Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le quotidien...

16 Septembre 2011 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Le quotidien peut varier énormément en à peine 60 ans.

Un lecteur a levé le lapin du tarif de vente de l'électricité aux agents EDF. Il est en effet compris entre 10 et 15 % du tarif normal.

Mais il faut recadrer le débat.

Cet avantage est déclaré, et imposé. Il n'est donc pas neutre.

Il est accordé en 1951, et ne représente pas grand chose. Pour la direction, c'est une manière de donner le moins possible.
En effet, à l'époque, la consommation électrique, c'est quoi ? Pas grand chose, quelques loupiotes, 2 ou 3 le plus souvent, il y a bien des prises électriques, mais qui servent à quoi exactement ? Elles sont sans grande utilité à l'époque.

A l'époque, les bons de charbons souvent distribués par les grandes entreprises coûtent plus chers.

Car l'équipement électrique est très réduit. Tout le fatras électrique n'existe pas. Il y a quelques postes de radios, les gros et énormes à lampes, et encore, c'est loin d'être généralisé, et les 4 éléments du confort commenceront à être commercialisés dans les années 1950, pour se généraliser dans les années 1960.

Lave-linge, réfrigérateur, n'existent que dans la grande bourgeoisie, la télé balbutie, et la cuisinière, c'est encore mieux : elle est au bois ou au charbon, et chauffe l'hiver comme été (pas besoin de chauffage électrique, qui n'existe pas à l'époque...).

 

Bien entendu, à cette époque, l'eau chaude, c'est quoi cette bête là ? A fortiori le ballon d'eau chaude électrique.

 

Tout sera crée par la suite, et la consommation d'électricité des agents EDF progressera comme le reste de la population.

En plus, ils privilégieront cette tare de chauffage électrique, car ils ne subissent pas la paradigme du commun des mortels : prix d'installation modeste et prix d'usage élevé.

 

Le beurre, l'argent du beurre et la crémière. En effet, pourquoi faire des économies d'énergie alors que celle-ci ne leur coûte rien.

Pour préciser, pour signer un accord, il faut être deux. Les syndicats, et le patron. Le patron en question a bien voulu signer l'accord, parce que dans les faits, à l'époque, le cadeau était petit.

Les évolutions ont fait qu'il est devenu monstrueux.
Mais rien n'empêchait EDF de plafonner cet avantage à l'époque. Pour éviter toute dérive, il lui suffisait de fixer ce plafond à un montant élevé pour l'époque, qui aurait été atteint avec les augmentations de consommation.

Aujourd'hui, on parle d'augmenter, sans plafonner, le tarif de l'agent EDF. ça n'est pas le problème. Le problème principal est le suivant :

"- le chauffage électrique représente 1/3 des appels de puissance de pointe hivernaux (il y a environ 8 millions de foyers chauffés à l'électricité - c'est énorme !) ;

- on note une corrélation quasi-parfaite entre la production électrique d'origine non nucléaire et le chauffage électrique : pas besoin de réfléchir beaucoup pour comprendre que chauffage électrique = production d'électricité d'origine fossile (gaz, fioul), donc émettrice de CO2."

 

Le vrai scandale est donc qu'en chauffant "propre et électriquement", on chauffe en réalité avec du fossile, et en réalité avec 3 fois plus de fossile que nécessaire en utilisant directement le fossile.

 

Il ne faut donc pas se tromper de cible. La cible, c'est l'usage non adéquate de l'électricité, faite pour justifier l'existence d'un nucléaire sur-dimensionné :

- climatisation,

- chauffage électrique,

- chauffe-eau électrique,

- cuisinière électrique,

- séche-linge,

- et d'une manière générale, tout ce qui transforme de l'électricité en chaleur. C'est un détournement de la manière adéquate d'utiliser l'électricité.

 

En outre, il faut rappeler que le consommateur de 1951 et de 2011 n'ont plus rien à voir. L'histoire avait rendu prudent celui de 1951, qui savait les civilisations mortelles.
Celui de 2011 a très bien compris qu'il vivait dans le meilleur des mondes, que rien ne viendrait troubler, et que la panne d'électricité est impossible.
Celui de 1951 se souvenait très bien du coup de la ligne Maginot "infranchissable" et que pendant la dizaine d'année précédente, l'électricité, c'était quand on pouvait et que même quelquefois, ça fonctionnait.

 

On pourra aussi signaler l'inutilité de toute une gadgetomanie, l'inutilité des veilles, l'inutilité globale d'une politique qui est sorti des clous, et qui est passé du stade de la satisfaction des besoins, à celui de leur création.

 

Dans quel but ? Faire de la croissance ? On comprend mieux que pour débouer certaines situations, les civilisations doivent obligatoirement en passer par le stade de l'effondrement.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-leuro<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Ah la climatisation, çà consomme autant que le chauffage électrique et parfois les plombs sautent !<br /> <br /> Gigantesque blackout en Corée<br /> http://coree.aujourdhuilemonde.com/gigantesque-blackout-en-coree<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> oui maxity!<br /> 6 bouteilles de gaz d'avance, quasiment 2 ans d'autonomie............<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> Ce que peu de gens savent, c'est que la prochaine génération de compteurs électriques (déjà en test) sera télécommandée. Si vous ne payez pas votre facture, un fonctionnaire vous coupera le courant<br /> sans même sortir de son bureau.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> bonjour tous le monde<br /> une question peut etre bete mais utiles je pense , que faire ???<br /> on nous vend tous et n'importe quoi alors , quelqu'un pourrait nous faire un recap de comment faire pour mieux se chauffer mieux consommer ect ect ...<br /> ya t'il quelqu'un qui connait des blog ( qui savent de quoi il parle ) des artisans ( qui n'arnaque pas ) ect ect qui pourrait nous aider a etre plus responsable mais en méme temps a economiser<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Bonjour Patrick,<br /> <br /> Ca me rappelle un incident récent il y a 2 semaines, un violent orage a coupé le jus dans toute la rue, pour toute la nuit et le matin suivant. Dans la résidence (6 appart), j'étais le seul à<br /> pouvoir me faire mon petit dej, grace à mon gaz en bouteille. Tous sont au tout électrique intégral. Alors en septembre, ca reste une bonne blague, mais au coeur de l'hiver? les voisins rappliquent<br /> profiter de ma gazinière et de mon poele à bois et son four (vive les copro "far west!") alimentés par mon bois coupé et approvisionné à la mano et par bibi?<br /> Ca met en relief le sentiment général du "mais ça n'arrivera jamais!" concernant les ruptures d'appro en énergie, électricité en tête. Il fallait voir comme ils étaient déroutés après la nuit : mon<br /> voisin champion du monde du tirage de gueule est venu me voir tout sourire le matin, me poser des questions, soulagé de reprendre contact avec la civilisation de l'homo energivoricus.<br /> Pour ma part, c'était un "mini stress test" concluant, car la diversification de mes moyens avait pour but de pallier à ces situations.<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> L'hiver, je me chauffe au bois, celui-ci chauffe mon eau, me permet de cuisiner (même le pain, puisqu'il reste chaud longtemps) et tout ça pour le prix d'une chaîne de tronçonneuse, d'environ 20<br /> litres de mélange huile/essence et d'huile de coude. Mon seul luxe, énorme en énergie des data-centers, c'est internet. Mais pour ma conso perso, c'est que dalle ! J'ai un congel, un frigo (dont je<br /> me demande de plus en plus l'utilité), l'ordi et puis baste !<br /> De plus je ne ressens pas le besoin de payer pour faire de l'exercice. Car l'exercice est productif, il me donne du bois, des légumes, des céréales, des oeufs, du poulet, du cochon, de l'agneau,<br /> parfois de l'argent mais il ne me coute jamais rien.<br /> <br /> <br />
Répondre