Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cri de cri-cri...

27 Mai 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Je vous laisse découvrir l'article suivant. Eloquent.

Tout ce que je disais.
Rien qui concerne la réalité, la soumission totale à une doxa.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> L'Eurosystème est une institution européenne, qui regroupe la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales nationales (BCN) des États membres de l'Union européenne ayant adopté<br /> l'euro.<br /> <br /> L’Eurosystème serait exposé à la dette grecque à hauteur de 135 milliards d’euros, selon Andrew Bosomworth, gérant chez PIMCO Europe.<br /> <br /> Problème : en capital et réserves, l’Eurosystème n’a que 81,187 milliards d’euros.<br /> <br /> http://www.ecb.int/press/pr/wfs/2011/html/fs110524.fr.html<br /> <br /> Version optimiste :<br /> Si la Grèce fait défaut, c’est tout l’Eurosystème qui s’effondre. La Grèce ne fera pas défaut.<br /> <br /> Version pessimiste :<br /> Quand la Grèce fera défaut, tout l’Eurosystème s’effondrera.<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Jeudi 26 mai 2011 :<br /> <br /> L’exposition de l’Eurosystème à la Grèce serait de 135 milliards d’euros.<br /> <br /> « Il faut savoir que l'Eurosystème (les banques centrales de la zone euro) serait exposé à la dette grecque à hauteur de 135 milliards d'euros, selon nos calculs », explique Andrew Bosomworth,<br /> gérant chez PIMCO Europe.<br /> <br /> « C'est pourquoi la Banque Centrale Européenne est contre un défaut de la Grèce. La Banque nationale grecque serait à genou, ainsi que les établissements de crédit du pays. Quant aux banques<br /> européennes exposées à la Grèce, certaines pourraient absorber ces pertes grâce à leurs bénéfices, mais d'autres auraient besoin d'être recapitalisées. »<br /> <br /> Un défaut de paiement de la Grèce est-il inévitable ?<br /> <br /> Andrew Bosomworth : « En théorie, la Grèce pourrait y échapper grâce à des privatisations massives, mais la population ne laissera sans doute pas l’Etat céder environ 200 milliards d’euros<br /> d’actifs. Il est aussi peu probable d’envisager une annulation de la dette comme pour l’Allemagne après la guerre. Et si l’on choisit un simple reprofilage de la dette, on ne résout pas la question<br /> du stock, on ne fait que gagner du temps. »<br /> <br /> http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/0201396529526-l-exposition-de-l-eurosysteme-a-la-grece-serait-de135-milliards-d-euros-168564.php<br /> <br /> <br />
Répondre