Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La question du peak oil...

16 Mars 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Se pose de manière de plus en plus ardue.
La date, quasi une question incongrue il y a peu, 2050, 2070, voir plus, s'est étrangement rapprochée.
C'était devenu 2020 (faut pas affoler le pékin), pour le koweit, ça devient 2014, pour pétrobras, c'est 2010.
Le déclin annoncé est d'ailleurs impressionnant. En 2020, il atteindrait 30 millions de barils jour, et en 2030, la production serait réduite à une fourchette variant entre 30 et 40 millions de barils/ jour.
Autant dire, que nous serons sortis de notre civilisation en moins d'une génération.

Comme la transition a été aussi peu préparée que possible, elle se fera donc sauvagement et par le prix.
On assistera à un repli vers les activités économiques essentielles, et les gouvernements devront travailler sur les structures sociales de nos sociétés, choses qu'ils affectionnaient il y a peu, pour enrichir les riches.
Les phases aiguës de pénurie apparaîtront vers 2014.

Certains signes extérieurs plaident en faveur de ce scénario, notamment l'augmentation de 28 % de la consommation chinoise de pétrole en janvier. En réalité, ce qui est plus vraisemblable, c'est la constitution de stocks importants, en vue de la pénurie, les stocks chinois étaient, jusqu'à présent, stupéfiants de modestie (15 jours), comparés aux occidentaux (3 mois).

La logique du système est dans la disparition ultra-rapide de certains secteurs. Le secteur aéronautique, exsangue depuis une décennie devrait, dans ce contexte là, quasiment disparaître en une autre décennie.

Un autre sujet d'article à venir pour étudier la situation ; la production de gaz de schistes aux USA...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> Nos gouvernants ne maitrisent plus grand chose...un facteur de plus de mécontentement voire pire, car ceux-ci dissimulent la vérité, et n'anticipent pas grand-chose. La seule chose qui nous donne<br /> encore une marge de manoeuvre légère, c'est l'importance des taxes sur les produits pétroliers en France, et l'impossibilité d'accéder à ces ressources pour les pays les plus pauvres à terme... On<br /> sait tous comment cela se terminera!<br /> <br /> cf "la sortie de l'économie pétrolière" sur mon blog<br /> http://www.la-france-contre-la-crise.over-blog.com/<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> Désolé d'insister, mais j'avais retenu que le carburant à base de charbon nécessitait un investissement important mais que le prix de revient tournait autour de 60$ le baril. L'investissement<br /> initial étant actuellement un frein à cette technologie, le pétrole se trouvant par ailleurs à bien moins que 60$ le baril.<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> non, ne soit pas désolé d'avoir un avis. Le seul hic, c'est que cette technologie, plus que le cout, a besoin d'anthracite, le plus pur des charbons, le noir. Or l'anthracite est en déplétion<br /> depuis 1920. Construire une usine est une chose, le cout est effectivement correct, mais la quantité de charbon nécessaire est phénoménale, et comme en 1940 et en Afrique du sud, non reportable<br /> sinon dans une economie de guerre.<br /> <br /> <br />
L
<br /> pour moi j'ai retenu les dates suivantes :<br /> <br /> 1 Mai Juin 2005 pour le pic " Crude Oil "<br /> pétrole classique<br /> <br /> 2 11 juillet 2008 pour le " tous liquides " confondus<br /> Richard Heinberg a proposé de " fêter "<br /> ( avec ironie ) le 11 juillet 2008 comme date historique du peak oil<br /> et de proposer cette date annuelle pour commémorer " la chute"<br /> <br /> bien sûr la date finale sera connue rétrospectivement<br /> <br /> on lit maintenant cette date de 2014<br /> qui n'est qu'une date pour avertir que la bête se rapproche , sans affoler encore , alors qu'elle est déjà là !<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> "la production de gaz de schistes aux USA..."<br /> et la transformation du charbon en carburant.<br /> Les allemands l'aurait fait pendant la guerre et l'Afrique du sud pendant le blocus dû à l'apartheid.<br /> Si ça continu, on l'aura pas notre grande crise ou alors pas de notre vivant ... enfin mon vivant (30 ou 40 ans ;)<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> non, pas du tout. Les ordres de grandeurs ne sont pas du tout comparables. Production de carburant synthétique sous l'allemagne nazi : 10 millions de tonnes/an en 1944. Pour l'afrique du sud, elle<br /> ne put se passer d'un approvisionnement classique, et de toute façon, le pays à approvisionner était petit : 5 millions de personnes. Mais, là aussi, le carburant synthétique c'était aussi et<br /> essentiellement destiné à faire tourner l'armée.<br /> <br /> <br />