Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jusqu'ici ça va, jusqu'ici ça va, jusqu'ici ça va ... Deuxième...

13 Janvier 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Actualités

Il y en a un qui supporte plus du tout les bredineries du MEDEF, c'est l'ex-président de l'APEC, sans doute un extrémiste troskyste camouflé de longue date, qui dit :

"

"Il est dangereux de répéter à l'envi que le coût du travail est trop élevé", ce qui aboutit à la "modération salariale" et à l'endettement "massif" des salariés et favorise socialement "l'extrémisme", selon lui.

"Face à la crise, le monde patronal doit assumer ses responsabilités, prendre sa part d'effort et ne pas chercher à alléger au maximum son fardeau en le transférant sur la majorité laborieuse", affirme l'ex-membre du Medef.

Sur un plan moral, lance-t-il, "rien ne justifie que le remboursement de la dette soit assumé par les plus bas revenus" qui en "profitent le moins".

Il appelle les élites à "ne pas se comporter comme une noblesse d'ancien régime" et les exhorte à "un sursaut républicain"."

 

Il est clair aussi que l'essoufflement psychologique des attardés mentaux appelés "élites" est en France, patent, et qu'ils n'ont plus aucun ressort intellectuel ou moral, et se contentent de réciter un catéchisme horripilant. 

 

Leur réaction au soulévement tunisien est patent aussi, ils n'ont rien à dire, ils n'ont pas de grille de décryptage. Le fait qu'on y emprisonne le dirigeant du parti communiste interdit est aussi significatif.

Même 20 ans après la fin de l'URSS, le communisme leur flanque encore la pétoche.

 

Sarkozy se félicite de ne pas avoir augmenté le SMIC. Le constat est donc clair, la seule solution au problème est "à la tunisienne".

Ont ils peur de dire que la seule solution est le départ de Ben Ali du pouvoir, et, s'il y a une justice, son jugement.

Les islamistes dont on nous rabâche les oreilles, où sont ils ? Nul part. Comme chaque fois qu'il y a quelque chose de vraiment sérieux comme trouble dans les pays musulmans, cela vient de la confrontation sociale.

Les islamistes seraient plutôt classiques en matières économiques, et s'ils profitent de la misère, ils n'ont pas de solutions.

 

Quand aux "forces de l'ordre", il ne faut pas trop les surestimer. Une des composantes de la chute de l'URSS est justement qu'il y avait une grosse question sur leur aptitude à écraser les révoltes populaires.

 

Avoir évacué les problèmes économiques et sociaux sous le tapis pendant 25 ans, ne les ont pas fait évaporer.

La poussière s'est simplement accumulé sous le tapis, et ça devient désormais un peu crade. La seule différence ? L'outil de propagande télévisuel a fort bien collaboré avec ses maitres, pour essayer de nous faire croire à une "télé-réalité", fort éloignée de la notre.

 

En Tunisie, en Algèrie, et partout d'ailleurs, on risque de se marrer encore plus quand les hausses de prix alimentaires auront réellement commencées, à savoir l'époque de la soudure dans l'hémisphère nord...

 

Nos gouvernements s'en rendent ils compte ? Pas du tout, ils nous chanteront le caractère indépassable de "l'économie de marché", qui nous apporte tant de prospérité...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> - Emprunt à 5 ans :<br /> <br /> Pays-Bas : taux d’intérêt des obligations à 5 ans : 2,079 %.<br /> <br /> Allemagne : taux d’intérêt des obligations à 5 ans : 2,150 %.<br /> <br /> France : taux d’intérêt des obligations à 5 ans : 2,264 %.<br /> <br /> Jeudi 13 janvier 2011, pour un emprunt à 5 ans, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 3,67 % (en hausse : c’était 3,24 % lors de la dernière émission similaire le 12 novembre 2010).<br /> <br /> Jeudi 13 janvier 2011, pour un emprunt à 5 ans, l’Espagne a dû payer un taux d’intérêt de 4,542 % (en hausse : c’était 3,576 % lors de la dernière émission similaire le 4 novembre 2010).<br /> <br /> - Emprunt à 15 ans :<br /> <br /> Allemagne : taux d’intérêt des obligations à 15 ans : 3,291 %.<br /> <br /> France : taux d’intérêt des obligations à 15 ans : 3,777 %.<br /> <br /> Jeudi 13 janvier 2011, pour un emprunt à 15 ans, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 5,06 % (en hausse : c’était 4,81 % lors de la dernière émission similaire le 12 novembre 2010).<br /> <br /> Conclusion :<br /> <br /> L’Espagne et l’Italie empruntent à des taux d’intérêt de plus en plus élevés.<br /> <br /> L’Espagne et l’Italie se surendettent de plus en plus.<br /> <br /> http://www.youtube.com/watch?v=jGQaz8bfoqE<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Petit rappel:<br /> La Tunisie était un pays émergent il y a quelques années. Ils nous ont collé dans la merde textile, du moins le début. rappelons nous le jeans made in Tunis à pas cher et bien imité. Ils ont bouffé<br /> leur pain blanc et c'est reparti vers l'Asie.<br /> Moralité : la nature de la santé d'un pays émergent est dépendant de deux choses: le porte-monnaie du client occidental et l'absence de concurrent moins cher.<br /> Appliquez cela à la sauce chinoise pour qui le client, l'investisseur sont en réalité que les occidentaux. D'où penser que le grand krach de l'atelier du monde n'est pas une hérésie et ceux qui<br /> prônent le "miracle" chinois feraient bien d'y réfléchir.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Voilà un billet de la vraie vérité. Comme je les aime! Merci Saint P.Reymond.<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> Ils ne nous laisserons rien<br /> Restaurons les buchers et mettons y les traders et leurs suppots politiques.<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> C'est clair ! ont risque de se marrer très fortement du coté des marchés émergeant lorsque les matiéres premières vont augmenter. J'éspère juste que nos dirigents ont pris la mesure des choses. Si<br /> cela doit péter il faut que cela pete ailleurs :)). C'est vrai que le pet des autres sent beaucoup plus que le sien :))<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> Un petit coup d'état à la mode portugaise ne serait pas pour me déplaire, en Tunisie. En France, nous n'avons pas de tradition valable de coup d'état mais une bonne terreur à la mode 1792-94, là<br /> oui on connait.<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Nous avons Bébé Doc: la France est très crédible pour accueillir correctement Ben Ali.<br /> Pas vrai Sarko?<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Moui... à propos des islamistes... que pourraient-ils faire ?<br /> <br /> Ils font quelque chose, et très bien : attendre.<br /> <br /> Et ils ramasseront le pouvoir.<br /> <br /> Je vous rappelle que ces gentils messieurs... avaient remporté les élections en Algérie au début des années 90 !<br /> <br /> Bref.<br /> <br /> La Tunisie, l'Algérie, en fait tout le Maghreb et l'Egypte, et même l'afrique... tous ces pays sont foutus.<br /> <br /> Comme nous. Mais juste différemment.<br /> <br /> L'inflation, puis crise sociale, crise écon vont pulvériser ces régimes.<br /> <br /> Car ils n'ont aucun amortisseur.<br /> <br /> Et l'Islam contrairement à ce que vous pensez s'épanouit très bien sur ce terreau d'économie en lambeaux, de corruption généralisée et de délire autocratique.<br /> <br /> Iran 1979.<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Oui, je suis pour.<br /> Le probleme est qu'il n'existe plus de communistes, je veux dire, valides, et que la droite nationale n'a pas de couilles.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> On devrait laisser faire des bastons et communistes et droite nationale. Si seulement on pouvait se débarrasser de ces enfoirés...<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Chez les connauds de Fdesouche, on pense que c'est un soulevement d'islamistes fanatiques...<br /> <br /> Aprés les gauchistes, les droitards tentent d'enfoncer les records de conneries.<br /> <br /> Il n'y a pas que les élites à purger.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Les manifestants en Algérie et en Tunisie semble souhaiter l'économie de marché.<br /> <br /> Pour l'instant la Tunisie est un capitalisme autoritariste non-démocratique et l'Algérie en est au même niveau que l'URSS au milieu des années 80.<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> j'ai encore jamais vu personne mourir pour l'économie de marché.<br /> <br /> <br /> <br />