Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La boucherie...

30 Janvier 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

Ceux qui ont combattus avec les américains, savent que leurs médecins ont l'amputation facile. Pendant la campagne d'Italie, notamment, ils coupaient pour un oui ou pour un non.
Alain Mimoun, pas encore célèbre, faillit ne l'être jamais.
Il échappa de peu à une amputation.

A Haïti, les amputations, apparemment loin d'être toutes justifiées, ont été légions.
Or, amputer quelqu'un dans un pays du tiers monde, et en milieu urbain c'est aussi le condamner à mort.
De quoi vont ils vivre ? La déshumanisation des victimes a aussi joué à plein :
"
Il me parlait d'une sous-population ! D'un peuple trop peu évolué pour mériter la médecine des Occidentaux. Mais enfin, on ne tranche pas comme ça une jambe ! Si on n'est pas obligé de la couper, il faut se battre pour la garder. On n'est pas en guerre ! On peut revoir et suivre nos patients ! "
Le seul problème est que le patient, dans 2 mois, ne fera pas la une des journaux.

Ces amputations, notamment américaines, étaient elles justifiées, ou plutôt, TOUTES JUSTIFIEES ? Certainement pas.
Que se cache t'il derrière ? La volonté d'afficher des chiffres ? Ou la volonté de casser un pays à occuper ?

Le nombre de victimes du tremblement de terre et le nombre d'invalides, donne un bilan qui ressemble à celui d'une guerre.
Les comportements ressemblent aussi à ceux d'une guerre. A chaque médecin US, il faut dix gardes armés. Les médecins cubains, les plus nombreux, opérant -les fous-, sans aucune garde, et ce, depuis 10 ans...

Peut être aurait il fallu rappeler aux médecins, le secret, si peu secret des légions romaines. Pour soigner les blessures, et éviter les amputations, ils soignaient les blessures avec du vin et du miel.
Trop compliqué nos médecins et peu habitués à une médecine "de bonne femme" ? Certainement aussi. En attendant, les amputés vont avoir des jours pénibles devant eux...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T

@aetius
à ma connaissance il n'y a pas de base US au costa-rica pays démilitarisé, ils en ont déjà assez ailleurs... je vous rejoint sur l'intérêt stratégique plus que limité d'une occupation d'Haïti


Répondre
A

@Patrick

Beaucoup parlent d'une future occupation d'Haiti par les US. Moi, personnellement je ne vois pas l'intérêt stratégique de le faire par les US. Ils possèdent déjà des bases à Guantanamo, au Costa
Rica, au Honduras et en Colombie qui couvrent toutes la région Caraibes. Y voyez-vous une raison ou n'est-ce qu'un boulet de plus qu'ils cherchent à s'attacher au pied ?


Répondre
P

l'effet d'entrainement, sans fin, ni but. Un exercice pratique.


B

L'article très complet d'Annick Cojean sur Le Monde à ce sujet est édifiant...
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/01/29/a-port-au-prince-le-ravage-des-amputations_1298384_3222.html

Un extrait :
"Le docteur François-Xavier Verdot, chirurgien orthopédiste au CHU de Saint-Etienne et travaillant sous la bannière de Pompiers humanitaires français, ne désigne pas de coupables. Mais il n'est pas
loin de faire le même diagnostic. "J'ai vu des fractures simples de bras, traitées par l'amputation, alors qu'on aurait pu les réparer. J'ai vu le résultat des "guillotines amputation" – c'est
l'expression anglo-saxonne – et ces membres tranchés comme par un coupe-cigare. Le risque infectieux est énorme alors, car l'os est à découvert, et l'on n'a pas prévu une chirurgie secondaire pour
modeler un moignon sur lequel pourrait être fixée une prothèse."

Beaucoup de blessés reviennent donc, avec une plaie nécrosée qui nécessite une deuxième amputation. "Il faut alors couper plus loin, plus haut. C'est désolant.""


Répondre
B

http://www.cartoonstock.com/lowres/rjo0123l.jpg


Répondre