Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le désordre, les goinfres et les nuages de l'avenir... II

10 Juillet 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

population mondiale 21° siecle-copie-1

Il faut l'avouer, ce graphique avait crée un choc dans le lectorat.

D'où vient il ? D'ici.

Il met simplement en corrélation le nombre d'individus sur terre et la disponibilité énergétique.

La transition, prévisible mais non organisée (laissez faire le marché) aura des résultats sauvages.

Bien entendu, si vous lisez le lien, vous vous apercevrez que ce serait le résultat d'une linéarité dans la décroissance, chose qui n'a absolument aucune chance de se produire...

 

En effet, comme on l'a observé dans beaucoup de pays, le peak-pic pétrolier produit un effondrement économique, considérablement bien caché aux USA en 1971, mais un effondrement économique quand même.
Que les classes dirigeantes du monde aient soutenus à bouts de bras les USA est un fait, mais leur bêtise, aussi bien que leurs moyens ne sont pas illimités.

 

Bien entendu, une chute pourrait être beaucoup moins importante (à environ 3 milliards d'hommes), si un ou des  états pouvait l'organiser. Mais il faudrait un état fort, comme celui des années 1920-1930, dans les dictatures.
Mussolini, comme Staline, pouvaient fort bien être des tyrans, ils avaient fait exécuter des travaux, dont certains étaient projetés par Jules César lui même (assèchement et culture des marais pontins).

A l'heure actuelle, il serait important que les états africains détournent en partie les eaux du Congo vers la cuvette tchadienne, permettant la culture de millions de km2.

 

Mais il faut prendre le monde tel qu'il est. Pitoyable. Etat fort ? Ou est sa force ? Dans des forces de l'ordre qui s'entraînent avec 50 cartouches par an  (quelquefois moins) ? Et dont les membres ne savent souvent pas se servir de leurs armes ?

 

A côté de ça, les braquages se multiplient, et quand, par hasard, les victimes ont le dessus, elles sont condamnées pénalement.

Les juges n'ont pas compris qu'ils arrivaient au point d'inflexion. Ce qui aura le moins de valeur, c'est la vie humaine. Et un braqueur n'a aucune valeur humaine.

 

La baisse de la demande, objective par l'accroissement des prix de l'énergie, crée un porte-à-faux pour les gouvernants.

Habitués et conditionnés par "la croissance", ils sont des inadaptés profonds.

 

Pour les conseils, ce sera pour un prochain article...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> @Sclavus: Vaste question que celle de la prédation, vous m'excuserez de ne pas avoir développé, mais ce n'était pas le sujet.<br /> Cela dit, il faut interroger notre nature profonde à tous qui fait que l'on ne se contente pas de ce qu'on a, pour l'humain moyen son ambition est bornée par les différents carcans que lui impose<br /> la société, mais d'où qu'il vienne et quelle que soit sa culture et son éducation, si une chance d'avoir plus est offerte, l'humain de base prend.<br /> C'est ce type de comportement qui fait qu'un seuil numérique ne peut pas être dépassé. Parce que chaque humain sur la planète considère comme légitime d'avoir autant, voire plus que son voisin.<br /> C'est la fuite en avant. Si collectivement nous étions capables d'aller foutre le feu à la villa 25 pièces du parvenu du coin, histoire de lui rappeler la bienséance, on pourrait probablement<br /> envisager quelques milliards d'humains en plus, dans un système d'entraide, de don et de partage (qui est, je le rappelle, le mode de fonctionnement normal de l'humanité, hormis ce dernier<br /> siècle).<br /> <br /> Seulement voila, les barrières morales sont rompues, le gain et la prévarication encensées, et l'individualisme est roi (après moi le déluge, tout à fait d'actualité en ce moment). Ce qui nous<br /> donne des cyniques à la christophe (qui prend quand même la peine d'expliquer que ce qu'il défend n'est pas nécessairement son point de vue).<br /> Je hais le cynisme, et je ne défends et n'exprime que mes idées, j'emmerde les avocats du diable...<br /> D'ailleurs ce qu'une logique affirme, une autre peut la contredire, ça s'appelle de la rhétorique.<br /> Le pic de population actuel sera un souvenir dans 50 ans et on sera probablement contraint à ce moment là de refaire des politiques natalistes pour que tout le bouzin arrête de rouiller. Mais<br /> christophe va surement nous mettre tout ça en équations et nous expliquer que c'est inéluctable...<br /> <br /> Moi, voyez vous, ce genre de clown sinistre et arrogant ne m'amuse pas du tout parce que j'en ai tellement vu des christophe, surs de leur infaillibilité, de leurs raisonnements. J'en finirai par<br /> une citation de Claude Lanzmann qu'on retrouve dans la bouche de Jean Gabin:<br /> <br /> Maintenant je sais, je sais qu'on ne sait jamais,<br /> La vie, l'amour, les amis, l'argent et les roses,<br /> On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses,<br /> C'est tout ce que je sais, mais ça, je le sais...<br /> <br /> http://www.youtube.com/watch?v=QOG-nCqXzjs<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> CAC 40 : la cotation de l'indice bloquée depuis 9h56.<br /> <br /> La cotation de l'indice CAC 40 en Bourse de Paris est interrompue depuis 9h56.<br /> <br /> L'incident touche l'ensemble des indices sur les marchés au comptant d'Euronext et la diffusion des indices AEX (Amsterdam), BEL 20 (Bruxelles) et PSI 20 (Lisbonne) est également suspendue.<br /> <br /> A ce stade, aucune heure de reprise de cotation pour le CAC 40 et les autres indices n'a été communiquée par NYSE Euronext.<br /> <br /> http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=d7c71ee76e71c21c3e1d1f7a3dd329f8<br /> <br /> Quand la Bourse s'effondre, ils suspendent les cotations !<br /> <br /> Ils en sont réduits à ça !<br /> <br /> Ca sent le sapin.<br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> Il faut comprendre que tout ne se passe pas en 1 jour...<br /> Par contre les choses s'accelèrent dramatiquement.<br /> L'or est à son plus haut et continue de monter malgré l'été qui est une période creuse d'habitude.<br /> Pourquoi les choses durent autant? Parce que les investisseurs profitent jusqu'à la dernière seconde des hausses avant de basculer bear. Donc tant que l'économie tient même sur des mensonges la<br /> bourse peut faire les yoyos fournis par les algo mathématiques auto réalisateurs. ensuite c'est la panique et là (normalement ce sera au cours de l'été) la bourse explose en vole et doit être<br /> fermée pour ne pas s'écraser completement.<br /> Tous les indicateurs sont dans un rouge si vif que même des néophites comme moi sont parfaitement au courant... mais il y a encore du fric à se faire... reste quelques semaines...<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> J'attends avec impatience les conseils promis dans un prochain article.<br /> Et aussi les réponses aux questions de Dwarf, réponses du point de vue de l'oligarchie qui tentera de les appliquer bien sûr, histoire de compléter les conseils de protection/survie/dynamique à<br /> envisager pour la suite.<br /> Merci d'avance !<br /> <br /> <br />
Répondre
Y
<br /> @ BA<br /> <br /> Merci pour les renseignements que vous nous fournissez régulièrement sur ce site et sur d'autres. Ils nous permettent de voir l'évolution façon cancer des taux.<br /> Là où j'ai plus de mal à vous suivre, c'est que depuis de nombreux mois, vous nous annoncez "ça y est, cette fois ça va se casser la figure". Et que voit-on ? Rien, si ce n'est des taux qui<br /> continuent à monter, des dirigeants qui nous promettent que la situation n'est pas catastrophique et que, de toutes façons, ils ont des solutions. Et que fait le bon peuple ? Il vit à l'horizon de<br /> ses vacances, du nouveau portable qu'il va acheter à la rentrée et aux résultats de la ligue 1 qui va reprendre.<br /> Bref, ceux qui nous exploitent peuvent dormir tranquilles, les veaux sont partis bronzer et si gamelle économique il doit y avoir, le contribuable sera toujours là.<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Bon je me suis un peu enflamé. Certains forums marchent encore et seul le cac n'est plus calculé, les actions sont elles cotées. Mea culpa.<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Urgent<br /> <br /> Devant les dégagements massifs de fonds de la bourse, les cotations sont en train de subir une panne technique..? En parrallèle les forums du site boursorama sont eux aussi en panne depuis 9h30.<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Mardi 12 juillet 2011 :<br /> <br /> Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne : toutes les courbes explosent.<br /> <br /> Ce matin, à 9h30, les taux de ces cinq Etats explosent.<br /> <br /> Nous sommes en train de vivre des journées historiques.<br /> <br /> Italie : taux des obligations à 10 ans : 5,944 %.<br /> <br /> http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne : les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de ces cinq Etats à rembourser leurs dettes.<br /> <br /> Toutes les courbes augmentent de façon exponentielle.<br /> <br /> Ces cinq Etats ont des courbes qui annoncent un cataclysme.<br /> <br /> Italie : taux des obligations à 2 ans : 4,203 %.<br /> <br /> Italie : taux des obligations à 3 ans : 4,700 %.<br /> <br /> Italie : taux des obligations à 10 ans : 5,683 %.<br /> <br /> http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND<br /> <br /> Espagne : taux des obligations à 2 ans : 4,237 %.<br /> <br /> Espagne : taux des obligations à 3 ans : 4,878 %.<br /> <br /> Espagne : taux des obligations à 10 ans : 6,030 %.<br /> <br /> Irlande : taux des obligations à 2 ans : 17,767 %. Record historique battu.<br /> <br /> Irlande : taux des obligations à 3 ans : 17,242 %. Record historique battu.<br /> <br /> Irlande : taux des obligations à 10 ans : 13,201 %. Record historique battu.<br /> <br /> Portugal : taux des obligations à 2 ans : 18,250 %. Record historique battu.<br /> <br /> Portugal : taux des obligations à 3 ans : 19,882 %. Record historique battu.<br /> <br /> Portugal : taux des obligations à 10 ans : 13,382 %. Record historique battu.<br /> <br /> Grèce : taux des obligations à 2 ans : 31,111 %. Record historique battu.<br /> <br /> Grèce : taux des obligations à 3 ans : 29,725 %. Record historique battu.<br /> <br /> Grèce : taux des obligations à 10 ans : 17,017 %.<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Un vent de panique a soufflé lundi sur les marchés financiers de la zone euro face aux craintes de voir la crise de la dette gagner l’Italie ou l’Espagne, ce qui mettrait l’Union monétaire en<br /> péril, alors qu’à Bruxelles le responsables européens peinaient à trouver la riposte.<br /> <br /> "On est devant quelque chose qui est plus systémique que le seul cas de la Grèce, qui concerne la stabilité de la zone euro dans son ensemble", a averti la ministre espagnole des Finances, Elena<br /> Salgado, en arrivant à une réunion avec ses homologues de l’Union monétaire, aux allures de sommet de crise.<br /> <br /> La rencontre doit s’achever dans la soirée par une conférence de presse.<br /> <br /> La Bourse de Milan a clôturé sur une chute de 3,96 %, alors que l’Italie se retrouve à son tour dans le collimateur en raison de son importante dette de près de 1.900 milliards d’euros.<br /> <br /> Francfort a reculé de 2,33 %, Paris de 2,71 % et Madrid de 2,69 %, tandis que l’euro a chuté, tombant brièvement sous 1,40 dollar pour la première fois depuis un mois et demi.<br /> <br /> Dans le même temps, les taux espagnols et italiens sur le marché de la dette ont atteint leurs plus hauts niveaux historiques depuis la création de la zone euro. Cela signifie que le coût d’emprunt<br /> de Rome et de Madrid pour financer leurs déficits grimpe.<br /> <br /> Et l’écart des taux français avec l’Allemagne, référence absolue, s’est élargi à un niveau jamais vu dans l’Union monétaire.<br /> <br /> Avant les ministres des Finances, le président de l’UE, Herman Van Rompuy, a réuni pour une rencontre impromptue ses collègues de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker, de la Banque centrale européenne<br /> (BCE) Jean-Claude Trichet et de la Commission européenne José Manuel Barroso.<br /> <br /> Objectif officiel : "coordonner les positions" sur le dossier grec au moment où les dissensions s’étalent au grand jour et où les Européens n’écartent plus totalement l’idée d’un défaut partiel de<br /> la Grèce.<br /> <br /> Mais l’inquiétude dépasse la seule Grèce à présent.<br /> <br /> L’Italie pèse économiquement à elle seule plus de deux fois plus que les trois pays réunis qui ont été sauvés à ce jour de la banqueroute : Grèce, Irlande et Portugal. Si elle cédait, c’est toute<br /> la zone euro qui serait menacée.<br /> <br /> http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=4ecfd46a03b6039c95852406ebf9513c<br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> De plus en plus de personne en ont mare de la conso pour la conso. Si un gouvernement a les burnes de dire stop, je suis sur que bcp seraient d'accord.<br /> Mais je suis presque sur qu'en étant rationnel et économe on peut s'en sortir à moindre mort... et sans revenir à l'age de pierre<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Le CAC 40 perd 3 % à 16h20.<br /> <br /> Bourses européennes : les craintes de contagion font chuter les banques.<br /> <br /> Les Bourses européennes décrochent ce lundi, accentuant leur baisse entamée à la veille du week-end. Les investisseurs craignent que la crise de la dette ne touche l'Italie, alors que des signes de<br /> contagion augmentent.<br /> <br /> « Nous nous trouvons à un des pires moments de la crise monétaire européenne. L'idée de la contagion de la crise grecque à d'autres pays de la zone euro comme l'Italie et l'Espagne prend de<br /> l'ampleur », explique Jean-François Robin, stratégiste obligataire chez Natixis.<br /> <br /> Un ensemble de facteurs - interrogations sur la croissance économique mondiale, risque de récession en Chine, craintes sur l'Europe, inquiétudes sur les banques -, sont en train de se conjuguer<br /> pour créer une très forte défiance sur les marchés financiers.<br /> <br /> A Paris, le CAC 40 perd 3 % à 16h20, tout comme la Bourse de Francfort. La Bourse de Londres cède plus de 1 %.<br /> Les Bourses des pays les plus fragilisés de la région subissent les pertes les plus importantes : Madrid fléchit de 2,7 %, Lisbonne de 3,3 % et Milan, qui concentre depuis vendredi lles nouvelles<br /> inquiétudes, abandonne 3,3 %.<br /> <br /> Les banques plongent en Bourse.<br /> Les valeurs des institutions financières - banques et assurance - sont parmi les plus malmenées.<br /> A Paris, Axa chute de 5,80 %, BNP Paribas 5 %, Société Générale et Crédit Agricole SA 5,6 %. Les banques françaises ont une exposition significative à la dette italienne.<br /> Les opérateurs de marché attendent avec circonspection la publication des tests de résistance passés par 91 banques en Europe.<br /> A la Bourse de Milan, la banque Intesa Sanpaolo lâche 6,4 % ; à Francfort, Commerzbank perd 5,5 % ; ING recule de 5,8 % à Amsterdam.<br /> <br /> http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201501880577-bourse-les-craintes-de-contagion-font-chuter-les-banques-192572.php<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Evidement vu le niveau je fais pauvre ,cependant je vais placer quelques trucs .<br /> Pour ce qui est de l'égalité Energie / Population je comprends d'autant que depuis qu'on fait de la nourriture avec beaucoup d'énergie , Tracteur , Transport camion bateaux et mème avion sans<br /> oubliez les engrais et traitements , ça ne peut pas durer surtout depuis qu'on veut nourrir les réservoirs avec l'agriculture .<br /> Pour ce qui est de la réduction de la population il y à déja des experts qui ne nous demanderont pas notre avis sur la méthode et les cibles .<br /> J'ai bossé 20 an dans certain pays d'Afrique et j'ai pu observer la méthode du FMI pour réduire à l'état de ruine les systèmes de santé mis en place du temps de la colonisation .<br /> Pour le FMI c'est facile je donne de l'argent surtout aux dirigeants puis aux multinationales qui vont faire des routes de mauvaises qualitée qui ne mènent nulle part et en contre partie pour<br /> réduire la dette ainsi crée<br /> 1) on appauvrit le pays et sa population .<br /> 2) on mange mal et surtout la nourriture est carencée car au lieu de produire de la bonne nourriture on encourage les dirigeants à produire du cacao ou des arachides pour pouvoir rembourser " la<br /> dette " .<br /> Faute d'eau potable et d'égout les microbes et les virus proliferent à tout va .<br /> 3)on ne se soigne pas faute de médoc et de médecins émigrés dans les campagnes des pays dit riches<br /> 4)Pour finir on meurt avant 40 ans .<br /> <br /> C'est ainsi qu'après le décolonisation on a détruit tous les pays d'afrique pour que sa population ne dépasse pas 900 millions d'hab ce qui cpte tenue de sa surface est peu .<br /> Aujourdhui Le Fmi arrive en europe ! attention "on ne change pas une méthode qui gagne " Observez bien ce qui se passe en Grèce c'est la mème méthode .<br /> <br /> En 1994 H.Kinssinger dans ses conférences disait pour vivre comme les USA ,Les Européens et les Japonais ils faudrait 4 Planetes . Comme nous ne les avons pas il faudra réduire la population de<br /> cette planete de 80% .<br /> <br /> Le danger est qu'à cette époque c'était assez confidentielle comme déclaration aujourdhui j'ai tendance à croire qu'on voudrait généraliser le concept afin qu'il soit accepté en faisant croire<br /> qu'on ne sera pas dans les heureux selectionnés ( Pourtant dans certain cas la mort est considérée comme une délivrance )<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> Sclavus 1 Christophe 0<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Parfait Roland ; nous sommes d’accord que « Christophe à parfaitement posé les choses, l'équation population/ressources est intenable. ». Seulement le malaise avec Christophe, c’est que ça sent la<br /> suffisance ; l’arrogance de celui que se croit Maitre ; vous approchez ce point avec votre phrase : « Les hommes étant par nature des prédateurs (ils sont même tout en haut de l'échelle de la<br /> prédation), l'ajustement se fera, et pas en rêve. »<br /> Dommage que vous vous êtes abstenu de pousser cette très bonne analyse plus loin car dans cette échelle de prédation l’Histoire nous apprend que certaines collectivités le sont plus que d’autres. A<br /> la longueur de ses post - que j’apprécie par ailleurs pour leur coté analyse froide + érudition – l’impression qu’on a c’est celle du maitre arrogant ne voyant pas la solution autrement que par<br /> l’assujettissement (et/ou) l’élimination de ceux qu’il considère moins valable sur son échèle hiérarchique (si je me goure Christophe… mes excuses).<br /> Mais comment penser le monde autre, meilleur, plus juste / moins inique ?<br /> Car si nous en sommes là c’est à mon avis moins dû à notre nombre qu’aux formes sociétales que nous adoptons.<br /> Pourquoi l’énième bidet en or dans l’énième villa au nord de Rio Grande devrait être indispensable ?<br /> Sans doute pour que les paysans vivant au sud du même fleuve puissent continuer à mâcher les feuilles de coca pour oublier qu’ils ont faim.<br /> Et pourquoi les gamins vivant au nord de Rio Grande devraient aller à l’école en SUW ?<br /> Le nombre ? Sans doute, mais pas que ça ; et surtout je trouve malgré tout que cette question de nombre est accessoire.<br /> Si on analysait ce que chacun de nous prélève à la nature on s’apercevra facilement que ça résulte de la prédation ; qu’il s’agit d’un lent processus – inscrit dans l’Histoire – de prédation.<br /> Je traine depuis des années sur ce blog car je trouve le réconfort dans les analyse égalitaire de son auteur ; c’est aussi vrai pour les autres j’espère.<br /> Les posts de Christophe sont tj bons ; tj lucides ; mais ce qu’il me dérange c’est le ton ou plutôt le point de vue ; ce point très inégalitaire.<br /> Alors que le monde est malade justement de ça.<br /> PS : Cette histoire de Rio Grande n’est qu’une métaphore ; c’est valable pour la planète entière… Jusqu’à l’intérieur d’une même ville.<br /> L’autre jour j’ai croisé à l’arrêt de bus un bonhomme avec 5 ou six pains – c’étaient ses uniques courses au Carrefour du coin.<br /> D’accord, il est negre et le raccourci mental pour beaucoup parmi nous sera rapide : « ce n’est qu’un bamboula et il doit avoir une ribambelle de mômes »<br /> Je ne lui ai pas parlé mais je suis certain que ce n’était pas ça ; il n’avait qu’une vingtaine d’années.<br /> Après, évidement on peut toujours dire que personne ne l’avait invité ici et c’est vrai.<br /> Mais il ne serait jamais venu si le pillage éhonté de sa patrie ne se produisait pas dans une indifférence totale.<br /> La Lybie était le seul pays de Maghreb qui fixait sa population (et pas que la sienne mais aussi celle – en partie - de plein d’autres pays africains) ; maintenant il ne nous reste qu’à apprécier<br /> le spectacle.<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Zone euro : l'Eurogroupe se réunit sur la Grèce, sur fond de contagion.<br /> <br /> Lundi matin, la prime de risque demandée par les investisseurs pour détenir des obligations italiennes à dix ans plutôt que des Bunds allemands, qui font référence, a touché un record depuis la<br /> création de l'euro à 268 points de base.<br /> <br /> Ce mouvement a touché l'ensemble de la périphérie de la zone euro.<br /> <br /> Les taux des obligations espagnoles ont également atteint un plus haut depuis début 2000, à 5,84 %, et les pressions se sont accentuées sur le Portugal et l'Irlande.<br /> <br /> La réunion de l'Eurogroupe devrait toutefois se centrer sur le nouveau plan d'aide à la Grèce, qui achoppe pour le moment sur la question de la participation du secteur privé.<br /> <br /> Selon plusieurs sources, l'option principale étudiée reste celle proposée par les banques françaises d'un "rollover" de la dette grecque arrivant à maturité d'ici 2014.<br /> <br /> L'Allemagne a toutefois remis sur la table cette semaine sa propositions d'un "échange" d'obligations grecques et, vendredi dernier, l'Institute de la finance internationale (Ifi) a quant à lui<br /> proposé il y a dix jours que la Grèce procède à des rachats d'obligations, plaçant à nouveau les Européens devant une page blanche.<br /> <br /> "Nous ne sommes pas tout à fait revenus au kilomètre zéro, mais on n'en est pas loin", a reconnu vendredi une source de haut rang au sein de la zone euro.<br /> <br /> http://bourse.challenges.fr/news.hts?menu=news_actualites&urlAction=news.hts%3Fmenu%3Dnews_actualites&idnews=RTR110711_0076A06R&numligne=13&date=110711<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Si on réouvre le rapport du club de Rome de 1972, tout y figure déjà !<br /> http://www.manicore.com/documentation/club_rome.html<br /> <br /> <br />
Répondre
W
<br /> Christophe, je dirais même qu'il y'a deux catégorie plus larges:<br /> <br /> 1) Les sentimentaux: Ceux qui ne posent pas les problèmes correctement (ou ne veulent pas les affronter) car ils ne correspondent pas a leurs critères moreaux / idéologique. Ce sont le plus souvent<br /> des humanistes. Ces Hommes, qui placent l'Homme au centre de l'univers, héritage des plus judéo-chretien. Paradoxalement, leur Humanisme conduit directement a la boucherie, et a l'avilissement de<br /> l'Homme. (Il en est de même, pour l'immigration). "Vision de Bisounour, futur ensanglanté" pourrait être leur doctrine.<br /> <br /> 2) Les Esprits libres: Ceux qui savent dépasser leur simple regard d'homme, et prendre le recul nécessaire a l'analyse. Une analyse froide, mais nécessaire. Et ce n'est pas parce que l'on met en<br /> exergue un problème et un avenir sombre, qu'on le souhaite. Seulement, parfois il est trop tard.<br /> <br /> <br /> Alors cassandre, a toujours tord selon les bisounours. Quand il est en avance sur son temps c'est un fou, un monstre, quand les problèmes viennent, un porteur de mauvaise nouvelle...Bref le<br /> Bisounours, ne veut pas affronter le réel, au mieux il se réfugie dans le doux rêve progressiste et scientiste. Ah ! ces lendemains qui chantent....<br /> <br /> <br /> <br /> Je ne connais pas christophe, mais je soutiens totalement son propos ici fort bien exposé.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> @dwarf<br /> réflexion universelle et personnelle à chacun:<br /> 1- tous, sauf moi, à la limite vous.<br /> 2- il y en a plein dans les catalogues: pharmaceutiques,<br /> agro-sanitaires,<br /> 3- Pas moi. Peut-être vous non plus, si on peut l'éviter.<br /> <br /> En résumé: revenons à nos bonnes vieilles traditions européennes.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> C'est vraiment fun de vous lire tous ce matin:<br /> chacun pense être indispensable au fonctionnement de la société, c'est l'autre qui est de trop.<br /> <br /> Or s'il n'en restera qu'un, ce ne sera pas toi....<br /> <br /> <br />
Répondre