Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La caxe tarbone ? carbonisée !

30 Décembre 2009 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

game-over.jpg





















Le conseil constitutionnel vient de détruire la taxe carbone.
Trop mal foutue, trop inégalitaire, même pour ce machin capable d'approuver le retour du servage et de la corvée sous forme de "journée de solidarité".
En effet, la dite taxe carbone ne pesait que sur le particulier qui se chauffait, sur l'automobiliste, mais épargnait miraculeusement la quasi-totalité du tissu économique.
On peut dire que la bouse qui devait s'appliquer à partir du premier janvier est à l'image de la conférence de Copenhague :
"
La censure de la taxe carbone est le résultat inévitable d'une réforme inégalitaire, inefficace et mal conçue" et on peut rajouter : "la sanction d'une méthode de travail qui consiste à faire tout à la va-vite et par une série d'effets d'annonce ".
C'est visiblement ce qu'a pensé le Conseil Constitutionnel, pourtant truffé de politiciens UMP bon teint.
On a donc considéré que le "travail" du gouvernement était un travail de personnes qui s'étaient brisés le cerveau (dans un accident de poussette certainement).

Il n'y a pas d'impôts indolores. Mais c'est ce qu'on devrait répondre à tous les membres du MEDEF qui exigent l'impunité fiscale.
C'est un donnant donnant.
Pour ce qui est du carburant, il existe DEJA une taxe carbone, c'est la TIPP. Pour le fioul aussi, existe AUSSI une taxe de 7 % (destinée à l'origine à avantager le charbon français), qui, en l'espèce est aussi une taxe carbone.

Mais le point le plus important n'est pas là. La taxe carbone de défunte mémoire, s'inscrit dans l'économie de marché. C'est à dire qu'on reste libre de consommer autant que l'on veut, à condition de payer.
Elle est abracadabrantesque dans le sens qu'on sent déjà les limites physiques, palpables à la pompe, palpable dans la situation électrique française, on ne peut guère aller plus loin.
Après, c'est de la mauvaise graisse et l'obésité qui apporte les ennuis.

Plus le temps passera, plus on sera sans doute dans une situation d'approvisionnement tendue. Avec des délestages ponctuels et les émeutes subséquentes qui agitent les pays du tiers monde, pour l'électricité, le carburant, le gaz (et qu'on réserve là aussi aux entreprises).

On peut réfléchir à une autre espèce de taxe carbone, la limite soviétique qui était "LA NORME" : en dessous, le prix était bas, voir symbolique, en dessus, il était maximum.
Pour l'énergie, on en est encore aux tarifs décroissants, qui avantagent donc les gros.
A une distribution égalitaire, on préfère une distribution génératrice de troubles sociaux graves.

Les émeutes de l'électricité et de l'eau sont plus fréquentes que celles de la faim.

Réduire la consommation d'énergie, c'est facile, c'est un travail de normes, et des budgets.
Les normes concernent le bâtiment, l'appareillage électrique et l'automobile. Pour l'industrie, c'est provoquer l'investissement et provoquer l'investissement, il existe une méthode simple : c'est remonter l'impôt sur les sociétés à 50 %. 
Et surtout, on peut taxer allégrement les produits chinois, produits où la main d'oeuvre compte peu, mais l'énergie beaucoup plus qu'en occident.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> pour infos...http://quantum-carbone.over-blog.com/<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Je ne suis pas de votre avis, la taxe carbone avait le mérite de mettre en lumière notre dépendance au carbone. Il n'y avait qu'à voir les reportages tv de fin décembre, ou les citoyens lambda<br /> pleuraient devant les caméras sur les augmentations a venir du prix du fioul. "que vais je devenir mon bon Monsieur !" 50€ de plus pour 1000 litres et tous les sujets sont sur la table (économies<br /> de chauffage, changement de chaudière, isolation...) Voila ou était la vertu de la taxe, afficher le cout du carbone dans les actions quotidiennes.<br /> Après, 17€ trop, pas assez, les industriels ETS soumis ou pas...c'est une autre histoire.<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Les permis de construire de logements en baisse de 17,9 % sur un an.<br /> <br /> Les permis de construire de logements neufs ont chuté en France à fin novembre de - 17,9 % sur un an à 400.214 unités et de - 9,6 % sur trois mois à 109.304, selon les données publiées mercredi 30<br /> décembre par le ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables.<br /> <br /> Après avoir fortement augmenté au cours des trois dernières années, le secteur des logements collectifs marque un recul plus prononcé (- 25,9 %) que celui des logements individuels (- 13,3 %),<br /> précise le ministère dans un communiqué.<br /> <br /> Sur ce dernier segment, l'individuel groupé (- 0,8 %) résiste mieux que l'individuel pur (- 18,3 %).<br /> <br /> Avec plus de 32.000 logements, soit une progression de + 2,2 % sur 12 mois, le secteur de la construction de logements en résidence continue par ailleurs de faire preuve de dynamisme.<br /> <br /> Sur les douze derniers mois, les mises en chantier de logements ressortent quant à elles à 332.588, soit une baisse de - 19,0 % par rapport au chiffre constaté au cours des douze mois<br /> précédents.<br /> <br /> Près de 178.000 mises en chantier ont été enregistrées pour le logement individuel en cumul sur les douze derniers mois. Ce chiffre est en baisse de - 16,9 % par rapport aux douze mois<br /> précédents.<br /> <br /> Sur la même période, près de 136.000 logements collectifs ont été mis en chantier, soit un recul de - 23,9 %.<br /> <br /> http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-12-30/les-permis-de-construire-de-logements-en-baisse-de-17-9-l-an/916/0/409138<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> la décision du conseil constitutionnel est l'arbre qui cache la forêt!!!comment accorder le moindre crédit au motif annoncé(critère de l'égalité devant la loi) alors qu'il est regulièrement bafoué<br /> sans que cela n'emeuve ces messieurs du conseil!<br /> <br /> <br />
Répondre