Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le clash chinois...

31 Janvier 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

La Chine a, pour des raisons internes, refusé de changer de rôle.

Entre les américains qui veulent diriger, les européens qui veulent un "concert" des nations, style 19° siècle, et la Chine qui ne regarde que ses intérêts, on ne peut arriver qu'au clash multilatéral.

Les exportations chinoises déstabilisent le monde, sans vraiment stabiliser le pays, le phénomène étant celui d'une fuite sans fin.
Pour les USA, on peut dire que le pays n'a pas les moyens de ses ambitions, ses dernières agressions, sont contre des états lilliputiens (Haïti, Honduras), contre les états nains (Yemen), c'est déjà beaucoup plus risqué.
Contre les nains de grande taille (Irak, Afghanistan), ceux-ci ont déjà gagné.

La vision européenne, le concert des nations, peut fonctionner en politique, mais pas en économie. En politique, le concept peut réussir sur longue période (le XIX°siècle), car les objectifs étaient limités (réduire le rôle de la guerre dans la politique européenne. Les plus longues ne dépassèrent pas quelques mois.

En matière économique, les choses sont beaucoup plus compliqués. Pour résumer, les trois pôles, USA, Europe, Chine, ont toutes les chances de s'acheminer vers le clash synchronisé.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Chers amis fan de voitures neuves je vous envoie le bonjour.
Je souhaite vous faire part de l'ouverture de mon nouveau lavage auto dans le 15ème arrondissement de Paris.
Situé au 26 villa croix Nivert, Je me spécialise dans le nettoyage des voitures neuves.
Vous trouverez mon site à l'adresse suivante: http://american-car-wash.com
A bientôt.
Répondre
B

Emploi : le plan Obama va coûter dans les 100 milliards de dollars, estime la Maison Blanche.

Le coût des mesures d’incitation en faveur de l’emploi, annoncées par le président Barack Obama dans son discours sur l’état de l’Union, pourrait avoisiner les 100 milliards de dollars (72
milliards d’euros), a estimé dimanche la Maison Blanche.

L’objectif du plan Obama est de récupérer une grande partie des emplois perdus lors de la déroute financière et bancaire de l’automne 2008 et de la crise économique qui s’en est suivie, la plus
grave depuis des décennies, a expliqué Robert Gibbs, porte-parole de la Maison Blanche, dans une interview à la chaîne CNN.

Le porte-parole n’a pas précisé la façon dont serait ventilée cette enveloppe entre les différentes mesures d’incitation.

http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=21af1463f3c9f316ead019f077bd739e

Conclusion : l’Etat distribue des centaines de milliards de dollars aux Etats-Unis (aide aux banques, aide aux sociétés d’assurance, aide aux constructeurs automobiles, aide aux ménages achetant un
logement pour la première fois, aide aux ménages achetant une voiture neuve, aide aux Petites et Moyennes Entreprises, etc.)

Nous venons d’apprendre qu’Obama allait de nouveau injecter 100 milliards de dollars supplémentaires dans l’économie.

Je compare l’économie américaine à une vieille voiture qui ne marche plus.

La vieille voiture de l’économie américaine doit être changée ? Le moteur est cassé ? L’essence est à ras bord dans le réservoir ? Le réservoir déborde ? L’essence tombe sur le sol ? Qu’importe !
Continuons à mettre de l’essence dans le réservoir !

Et la voiture redémarrera !

On dirait de la pensée magique.

Au fait, ces centaines de milliards de dollars, qui les paiera ?

Devinez !

Les CONtribuables.


Répondre
M

Pour info :

http://spartacus1918.canalblog.com/archives/2010/01/22/16615732.html


Répondre
A

"Les nains de grande taille" et maintenant il se lance dans des oxymores comiques.

"Cette obscure clarté qui tombe des étoiles..."


Répondre
C

Hayek contre Keynes
http://www.econstories.tv/


Répondre
P

Un peu hors sujet mais je trouve cela très drôle :

http://television.telerama.fr/tele/emission.php?id=15760582

"Une seule prise de méthamphétamine suffit pour rendre le consommateur dépendant. Cette drogue dure, créée durant la Seconde Guerre mondiale par l'armée japonaise pour stimuler les kamikazes, est
aujourd'hui produite à Fresno, en Californie, et circule sur tout le territoire américain. Moins chère que la cocaïne, elle est trois fois plus forte, et le «trip» dure une dizaine d'heures. Le
«Meth Task Force», un groupe d'intervention, a été spécifiquement créé pour lutter contre les narcotrafiquants de méthamphétamine."

Une drogue d'état (Sacré Japon où le populo était de la chair à canon) maintenant produite aux USA. Une belle exportation :-) En plus avec un "trip" d'une dizaine d'heures, voilà de quoi calmer les
chômeurs et les râleurs de ce blog pour pas très cher. Une vague de H1N2 et hop, on vous fera votre première piqure.


Répondre
T

D'où le rapprochement stratégique que doivent avoir les européens avec les russes (et l'iran) pour défendre leurs intêrets.
Bien entendu, cette ligne ne pourra être défendue que lorsque les atlantistes seront dans la poubelle de l'histoire, disons sa corbeille dans le cas francais.


Répondre
C

Il y a je crois un malentendu du papier de Natexis.
"Qu’implique le refus de la Chine de
participer à la gestion globale du Monde ?"

Une fois de plus on applique un point de vue, vocabulaire et concept eurocentriques... à un pays-monde qui n'est pas dans le jeu.

Ne pas être dans le jeu, le notre, ne signifie pas que la Chine refuse de jouer : elle joue juste selon SES PROPRES REGLES.

Quel aveuglement de la part des Occidentaux (et de tous les autres, mal blanchis qui raisonnent comme eux, enfin nous).

Ce que nous percevons comme étant un "refus", et qui nous choque profondément, est juste la marque de la Chine millénaire... Celle du dedans versus le dehors.

Ce n'est donc pas un "refus", qui serait raisonné, c'est beaucoup plus profond que cela : la Chine ne "voit" pas le reste du monde. Car il n'y a pas de reste du monde, puisque le monde est la
Chine.

Maintenant quid des effets concrets : là je vous suis à 100 %. C'est une "collision course" comme dirait nos amis anglosaxons, évidente, adamantine, brûlante...

Oui on va se foutre sur la gueule. Economiquement parlant.


Répondre