Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le déni de réalité

17 Septembre 2010 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

L'homme vit dans l'aveuglement, car c'est un animal capable d'anticiper, et d'anticiper sa propre mort, le moment où il ne sera plus là.

Mais le déni de réalité à l'heure actuelle existe aussi au niveau global.

Au niveau pétrolier, il atteint des sommets.

 

Les gouvernements n'aperçoivent pas le problème ou ne veulent pas l'apercevoir, c'est trop dur, trop compliqué, ça change du ron-ron tout fait du libéralisme auquel on fait référence.

Pourtant, les alarmes clignotent aussi dans les appareils gouvernementaux, notamment chez les militaires.

Leur métier, c'est de faire la guerre et d'anticiper ce que pourrait être la suivante (dans les années 1930, les USA avaient planifié l'invasion du Canada).

 

"En 2012, les surplus de capacité de production de pétrole pourraient disparaître entièrement, et dès 2015, le déficit de production pourrait être proche de 10 millions de barils par jour. "

Ceci pour le département de la défense US, à l'identique d'ailleurs, dans l'armée allemande, et sans doute dans beaucoup d'autres...

 

On peut noter d'ailleurs, qu'une bonne partie de la population mondiale est déjà dans la posture post-pétrolière.

Le paysan roumain, qui vit dans sa maison, autosuffisant localement, ou troquant avec ses voisins est déjà dans cette posture.

Mais elle est politiquement et économiquement incorrecte.

 

Le libéralisme économique et l'ouverture des frontières sont un ramassis de conneries avec une production pétrolière déclinante.

 

Mais d'ailleurs, cette appréhension de l'avenir bute aussi sur les individus. On trouve normal de voyager, d'aller au supermarché et on se trouve héroïque de prendre les transports en commun.

Mais cela ne change rien, le citadin, même sans voiture, dépense énormément d'énergie en déplacements (les transports en commun ne fonctionnent pas à l'air du temps), en camions pour le ravitailler, lui et sa petite famille, ainsi qu'en produits pétroliers pour faire fonctionner le tracteur du paysan, un désastre en matière de rendement. 

Pour chaque calorie produite, il faut en dépenser plus d'une en fossile...

 

On retombe, pour le cadre agricole, sur les problèmes signalés par les philosophes du XVIII° siécle, par la Pravda des années 1920, et bien d'autres, le poids insurmontable sur les structures agraires des animaux de traits ou de guerre, que ce soit le boeuf ici ou le cheval là.

Les trois millions de chevaux des années 1780 concurrençaient trop largement l'alimentation humaine -déjà-. 

 

Mais on peut aussi en conclure, pour infirmer la parole d'un lecteur, qu'il sera possible à nos militaires de garder une certaine mécanisation, comme il sera possible de garder une certaine motorisation, de l'ordre de 5 % du parc actuel.

Après tout, nourrir un cheval et nourrir un véhicule, c'est aussi prendre sur les surfaces vivrières, d'une manière pas tellement différente.

 

L'évolution, par exemple, de la Ville de Detroit, passant à l'agriculture, est une évolution "par tâches", insensible et insidieuse, les seules que puissent accepter gouvernants et gouvernés.

On va donc voir les prix pratiquer le yoyo, dans un contexte variant de pénurie grande à pénurie moins grande, et chaque variation faisant baisser tendanciellement les consommations. 

Même d'ailleurs, l'OPEP qui se veut si rassurante, avoue à demi-mots la vérité "elle a toujours encouragé les énergies alternatives".

 

Déjà, la question politique se pose, le Tsar sera à courtiser, ainsi que les monarques arabes, et de leur bon plaisir dépendra quantité et prix...

"Le cœur du problème n’est pas technique, il est politique. L’économie des démocraties occidentales est une économie de marché fondée sur l’abondance du pétrole. Une pénurie remettra en question l’économie des démocraties, et donc leur fonctionnement. "

 

Et le pire ? La jet-set, privée de jets, les yachts de plaisance sans une goutte...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N

Voila un lien interessant sur la relation consommation produit pétrolier et crise au U.S. (ça ne parle pas de peak oil cependant)
http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2010/09/what-does-petroleum-distillates-usage.html


Répondre
B

- Emprunt à 4 ans :

En août 2010, l'Irlande avait lancé un emprunt à 4 ans : elle avait dû payer un taux d'intérêt de 3,627 %. Un mois plus tard, mardi 21 septembre, l'Irlande a de nouveau lancé un emprunt à 4 ans :
elle a dû payer un taux d'intérêt de ... 4,767 % !

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB4YR:IND

- Emprunt à 8 ans :

En juin 2010, l'Irlande avait lancé un emprunt à 8 ans : elle avait dû payer un taux d'intérêt de 5,088 %. Trois mois plus tard, mardi 21 septembre, l'Irlande a de nouveau lancé un emprunt à 8 ans
: elle a dû payer un taux d'intérêt de ... 6,023 % !

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB8YR:IND

Conclusion : plus les jours passent, plus l'Irlande doit emprunter à des taux d'intérêt de plus en plus exorbitants.

Plus les jours passent, plus l'Irlande se surendette.


Répondre
R

@brunos
Divorcé deux fois et marié trois fois, je me suis bien gavé sur celui-là et j'ai toujours trouvé hallucinant que les impôts soient incapable de faire un prorata temporis.
Le plus juste serait que chacun fasse sa propre déclaration marié ou pas, il n’est pas normal que le mariage influence à ce point l’imposition.


Répondre
B

On gratte...

http://www.lefigaro.fr/impots/2010/09/19/05003-20100919ARTFIG00123-fin-de-l-avantage-fiscal-pour-les-maries-de-l-annee.php


Répondre
A

Les rats des villes n'aiment pas les champs.
Champ, où je puis vous assurer qu'ils seront bien accueillis, nous connaissons bien le terrain et on les voit venir de loin.
Ici la chasse c'est culturel et chaque ferme à ce qu'il faut ,ainsi que le savoir-faire ...
Et puis il paraît que les clouer la tête en bas sur la porte des granges ça guérit des écrouelles ainsi que des phimosis tout en favorisant les prochaines récoltes.


Répondre
T

Selon les médias, Christophe, personne, le "vivre ensemble" est une franche réussite, et tout le monde désire s'enrichir culturellement en allant vivre à Grigny, au contact de ceux qui paieront nos
retraites une fois qu'ils auront trouvé un travail...
L'immigration ne permet pas seulement de faire pression sur les salaires en augmentant la demande vis à vis de l'offre d'emploi, elle permet de faire pression à la hausse sur le prix de
l'immobilier, que ce soit à la location ou la vente, et faire tourner, également, la surface financiére des banques qui accordent les crédits...
Raison pour laquelle tous les médias appartenant aux industriels sont favorables à l'immigration...
Libération de la banque Rothchild en tête.


Répondre
B

A l'intérieur de la zone euro, deux groupes d'Etats s'éloignent les uns des autres.

A l'intérieur de la zone euro, deux groupes d'Etat divergent de plus en plus violemment.

Cette divergence devient intenable.

1- Dans le premier groupe, les Etats au coeur de la zone euro sont la France, l'Allemagne et l'ancienne zone mark.

Ces Etats voient leurs taux d'intérêt baisser.

Si la France lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de seulement 2,781 %.

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GFRN10:IND

Si l'Allemagne lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de seulement 2,427 %.

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GDBR10:IND

2- Dans le second groupe, les Etats à la périphérie de la zone euro sont le Portugal, l'Irlande, la Grèce.

Ces Etats voient leurs taux d'intérêt monter.

Les graphiques suivants sont terrifiants :

Si le Portugal lançait un emprunt à 10 ans, il devrait payer un taux d’intérêt de 6,085 % !

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

Si l’Irlande lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 6,293 % !

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

Si la Grèce lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 11,560 % !

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

Plus les jours passent, plus ces trois Etats empruntent à des taux d'intérêt de plus en plus exorbitants.

La zone euro va exploser.


Répondre
C

Euh... j'avais cru comprendre que sur ce blog le poliquement correct était quelque chose de secondaire. ;-)

Personnellement, je trouve que vous développez un argument très intéressant. Et qui pourrait modifier l'équation énergie-économie-immobilier.

Déjà aujourd'hui, il y a une pression du style les "barbares aux portes de paris"... combien de gens souhaitent venir vivre dans le 5eme arrondissement de Paris ? Bien au chaud ? Protégés ?
Ethniquement homogène ? Avec pleeeeeeeeeeein de crèches et plein de bons collèges et lycées (je parle d'expérience, j'y suis et j'y reste). Hein ?
Combien ?

Vous préférez quoi ? Noisy ? Grigny ? Bondy ? Ou Paris ?


Eh ben voilà : 11 000. Onze mille euros le m2 (6800 "en moyenne" dixit les notaires)

Et ceux qui ne peuvent pas acheter... louent. Essayent du moins. Très peu de turn over dans la capitale : les gens s'accrochent à leur appart'.
Mais la pression des "barbares" ou de l'idée que l'on s'en fait grossit. Et donc mécaniquement, les gens acceptent plus facilement de payer des loyers ou d'acheter des surfaces à des prix
hallucinants, prix qui auraient été largement dissuasifs avant.

Qu'en est-il de la "trend" ? On peut penser que cette pression ne va pas se réduire. Au contraire.

Donc encore une fois, je partage votre analyse. Ce facteur "sécurité" n'est pas à écarter du débat sur l'immobilier.


Répondre
R

@BA
Effectivement la zone euro est morte :
Juillet excédent du commerce ext. : 6.7 Mds €
http://fr.news.yahoo.com/4/20100916/tbs-zone-euro-commerce-7318940.html
Par contre en Grande bretagne, tout va bien :
Déficite du commerce ext. 8,667 milliards de ... livres (ouille, plus de 10 Mds d'€)
'pécable aux USA aussi : déficit de 42,8 milliard de ... $ (ouf seulement 33 Mds d'€).

Aussi incroyable que ça puisse paraître, on vends plus à l'étranger que l'étranger ne nous vends.
Ce n'est pas le cas de nos alliés libéraux.


Répondre
J

entierement d'accord avec courtier-or et three piglets, et je peux vous dire que lorsque les citadins n'aurons plus rien a bouffer en ville ça va pas etre triste dans les chaumieres des campagnes.
ce jour la ce sera c'est sur chacun pour soi.


Répondre
T

Et le pire, Courtier, est que ce phénoméne de pillage sera encouragé par le pouvoir actuel afin de terminer l'arrasement des classes moyennes, et que les forces de polices seront concentrées pour
sécuriser ce même pouvoir laissant à l'abandon le reste du peuple.
Moralité?

Puisque nous savons ce qui va immanquablement arrivé, il faut se préparer à se défendre soi même.

Je dis cela, en même temps, je ne dis rien.

A chacun de voir pour soi et sa propre responsabilité.


Répondre
C

@tokyomonamour

Merci,

L'affaire mérite quelques précisions :

1) Le blanc à 800 € maximum / mois est un BAC + 5, voire un PhD. et il ne travaille pas pas 35 heures par semaine, vous pouvez me croire sur parole.

2) Il y a un phènoméne que les européens n'intégrent pas dans le calcul de leur achat de logement : Il est pourtant crucial et si les prévisions de la chute se vérifient, il va peser lourd !

C'EST LA SECURITE !!!!

En ZA il y a plein d'immenses propriétés avec des surfaces agricoles impressionnantes, pratiquement pour peanuts ( mois de 100 K€, parfois ), mais personne ne les achète. Elles se trouvent dans des
banlieues ou aux abords des grandes villes impossibles à surveiller. Souvent, l'ancien propriétaire s'est déjà fait assassiner dedans, des fois avec toute sa famille.

Les gens des classes moyennes achètent plutôt les appartements en ville, faciles à surveiller et à garder, proches des services. Et le quartier compte énormément !

Si la France s'écroule, dans le pire des cas ... je ne le souhaite pas, bien sûr .

OU IRONT TOUS LES ZONARDS AFFAMES DE LA BANLIEUE ????

Je parie, qu'ils n'iront pas piller les riches en ville, truffé de caméras et facile à surveiller.

Noooon, ils iront piller les ex-classes moyennes qui ont acheté des pavillons aux abords des barres et également les campagnes inaccessibles : C'est du sans risque, butin garanti.

Qui va prévenir la police, si le relais du mobile a été coupé à cause d'une panne de courant et le réseau téléphonique classique fonctionne une fois sur deux ?

Je vous présente mes excuses, mais je me suis permis une réflexion politiquement incorrecte là ....

BYP.

courtier-or


Répondre
Y

Je ne comprends pas bien ce que vous dites sur le Japon et l'Afrique du sud, mais ca me semble capital pour comprendre ce qui nous pends au nez.
Concrètement si on faisait un paralelle avec la France ca donnerai quoi ?

Pour information l'Arabie saoudite a fait une commande géante d'armement (pour 60 milliards de dollars), ce qui représente 70 000 emplois. D'autre part elle va augmenter ses réserves de 40 (et donc
sa production). A priori, ca va donner un peu de mou aux USA.


Répondre
T

@Courtier or
Je ne connaissais pas le cas sud africain. Ces zones urbaines sélectionnées pour la priorité des répartitions énergétiques, c'est très impressionnant. Effectivement, en Europe et ailleurs, on va
pas y couper...


Répondre
Z

bonjour pour bien comprendre le phénomène du pis oil, je vous recommande de lire cette excellente these: "highway to oil" de Fredrik Robelius
http://urn.kb.se/resolve?urn=urn:nbn:se:uu:diva-7625
mots de recherche google: "highway to oil urn

en gros la these recense 47500 puits de pétrole à travers la planete. 1% (cad 500) de ces puits produisent 60% du pétrole actuellement consommé et représentent 60% des réserves connues.

Ces 1% puits géants sont les plus anciennement exploités (depuis 50 à 60 ans) et entre tous en déplétion.

Pour compenser une perte de 1% par an sur ces puits géants, il faudrait construire et mettre en exploitation environ 400 nouveaux puits pétroliers par an.

Je vous laisse apprécier la faisabilité d'une telle affaire


Répondre
Z

bonjour pour bien comprendre le phénomène du pis oil, je vous recommande de lire cette excellente these: "highway to oil" de Fredrik Robelius
http://urn.kb.se/resolve?urn=urn:nbn:se:uu:diva-7625
mots de recherche google: "highway to oil urn

en gros la these recense 47500 puits de pétrole à travers la planete. 1% (cad 500) de ces puits produisent 60% du pétrole actuellement consommé et représentent 60% des réserves connues.

Ces 1% puits géants sont les plus anciennement exploités (depuis 50 à 60 ans) et entre tous en déplétion.

Pour compenser une perte de 1% par an sur ces puits géants, il faudrait construire et mettre en exploitation environ 400 nouveaux puits pétroliers par an.

Je vous laisse apprécier la faisabilité d'une telle affaire


Répondre
R

par ailleurs, envisagez vous d'écrire un billet sur la guerre franco-américaniste de l'uranium du coté du Niger ?


Répondre
C

@ tokyomonamour

Bien vu, et c'est exactement ce à quoi nous nous attendons . Et le précédent japonais ( que je ne connaissais pas ... merci ! ) a eu bien d'autres prédécesseurs.

De l'éclatement de l'empire romain sont nés des villes-etats et plus proche historiquement, la chute de la société soviétique a :

1) Privilégié des grandes villes
2) Clochardisé des campagnes
3) Renversé le solde naissances - décès

Je peux aussi vous parler du cas sud-africain ( que je dois forcèment connaître un peu ) :

Les grandes villes ( Joburg, Durban, Cape-town et Pretoria ) ont des ressources disponibles et " zonifiées" : Ce qui veut dire que bien qu'un habitant de la ville-etat ( c'est bien ce que c'est,
même-si les choses ne sont pas officiellement écrites ), tout le monde ne dispose pas nécessairement de tout ( électricité - eau courante-internet ) , les pannes sont fréquentes :
électricité,télephone, internet, etc...

Le chômage à 40% est considéré comme normal, la violence de la société multiethnique est très pesante :

Il est normal, qu'un blanc travaille dans un job complètement sous son niveau de compètence à 800 € : Mis il a un job ! Etc ...etc ...

Je peux également dire, que l'Afrique du Sud préfigure en quelque-sorte également l'avenir de l'occident.

A propos, j'ai vu votre site, c'est pas mal.


Répondre
T

C'est vrai, Détroit est une pionnière. Le délabrement urbain, le retour à l'agriculture, la fuite des populations en province va se produire dans de nombreuses zones urbaines, c'est sûr... Mais
probablement pas dans toutes et je pense que certaines villes vont concentrer toutes les ressources au détriment des autres et continuer à se développer.

Le cas de Tokyo est exemplaire: la ville grossit en vampirisant les populations et les ressources des autres villes de l'archipel.
Le pétrole disponible et les autres ressources énergétiques, actuelles et futures (effectivement, que nous réserve les découvertes technologique dans 10 ans?), seront sans doutes prioritairement
utilisées pour alimenter la croissance de ces villes mondes. Le reste du territoire sera composé de communautés éparses et à faible consommation énergétiques.

Le Japon préfigure l'avenir de bon nombre de pays industrialisés, dont la France.


Répondre
S

Double aveuglement Monsieur REYMOND: celui que vous décrivez et l'impossibilité de concevoir une évolution hors énergie fossile? Que nous réserve la science et la recherche dans les dix prochaines
années? On ne peut le savoir. J'ose espérer que les "bigs" pétrolières n'ont pas que privilégier leurs actionnaires et qu'elles aient pensé à l'avenir, particulièrement le leur. Quoique comme vous
le dites si bien, ils sont tellement cons ces actionnaires qu'ils perdraient tout dans le but d'espérer de gagner plus: cupidité. Rarement récompenser au long terme. Un seul fait compte: énergie
égale pouvoir. Adolphe a raté de peu et à cause de son appétit de surface russe, au lieu de se consacrer aux seuls Balkans et Iran en sus du gypse!


Répondre