Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Immobilier chinois...

27 Avril 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

La fabuleuse croissance chinoise, qui n'est qu'une croissance de l'immobilier s'essouffle et risque de retomber très vite, avec des effets carabinés :

- 70 % des recettes des collectivités locales provient de la vente de terrains,

- 30 % des recettes de l'état central, pareil,

- 10 % des emplois sont dans le bâtiment,

- 20 % des emplois sont indirectements dans le bâtiment : cimenteries, sidérurgie, métallurgie,

- décadence démographique et ralentissement de l'afflux : 50 % de la population sont désormais urbains, et il y aura moins de "besoins" à satisfaire,

- les 9 % de croissance observés dans les pays émergents ne sont liés qu'à la satisfaction des besoins en logements...

 

La Chine n'est donc qu'une Irlande, ou une Espagne, en beaucoup plus grand, et au lieu de compter en milliers ou en millions de logements, on compte en dizaines de millions.

De plus, la Chine atteint le seuil des rendements décroissants et l'importation de technologie occidentale ne suffit plus.

 

En plus, elle est en train de perdre ses clients intérieurs (baisse des ventes immobilières de 25 %) et extérieurs, par des politiques d'austérité mal comprise en Europe, et un patinage évident d'une USamérique désindustrialisée.

 

Que du bonheur. Comme quand on voit les hollandais donneurs de leçons dans la merde. Ils viennent de s'apercevoir qu'ils avaient paumés leurs clients...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/27/les-dupont-ou-durand-ils-n-ont-droit-a-rien_814963

"le carburant «est devenu un boulet dans le budget des ménages». "
Répondre
S
A Christophe,
Cela est certain et j'abonde dans votre sens, cela va durer quelques temps.
le temps pour l'équivalant d'un demi continent européen, soit 250 millions d'améliorer leur sort. mais je pense moins longtemmmps que vous le pensez.

Quant à l'âge de Mamamoto, certes avancé, il n'est pas loin de celui de Chang dans le même problème de démographie. De plus, vu la rareté des filles beaucoup de Chang l'auront à l'oignon. De
grandes guerrières, ils pensent transformer Tsao Lin en pensionnat pour filles améliorées.
Bref, l'Asie a le choix entre le Japon lumineux et le voyage touristique de Lanoetour.
Par ailleurs, la vigueur de l'autorité communiste n'est plus celle qu'elle était.
Trop de présences étrangères.
Trop d'investissements étrangers.
Deux cent millions de millionnaires chinois, c'est aussi beaucoup à balayer.
Et puis la grande majorité de travailleurs autorisés dans les sites industriels, augmenté très fort. De 50 euros par mois, il y a dix ans, ils sont passés à 270 euros. Même sous l'inflation, c'est
toujours qu'avant.
Répondre
C
C'est sûr que Mamamoto, âgé et armé de 80 balais, va mettre la pâté à Chang.

En outre, Mamamoto dispose d'une nouvelle propriété physique, étonnante et rigolote : il brille dans la nuit.

On évoque Fukushima... Qui sait ? ;-)

Bon revenons un peu sérieux.

Si globalement je partage votre avis (la Chine est cuite, juste retour des choses après le mal qu'ils nous ont infligé)... il y a quand même 2 gros bémols, liés à la nature très particulière du
régime.

-l'Europe et les USA "démocratiques"... trichent, manipulent, biaisent, enfumment, violent toutes les règles... à une échelle qui dépasse l'entendement depuis 2008, pour masquer le désastre
économique, et sauver la face (il n'y a pas que les chinois...) et leur pouvoir.

Dès lors... croyez vous que la Chine se laissera faire, et dira un matin "ah ben oui désolé les gars, on est en faillite" ?

On peut... en douter. Donc premier bémol : ça (la chute) va durer lonnnnnnnnnnnngtemps. Plus qu'en Europe.

-Second (gros) bémol : il y a 15 ans... Pékin faisait tirer dans le tas à Tienamen... sans trembler des mains... sans se faire emmerder par tout le pathos que nos "démocraties" occidentales
traînent comme des boulets.

Résultat ? Stalinien. C'est à dire : "problème réglé". Ca a refroidit toute la population.

Bref, en terme de survie (politique) on pourrait être tenté de donner un bonus à nos camarades du PCC.

A côté, Barroso, Draghi, Monti, Sarkozy, Hollande, Merckel et toutes les crapules européennes... font un peu collégiens.

Non ?
Répondre
B
Bilan de la semaine : l'Espagne et l'Italie ont lancé des emprunts cette semaine. A chaque fois, les taux étaient en hausse. Italie : 5,84 % pour l'emprunt à 10 ans d'aujourd'hui.


Vendredi 27 avril 2012 :

L'Italie emprunte près de 6 milliards d'euros, hausse des taux.

L'Italie a emprunté vendredi 5,95 milliards d'euros à moyen et long terme à des taux en hausse dans un marché nerveux après la dégradation de la note de l'Espagne par Standard and Poor's, a annoncé
la Banque d'Italie.

La demande des investisseurs s'est élevée au total à environ 9,5 milliards d'euros, permettant au Trésor italien, qui comptait émettre entre 3,75 et 6,25 milliards d'euros, d'être proche de son
objectif maximum.

Dans le détail, Rome a émis 2,416 milliards d'euros de titres à cinq ans et 2,5 milliards de titres à dix ans, dont les taux ont progressé respectivement à 4,86% et à 5,84%, contre 4,18% et 5,24%
lors de la dernière opération similaire le 29 mars.

Le Trésor a émis en outre 492,7 millions d'euros de titres à quatre ans à un taux de 4,29% et 536,6 millions de titres à sept ans à un taux de 5,21%. Les taux de ces deux émissions ne sont pas
comparés par la Banque d'Italie avec ceux enregistrés lors d'émissions similaires.

http://www.romandie.com/news/n/_L_Italie_emprunte_pres_de_6_milliards_d_euros_hausse_des_taux25270420121206.asp
Répondre
S
Cher M. REYMOND, vous m'accorderez l'avoir dit il y a quelques temps. Chine tigre de papier. Vous m'avez suivi dans le raisonnement, alors que d'autres ...!
Voilà qui est fait et j'avoue en retirer un sentiment, disons de vanité.
Nous verrons sous peu surgir un autre problème grave: la réelle mésentente des Hans avec les autres ethies. Croyez moi, il y aura encore du peuple qui se réfugiera dans le XIIIème. Population dont
on ne sait rien véritablement, mais qui est sous influence mafieuse et occulte. Heureux que les chinois n'aient pas les qualités guerrières. Les petits cousins japonais les calmeront une nouvelle
fois.
Historia bis repetita, hélas.
Répondre
B
Vendredi 27 avril 2012 :

Espagne : le chômage atteint 24,4 %.

L'Espagne, quatrième économie de la zone euro, a renoué au premier trimestre avec la récession, deux ans à peine après en être sorti, avec un produit intérieur brut (PIB) qui aurait reculé de 0,4%,
selon la Banque d'Espagne.

Secteur bancaire inquiétant.

Cela complique le strict programme budgétaire auquel le gouvernement s'est engagé, promettant de réduire le déficit public de 8,51% du PIB en 2011 à 5,3% en 2012 et 3% en 2013. L'agence Standard
and Poor's prévoit, elle, 6,2% en 2012 puis 4,8% en 2013.

De plus, "nous percevons une probabilité croissante que l'Etat espagnol doive fournir un soutien budgétaire supplémentaire au secteur bancaire", ajoute-t-elle.

Le secteur bancaire espagnol est l'une des grandes sources d'inquiétudes des marchés, car il est fragilisé depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008. Mercredi, le FMI avait appelé
l'Espagne à aller plus loin dans l'assainissement de ses banques afin de "remédier aux faiblesses qui demeurent".

Chômage record.

Par ailleurs, l'Espagne compte 5,7 millions de chômeurs à la fin du 1er trimestre, et atteint ainsi un taux de chômage de 24,44%, le plus élevé depuis le début de la série statistique en 1996,
selon les chiffres officiels publiés vendredi.

La progression du chômage s'est accélérée : 374 000 personnes ont perdu leur emploi au premier trimestre de cette année, contre 295 300 durant le dernier trimestre 2011.

(Dépêche AFP)
Répondre