Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Incapable de suivre...

3 Février 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Je vous avais dit que le nucléaire, c'était de la merde, et cette fois, c'est pas moi qui le chante, c'est le très correct politiquement "Usine nouvelle", qui nous dit la messe sur le nucléaire :

"L'équipement des foyers français avec des convecteurs, au détriment du chauffage à gaz, a été encouragé dès les années 1970 afin d'accompagner le développement du parc nucléaire. Ce suréquipement a pour conséquence d'entrainer une surconsommation de 2 300 MW par degré de moins par rapport aux normales saisonnières. En Allemagne, plus portée sur le chauffage à gaz, cette surconsommation se limite à 500 MW par degré perdu. "

 

Le besoin que le nucléaire était sensé combler, est en réalité, un besoin totalement artificiel. On a crée un complexe militaro-nucléaire, avec de grosses tuyauteries pour cracher le jus électro-nucléaire, et par manipulations, subventions, etc, on a artificiellement gonflé le besoin pour ensuite pouvoir dire :

"voilà, c'est indispensable".

Il est à noter que la différence de consommation correspond à deux choses :

- on ne transforme de la chaleur en chauffage et vice-versa, qu'avec une efficacité de 35 %.

Avec les pertes en lignes, on arrive donc à un rendement très bas, de l'ordre de 10 %, à peine supérieur à celui d'une cheminée à foyer ouvert (5 %),

- la plupart des chauffages électriques ne gardent pas la chaleur, et doivent fonctionner donc, tout le temps. Un chauffage central, lui, bénéficie d'une inertie certaine de la température de l'eau et des matériaux utilisés pour les radiateurs.

 

Un gramme d'uranium fournit 69 plus d'énergie qu'un litre de fioul.

Comme pour extraire l'uranium, il y a longtemps qu'on n'utilise plus les petits bras musclés, mais les grosses machines, tout le long de la ligne de fabrication, on n'est donc plus rentable depuis longtemps avec 1 grammes d'uranium = 70 kilos de pétrole. 

 

Une autre source démonte aussi un potentiel finalement beaucoup plus bas qu'on veut bien l'indiquer :
Le calcul théorique montre qu'une tonne d'uranium fournit entre 10 000 et 16 000 TEP (ratio donc supérieur au 1 pour 70 indiqué), soit, au niveau global, pour 70 000 tonnes consommées, entre 700 et 1120 millions de tonnes de TEP (tonnes équivalent pétrole) avec, pour le chauffage électrique, une efficacité de 10%, soit 70 et 112 millions de TEP, si le jus n'était utilisé qu'à cela, et en tout cas, représente au pire (35 % de rendement) 250 millions de TEP et au mieux, 400, soit, ce qui est indiqué au niveau global, 2 à 3 % de l'énergie finale utilisée sur terre.


En gros, se chauffer à l'électrique, c'est beaucoup plus coûteux en énergie que brûler du fioul, car la filière nucléaire doit consommer sans doute bien plus. 

D'une manière générale, utiliser du fossile pour fabriquer de l'électricité, utilisée elle même pour fabriquer de la chaleur, c'est une hérésie, le rendement est fort bas, et correspond donc, à un phénomène "Nimby".
Le chauffage électrique, répandu aux USA et en France, c'est dans un cas brûler du charbon, dans l'autre du pétrole, avec un rendement ridicule.

Mais aux USA, ça ne se fait pas, ou plus, de brûler du charbon chez soi, comme en France d'ailleurs, et commander du fioul, quelle plaie, nous dit on.

 

Les PAC récemment mise sur le marché ne résolvent pas le problème des pointes de grand froid, mais les accroissent, par leur basculement sur une résistance électrique.
Dernièrement, d'ailleurs, apparaissent des PAC avec chaudière de reléve au gaz ou fioul, (ce qui existait déjà), mais cette fois, intégré au corps de la PAC.

Il est à noter aussi, que le prix de ces PAC est bien plus bas que les anciennes d'il y a deux ans. La "bulle de la PAC", alimentée par les crédits d'impôts (qui rendent con ceux qui en bénéficient), a elle aussi, sans doute bien explosé...

 

C'est une vraie innovation, d'origine allemande, me semble t'il. On peut donc noter le clivage. Il y a ceux qui innovent, et ceux qui sont là pour imposer une domination sociale, à travers l'imposition de solutions techniques qui sont absurdes, mais qui font tourner une machinerie économique, même si c'est à vide.
La dîme a été remplacée par différentes dîmes de toutes sortes, donc la dîme électrique.

 

Ce genre de politiques finit toujours mal, par une implosion économique.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
Bonjour Patrick, dans votre article, vous citez: "Un chauffage central, lui, bénéficie d'une inertie certaine de la température de l'eau et des matériaux utilisés pour les radiateurs." Vous avez<br /> l'air de dire qu'une inertie, ou une accumulation de la chaleur fait faire des économies à son propriétaire: Or, c'est faux: Une accumulation de la chaleur ne fait que décaler dans le temps le<br /> chauffage, elle ne crée en rien de l'énergie. C'est d'ailleurs pourquoi tous les radiateurs électriques se valent, car ils ont tous le même rendement, c'est à dire 100%, quels que soit leurs prix.
Répondre
P
<br /> <br /> les chauffages les plus efficaces et les moins voraces sont ceux qui ont le plus d'inertie, comme les planchers. Décaler dans le temps, ça serait intéressant pour EDF et les pointes de conso.<br /> <br /> <br /> <br />
H
Si on était conséquent et aussi absolument sûrs de la sécurité de nos centrales on les installerait au centre des villes (ou on construirait les villes autour) et on se chaufferait dans ces villes<br /> avec le système de refroidissement des centrales.
Répondre
A
Je suis votre blog depuis quelques annees. En ces temps formates, j'apprecie votre ton direct, votre humour sans pincette, votre vision historique et votre interet sur les enjeux energetiques. Dans<br /> mes sources d'information favorites, georges monbiot, un journaliste anglais a un avis tres opposes au votre sur la question nucleaire. Ses articles sont tres convaincants et documentes. Par<br /> exemple: http://www.monbiot.com/2012/02/02/nuclear-vs-nuclear-vs-nuclear/<br /> Merci et bravo pour votre blog
Répondre
B
La dîme du fuel ou du gaz est pas mal aussi (suis chauffé au gaz).<br /> On peut aussi installer un accumulateur et combiner électricité+bois pour une maison individuelle... et panneaux solaire quand on peut.
Répondre
D
A croire qu'on aurait déjà anticipé le problème :<br /> <br /> Le diagnostic de performance énergétique (DPE) qui doit être présenté lors d’une vente ou d’une location d’un logement par exemple depuis le 1er juillet 2007 est labellisé en énergie primaire<br /> (kWhEp/m2.an). Il a pour objet d'informer le propriétaire ou le locataire de la consommation d'énergie du logement ou du bâtiment tertiaire sur son chauffage, sa climatisation, sa production d'eau<br /> chaude sanitaire (ECS), mais pas sur l'électricité spécifique (éclairage, appareils électroménagers...).<br /> <br /> A NOTER : Le chauffage électrique à consommation utile équivalente (kWh/m2.an) par rapport à un chauffage gaz, fuel, bois, etc. est dégradé pratiquement de 2 rangs à cause du coefficient de<br /> majoration de 2,58 (Coefficient de conversion en énergie primaire en kWhHP/m2.an).<br /> <br /> La vente d’un bien immobilier mal classé ou d'un chauffage électrique sera donc en conséquence dévalorisée auprès d’un nouvel acquéreur d’autant plus que si les coûts des énergies en général seront<br /> élevés sans que cela soit vraiment en rapport direct avec les coûts des dépenses réelles dues à l’utilisation du chauffage électrique.
Répondre
V
bjr ..<br /> <br /> juste pour pinailler un peu ...<br /> <br /> la densité du fuel, c'est 0,84 et non pas 1.<br /> l'extraction pétrolière est également hautement automatisée. c'est la distribution du fuel qui accroit les coûts ...<br /> <br /> sinon, Patrick ...<br /> <br /> auriez vous un lien sérieux pour estimer les déperditions électriques depuis la centrale jusqu'à l'utilisateur ? c'est fou comme même à l'intérieur d'une maison de nombreux appareils fonctionnent<br /> en 12V ou en 19,6V. Chaque fois que j'aborde la déperdition sur réseau électrique on me regarde avec des yeux ronds ...
Répondre
H
Avec des surgénérateurs la production énergétique d'un gramme d'uranium est multipliée par combien ?
Répondre
B
La Grèce confrontée à la sous-alimentation dans les écoles.<br /> <br /> La sonnette d'alarme a été tirée le 2 décembre dans la ville crétoise de Iraklio. Un garçonnet de treize ans s'est évanoui en plein cours. La raison ? Il n'avait rien mangé depuis deux jours. Il<br /> vit avec sa mère au chômage. Une chaîne de la solidarité s'est aussitôt mise en place. Des groupes de parents et différents services sociaux de la commune ont commencé à aider la famille<br /> monoparentale en grandes difficultés.<br /> <br /> Ce cas n'est pas isolé, selon les syndicats des enseignants. Nikos Papaspyrou, l'un des responsables de la Fédération grecque des enseignants de l'école primaire (DOE), a déclaré à la chaîne de<br /> télévision Skai : « Nous avons constaté davantage de cas d'enfants qui ne sont pas nourris correctement. Cela est lié au nombre croissant de personnes qui ont perdu leur emploi. »<br /> <br /> Les enfants qui quittent les cours plus tôt pour aller déjeuner dans des structures caritatives ou qui partagent le panier-repas avec leurs camarades augmentent, indiquait le syndicaliste.<br /> <br /> La situation est suffisamment grave pour que le gouvernement central commence à s'en saisir.<br /> <br /> Lundi 30 janvier, le vice-ministre de l'Education, Evi Christofilopoulou, a annoncé qu'à partir de la semaine prochaine, des coupons pour du lait, des barres de céréales et des fruits seront<br /> distribués gratuitement dans dix-huit établissements scolaires dont neuf, dans les banlieues pauvres du grand Athènes (Tavros, Kato Patisia, Exarcheia, Menidi, Platia Vathis, Moschato, Nikea,<br /> Apsropyrgos et Avlona).<br /> <br /> Avant de prendre cette mesure d'urgence, l'exécutif avait tenté de relativiser le phénomène en accusant les syndicats d'enseignants de faire de la « propagande populiste ».<br /> <br /> Le revenu des Grecs a fondu depuis l'éclatement de la crise de la dette souveraine et la récession qui continue depuis cinq ans. Plusieurs catégories de fonctionnaires ont perdu environ 30 % de<br /> leurs revenus.<br /> <br /> Dans le secteur privé, la baisse se chiffre autour de 15 %.<br /> <br /> Les retraites ont été sensiblement diminuées et le chômage frappe désormais près d'un actif sur cinq, et près d'un jeune de moins de 25 ans sur deux.<br /> <br /> http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201875161821-la-grece-confrontee-a-la-sous-alimentation-dans-les-ecoles-283867.php
Répondre