai pas profitent de la confusion pour tenter d'achever la dépossession en mélangeant tout à dessein, en faisant passer le bien commun, le patrimoine, pour
l'oppresseur, le voleur.

Et bien non, l'état est la seule garantie de ceux qui n'ont rien et ils sont nombreux. Seuls ceux qui ont beaucoup trouvent l'état gênant car il les empêche d'avoir plus.

Alors ils touillent dans la réalité, et tentent de nous faire confondre l'état et ses représentants actuels. Mais l'état ne s'identifie pas à ses thuriféraires actuels, ni passés, ni futurs. L'état
est une permanence, il était là bien avant nous et sera là bien après nous, toujours égal quant à ce qu'il symbolise, a savoir l'unité d'un peuple. Un peu comme l'or...

Je dénonce donc, comme d'habitude, la pourriture qui écrit sur ce blog et qui tente de profiter de la confusion pour avancer ses petits pions minables.


Répondre
B

Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy aurait reçu des espèces de la milliardaire.

Isabelle Prévost-Desprez, la juge de Nanterre qui enquêtait sur l'affaire Bettencourt, avant d'être dessaisie du dossier, affirme qu'un témoin a vu Nicolas Sarkozy recevoir des espèces chez la
milliardaire.

Dans le livre "Sarko m'a tuer", écrit par deux journalistes du Monde qui se sont entretenus avec la juge, Isabelle Prévost-Desprez explique qu'elle a été frappée par la peur des témoins lors de ses
investigations. Selon elle, ils avaient "peur de parler sur procès-verbal à propos de Nicolas Sarkozy". Elle ajoute également que "l'un d'eux [lui] a dit qu'il avait vu des remises d'espèces à
Nicolas Sarkozy". Ce témoin serait, selon la juge, l'infirmière de la Liliane Bettencourt. Elle aurait toutefois refusé de s'exprimer sur procès-verbal.

Une autre personne avait évoqué ces remises d'espèces : Claire Thiboult, la comptable de la milliardaire.

A l'Élysée, on dément catégoriquement ces "allégations scandaleuses", jugées "infondées et mensongères".

Dans "Sarko m'a tuer", Isabelle Prévost-Desprez explique qu'il "fallait [la] dessaisir par tous les moyens. Il était impératif de [la] débarquer." Ce qui fut fait à l'automne 2010 au profit du
tribunal correctionnel de Bordeaux.

http://www.ladepeche.fr/article/2011/08/31/1156806-affaire-bettencourt-nicolas-aurait-recu-des-especes-de-la-milliardaire.html


Répondre
R

http://fr.wikipedia.org/wiki/Harlem_Désir

http://www.europarl.europa.eu/members/expert/alphaOrder/view.do?language=FR&id=4318

...etc...etc...allez chercher sur gogole, vous ne serez pas déçu...


Répondre
Y

"Le FN n'est pas crédible, pas à cause de sa méchanceté (pretexte des salopards commanditeurs de guerres), pas à cause de son programme économique (prétexte des salopards-parasites-bourgeois), non,
il n'est pas crédible car il n'est pas révolutionnaire.
ET aujourd'hui, il faut, au minimum, un parti à la volonté bolchévique.
Commentaire n°8 posté par Three piglets hier à 21h32"
____________________________

Tiens c'est vrai ça Three piglets, je sentais bien jusqu'ici que le FN n'était pas crédible sans arriver à me l'expliquer clairement. Oui c'était donc ça, l'absence de volonté révolutionnaire. Hé
oui, aucun changement n'est possible en suivant les règles établies par le système.


Répondre
D

Excusez-moi, concernant la suppression de la taxe de solidarité sur les riches en Italie, c'est sur le site de :

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/italie-les-riches-echappent-a-la-taxe-de-solidarite-31-08-2011-1414251.php


Répondre
D

Retournement de situation en Italie. Les riches échappent à la taxe de solidarité

Pour échapper aux pressions des entrepreneurs et des contribuables les plus aisés, le gouvernement Berlusconi a supprimé la taxe de solidarité sur les hauts revenus qui devait être appliquée sur
deux ans, à voir sur : http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/2d9034d0-d346-11e0-98b6-e5cca43178b5/Armes_de_Kadhafi_cauchemar_des_lib%C3%A9rateurs

----------------------------------------------------

J'en profite aussi pour vous invitez à consulter cet article intéressant sur la Libye et le merdier qui risque de se produite dans les années futures.

http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/2d9034d0-d346-11e0-98b6-e5cca43178b5/Armes_de_Kadhafi_cauchemar_des_lib%C3%A9rateurs


La joie de l’été libérateur de Tripoli pourrait très vite profiter aux islamistes durs prêts à en découdre, tant en Libye que dans le Sahara. Des quantités invraisemblables de munitions
circulent.
Parmi les rumeurs qui prolifèrent à Tripoli, l’exfiltration d’armes vers la bande de Gaza est aussi évoquée: «Si rien n’est fait très vite, cette révolution va accoucher d’un grand bazar létal»
«Cette révolution est une poudrière»


Répondre
W

Si on considere que l entree de la France dans l otan n es pas le fruit du hasard, puisqu on voit le résultat en Libye maintenant. L intervention en Libye a été préparée de longue date.

La situation chaotique de la finance est voulue, l enfumage est voulu, le merdier est voulu. L avenir sera tout sauf positif.


Répondre
A

C'est toujours un plaisir de vous lire M. Reymond, continuez comme ca.


Répondre
S

Quel est le nom (et à défaut, la confession) de la maman d'harlem ?
Juste comme ça pour confirmer un doute...


Répondre
T

Le FN n'est pas crédible, pas à cause de sa méchanceté (pretexte des salopards commanditeurs de guerres), pas à cause de son programme économique (prétexte des salopards-parasites-bourgeois), non,
il n'est pas crédible car il n'est pas révolutionnaire.
ET aujourd'hui, il faut, au minimum, un parti à la volonté bolchévique.


Répondre
R

Fils d'un père martiniquais et d'une mère métropolitaine, Harlem Jean-Philippe Désir
( Wikipédia )


Répondre
L

C'est l'économie qui guide le politique.


Répondre
P


non



W

Et si tout ce merdier et enfumage etait voulu ?


Répondre
P


il me semble que c'est surtout le résultat de l'affolement...



S

Eh bien moi, je suis d'accord avec Patrick Reymond.
Beaucoup plus intelligents ( ou beaucoup moins stupides, comme vous voudrez, mais dans tous les cas ce n'est pas difficile ) que la classe politique, les super-riches commencent à avoir peur. Ils
ont peur de la guerre civile qui vient et qui, pour la France, commencera au plus tard en 2017.
Raisonnons : en 2012 Nicolas Sarkozy et l'UMP passeront à la trappe au premier tour, la question ne se pose même pas. Aujourd'hui le FN n'est pas une alternative crédible. Donc le gagnant ou la
gagnante sera socialiste. Quand les millions de français(es) qui pensent encore que le PS est autre chose qu'un parti d'écolo-bobos et de grands bourgeois, quand ils constateront qu'il n'y a pas
d'autre différence entre lui et l'UMP que les leçons de morale de Monsieur Harlem Désir ( j'aimerais bien connaître son vrai nom, à celui-là ) et de SOS Racisme, quand ces millions de français(es),
donc, auront perdu tout espoir, ce sera la guerre civile.
Je dis en 2017 au plus tard parce que je ne suis même pas sûr que le président ou la présidente socialiste aura le temps d'aller au bout de son quinquennat.


Répondre
B

L'Institut international des normes comptables (IASB) s'inquiète des différentes méthodes utilisées par certaines entreprises européennes pour valoriser et passer des dépréciations sur les titres
de dette publique grecque, lit-on dans une lettre de l'IASB mise mardi 30 août sur son site internet.

Dans un courrier adressé début août à l'Autorité européenne de contrôle des marchés (Esma), l'IASB met en garde les régulateurs contre le recours par certaines entreprises à des méthodes internes
de valorisation de la dette publique de la Grèce plutôt que par utilisation des prix de marché.

L'Institut international des normes comptables ne cite pas nommément les entreprises en question. Mais d'après le Financial Times, qui se réfère à une source ayant eu connaissance du courrier, la
lettre de l'IASB vise les banques et les compagnies d'assurance, et en particulier BNP Paribas et CNP Assurances.

"C'est un sujet de grande importance pour nous", écrit dans le courrier Hans Hoogervorst, le président de l'IASB.

"Parce que ce cas (la dette grecque, NDLR) fait clairement apparaître des applications incohérentes, nous jugeons de porter ce sujet à votre attention", poursuit le responsable.

Selon le quotidien britannique, les banques et les compagnies d'assurance européennes auraient par conséquent dû passer des provisions et des dépréciations plus importantes sur la dette souveraine
grecque lors de la publication de leurs derniers résultats.

"BNP Paribas a provisionné son exposition sur la Grèce en plein accord avec ses auditeurs et les autorités compétentes, conformément au plan arrêté par l'Union européenne du 21 juillet", a réagi
une porte-parole de la banque française.

CNP Assurances n'a en revanche pas souhaité commenter les observations de l'IASB.

La banque et l'assureur français ont chacun annoncé des décotes de 21 % sur leurs actifs grecs, comme convenu fin juillet lors du dernier plan d'aide à Athènes, ayant jugé que la dette grecque ne
pouvait être évaluée au prix du marché en raison du manque de liquidité des titres grecs.

Début août, BNP Paribas, qui a passé une charge de 534 millions d'euros sur la Grèce dans ses comptes du deuxième trimestre, a expliqué avoir valorisé ses titres de dette grecque en appliquant un
modèle interne de valorisation plutôt qu'en utilisant leurs prix sur le marché, jugés "non représentatifs" par la banque.

Les établissements financiers qui ont en revanche utilisé les prix du marché, comme Royal Bank of Scotland, ont opté pour des décotes beaucoup plus lourdes, de l'ordre de 50 %.

Au total, par des méthodes comptables différentes, les banques européennes ont déprécié quelque trois milliards d'euros sur leurs obligations grecques.

Toutefois, selon les calculs de Citigroup, les banques européennes pourraient encore devoir passer 6,65 milliards d'euros sur la Grèce.

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/certaines-valorisations-de-titres-grecs-critiquees-par-l-iasb_261433.html

En clair : les banques européennes et les compagnies d'assurance n'ont pas dit la vérité sur ce que va leur coûter la faillite de la Grèce.

Ce n'est pas beau de mentir !

D'où l'expression :

"truqué comme un bilan bancaire".


Répondre
C

Hum... Conspiration ? Panique ? Prise de conscience ?

Rien de tout cela à mon avis. Juste gribouille. Juste la bêtise. Juste le manque de talent, de vue, et d'intelligence.

Ainsi vous parlez de Parisot... ah ah ah. Dans le style Lagourde dopée à la Ségolène... Parisot est champion. Pardon : "championne".

Quant aux autres zozos que vous citez... là aussi c'est vertigineux. Comment peuvent ils appeler à "plus d'état"... quand JAMAIS les états n'ont été aussi présents, n'ont autant mis leurs sales
doigts dans tous les pots de confiture de la planète ?

Expliquez nous.

Bernanke fourre son nez partout. Trichet itou. Paulson, Geitner. On bailout des banques, on fait de la "rilance" cheap à base de déficit public, on gribouille à mort, on manipule les monnaies, les
taux d'intérêts, on triche, on propagandise à fond, on modifie les règles... et après on vient nous dire qu'avec davantage d'intervention publique ça marcherait mieux ? !!!!

Encore une fois, un contresens majeur.

Vous ne pensez pas, pour une fois, qu'avec moins d'état on s'en sortirait mieux ?

Avec "moins d'état"... les banquiers crapules, les banques pourries, les gouvernements pourris... seraient tous renvoyés à leur chères études... Ils feraient faillite.

Et on ne serait plus emmerdés !

Bref, pour une fois, laissez faire le marché. Le vrai. Et arrêtez de défendre des "interventions", comme si elles étaient d'essence "divine".

Les magouilles et tripatouillages publics, faits au nom du "bien commun", nous ENFONCENT au contraire.


Répondre