Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La question énergétique...

2 Janvier 2012 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

"Vu il y a quelques jours un reportage sur un refuge en montagne, 100 jour seulement hors gel par an.

Entre isolation, solaire, éolien et incinération des déchets totale autonomie en énergie, et avec sauna à l'extérieur s'il vous plaît.

Seul hic pas d'abonnement, pas de TVA, pas de rente payée aux escrocs de l'énergie. Donc voilà pourquoi on ne généralisera pas ce progrès, les gens qui nous dirigent préfèreront vous voir claquer
des dents devant un pétrole hors de prix. "

 

Évidemment, on ne fait pas appel à la bienfaisance du marché, ou qu'exceptionnellement, au moment de l'investissement.

La réaction de cet internaute, est à mettre en relief avec un autre article qu'on m'a envoyé : "Le fil rouge : guerre et EROIE".

Dans celui-ci, je vois des imprécisions.

Dans l'affrontement entre germains et romains, les germains sont très peu nombreux, ils luttent du faible au fort, à 1 contre 10 le plus souvent, pour une bonne raison. C'est le retard technique de l'agriculture nordique.
L'autre effet de ce retard technique, c'est que les armées romaines, trop nombreuses, crèvent de faim, et trop petites, sont battues. Le même phénomène se produira en Calédonie.
Mais cela ne s'arrête pas là. Le moyen-âge n'est pas un âge de régression, mais de libération. Ce sont les empires qui bloquent souvent les évolutions, dont les évolutions techniques.

 

Les chinois ont inventés beaucoup de choses, mais qui sont restés des curiosités, sans plus, car, beaucoup moins cher était le travail du chinois. Les romains avaient fait le même choix.
Les germains, s'ils ont pris l'ascendant, c'est parce qu'ils avaient adopté le progrès technique. Ils forgent, grâce à leurs moulins, et les martinets qu'ils manoeuvrent, des armes totalement en acier.
Les romains, eux, soucieux de donner du travail, les font forger à grand coup de masses par des dizaines d'esclaves. Mais aussi costaud que soit l'esclave, ou le travailleur affranchi plus tard, il ne tapera jamais aussi fort qu'un martinet. Les armes romaines sont fausses comme leurs pièces. Dessus, en acier, dessous, simplement en fer... Les barbares bénéficeront aussi, les premiers, de l'étrier, démultipliant la force de leur cavalerie. Or, l'étrier, est un fantastique progrès technique, indissociable du moyen-âge, avec l'invention du collier rigide d'épaule.

 martinet.jpg

 

Le moyen âge, loin d'être une période de stagnation, est une période d'intense travail et de foisonnement, qui construit l'Europe occidental, et on peut citer le rôle des moines bâtisseurs. La France n'est pas un pays naturel, c'est un pays construit dans le moindre de ses recoins.

Le moyen âge invente aussi la démocratie, et les évêques, au rôle si important, sont élus, toujours au prix d'affrontements monumentaux (le parti le plus fort emporte l'élection), dignes des bagarres du village d'Astérix.

 

Le moyen-âge invente aussi un renouvelable d'une taille inégalée.

 

Les guerres actuelles sont le résultat de l'EROIE, mais les énergies fossiles, sont, par essence, aristocratiques. Elles permettent la corruption a un niveau inégalé, sont réalisables par une élite très faible de travailleurs, encore plus faible dans le pétrole.

 

Le renouvelable n'est pas négligeable, mais il nécessite deux choses, une vue globale de la société, et une vue démocratique.

 

Bien sûr, que la STEP n'est pas une solution magique, pas plus que l'éolien, mais ils rappellent une chose : pour avoir de l'énergie, il faut y mettre le prix, en capitaux, en travail.

L'armature monumentale occidentale, qui fournissait une énergie dont nous ne sommes même pas capable d'imaginer la somme, a fonctionné pendant plus d'un millénaire.

Il faut simplement en construire une autre. Et il y aura un travail monumental.

 

Dans les successions, il y avait des pépites : les parts des moulins, qui enrichissaient des lignées au fil des siècles. Ces moulins fabriquaient tout et n'importe quoi, et le souvenir du moulin qui écrase le grain est une image très réductrice. Qui disait moulin, disait industrie, et il fallait travailler comme des fous quand celui-ci fonctionnait...

 

Cela pose aussi le problème de la structure politique d'une société. Une société renouvelable ou sobre sera plus démocratique, qu'une société du fossile. On le voit, les empires bâtis autour du fossile ont toujours été agressif, car il faut s'emparer, si possible par manipulation, au besoin par la force, des sources d'énergie, ou du signe (or), nécessaire.

La guerre des Boers coincide avec les progrès miniers, et précéde l'extraction massive d'or sud-africain. 

Au XVI° siécle, France et Espagne était en compétition, selon le terme d'aujourd'hui. L'un pillait ses conquêtes, l'autre attirait l'argent de son concurrent en s'industrialisant et e lui fournissant ses produits...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
@ Yrreiht<br /> <br /> « Néo païen spiritualiste », je me doutais bien un peu que vous étiez quelque chose comme cela. Je suis moi-même un parfait athée qui ne regrette pas d’avoir été un fervent chrétien un jour.<br /> <br /> Oui, Jules Ferry était un grand homme, mais grand il y a presque maintenant un siècle et demi. Vous pensez que l’on va restaurer l’éducation en France en ressuscitant l’école des préaux ? J’ai<br /> moi-même détesté cette école que j’ai très bien connue, dans les années cinquante. Je lui dois sans doute beaucoup quelque part, mais n’y aurait-il pas eu moyen de faire autrement ? N’oubliez pas<br /> non plus les très grandes limites de votre grand homme, sur le plan de l’utopie coloniale notamment.<br /> <br /> Je crois aussi que vous avez tendance à étendre la très haute urbanité technique de Rome à l’ensemble de l’Empire, ce qui est hasardeux. Les villes du moyen âge étaient sales aussi parce qu’elles<br /> pouvaient se le permettre, étant à une autre échelle que l’ancienne Rome, immense métropole (même en regard de nos normes actuelles) d’un million d’habitants.<br /> <br /> Je ne crois pas enfin que le retour des grandes épidémies au quatorzième siècle ait été dû d’abord à la saleté accrue des villes (je vous rappelle au passage que la peste n’a rien à voir avec le<br /> caca, les rats ne goûtant pas la merde humaine, vous devez confondre avec les crocodiles). La grande peste résultait d’un faisceau de causes telles que le changement climatique (dans le sens du<br /> refroidissement d’ailleurs), l’accroissement des échanges commerciaux et surtout des impasses sociales du « monde plein » du « beau » Moyen Âge tel que l’avait décrit Braudel.<br /> <br /> Non, je ne suis pas d’accord avec la régression spirituelle (Saint Thomas, une régression !!!) et la cohésion sociale du monde médiéval m’impressionne beaucoup plus que le château de carte imposant<br /> de l’empire romain (je vous rappelle que je ne parle pas de la république).<br /> <br /> Mais l’on pourrait y passer la nuit…<br /> <br /> Cordialement.<br /> <br /> PS : Je retire la redingote du père Jules. Par Odin, venez donc en cotte de maille !
Répondre
Y
Disons ça comme ça Popeye, néo païen spiritualisant ça me va, ha ha ha !<br /> <br /> Je loue seulement l'oeuvre de Jules Ferry concernant l'éducation nationale, celle parfaitement structurée et de bon niveau pour tous qu'il a mit en place à l'époque, pas sa décadence actuelle.<br /> <br /> Non je ne suis pas intoxiqué, j'étudie volontiers l'Histoire à mes heures, et ayant étudié avec esprit critique cette période je maintient que par rapport à l'empire romain le moyen-âge est<br /> globalement une régression technique et spirituelle catastrophique.<br /> <br /> Je pardonne volontiers, nous sommes entre pseudos anonymes commentant librement, tous les excès sont permis, les commentaires de blog sont là pour ça !<br /> <br /> Au plaisir de vous retrouver sur un autre article,<br /> <br /> Y.
Répondre
P
@ Yrreiht<br /> Seriez-vous adepte d'une sorte de néo paganisme spritualisant? Il n'empêche que votre discours louant Jules Ferry (athée et franc-maçon au passage) reprend les plus belles perles de la logorrhée<br /> laïcarde. D'où mon opinion : vous me SEMBLEZ pas mal intoxiqué par l'historiographie de la troisième république "écrasant l'infâme". J'espère que vous me pardonnerez cette espèce d'anachronisme en<br /> mettant un slogan voltairien sur les réalisations républicaines plus d'un siècle plus tard.
Répondre
Y
Moi, laïcard ?<br /> <br /> Ha ha ha ! Un bon conseil évitez les prédictions et déductions rapides, ça vous évitera de dire des bêtises. Les chrétiens n'ont pas le monopole du spirituel.
Répondre
L
Le déclin d'un empire ont de toute autre chose s'ammorce lorsque les moyens financier pour le maintenir fond defaut et que les dirigeants vont chercher se manque ailleurs. Il y a un momment ou il<br /> faut rembourser et c'est souvent le momment ou cela flanche. la perte des moyens financier prut être multiple, guerre a repetition qui ne remplissent pas les coffres, délocalisation des moyens de<br /> paiement ou investissement dans les collonies, délocalisation des outils de productions. Rome a du subir chacune de ces étapes sur un temps plus ou moins long. J'ais oublier un petit détail,<br /> lorsque l'on donne le pouvoirs aux bienfaiteur de l'humanité, il y a toujours le probléme de faire du bien a un anne et de recuperer des crottes. l'ane romain a surement été l'église chrétienne,<br /> deux chef c'est jamais bon.
Répondre
P
Vive le Jules Ferry qui louait la colonisation qui permettait à la troisième république d'apporter "les Lumières de la civilisation aux populations arriérées"?<br /> Allons, un peu de retenue!<br /> Les faits sont têtus : vous me semblez être parfaitement ce que décrit La Gaule, "un laïcard obtus cloné par processions entière par l'historiographie de la troisième république"!
Répondre
Y
Ha très cher La Gaule, même quand c'est dirigé contre moi j'aime vous lire, après tout les commentaires de blog sont là pour ça, pour déchaîner sa verve !<br /> <br /> La Lune c'est emblématique, c'est arrivé pas longtemps après la révolution industrielle c'est un fait. Et la dite révolution était à portée de main des romains, si.<br /> <br /> Mais les faits sont têtus, et la négation de toute hygiène et le mépris de la santé pour ne retenir que ce point-là est une catastrophe typiquement chrétienne et puante. Il est bien documenté<br /> qu'après les égout romains on jetait le caca par les fenêtres dans la boue de la rue. Ha la grande peste... et les petites autres...<br /> <br /> Et vive Jules Ferry aussi. Un grand homme.<br /> <br /> Au plaisir,<br /> <br /> Y.
Répondre
L
@ Yrreit<br /> <br /> Il ne manque que l’esclavage à votre clip publicitaire pour que l’on ait tous envie de faire un grand bond dans l’avenir et redevenir citoyen romain, surtout afin de bénéficier à nouveau de cette<br /> source d’énergie propre et inépuisable.<br /> <br /> L’empire romain est mort quand au fait ? Lors des premiers grands revers du deuxième siècle ou à la mort de Charlemagne, lequel n’a jamais souhaité restaurer autre chose (et surtout pas fonder une<br /> Europe encore introuvable dont le concept même ne contaminera quelques esprits malades qu’un bon millénaire plus tard).<br /> <br /> Une chose est certaine, quand le dernier empereur romain a été déposé par un prince barbare au cinquième siècle et dans l’indifférence générale, ce n’est pas la perspective de pouvoir aller dans la<br /> lune, en patientant encore un petit peu pour cela (à peine deux cent cinquante ans plus selon votre affirmation grotesque), qui allait re-motiver les foules en sa faveur.<br /> <br /> L’effondrement de l’empire romain reste l’une des grandes questions qui taraudent les historiens sans qu’aucun d’entre eux n’aient pu donner une réponse définitive, tant la synergie qui en anime<br /> lees causes est complexe ; (http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9clin_de_l'Empire_romain_d'Occident). J’estime pour ma part que l’empire est mort précisément d’être devenu un empire, c’est-à-dire<br /> d’avoir tourné le dos aux principes qui avaient fondé la montée en puissance irrésistible de la république romaine.<br /> Le premier de ces principes était l’acceptation démocratique de l’impôt, et du premier d’entre eux, l’impôt du sang.<br /> Dans un empire qui est devenu lui, au fil du temps, « too big not to fail », le christianisme fut une réponse au problème barbare, mais une réponse économique et philosophique (comme nos « droits<br /> de l’homme » aujourd’hui), alors qu’il aurait fallu une réponse purement politique (et démocratique) pour résoudre la question. Mais l’empire en était devenu incapable.<br /> <br /> Je crois que vous devriez plus réfléchir à ce qu’implique pour une nation une formule telle que « aller dans la lune ». L’empire américain a commencé de mourir de vouloir y aller, même si la chose<br /> n’était sans doute qu’un symptôme.<br /> L’empire romain n’a pas eu besoin d’une telle dépense somptuaire pour imploser, l’état de ses forces productives (pour parler marxiste) ne le permettant pas. Comme le dit si bien P. Reymond, il<br /> était déjà incapable d’améliorer la qualité de son acier !<br /> <br /> Enfin, sur le Moyen Âge, je vous invite à prendre connaissances des ouvrages et travaux de Jacques Heers, cela serait une bonne base de discussion.<br /> <br /> Il n’y a que les laïcards obtus tels que l’historiographie officielle de la troisième république en a cloné par procession entière, pour rejeter tout ce qui a trait au christianisme dans les<br /> ténèbres, la puanteur et pleins d’autres choses innommables, rassemblées et vendues en pack « Moyen-âge » aux consommateurs formatés par la modernité triomphante (et vous avez oublié le stupre mon<br /> cher ! Vous savez bien pourtant que le cocktail reste sans saveur, sans ce bon vieux stupre et ce bon vieux droit de cuisage !).<br /> <br /> Je donne un bal travesti bientôt. Si vous me promettez d’amener votre redingote de Jules Ferry, je vous invite !
Répondre
S
Au Moyen-age en France par rapport au reste de l'Europe et à l'Asie, c'était pire ou mieux?<br /> Et l'Angleterre du XIXème Siècle, ça m'apparait d'avantage comme un immonde cloaque qu'un pays de Cocagne...<br /> Bref, il est très facile d'idéaliser ou de rabaisser n'importe quelle époque. Regardez aujourd'hui, le pire (pauvreté) côtoie le meilleur (richesses) dant des proportions jamais atteintes. Qu'en<br /> dira-t-on dans 500 ans?
Répondre
Y
Eclairage très intéressant sur le moyen age ...<br /> démocratique, renouvelable, mais crasseux et pas vraiment progressif...<br /> Bon je ne sais pas, mais merci en tout cas.
Répondre
Y
Patrick,<br /> <br /> Le moyen-age est une période de régression terrible qui a fait perdre 1500 ans de progrès à l'humanité. Et qui a détruit la France, qui fut construite par les gallo-romains. Les romains étaient sur<br /> le point de découvrir la machine à vapeur quand leur empire s'écroula. Sans le moyen-âge nous aurions marché sur la lune vers l'an 700.<br /> <br /> Quelques connaissances perdues et péniblement retrouvée 1500 ans plus tard :<br /> Hygiène, sanitation (égouts), sport, chauffage central, réseaux d'eau potable, routes, poste, philosophie, théâtres, gymnases, médecine, contraception, allocations sociales, astronomie...<br /> <br /> les rues pavées des villes avec égout en dessous et fontaines propres et gratuites furent remplacées par des rues en terre ou l'on déversait les excréments. Et ou l'on vendait de l'eau douteuse. La<br /> plupart des édifices publiques furent détruit car païens.<br /> <br /> Seuls les chrétiens les plus ignorants et fanatiques propagent encore l'idée d'un moyen-âge source de progrès puisqu'il fut avant tout le triomphe du christianisme.<br /> <br /> Est-ce votre cas ?
Répondre
B
Bonjour et bonne année. Je souhaite vous adresser le fac-similé d'une bande dessinée parue il y a de nombreuses années dans "Fluide glacial". Pouvez-vous me communiquer un mail?
Répondre
P
<br /> <br /> il faut cliquer sur contact, à droite.<br /> <br /> <br /> <br />